Eternia

Pourquoi seulement penser dans un seul monde, alors qu'une infinité vous attendent par Eternia
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Siltiama

Aller en bas 
AuteurMessage
Siltiama
Fuyarde
Humaine
Albion
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2
Age : 27
Monde d'origine : Albion
Races : Humaine
Date d'inscription : 16/03/2018

MessageSujet: Siltiama   Ven 16 Mar - 11:16

Siltiama
Prénom NOM : Siltiama Faënor
Âge : 25 ans
Race : Humaine avec ascendance elfique
Origine : Albion
Poste : Fuyarde
Famille : Fille unique d’une famille noble et très riche. Elle ne connait que son père et sa mère de sa famille pourtant grande, mais seule la branche principale est importante.
Physique
Siltiama a 25 ans. Elle est relativement frêle physiquement. Elle fait environ 1m70, ce qui fait qu’elle est grande pour une femme.
Siltiama est une humaine ayant une ascendance elfique. De ce fait, ses oreilles ne sont, ni rondes comme les humains, ni pointues comme les elfes. Les siennes sont effilées. Sa peau est blanche comme l’albâtre.
Le point le plus particulier en elle était ses yeux. Ses iris n’étaient pas ronds, comme tout le monde. Mais rappelaient des flemmes. Ses yeux étaient couleur ambre. Son visage était encadré par des cheveux longs qui lui descendait jusqu’au bas du dos. Ils étaient de couleurs châtains avec des reflets couleurs ambre.
Elle s’habillait toujours de la même façon. Un haut avec des manches amples. Et une sorte de pantalon.
Elle portait toujours le diadème sertis de diamants que sa mère lui avait offert sur son lit de mort. C’était un diadème qui se posait sur son front. Cependant, la pierre du milieu qui descendait un peu entre ses sourcils était une pierre en ambre. De même, elle portait toujours sa bague en ambre à l’annulaire droit que sa mère lui avait offert. Elle lui avait dit que ces deux pierres lui seraient utiles, mais elle n’avait jamais eu sa réponse quant à sa question « à quoi ? ».
Talents

¤ Elle hyper curieuse et apprend très rapidement.
¤ Elle connait énormément de plantes et sait préparer des potions de soin
¤ Sait manier bon nombre d’armes (arc, dague, épée, …)
¤ Ressens les orages plusieurs minutes a plusieurs heures à l’avance et a le don de se trouver une cachette la plus sure possible, et surtout, le plus rapidement possible.

Caractère
Siltiama est une jeune femme totalement renfermée. Elle n’a jamais eu d’amis dans la prison dorée de son enfance. La solitude a toujours été un maître mot de son père. En effet, d’autres enfants auraient pu la détourner de son But. But dont elle ne savait rien. Il avait toujours refusé de lui en parler avant que le moment soit venu.
La jeune femme était une grande rêveuse. Elle adorait lire et les romans des aventures de chevaliers la faisait rêver. Si bien qu’elle avait décidé de se donner les mêmes missions : sauver la veuve et l’orphelin, et toujours faire le bien autour d’elle.
Elle passait le plus clair de son temps dans les forêts ou les campagnes. La ville lui faisait peur.
Son plus gros souci, c’était son impulsivité. Elle haïssait la violence. Si elle voyait quelqu’un se faire agresser, elle se jetait entre les personnes et réfléchissait après.
La présence de Ledna l’aide énormément à se poser et à réfléchir à la meilleure stratégie afin de sauver le plus de monde possible.
.  
Pouvoirs

¤ Générer le feu
¤ Contrôler les feux
¤ Manipuler des objets par la pensée, moyennant beaucoup d’énergie.
¤ Peut se soigner avec son feu, ou celui de Ledna (elle ne le sait pas encore).

Histoire

Siltiama est une jeune humaine qui a grandi dans une famille possédant une origine elfique de par son père. Sa mère est issu d’une famille tout ce qu’il y a de plus normale. Elle est herboriste et a inculqué les bases à sa fille dès son plus jeune âge.
Du côté de la famille de son père, Siltiama est la descendante d’une famille de grande noblesse, acquise par son aïeul elfique. C’est lui, qui a apporté à sa famille la Bénédiction (ou plutôt la malédiction comme Siltiama préfère le penser). Chaque fille aînée de la famille possède le pouvoir du Feu. Mais ces filles-là ne peuvent mettre au monde que des garçons, afin que la Bénédiction ne s’amenuise pas.
Cela faisait ainsi 4 générations qu’il n’y avait eu que des hommes et donc personne pour bénéficier de la Bénédiction. Celle-ci c’est amplifiée au fur du temps. Elle peut donc, en plus d’invoquer et de manipuler le Feu, contrôler des objets par la pensée. Mais cette magie-là lui demande beaucoup d’efforts, bien plus que pour le feu.
Son père porte beaucoup d’espoir en elle. Il l’a même nommé d’un prénom elfique signifiant « colère du feu ». Il se montre très dur avec elle et la forme au maniement de l’arc, de l’épée, des dagues et du combat à mains nues, ainsi que l’équitation. Il ne la ménage pas, lui infligeant tous les jours, plusieurs heures d’entraînement physique, l’après-midi, après son apprentissage de la rhétorique, de l’étiquette, de la géographie, de l’histoire, du chant et de l’art des plantes et des sciences exigée par sa mère. Le soir, pendant plus d’une heure, son père exigeait qu’elle invoque ses flammes. Choses qu’elle ne savait pas faire.
Sa mère décède lorsqu’elle avait 10 ans d’une maladie infectieuse. La colère de la jeune fille réveilla son pouvoir des flammes. Son père durci son éducation  physique tous les après-midi, en négligeant l’éducation de l’esprit. La jeune fille passait son temps libre à lire, et rassembler le maximum de connaissance qui lui semblait capitales dans des cahiers qu’elle gardait secret, et dont elle ne parlait à personne. Surtout ce qu’elle trouvait sur les créatures de l’Annw. Un livre qu’elle avait trouvé dans les affaires de sa mère, avant que son père ne les mettent au feu. Elle conservait aussi les notes de sa mère concernant les plantes et les effets, ainsi que les potions. Elle avait réussis à fabriquer une cachette dans sa chambre, où elle rangeait tout cela précieusement, dans un assez grand sac en bandoulière où elle avait, en plus de cela, quelques fioles vides, ainsi que des plantes sèches, qu’elle renouvelait régulièrement, au fur et à mesure que le temps passait. Son père continuait à l’obliger, tous les soirs, à invoquer son feu et travailler avec. Mais elle ne savait pas l’invoquer. Elle réussissait parfois à éteindre le feu, quand elle se concentrait énormément, mais sinon, tout se faisait sous le coup d’émotion.
Dès que son père s’éloignait un peu du manoir, Siltiama s’occupait de préparer un futur départ, en piochant un peu à chaque fois dans la réserve d’or familiale, ainsi qu’en fabriquant de quoi se couvrir la nuit pour quand elle partirait.
Peu après ses 17 ans, où elle reçue enfin son cheval en cadeau de son père, elle mit son plan en exécution. Elle sorti discrètement de sa chambre, se rendit aux écuries, et scella son cheval, et s’enfuit dans la nuit, sans se retourner.
Pendant plusieurs années elle explore le monde, sauvant la veuve et l’orphelin, en appliquant les concepts des chevaliers qu’elle admire tant, tout en restant relativement éloignée du royaume de son père.
Deux ou trois ans après son départ, elle rencontra une créature blessée. Elle ne les connaissait que dans les livres de sa mère. Elle s’arrêta et tenta de soigner cet Arlyna. Il avait été marqué d’un coup d’épée sur la patte avant droite et était visiblement dans le coma. Et cette blessure c’était infectée, il était fort fiévreux. Forte de ses connaissances pour les plantes, la jeune femme commença à faire des cataplasmes pour soigner Arlyna. Elle construisit un abri pour eux deux, et chassait pour deux. Après plusieurs semaines de soin, la patte d’Arlyna guérit.
Un matin, alors que la créature réussissait enfin à s’appuyer sur sa patte, elle senti une présente force appuyer dans son esprit. Comme si quelqu’un tentait d’y pénétrer. Elle renforça ses défenses psychiques et chercha qui, dans les environs pouvait ainsi l’attaquer.
La présence était permanente pendant plusieurs jours, si bien qu’elle finit par capituler, affaiblie psychiquement. C’est alors qu’une voix relativement chaude et bienveillante retentie dans son esprit.
- Merci Siltiama. Sans toi, je ne serai plus. Je suis Ledna. Une des dernières représentantes de mon espèce. Je te suis redevable. Tant que ma dette ne sera pas effacée, je t’accompagnerai pour la payer.
Totalement sonnée, il fallut plusieurs minutes à la jeune femme pour réussir à lui répondre à haute voix.
- Je ne savais pas que tu pouvais parler. Mais euh …. Je n’ai pas fait cela pour que tu te sentes redevable. Je souhaitais juste te sauver. Que tu vives. Je suis ravie d’avoir fait ta connaissance, et serai ravie que tu m’accompagnes, mais je préfèrerai que cela soit par amitié, et non par obligation …
- Je ne peux parler que dans ton esprit. Je ne sais pas reproduire les sons de ta langue autrement. Considère alors que c’est par amitié. Mais un Arcanin paie toujours ses dettes, et je n’y manquerai pas.

Siltiama qui n’avait jamais eu d’amis avant elle connut enfin l’amitié vraie et sincère. Elles voyagèrent ensemble, se complétant totalement. Leur lien fût de plus en plus étroit, si bien que leur communication télépathique pouvait se faire à plusieurs centaines de mètres de distance.
NOM du familier : Ledna
Race : Arlyna
Caractère :  Protectrice envers Ledna, elle est très calme et posée, contrairement à son amie.
Capacités : Elle génère du feu, peut attaquer très rapidement et a de bonnes dents.
Signes particuliers : Ledna est un Arlyna de feu. Elle peut générer du feu, et ne peut être blessée par celui-ci.
Elle est de couleur grise avec des rayures noires sur le corps. Sa crinière et sa queue bien touffues rappellent la couleur de début de la nuit, quand elle n’est pas encore trop noire. Seul son museau et ses joues sont blancs, ainsi que ses poils longs de son poitrail.

« Ces maudits braconnier … Avec leur fer mordant, ils m’ont blessés la jambe. Je me suis cachée, mais combien de temps pourrais-je vivre ainsi. Mon sang … Mon sang s’échappe de moi. Je commence à entendre des bruits étranges … Une sensation inconnue s’est emparée de moi. Je ne ressens plus la chaleur, j’ai des frissons. Il m’est impossible de me relever. L’engourdissement gagne mon cerveau. Je me sens partir … »

« Je sens la chaleur revenir à moi. Mon feu se répand doucement dans mes veines. Je suis à nouveau conscient, mais faible, trop faible pour ouvrir les yeux et encore plus pour me remettre debout. Je sens une présence à côté de moi. Selon l’odeur, je dirai une humaine. Mais une humaine qui sent le feu … Bizarre. Serait-ce elle qui m’a sauvée ? De toute façon, je ne peux que l’espérer, puisque je suis incapable de bouger, encore. »

« L’humaine m’aide énormément. Elle me nourrit comme si j’étais son petit. C’est assez vexant pour moi, mais je ne peux faire autrement. Ma patte est toujours trop blessée. Elle me parle, mais je ne peux pas lui répondre, même si je la comprends parfaitement. Elle veut juste me soigner. Elle restera le temps que je puisse me relever et vivre à nouveau par moi-même. Cette humaine est tellement différente de ceux que j’ai pu voir auparavant … »

« Siltiama, c’est son nom. Elle m’aide désormais à me relever et à marcher. Ma blessure s’est refermée. Mais ma patte est ankylosée. Elle m’aide à la remuscler. Je me soigne de l’intérieur avec mon feu, mais sans qu’elle le sache. Pourtant, je vais bien devoir lui payer ma dette … Je vais devoir lui dire, lui parler. »

« Cette discussion c’est bien passée, même si pour elle, je ne lui dois rien. Mais les Arlyna paient toujours leur dette. Toujours. Je vais l’accompagner. De toute façon, je l’aime bien, et elle a besoin aussi de protection. Elle est tellement frêle … Une nouvelle vie va commencer. Peut-être m’aidera –t-elle à trouver les autres … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monstres
Monstres
Monstres
Autre
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 29
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Siltiama   Ven 16 Mar - 11:19

Fiche ok
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Siltiama
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternia :: Présentation :: Fiches de nos Membres :: Albion-
Sauter vers: