Eternia

Pourquoi seulement penser dans un seul monde, alors qu'une infinité vous attendent par Eternia
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Lun 15 Juin - 16:19

Comme toujours, Kotori attendait qu’on la demande, elle avait finit par s’habituer à ce rythme et même par pensée que, oui, c’était bel et bien comme ça que devait être sa vie avant son amnésie. Elle se trompait, mais elle ne pouvait pas le savoir. La jeune ange était donc simple assise sur un pouf-fauteuil et attendait qu’on la demande, les mains posées sur les genoux. Ses pieds nus se glissaient parfois sur la surface du tapis épais qu’on lui avait mis. Un peu plus loin, il y avait un lit double qui semblait déjà être assez usé… C’était son endroit à elle, mais la pièce était bien plus vaste. On y trouvait par exemple un coin cuisine, ainsi qu’une sorte de mélange entre un salon et une table de repas, comme on se serait attendu à en trouver dans un bar ou un café. Et il y avait une douche sans paroi. Aucune intimité, mais pourquoi en aurait elle eut besoin… Enfin, il y avait une chaîne hi-fi assez perfectionnée.

Kotori laissa encore une fois son pied caresser la fausse fourrure du tapis. Elle était pieds nus bien entendu, ils n’avaient pas jugé bon de lui laisser ses chaussures ou de lui en fournir, puisqu’elle ne quittait presque jamais cette pièce – ou même le refuge d’ailleurs. Une bracelet d’argent d’environ deux centimètres enserrait une de ses chevilles- la gauche -, il était lié à une fine et longue chaîne argentée qui lui permettait de se déplacer comme elle le souhaitait dans la pièce, mais jamais plus loin. Elle portait un robe légère, d’un tissus robe tellement léger qu’il en permettait aisément de deviner ses formes. Elle arrivait un peu au dessus de ses genoux et sa jupe était assez ample. Comme toute ses tenues, cette robe laissait son dos dénudé. Cette robe était cintrée sous la poitrine de Kotori grâce à un ruban mauve. C’est à ce niveau que commence son décolleté, sa poitrine n’était guère plus couverte que si elle portait un bikini, puisque faite avec le même système, se nouant dans la nuque e la jeune esclave. Bien sur, ses ailes étaient repliées dans son dos se mêlant discrètement dans sa chevelure rose. Un bracelet muni de grelot était glissé à son poignet droit et, bien sur, il y avait son collier d’esclave.

La porte s’ouvrit alors sur un homme. Il était loin d’être bel homme, mais ce n’était pas non plus le plus repoussant qui travaillait pour la mafia. Dès son entrée, Kotori cessa de jouer avec le tapis et se leva pour quitter son refuge alors qu’il allait vers le coin cuisine, se servant seul un verre avant d’aller s’asseoir sur le sofa. La servante pencha légèrement la tête sur le coté. L’homme ôta encore sa veste avant d’enfin poser les yeux sur elle. Une fois debout, il s’avérait que sa robe lui arrivait à mi-cuisse. Un sourire lubrique se posa sur les lèvres de l’homme alors qu’il lui demanda de chanter et de danser pour lui. Kotori s’était alors inclinée puis, elle avait fait tinté ses grelots avant de commencer à danser dans un style assez particulier qui semblait à mi chemin entre de la danse classique et du pole dance. Sa voix s’éleva ensuite douce et cristalline et elle sembla se propagée doucement dans la pièce.

Une première fois, le mafieux lui demanda d’approchée et elle se retrouva à danser sur la petite table basse. Elle pouvait moins bouger et ses gestes se faisaient donc plus sexy par la force des choses. Le regard lubrique du mafieux sembla légèrement briller alors qu’il lui demandait d’approcher encore, attrapant sa main délicate pour l’attirer vers lui. Docile, l’ange se retrouva donc assise sur les genoux du mafieux qui lui demanda alors de ne cesser ni de chanter, ni de danser… Enfin, remuée aurait probablement été plus exact, car elle avait de moins en moi d’espace. Elle s’exécuta cependant. Une main de l’homme dénoua de la robe, dévoilant la généreuse poitrine et il se mit alors à la caresser. Kotori ferma un instant les yeux : il n’était pas facile de continuer à chanter ainsi. Elle fit cependant de son mieux, même si de temps en temps sa voix se troublait d’un gémissement, à fortiori quand il se mit à sucer l’un de ses seins, l’attirant un peu plus contre lui avec la main qu’il avait libéré. Un instant, il lui répéta encore une fois de continuer à chanter et elle frissonna. Il suçotait donc l’un de ses seins avec envie pendant qu’une de ses mains malaxait l’autre. Le chant était difficile, mais l’ange continuait, laissant échapper des gémissements dans son chant.

La mafieux ne se souciait pas de ce qui se passait en dehors de la pièce, on lui avait offert de passer du bon temps avec ce petit oiseau, il n’allait pas se faire prier pour le faire. Et il en profita d’ailleurs pour glisser l’une de ses mains sous la jupe de l’ange, caressant son intimité avec ces grosses pattes probablement crasseuses. Oui, elle ne portait pas de sous-vêtements, on ne lui en avait jamais fournit, probablement que c’était plus pratique ainsi. Collée contre ce pervers, le chant de l’ange fut troublé par un gémissement un peu plus intense alors qu’il commença à faire jouer son majeur en elle, laissant son pouce caresser son clitoris à chacun des mouvements de cette main là. Kotori sentait sa verge pressée contre son pantalon, mais il semblait vouloir encore s’amuser, même si elle mouillait déjà à cause des traitements qu’il lui faisait subir. Elle avait hâte qu’il se décide à plus… Il fallait dire qu’à force de répondre aux ordres de ceux qui voulait juste la prendre, elle avait finit par devenir un peu nymphomane…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Lun 15 Juin - 16:59

Je m'en souvenais assez bien, c'était une journée assez ensoleillé et alors que je venais à peine de revenir d'une mission assez peu intéressante, il fallait dire que ce n'était qu'une demande d'aide pour un problème de monter des eaux, rien de bien palpitant, tout avait été régler en un bloc de glace et j'étais repartit pour mon petit appartement pour me reposer un peu, néanmoins, il y avait autre chose qui me dérangea, on frappa à ma porte, je n'avais pas vraiment de lieux de travail, alors je recevais mes clients ici, quand j'ouvris la porte, je reconnu de suite ce que l'homme portait, il devait être un serviteur d'une famille noble, l'air autour de lui semblait être la même que ceux que j'avais pu voir il y a longtemps quand j'étais encore dans mon ancien monde, mais passons, ce n'était pas le plus important, cet homme me proposa un travail assez particulier, retrouver une ange, il me donna le nom et le prénom de cette dernière, Alana Cloud, puis me présenta une photo d'elle étant jeune, je compris aussi lors de son discours que cela faisait longtemps qu'elle avait disparu, j'étais donc le dernier recours?, cela n'était aucunement une différence pour moi, j'avais juste un autre travail à faire, je pris donc le travail et me prépara à partir, en direction de...Oration, si je me souvenais bien, il s'agissait d'un endroit ou les seul hybride existant étaient des esclaves, mais ce n'était pas important pour moi, je n'étais pas la pour jouer avec les autre êtres humains, il n'y avait que Alana qui me concernait.


Et cela faisait maintenant quelques jours que j'étais dans ce monde, et j'avais remarquer que trouver des informations n'était pas des plus simple, peut être était du au fait que je n'étais pas humain, mais la plupart des informateur ne me regardais même pas, ils semblaient être dégouter par ma manière d'agir, me décrivant pour quelqu'un de hautain pour un futur esclave, bien entendu, ce genre de réponse avait été terminer soit avec une gelure d'un bras, soit avec un peu plus de discussion pour avoir des information, il y avait aussi eut quelque problème alors que je me dirigeais vers d'autre lieux, les forces de polices semblaient ne pas aimer que je me balade si ouvertement, mais une fois geler, personne ne semblait venir me voir, soit dit en passant, je n'avais jamais eut autant de soucis avant d'arriver ici, c'était à croire qu'il n'existait pas du tout de personne comme moi marchand librement dans une ville, mais passons, ce n'était pas important et ce n'était pas comme si j'allais rester dans cette ville, tout ce que je voulais, c'était Alana.


Et finalement, j'avais trouver l'endroit ou elle était, et comme à mon habitude, j'avais juste ouvert la porte, entrant dans cette maison ou elle devait se trouver, bien entendu, il y eut de la résistance, des hommes armée ainsi même que des hybride portant un collier, surement ce qu'ils appelaient des esclave, mais une fois tout ce petit monde refroidit et les armes geler au point de ne pas pouvoir tirer, je pouvais continuer de marcher tranquillement jusqu’à entendre un bruit étrange, je savais ce que c’était, je n'étais pas vierge après tout, mon père m'avais déjà fait bouger au plaisir de la chair dans le but de trouver un autre moyen de me garder la bas, mais ca n'avait pas fonctionner, quoi qu'il en soit, je suivit donc les gémissement de cette jeune femme avant d'ouvrir la porte pour clairement voir un homme en train de s'amuser avec une ange, oui, je pouvais voir la différence, après tout, je vivais en Eternia, et avant que l'homme n'essaie quelque chose, une couche de glace se forma dans son dos pour refroidir ces ardeurs et je commençais à parler avec un sourire qui était assez mystérieux.

"Je suis désolé, mais cette jeune femme est demander chez sa famille, je vais donc la prendre avec moi."

Il n'y avait même pas de question, je demandais et il avait intérêt à ne pas tenter quoi que ce soit, bien entendu, j'avais jeter un coup d’œil à la photo pour une dernière vérification, oui, il y avait bien certain trait qui collait, maintenant, le tout était de savoir quel genre de dommage elle avait bien pu subir ici, car j'avais pu voir certain cas en parlant à des marchand d'esclaves, il y avait des horreurs faite ici, mais ce n'était pas de mon ressort, tout ce qui m'intéressais, c'était Alana, pour le reste, d'ailleurs, j'avais geler le mécanisme qui tenait son collier en place pour qu'il puisse se détacher bien facilement, j'attendis donc qu'elle vienne avec moi, lui tendant même la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Lun 15 Juin - 18:10

Ce qui se passait là, c’était la routine pour Kotori, certains ne la touchait pas, se contentant de la regarder danser et de l’écouter chanter… D’autres ne prenaient même pas la peine de lui demander de faire l’un ou l’autre, tout juste si ils prenaient le temps de la faire mouiller avant de la pénétrer. D’autres encore n’étaient que des voyeurs qui lui demandaient de se donner du plaisir seule pendant qu’ils regardaient. Mais ce n’était pas ce qui importait pour elle pour le moment. Un second doigts se glissa en elle et elle gémit un peu plus, commençant à trébucher sur les paroles de la chanson, ce qui semblait amusé le mafieux qui pinça un peu vivement son téton pour la punir de cette difficulté. L’ange serra les dents pour ne pas exprimer la douleur qui se répandit dans son sein à ce geste. Cependant, la porte s’ouvrit à la voler et elle sentit le mafieux se tendre, cependant, avant qu’il n’ait pu prendre son arme, il eut un mouvement comme si on venait de s’appuyer sur son dos.

Kotori cessa de chanter alors que l’autre prenait maintenant la parole. Comprenant que, la jeune femme, c’était elle, elle se tourna vers l’entrée, ses ailes se déployant à demi dans son dos. Il voulait l’emmener avec lui ? Elle allait le suivre puisqu’elle ne savait plus vraiment qui était son maître tellement il y avait d’homme à qui elle devait obéir. Qu’il soit un hybride ne changeait pas grand chose, on lui en avait envoyé aussi. Un gage de bon travail pour eux… Hormis certains qui profitait de l’occasion pour soulager leur pulsions, ils étaient simplement rester à parler avec elle ou à l’écouter chanter ou à la regarder danser… mais elle n’en avait jamais vu venir plus d’une fois… Cependant, on lui avait demandé autre chose et elle ne savait pas lequel de ces deux ordres était prioritaire. Alors qu’elle se questionnait, le mafieux la força à se tourner vers lui à nouveau.


« Ne t’occupe pas de lui ma belle, quand à toi, dégage d’ici, on ne t’a siffler. »

Il avait maintenant une main autour de la taille de Kotori, la gardant contre lui alors qu’il cherchait à tâtons son arme qu’il avait posé avec sa veste, ce petit oiseau n’étant guère dangereux. L’ange ne chercha donc plus à lui échapper, cependant, elle venait de réaliser qu’il avait dit que c’était sa famille qui la demandait. Elle paru alors un peu perdue alors qu’elle bafouilla simplement quelques mots :

« M… ma famille ? Mais on m’a dit qu’elle était morte… »

Le mafieux lui dit alors de la fermer et elle serra alors les dents, baissant un peu la tête alors que l’homme s’empara maintenant de son arme pour la rivée sur l’hybride à l’autre bout de la pièce. Le mafieux ne semblait pas le moins du monde inquiet au sujet de la magie, mais c’était probablement qu’il en avait déjà vu de toutes les couleurs dans son boulot. Il avait visiblement confiance au fait que ceux qui arrivaient derrière cet hybride allaient l’arrêter, le mettre dehors, au mieux. D’ailleurs, comme pour provoqué le fennec, le mafieux fit se retourner Kotori pendant qu’il sorti son membre. Gardant son arme en main, braquée sur l’intrus, il pénétra l’intimité de l’ange qui frémit légèrement, car sa main libre était revenue s’emparer de l’un de ses seins avec une certaine violence. Sans trop savoir pourquoi, elle qui n’avait pas vraiment de pudeur trouva la situation fort gênante et elle détourna les yeux pour qu’ils ne se posent pas sur le fennec. Le mafieux avait alors ri, puis, il lui avait ordonné de ne pas détourner les yeux et même de le regarder justement. Puis, il avait commencé à la faire se mouvoir sur sa verge gonflée.

Faut il le répéter ? Kotori avait appris à se soumettre alors son regard violet se posa à nouveau sur le fennec alors que son corps commença à sauter sur le corps de mafieux qui malaxait toujours son sein d’une façon qui ne lui procurait pas vraiment de plaisir à elle… Par obligation, ses ailes s’étaient déployées de chaque coté de son corps, faisant une sorte de bouclier de plume pour le mafieux. L’intrus pouvait maintenant clairement voir le sein laisser libre qui tressautait au rythme des pilonnage du mafieux. Tout c’était passé très vite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Lun 15 Juin - 23:46

L'homme semblait me dire quelque chose, mais je ne semblais même pas le regarder, j'étais concentrer sur l'ange, elle était d'une beauté, j'avais du mal à regarder ailleurs, elle avait bien changer par rapport à la photo, et elle semblait avoir été mentit par pas mal de personne ici, ce qui ne m'étonnais pas du tout, néanmoins, elle ne me laissais pas indifférente, néanmoins, je ne devais pas céder à ce genre de chose, ce n'était qu'une mission comme une autre, à la fin, je ne la verrais surement jamais, et puis, qui aurait envie d'avoir une vie avec quelqu'un comme moi, et pourquoi j'avais toute ces questions en tête, heureusement, d'un point de vue extérieur, il n'y avait pas de changement, elle était très belle, et cette beauté n'était pas digne de cet endroit, oui, il devait la ramener pour qu'elle soit en sécurité.


Puis il y eut du mouvement, aussi bien derrière moi que devant, l'homme semblait même être tellement sur de lui qu'il avait commencer à la baiser devant moi, ce qui était une erreur fatal, mais il allait vite s'en rendre compte, en premier lieux, je devais faire en sorte de ne pas être déranger, un mur de glace noir se plaça alors juste devant la porte, cela allait empêcher quiquonque de pouvoir venir, et comme c'était ma glace la plus résistante et puissante, ils n'allaient surement pas pouvoir transpercer cela avec leur balles, et bien entendu, en réponse au braquage de l'arme sur moi, j'avais simplement geler celle ci, il n'avait pas de chance, l'air était un peu humide, c'était beaucoup plus facile pour moi de faire de la glace à l'endroit que je voulait, et même si je ne le voyais plus vraiment, je savais ou viser, je m'étais déjà repérer, alors bon, bref, j'avais alors commencer à créer des petites plaque de glaces sur le corps de l'homme, histoire que ces ardeurs soit refroidit, mais ce n'était pas tout, je savais qu'il allait surement tenter d'allé plus vite pour se chauffer, alors j'avais créer un collier de glace autour du cou de l'homme, gênant assez bien sa respiration, si il continuait de baiser, il allait en mourir, maintenant, je m'étais toujours approcher, c'était facile, il n'y avait plus rien à craindre, son arme ne pouvait plus tirer, il allait être essouffler bien trop et ne plus pouvoir bouger à cause du froid ambiant, je faisais d'ailleurs en sorte que cela ne touche que l'homme, visant correctement ma glace pour qu'elle n'en ressente pas l'effet, quand je fus alors proche d'elle, je lui tendis la main, toujours avec un sourire assez particulier, un sourire qui semblait pourtant si doux.

"Votre famille n'est pas morte, mademoiselle, mais si l'ont vous à mentit la dessus, qui sait ce qu'on à pu vous dire de plus, venez avec moi maintenant, je vais tout vous expliquer et même vous ramener auprès de votre famille."

Je ne semblais même pas regarder l'homme, je ne l'avais pas regarder depuis le début, il n'étais pas vraiment utile, et si il continuait de pousser sa chance, il allait être congeler de manière permanente, tuer n'était pas quelque chose que j'aimais faire certes, mais cela ne voulait pas dire que je ne pouvais pas tuer, j'en étais parfaitement capable, quoi qu'il en soit, j'attendis sa réponse, toujours ma main en avant, et comme pour être sur qu'une certaine personne ne tente rien, j'avais entourer de glace ces testicules, avec cela, avec quelque degrés en moins, il n'allait bientôt plus pouvoir les utiliser, c'était son choix, il la laissait partir ou alors il ne pouvait plus avoir d'enfant de sa vie entière, moi je m'en fichais, j'étais concentrer sur Alana, personne d'autre n'étais important dans ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Mar 16 Juin - 0:54

Kotori ne savait pas vraiment si elle prenait du plaisir ou si elle s’horrifiait de la situation. Elle prenait son pied et normalement c’était suffisant, mais cette fois, elle ne savait pas vraiment. Elle regardait donc le fennec, de toute façon, elle n’avait pas vraiment le choix. Elle vit la paroi de glace de formée. Elle avait sentit le mafieux commencer à douter et avait hésité un moment à regarder par-dessus son épaule, mais ce serait désobéir et elle ne voulait pas être punie. Elle sentait aussi l’hostilité venant de l’homme le plus proche et elle sembla se recroqueviller sur elle-même. L’hybride lui tendait la main en lui souriant… Il lui expliqua alors que non, sa famille n’était pas morte. Il précisa qu’on lui avait mentit sur ça et probablement sur autre chose. Puis, il l’avait à nouveau invité à l’accompagner, lui promettant de tout lui expliquer et de la ramener auprès des siens. Elle pencha légèrement la tête sur le coté.

Cependant, la glace gagnait le corps du mafieux qui commençait à perdre son sang froid ainsi que ses moyens. Avec un grondement de frustration, l’homme se retira de l’ange et l’envoya bouler sur le canapé. Kotori tomba sur un de ses ailes et se mordit la lèvre pour ne pas gémir de douleur, elle se laissa tomber à genoux au sol et replia ses ailes dans son dos. Elle avait froid avec toute cette glace qui se formait à droite et à gauche. Le mafieux tenta de tirer sur le fennec, mais aucun coup de feu ne partit alors, voyant rouge d’avoir été ainsi déranger, le mafieux chargea purement et simplement. Quand elle vit ça, Kotori fila dans son refuge et se glissa dans un coin près de son lit avant de se recroqueviller au sol, ses ailes s’enroulant autour d’elle comme un cocon protecteur. Elle voulait bien suivre cet homme, mais elle n’aimait pas la violence et, pour le moment, c’est ce qui semblait être sur le point d’arriver.

Le mafieux allait probablement vouloir tuer le fennec, après tout la petite ange était assez précieuse pour eux et ils n’allaient pas la laisser repartir avec le premier hybride venu… D’ailleurs, en voyant que les balles ne traversaient pas la paroi, ils avaient fait venir un hybride lion qui était en train de frapper contre cette paroi pour la briser maintenant. Dans son refuge, Kotori ferma les yeux, elle ne supportait pas la violence. Cachée derrière ses ailes, elle avait donc pris les choses en main : Doucement, sa voix s’éleva dans les airs, se voulant être apaisante pour éviter que ce combat ne se poursuive. Ce que le mafieux n’avait pas prévu, c’était ce chant, ça et le fait que la glace allait ralentir ses mouvements. Il se retrouva un instant à regarder autour de lui comme si il ne savait pas ce qu’il faisait là… C’était l’occasion ou jamais pour le fennec de se débarrasser du gêneur.

Pourtant, l’humain ne semblait pas décidée à baisser les bras, il voulait se débarrasser de l’importun pou pouvoir la baiser tout son soul après. Kotori, elle se sentait un peu frustrée malgré sa peur. Cet homme l’avait tout de même bien chauffée et elle sentait le désir brûler en elle, mais elle ne pouvait pas faire autrement, c’était compliqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Mar 16 Juin - 4:49

La situation était assez simple, du moins pour moi, j'avais geler la sortie, ce qui signifiait que j'avais forcément un moyen pour sortir, pour ce qui était maintenant de Alana, peut être que cela allait être plus compliquer, non pas que cela allait venir de la personne qui pensait être le plus fort, non, mais juste qu'il allait falloir que je sois avec elle pendant un bon moment maintenant, pour essayer de lui redonner la mémoire en plus de bien entendu la faire rentrer, peut être que cela allait être complexe, j'avais compris que je n'étais attaquer à un gros paquet de mafieux, mais encore une fois, ce genre de chose m'étais totalement égal, pour moi, il n'y avait que ma mission, je pouvais geler le reste que dans mon esprit il n'y avait pas de différence entre un humain ou alors un poteau téléphonique, il n'y avait que du décors ainsi que la personne que je devais retrouver.


L'homme semblait avoir enfin compris qu'il allait mourir si il allait continuer ainsi, et au lieux de ne rien faire, il essaya de m'attaquer, comme je ne faisais même pas attention à lui, j'avais juste esquiver l'attaque avant de lui geler les pieds, l’empêchant de bouger, il ne pouvait plus rien faire maintenant et j'avais bien envie de lui donner une leçon, néanmoins, j’entendis quelque chose, une douce mélodie qui semblait me forcer à ne pas me battre, je compris bien vite que la belle ange avait plus d'un tour dans son sac, néanmoins, je n'avais pas le choix, si je devais la ramener, il allait terminer cela au plus vite, et en premier lieu, stopper l'hybride de lion qui continuait de taper contre ma glace noire, pour cela, ce n'était pas compliquer, au moment ou ces mains allaient toucher la glace, j'allais entourer ces deux mains d'une épaisse couche de glace bleuté, il allait avoir des séquelle, mais cela n'allait pas être permanent, c'était obligatoire, cet hybride était fort, enfin, maintenant que tout était régler et que personne n'allait me déranger, je m'étais approcher à nouveau de l'ange avant de plier les genoux pour me mettre à son niveau, elle semblait vraiment avoir peur du combat et même avec le chant, je pouvais être capable de geler ce qu'il y avait dans cette pièce, j'avais d'accord vérifier si elle n'avais pas trop eu mal à son aile, après tout, j'avais remarquer qu'elle c'était faite mal en tombant, par la suite, cela était la même chose que la dernière fois, j'avais tapoter son épaule avant de lui tendre la main de nouveau en lui parlant, peut être que cette fois ci, elle allait écouter.

"C'est finit maintenant, il n'y a plus de bataille, pouvons nous y aller?"

Néanmoins, avant de partir vraiment, j'avais une petite chose en tête, d'un geste qui pour elle allait juste être moi en train de remettre mes cheveux en place, j'avais fait en sorte que l'homme derrière soit museler alors que je congelais sa verge ainsi que ces testicule au point qu'il n'était plus possible pour lui de les utiliser, ce n'était pas de la vengeance, mais je savais que la famille de Alana n'allait pas apprécier ce qu'elle avait subit, alors autant régler cela maintenant, même si je ne pouvais pas tous les tuer, cela prendrais trop de temps, quoi qu'il en soit, j’attendais toujours qu'elle me prenne la main, et également je cherchais par ou on allait bien pouvoir sortir, peut être que congeler un mur pour le briser pouvait être un bon moyen, je verrais bien en tout cas, ce n'était pas comme si il restait quelqu'un qui pouvait me contrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Mar 16 Juin - 11:28

Kotori n’aimait pas ce qui se passait autour d’elle, elle ne prêtait donc absolument aucune attention à ce qui se passait entre les deux hommes. Elle avait chanté pour tenter au mieux de les calmer, mais cela n’eut pas grand effet selon elle. Le mafieux passa juste à un stade de colère encore plus grand lorsque le fennec lui gela les pas. Il commença alors à se débattre avec la glace qui enserrait ses pieds alors que les coups répétés du lion retentissaient dans la pièce de façon assez sourde. Puis, les coup cessèrent, il y eut des éclat de voix et, passer quelques instants, les coup reprirent. Il allait probablement se blesser, mais si il n’obéissait pas les mafieux allaient probablement le tuer. Glace contre glace, celle-ci semblait renforcer les coups de l’homme-lion, même si ce dernier se blessait… Et puis, il semblait être habitué à être blesser ainsi alors, il continuait encore et toujours de frapper comme un forcené contre la glace noire.

Quoi qu’il en soit, aux premiers mots de l’homme-fennec, l’ange cessa de chanter et posa son regard mauve sur lui et sur la main qu’il lui tendait. Il lui assurait que c’était finit maintenant et lui demanda si ils pouvaient y aller. La petite ange frissonna doucement et regarda un moment autour d’elle alors que ses ailes se replièrent lentement dans son dos. La jeune femme tendit alors une main fine vers l’hybride et accepta de prendre sa main avant de se relever. Elle avait la chaire de poule à cause du froid. Une fois sur ses pieds, Kotori avait légèrement baissé les yeux, soumise comme elle avait appris à le faire. Elle était toujours pieds nus sur ce sol de béton froid… Elle avait laissé sa main dans celle du fennec, signe qu’elle était prête à le suivre comme il le lui avait demandé. Le suivre où ? Ca, elle n’en savait encore rien pour le moment. Elle jeta un rapide coup d’œil au mafieux… Et avec tout ça, elle était encore bien chaude elle…

Enfin, elle avait bien compris que ce n’était pas encore le moment pour penser à tout ça. Après un moment d’hésitation, Kotori se dit qu’elle avait froid et elle relâcha la main de l’homme fennec pour aller chercher sa couverture. C’était une couverture miteuse et franchement rêche, mais, au moins, cela aurait le mérite de la tenir au chaud et c’était déjà ça, car il commençait à faire froid ici et, si il continuait à créer de la glace un peu partout, ça n’irait pas en s’arrangeant. L’ange avait pris un instant pour remettre le haut de sa robe convenablement et était ensuite revenue près de lui, elle semblait avoir complètement oublier la chaîne qui la maintenait prisonnière ici et peut être que l’autre hybride ne s’en était peut être pas aperçu, il fallait dire que la mafia avait tout fait pour que cela reste assez discret et même assez joli. A la décharge de Kotori, elle n’était pas vraiment embêtée par cette longueur restreinte. Soit, de retour près de lui, l’ange avait baissé les yeux, puis, elle avait pris la parole d’une voix un peu hésitante :


« Si… si vous voulez toujours… on peux y aller. »

Kotori se mordilla légèrement la lèvre et, sans vraiment s’en apercevoir, elle s’accrocha légèrement à sa main, sentant son cœur battre à tout rompre. Pourquoi est-ce qu’elle s’inquiétait ainsi ? Elle ne savait pas vraiment. Peut être parce qu’à cause de l’agitation dans le couloir, elle craignait que cela n’engendre de nouveau conflit. Ses ailes se déplièrent légèrement, restant pourtant un peu basses La jeune fille se posait tout un tas de questions. Si ils étaient encore vivants, pourquoi ses parents ne l’avaient pas gardé auprès d’eux ? Et si ils l’avaient abandonnés, pourquoi la vouloir prêt d’eux maintenant ? Ils regrettaient ? Et toutes ses spéculations commençaient à lui donner mal à la tête. Sans même s’en apercevoir, elle se colla un peu contre le fennec, déjà trop habituée à voir les hommes vouloir sentir le contact de son corps tout contre le leur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Mar 16 Juin - 14:47

Les coups sur la porte semblaient continuer, et je demandais quand même d’où venait cette acharnement, il avait peur qu'il lui fasse du mal?, il n'était pas capable de tenir le coup contre des hommes armés?, c'était fort dommage pour lui, mais je ne pouvais vraiment pas faire quelque chose contre cela, néanmoins, comme Alana semblait ne pas aimer les bruit et allait peut être penser qu'il y avait encore du combat, je fis en sorte de geler complètement le lion, lui laissant seulement sa tête pour qu'il puisse respirer, ce n'était pas compliqué, il suffisait que la glace se propage sur son corps, bon, ce n'était pas mon genre d'aider quelqu'un d'autre que la personne que je devais retrouver, mais comme elle ne semblait pas apprécier ce genre de bruit, il fallait le faire, néanmoins, j'étais quand même satisfait qu'elle me prenne la main.


Il y avait certes un petit problème, et il s'agissait de la tenue d'Alana, d'accord je l'avais retrouver, mais je crois que certaine personne n'allaient pas aimer la voir ainsi habillé, à savoir avec presque rien, et cela était pire quand elle partit chercher une couverture, elle était si miteuse et en si piètre état que je me demandais si ils faisaient vraiment attention à elle, j'avais alors chercher quelque chose dans une de mes poche pour sortir un petit appareil en forme de cube, l'avantage d'être un Eternien maintenant, c'était que j'avais accès à de la technologie avancé, quoi qu'il en soit, je lui avait emprunter sa couverture avant de la placer sur le cube qui c'était alors transformer en une sorte de plaque, et une fois que j'avais passer cette plaque sur sa couverture, elle semblait s'être comme transformer, comme si elle avait été rénover, quand je pense que ce genre d'appareil est si peu cher, enfin, j'avais même pris la peine de lui donner une couleur plus intéressant, qui allait avec les ruban qu'elle possédait sur sa robe, qui était toujours aussi révélatrice, il allait que je fasse quelque chose pour cela aussi, mais plus tard, c'était une mauvaise idée de rester trop longtemps ici.


Je lui avais alors replacer correctement sa couverture, qui allait être plus confortable que la version abimé, néanmoins, je sentais que j'avais oublier quelque chose, j'avais alors entendu un bruit au niveau de la cheville de la jeune femme, elle avait encore quelque chose qui la retenait ici, je m'étais donc mis à genoux pour m'occuper de cela, le travail allait être complexe, c'était bien souder, néanmoins, une soudure signifiait qu'il y avait des endroits ou le métal n'était pas totalement complet, je pris donc partit de cela, et avais commencer à geler la partie souder en faisant attention à ne pas toucher sa peau, et une fois que le résultat fut concluant, je brisait la soudure, retirant ce qu'elle avait sur la cheville tout en vérifiant qu'elle n'avait rien, je m'étais alors relever pour lui reprendre la main et lui montrer un mur.

"On sort par la."

Et sans lui laisser le temps de comprendre, on c'étaient mis en route vers ce mur, qui menait vers une ruelle, bien entendu pendant qu'on s'y dirigeait, plusieurs épais pieu de glace se formait autour de ma tête et vinrent se planter dans le mur pour en faire une grande porte, et une fois la glace disparu, je pu pousser cette pseudo porte pour passer avec elle, personne dehors n'avait sembler avoir remarquer quelque chose, ce qui était tant mieux, bon, et maintenant quoi, peut être trouver un coin tranquille pour lui trouver de quoi s'habiller, ou alors pour lui mettre des chaussure, je m'étais alors gratter le menton avant de lui parler de nouveau.

"Bon, avant toute chose, trouvons un coin tranquille pour discuter, suivez moi de près."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Mar 16 Juin - 18:38

Les coups sur la porte cessèrent vivement alors que l’homme lui se retrouvait changer en une statue de glace uniquement capable de respirer et, peut être, de parler. En attendant, Kotori était toujours aux cotés de l’autre hybride, plus ou moins accrochée à sa main, avec cette couverture rêche sur son dos. L’homme-fennec lui avait alors emprunté sa couverture et elle était restée immobile, un peu perplexe alors qu’elle s’entourait de ses ailes pour conserver un minimum de chaleur autour d’elle. Il fit quelque chose à la couverture, elle aurait été bien incapable de dire quoi, mais quand finalement il reposa la couverture sur ses épaules, elle était dans un bien meilleur état… elle était même un peu plus douce et avait une couleur moins terne. Quand il l’aida à remettre convenablement la couverture, le regard de l’ange brilla légèrement. Cela faisait bien longtemps qu’on avait pas pris soin d’elle ainsi, cela lui faisait chaud au cœur, cependant, elle n’oubliait pas de rester à sa place.

Puis, il semblait avoir entendu quelque chose et baissa son regard vers la cheville de l’ange. Celle-ci suivit son regard et laissa un léger sourire se poser sur ses lèvres. Elle avait tendance à oublier ce lien, mais, forcément, si il la sortait d’ici, il fallait ôté ce lien. Le fennec s’était alors baisser pour travailler sur l’anneau et le faire lâcher. Cependant, c’était plus fort que Kotori et elle ne pus s’empêcher de soulever légèrement sa jupe. Un geste qui, avec une jupe longue aurait été tout à fait normal, mais qui, vu la longueur de sa robe n’était que provocateur. Elle n’y pouvait rien, ils avaient tout fait pour qu’elle finisse par se comporter naturellement de la sorte. Finalement, il y eut un petit bruit de métal et le bracelet tomba au sol, entraînant la chaîne dans son sillage. Elle avait sentit que la main de l’homme vérifia l’état de sa cheville et elle se mordit la langue quand une pulsion s’empara d’elle. Encore une fois ce n’était pas le moment.

Le fennec s’était ensuite relevé et cette fois il lui avait pris la main plutôt que d’attendre qu’elle ne le fasse. Il lui avait alors montrer un mur en lui disant que c’était par là qu’ils allaient sortir… Vraiment ? Etait-il passe muraille ? Ou bien il y avait peut être une porte dérobée qu’elle n’avait jamais remarqué ? Quoi qu’il en soit, elle avait remercié l’étranger pour la cape et la chaîne, ne posant aucune question quand au reste, elle verrait bien en temps voulu de toute façon. De toute façon, elle n’aurait pas pu poser de questions, il l’entraînait déjà vers le mur dont il avait parlé et tout se passa assez vite. Il forma des pics de glace et, avant qu’elle n’ait pu réagir à ce sujet, ils s’enfonçure profondément dans le mur et, par réflexe, elle se colla un peu plus contre lui, pressant sa poitrine contre son bras. Kotori réalisa alors qu’elle allait sortir des bâtiments… Elle ne se souvenait même plus si elle avait déjà mis les pieds en dehors de cette pièce.

Elle n’eut pas le loisir de s’inquiéter plus que ça à ce sujet qu’il l’avait déjà entraîner dehors. Elle sentis le bitume sous ses pieds, frissonna un peu plus, puis tourna les yeux vers l’homme… serrant la couverture autour d’elle. Elle se sentait un peu perdu en dehors de son refuge. Elle avait d’ailleurs jeté un coup à la pièce qu’ils venaient de quitter, tentant de faire marche arrière, mais, encore une fois, ce fut sa soumission qui parla et elle se contenta simplement de lui emboîté le pas, suivant docilement chacun de ses pas. Il lui dit alors qu’il voulait trouver un endroit tranquille pour qu’ils puissent discuter. Kotori avait simplement hoché la tête avant de reprendre la parole d’une voix douce en lui disant simplement :


« Comme vous voudrez. »

Elle ne passait pas vraiment inaperçue avec la grosse bosse que formaient ses ailes sous cette couverture. Elle relâcha sa main, puis passa une main dans sa nuque, faisant passer ses longs cheveux roses au dessus de la couverture. Ensuite, elle lui reprit la main et se mordilla légèrement la lèvre, le suivant bien docilement même si ces pulsions se réveillaient de plus en plus de ne pas avoir été assouvies avec ce mafieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Mer 17 Juin - 0:01

Voila, maintenant ils étaient dehors, la première étape de la libération de la jeune ange était maintenant faite, à bien y penser d'ailleurs, j'avais vraiment du mal avec certaine de ces particularité, comme par exemple les mouvements qu'elle pouvait faire parfois, cela montrait qu'elle avait été beaucoup utiliser comme un simple jouet, qui sais quel genre de déclic elle allait pouvoir avoir dans son esprit ou alors d'habitude qu'elle va avoir, quoi qu'il en soit, tant qu'elle ne serait pas chez sa famille, il était de mon devoir de la soulager pour tout ce qu'elle allait avoir besoin, qu'importe ce que cela allait être, je n'avais pas envie qu'on me dise que je faisais du mauvais travail, jamais je n'en faisait, juste que c'était bien la première fois que je devais allé chercher une personne qui avait été en cage depuis plusieurs années, il allait falloir faire quelque test.


Beaucoup de gens semblaient nous regarder, beaucoup même de travers, il y avait beaucoup de chuchotement et même des gens qui me parlait mal, néanmoins, je n'y prêtais même pas attention, à vrai dire, je m'en fichais royalement, ce qu'ils pouvaient dire m'étais égal et même si ils tentaient quelque chose, je n'aurais qu'a leur geler les mains pour être tranquille un moment, d'accord, cela m'avais déjà valu d'être pourchassé par la police de ce monde, mais encore une fois, je ne changeais pas mes habitudes, je continuais de marcher, veillant simplement à Alana, lui disant qu'elle n'avait pas à s'en faire, qu'il lui expliquera tout une fois que personne ne les dérangeront, car je savais bien qu'elle n'allait pas aimer être regarder de la sorte, d'ailleurs, après avoir passer quelque ruelle et geler deux ou trois voyous qui avaient tenter de la toucher, nous avions pu trouver un immeuble en assez mauvais état, mais cela allait pouvoir être correcte, une fois à l'intérieur, j'avais regarder un moment autour de moi, personne n'avait sembler nous suivre et l'endroit semblait désert, parfait, j'avais alors lancer deux petit cube sur le sol qui c'était transformer en pouf et je m'étais installé sur l'un d'entre eux avant de croiser les jambes et de poser une question à Alana.

"Très bien, Posez moi toute les question que vous voulez, je vous répondrais au meilleurs de mes capacité."

Le ton que j’employais était assez particulier, ce n'était pas vraiment un ordre, il y avait de la douceur dans la voix, néanmoins, on pouvait sentir comme une subtilité dans le timbre, signe que j'avais subit d'intense court pour être capable de laisser paraitre beaucoup d'émotions différente dans ma voix avec juste une simple phrase, cela était pour but de ne pas gâcher mes mots, mais ce n'était pas vraiment utile depuis peu, quoi qu'il en soit, il ne restait plus qu'a attendre qu'elle me demande certaine chose, j'avais sortit un calepin pour regarder ce qu'on n'avais bien pu me dire sur elle, il fallait bien que je ne dise pas de bêtise, et même si j'avais tout mémoriser, c'était une bonne occasion de marquer les différence qu'elle pouvait avoir en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Mer 17 Juin - 9:49

Kotori avait donc simplement suivit l’autre hybride. De toute façon, elle n’avait pas vraiment le choix que de le suivre. En marchant dans la rue, elle sentait les regards se poser sur eux… Il fallait dire qu’ils étaient assez tape à l’œil. Deux hybrides marchant dans la rue en se tenant la main, l’un à l’apparence riche et noble, l’autre à l’apparence piteuse. L’ange ne cherchait pas à comprendre où il l’emmenait. Les paroles qu’on leur adressait n’étaient pas toutes des plus douce, au contraire même. Le fennec lui souffla à plusieurs reprises des paroles qui se voulaient rassurant, mais la jeune femme n’était pas vraiment inquiéter juste un peu perdue. L’homme lui promettait de tout lui expliquer quand ils seraient dans un endroit tranquille. Les regards que l’on posait sur eux importaient peu à Kotori, elle y était habituée avec la mafia, elle avait déjà vu toutes sortes de choses après tout. Elle n’avait pas eut plus de réaction quand on avait voulu la toucher. Ce n’était rien pour elle ce genre de chose… Et pourtant, il l’en avait protégé quand même… Et elle se demandait bien pourquoi.

Finalement, l’homme les fit entrer dans un immeuble qui devait être désaffectée. Les pieds de Kotori étaient un peu blessés à cause de la marche sans chaussures. Elle restait dans un coin de la pièce pendant qu’il grouillait à droite à gauche, lâchant quelques petits cubes à droite à gauche et ils devinrent des poufs. L’ange chercha à savoir si elle pouvais aller se reposer, elle décida finalement que si et vint s’asseoir sur l’un d’eux. Elle laissa la couverture chuter un peu, dévoilant ses épaules et le peu de tissus  qui pouvait recouvrir sa poitrine. Finalement il lui avait dit de lui poser toutes les questions qu’elle voulait et qu’il ferait au mieux pour lui répondre. Kotori pencha doucement la tête sur le coté, perplexe puis, elle se mordilla la lèvre un peu nerveusement avant de lui demander simplement :


« Vous connaissez mes parents ? »

C’était tout ce qu’elle voulait vraiment savoir, le reste n’était que secondaire… Enfin, il y avait bien autre chose, mais…Elle laissa échapper un soupire et se tortilla un peu sur le pouf, peu habituée à devoir réprimer ses pulsions. Non, avant même de penser à inhiber un peu ses pulsions… Elle avait alors porté une main au niveau de sa bouche et elle se mordilla légèrement un ongle. Sans s’en apercevoir, elle avait mis sa poitrine et son décolleté un peu en avant. Elle n’y pouvait rien, en la prétendant être ce qu’elle n’était pas, ils avaient réussit à la faire changer… Ou plutôt, à avoir donner du sexe en excès à la jeune vierge qu’elle était, ils avaient réussit à lui en créer une dépendance… Personne n’avait encore pu s’en rendre compte jusqu’à maintenant sinon elle. Kotori baissa les yeux, se mordillant doucement la lèvre avant de reprendre la parole, toujours de sa voix douce, sans même oser le regarder véritablement.

« Je voudrais savoir… Pourquoi vous êtes venus me chercher ? Je veux dire… mes parents  me veulent près d’eux selon vous… mais pourquoi je n’y suis plus alors ? Et où sont ils ? »

Kotori se tu un peu brutalement et se mordilla légèrement la lèvre. Il ne fallait pas qu’elle se laisse emporter par ses interrogations sur son passé… L’ange serra maintenant ses bras sous sa poitrine, la gonflant par la même occasion sans même qu’elle ne s’en rende compte. Puis la jeune femme se mordilla encore une fois l’intérieur de la lèvre inférieur et finit par se lever avant de se rapprocher du pouf où il s’était lui-même installé et elle s’était agenouillée auprès de ce dernier avant e lui demander :

« Il y a quelque chose que je puisse faire pour vous ? »

Après tout ce lavage de cerveau qu’elle avait eut avait fait d’elle la servante parfaire, capable de répondre à chaque ordre qu’on pouvait lui donner, tout le ordre, sans aucune exception… Et sa naïveté ne faisait rien pour aider cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Mer 17 Juin - 14:29

Si situation était maintenant plus calme que la normal, elle semblait toujours un peu nerveuse, ou alors peut être tendu par quelque chose, mais je ne pouvais pas être exacte sur ce qui la dérangeait, alors j'allais pour le moment attendre juste qu'elle me pose une question, cela n'allait pas être compliqué, néanmoins, elle me demanda la seule chose que je n'étais pas totalement sur, bon, je n'étais pas vraiment capable de mentir, juste masquer la vérité, donc je ne pouvais pas lui dire que je les connaissaient, néanmoins, ce que je pouvais dire sans le moindre problème, c'était ce qu'ils étaient, enfin, de ce qu'on m'avais dit, peut être qu'avec cela, elle allait quand même mieux se sentir, il n'y avait pas d'autre solution pour soigner cette nervosité qui habitait son corps pour le moment, j'avais donc réarranger un peu mes cheveux avant de lui répondre.

"Pas directement, mais disons que pour le moment je travaille pour eux, vous venez d'une bonne famille, mademoiselle Cloud, mais qui sait ce qu'on à pu vous faire croire jusqu’à maintenant."

Je n'étais pas dupe, il était facile de voir qu'elle avait certain problème, même si bon, j'avais une petite idée sur ce qu'elle avait envie, cela allait vraiment être un travail peu ordinaire, mais bon, la paye était bonne non, en plus de cela, elle n'était pas vraiment une mauvaise compagnie, mise à part son obéissance un peu trop prononcé, qui ne semblait même pas me déranger, question d'habitude, elle semblait écouter ce qu'on lui disait sans trop avoir des geste violent, en attendant qu'elle continue de me poser des question, j'avais commencer à faire bouger mon bras droit, je ne l'avais pas vraiment utiliser alors il commençais à être vraiment frais, peut être qu'il aurait mieux fallu..., non, ma puissance magique allait être largement suffisante pour ce qui était d’arrêter la police ou alors la mafia à la reprendre, sa voix coupa alors le flux de mes pensées, ces questions semblaient vraiment valider ma supposition, alors autant lui dire cela franchement.

"Parce qu’on me l'a demander, enfin, pour être précis, je suis une sorte de mercenaire, on me paye pour toute sorte de travail, et cela qu'importe la demande, pour ce qui est de vos parents, il faut vous demandez vous même ce que votre mémoire à oublier, car il est évident qu'il vous manque beaucoup de souvenir, comme votre enlèvement, vos parents ont surement du chercher pendant un très long moment dans leur propre monde avant de ce rendre compte que vous étiez ailleurs, oui, vous ne venez pas d'ici mais d'un autre monde, mademoiselle Cloud, Illisia pour être exact, je n'y suis allé que peu de fois néanmoins alors je ne pourrais pas vous faire une idée exacte de ce monde."

La suite fut pour le moins étrange, elle était venu à genoux à côté de moi pour me demander ce qu'elle pouvait faire pour moi, j'avais alors regarder autour de moi, il n'y avait rien à faire pour elle, je ne pouvais clairement pas lui demander d'attendre, c'était idiot, néanmoins, une idée me vint assez rapidement, pourquoi pas après tout, cela allait être un ordre mais qui allait aussi l'aider, je m'étais alors approcher de son visage avant de lui murmurrer quelque chose avec un sourire un peu plus grand.

"Pourquoi pas me laissez calmer ce qui vous ronge."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Mer 17 Juin - 22:28

Kotori écoutait les explications de l’homme fennec alors qu’il prenait le temps de réarranger ses cheveux avant de lui dire qu’il ne connaissait pas directement ses parents, mais qu’il travaillait pour eux… Ses parents devaient être riches si ils pouvaient embauché des gens comme ça. Et il le confirmait en disant qu’elle venait d’une bonne famille. L’ange pencha un peu la tête sur le coté, doutant quand même de l’importance de sa famille, mais ce doute fut rapidement balayé alors qu’elle se disait qu’elle n’avait aucune raison de lui mentir. La fille aux cheveux roses le vit alors bouger son bras, comme si ce dernier s’ankylosait ou qu’il lui posait problème. Elle avait donc conserver un peu sa tête penchée sur le coté avant qu’il ne réponde à son autre question. On lui avait donc demandé de la ramener… Il lui expliqua être une sorte de mercenaire qu’on payait pour faire toute sorte de travail. Le fennec ajouta d’ailleurs qu’elle devait se demander elle-même ce que sa mémoire avait oublié et, elle n’avait pus s’empêcher de soupirer.

Souvent, elle s’était demandée, elle avait cherché à briser le mur de son amnésie alors qu’elle était seule. Jamais elle n’y était parvenue, même à simplement égratigner la surface de cette amnésie. Elle avait alors baissé les yeux au sol en laissant échapper un profond soupire de lui échapper. Kotori avait presque l’impression que cette amnésie lui portait préjudice. Quoi qu’il en soit il lui dit que ses parents avaient dû la chercher longtemps dans leur monde et il enchaîna en lui disant qu’elle ne venait pas de ce monde. Une phrase des mafieux pris sens dans son esprit : ils avaient dit que c’était l’approche du portail qui lui avait ôter sa mémoire et si elle venait d’un autre monde, cela voulait dire qu’elle l’avait passé… alors, elle voulait bien le croire. Il lui apprit qu’elle venait d’Illisia, mais ce mot n’éveillait aucun écho en elle… et tout ça lui donnait un peu le vertige.

A partir de là, je m’étais approché de lui et m’étais agenouillé à ses cotés, lui proposant mes services. L’homme-fennec regarda un moment autour de lui, puis, il s’était finalement rapprocher d’elle, lui murmurant qu’il pourrait l’aider à calmer ce qui la rongeait. Elle sentit un frisson lui remonter tout le long du dos alors que de la chaire de poule se forma sur ses bras. Savait-il vraiment ce dans quoi il s’engageait ? Un sourire d’une douceur étonnante se posa sur les lèvres de la jeune ange. Lentement, elle s’était alors levée sur ses pieds, laissant la couverture tombée de ses épaules et rejoindre le sol sans qu’elle ne s’en soucie plus que ça.


« Si c’est ce que vous voulez… Voulez-vous que je danse pour vous… » Elle se tu un moment, hésitant, puis demanda « Comment dois-je vous appeler ? »

Kotori attendit un moment qu’il lui donne une réponse, même si elle sentait déjà son intimité s’humidifié d’impatience. Elle inspira profondément aussi. Il ne savait pas ses talents de danse, uniquement en chant. Si il voulait qu’elle danse ou chante, il n’aurait donc qu’à le lui demander. Elle attendait un signe de sa part quand à savoir comment agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Jeu 18 Juin - 2:59

D'accord, on peu clairement se demander pourquoi je lui ais répondu cela, mais il fallait dire que je n'allais pas la laisser avec une envie de sexe aussi grande, je pouvais presque le sentir, j'étais toujours un peu perceptif pour les envies des gens alentours, c'était d'ailleurs pour cela que je pouvais ignorer la plupart des gens qui se trouvaient autour de moi, je savais ce qu'ils avaient alors pourquoi s'en préoccuper plus à les regarder ou alors même à s'intéresser à ce qu'ils allaient dire, pour ce qui était d'Alana, il était vrai que je l'avais déranger pendant que l'autre la pilonnait, alors elle devait toujours être un peu exciter, et moi qui me demandais comment j'allais gérer la suite, il allait d'abord falloir la calmer un peu, le plus étrange était quand même les questions qu'elle me posa par la suite.


Elle me demanda si je voulais qu'elle danse pour moi, ce qui me laissa un peu perplexe, cela ne se voyait pas néanmoins, pourquoi danser, ce n'était pas sa que j'avais proposer, mais bon, peut être que c'était sa manière de faire, j'avais alors accepter, par la suite, elle m'avais demander comment elle allait pouvoir me nommer, je m'étais alors gratter le menton, mes oreilles bougeant légèrement, quoi lui dire, c'était une bonne question, je pouvais toujours la laisser décider la dessus, ce n'était qu'un nom, ce n'était pas comme si elle allait l'utiliser si souvent que cela, j'avais bien l'intention de la ramener le plus tôt possible pour qu'elle soit enfin en sécurité, oui, c'était la meilleur chose à faire, autre chose était à voir, j'allais lui donner mon prénom, ou mon nom de famille, je n'avais pas vraiment envie d'entendre mon nom à longueur de temps, alors la réponse allait être toute faite.

"Alexander, je n'aime pas entendre mon nom de famille trop souvent, alors cela suffira."

J'avais par la suite retirer ce qui recouvrait mes épaules avant de bouger encore un peu mes oreilles, je semblais un peu intéresser par ce qui allait se passer, oui, il fallait bien, après tout, c'était quelque chose que je ne voyais pas souvent, et puis, l'acte sexuelle était quelque chose que je n’exerçait que trop peu souvent, à vrai dire, je pouvais presque les compter sur les doigts de ma main, mes oreilles c'étaient un peu affaissée du fait que j'avais encore penser à mon ancien monde, mais j'avais secouer un peu la tête et remonter un peu le tout, cette vie était derrière moi maintenant, j'étais une personne normal, pas un prince, je continuais alors de faire bouger les doigts de ma main droite pour faire circuler la chaleur, pour qu'elle se réchauffe un peu, je voulais être toujours au point en cas d'urgence, d'ailleurs, peut être que je devrais vérifier si le tissu qui recouvrait mon bras était toujours bien attacher, oh et puis ce n'était pas trop grave, cela se vérifiera de lui même si elle veut retirer ce que j'avais en haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Jeu 18 Juin - 17:34

L’homme avait donc dit à Kotori qu’il allait l’aider à calmer ses pulsions. Elle s’était alors levée, dévoilant son corps à ce qu’elle estimait être comme son maître du coup, même si cette sensation n’avait pas de réel mots dans l’esprit de la  jeune ange. Elle lui avait alors demandé si il voulait qu’elle danse pour lui. L’homme-fennec avait accepté qu’elle danse pour lui, puis, sur sa demande, il s’était présenté. Alexander. Il ajouta même ne pas aimer son nom de famille, alors il ne le lui donnait pas. La jeune ange avait légèrement croisé les mains et avait incliné la tête et les épaules, la révérence qui lui venait le plus naturellement.

« D’accord. Enchanté Alexander-sama. »

Elle ferma alors les yeux, puis inspira profondément avant de se mettre à danser, une danse sulfureuse, érotique même. Qui à certains moments laissaient tout simplement voir l’intimité dénudée de Kotori sous sa jupe. Si la danse avait commencé de manière assez sobre, elle s’en devenait de plus en plus érotique à mesure que le temps passait. Plus le temps passait, plus elle se rapprochait du pouf d’Alexander, tournant autour de ce dernier et le frôlant à diverses reprises.

Finalement, elle cessa de danser, s’arrêtant dans un mouvement qui la fit simplement s’asseoir sur les genoux du fennec. Elle espérait que cela lui avait plus, quoi qu’il en soit, elle était légèrement essoufflée, mais rien de bien grave, c’était juste ce désir qui la rongeait mêlé à la complexité de cette façon de danser. Son étrange regard violet se posa dans celui du mercenaire et il n’aurait probablement aucun mal à deviner le désir qui la consumait. Cependant, au lieu de véritablement agir maintenant qu’elle avait attiré son attention, elle le regardait avec un air un peu interrogatoire. Elle pouvait tout faire, il n’avait qu’à le lui demander. Elle pouvait s’offrir ainsi à lui, le laisser s’amusé avec son corps avant cela… ou même le branler et le sucer avant de penser à plus sérieux, si c’était ce qu’il voulait. Oui, elle était une créature bien docile…

Kotori sentait son cœur qui battait un peu vite au creux de sa poitrine. Elle désirait tellement qu’il la prenne, mais elle pouvait bien attendre encore quelques minutes de plus, elle y était habituée. La tête légèrement penchée sur le coté, elle attendait qu’il dise ou fasse quelque chose. Elle était à sa merci, mais c’était elle qui s’était rangé ainsi, elle n’y pouvait rien, c’était plus fort qu’elle. Dans le dos de l’ange, ses ailes s’étaient déployées avec une certaine lenteur avant de les entourer doucement tout autour d’eux, comme pour leur procurer un minimum d’intimité dans ce bâtiment abandonné. D’ailleurs, elle ne savait pas combien de temps ils resteraient ici, mais elle feraient sûrement un peu de ménage pour rendre cet endroit plus agréable pour eux d’eux. Après tout, tant qu’il ne l’emmenait pas ailleurs, elle se disait qu’ils allaient rester là un petit moment… Enfin, elle verrait ça par la suite, quand ils auraient achevés ce qu’ils étaient bien partis pour faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Jeu 18 Juin - 23:56

Alexander-sama, d'un certain côté, je n'aimais pas mon nom de famille, mais entendre mon prénom comme cela me rappelais certain souvenir, parfois des mauvais, d'autre bon, c'était peut être pour cette raison que je n'avais rien rectifier, elle avait donc commencer à danser, d'une manière assez sobre pour commencer, néanmoins, cela commençait à chauffer assez vite, clairement, elle voulait avoir du plaisir, et elle le voulait bien, ce qui allait me laisser avec la tâche un peu ardu de lui donner ce qu'elle voulait, pas que je n'en étais pas capable, mais on m'avais toujours appris à comprendre un peu plus ma partenaire avant n'importe qu'elle relation.


Ce genre de leçon, je les avais eut aussi bien par ma belle-mère, qui était une sorte de prostituée, que d'une de ces assistante qui avait aussi été dans le palais en tant que servante, en parlant de la reine, bien qu'elle était marié à mon père, cela ne semblait pas l'avoir empêcher de s'amuser avec moi pour m'apprendre tout ce qu'il y avait à savoir sur le corps d'une femme, le pire étant que mon père semblait être d'accord avec sa, alors voila ou mes leçons sur le sexe avaient été procurer, d'accord, aussi bien ma belle-mère que son assistance étaient de magnifique femme, et elle semblaient même bien avoir prient leur pieds avec moi pendant ces moments la, plus qu'avec mon père à l'entendre parfois, bref, assez parler de mon passé, j'avais maintenant une ange sur mes genoux qui semblait avoir un regard qui en disait long sur son envie, néanmoins, je voulais lui en donner plus, et en premier lieux, j'avais commencer à chercher les points qui allaient la faire gémir, enfin, presque la faire crier, chaque parcelle de sa peau n'allaient pas m'échapper, même ces ailes étaient sous le joug de mes mains, une fois les bon endroits trouver, j'avais commencer à la caresser, touchant ce qu'il fallait toucher, m'amusant à lui masser un peu la poitrine avec ma main droite alors que la gauche allait s'occuper de son intimité, bien entendu, il y allait y avoir quelque chose d'étrange avec ma manière de faire qui était en rapport avec ma main droite, mais je ne pouvais pas vraiment la toucher directement.


En effet, cela ne lui ferait certainement pas du bien si je la touchais avec une main bien froide, alors autant garder ce gants bien chaud, je compensais le manque de chaleur humaine en caressant beaucoup intensément ces parties sensible, ma main gauche elle semblait rester sur l'intimité et le clitoris de la jeune Alana, la titillant le plus possible et faisant même rentrer un doigt pour l'exciter d'avantage, il allait bien y avoir un petit moment ou elle n'allait plus se résister, peut être que la tenter était aussi quelque chose qui allait la forcer, en tout cas, j'avais fait cela en sortant ma verge de mon pantalon, elle pouvait clairement voir que j'étais déjà bien dresser et dur, mais qui ne le serait pas après l'avoir vu danser, bref, j'allais continuer mon manège jusqu’à ce qu'elle ne puisse plus se retenir, ou alors que je décide à la prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Ven 19 Juin - 2:22

Kotori avait fait de son mieux pour que sa danse plaise à Alexander et, apparemment ça avait été le cas. Depuis toujours… enfin, depuis aussi longtemps que remontait sa mémoire, elle avait toujours tout fait pour le plaisir de ses amants, s’arrangeant toujours pour tout de même avoir le sien par des subterfuge qui passait la plupart du temps inaperçus… Mais elle avait aussi appris à trouver du plaisir dans toute sorte de chose, même si certaines l’apaisaient bien moins que d’autres. Doucement, les mains d’Alexander glissèrent sur elle et elle se surprit de le voir aller aussi doucement. Luttant contre ses pulsions, elle se mordit l’intérieur de la lèvre et le laissa inspecter chaque parcelle de son corps. A certains endroit, elle ne pouvait empêcher son corps de réagir, que ce soit par des gémissements, par ses tétons qui ne cessait de se durcir ou alors simplement par la mouille qui ne cessait de se répandre aux alentours de son intimité.

Cependant, l’homme fennec était tellement plus doux que les amants qu’elle avait pu avoir jusqu’à maintenant, c’était peut être ça qui lui donnait autant de plaisir. Les mains de l’homme s’attardèrent même un moment sur ses ailes et elle laissa échapper un gémissement encore plus sonore, elle n’aurait jamais pensé qu’elles seraient aussi sensibles aux caresses. Le cœur de l’ange battait à tout rompre dans sa poitrine, mais elle fit de son mieux pour ne pas trop se laisser submerger… pas trop compliqué vu la quantité de sexe à laquelle elle était habituée. Une fois qu’il avait trouvé où la faire gémir, sa main gantée s’était attardée sur ces zones. Elle se demanda pourquoi il conservait ce gant. Cependant, l’autre main d’Alexander chassait bien vite les pensées de la femme de son esprit. Son autre main qui caressait son intimité. Sans qu’elle ne s’en rende vraiment compte, elle s’était donc livrée un peu plus contre lui, gémissant et un peu impatiente.

Très rapidement, les caresses de l’homme se firent de plus en plus intense vidant peu à peu l’esprit de l’ange. Il titillait son intimité et elle ne pus s’empêcher de gémir, restant simplement dans la même position, elle posa une main sur l’épaule de l’homme pour conserver un minimum son équilibre. Puis, un de doigts de sa main s’insinua en elle et elle gémit légèrement, restant contre lui en se plaçant machinalement de façon à lui offrir un bon accès sur son intimité. D’un coup d’œil rapide vers le bas, Kotori pu voir le membre de l’homme fennec qui était dressé et dur et qui était sorti de son vêtement. Elle le laissa faire  encore un moment, puis, ressentant une certaine nervosité, elle s’était un peu plus collée contre le membre de l’homme, frottant un peu son intimité contre lui, même si il continuait de la doigter. Elle ne semblait pourtant pas aller plus loin, comme si il y avait quelque chose d’infranchissable pour elle qui l’empêchait de prendre les devants.

Cependant, sans pouvoir s’en empêcher, l’ange porta une main au niveau d’une des oreilles du fennec. Elles l’intriquaient, elles semblaient tellement douces… Et comme il s’agissait de la main où était son bracelet, cela provoqua de légers tintement, mais elle ne s’en souciait pas plus que ça, laissant plutôt ses main retomber en douceur sur les épaules d’Alexander.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Ven 19 Juin - 15:08

En tout cas, une chose était sur, j'avais toucher ce qu'il fallait toucher pour elle, Alana semblait bien répondre à tout ce qui venait de ce passer, et particulièrement au niveau de ces ailes, ce qui était intéressant à comprendre, bien entendu, il y avait une partie de moi qui essayais d'être calme, c'était un travail, quelque chose de normal, mais sa peau était si douce et ces réactions semblaient si intéressante, je chassais alors ce genre de penser, pourquoi je pensais comme cela, d'accord, cela faisait un bon moment que je n'avais pas toucher une femme de cette manière, surtout du fait que je faisais travail sur travail sans trop m'accorder du repos ou même d'allé en ville pour chercher des amis, j'étais un peu solitaire, alors peut être que cela commençait à ce voir, néanmoins, elle était quelqu'un qu'un client voulait, ce n'était pas une bonne idée de mélanger ce genre de chose, alors autant ce concentrer sur ce que je faisais, pas le reste.


Cela semblait assez simple de ne penser qu'a lui donner ce qu'elle voulait, elle ne semblait pas vraiment bouger d'elle même, ou plutôt, malgré tout ce que je venais de lui faire ressentir, elle n'avait pas essayer de s'empaler sur ma verge, ce qui était un peu étonnant, néanmoins, elle se frottait contre mon membre alors j'avais une respiration un peu plus rapide, oui, j'étais un homme après tout, je ne pouvais pas caché éternellement que cela me faisais du bien qu'elle fasse ce genre de chose, j'avais alors un peu plus attendu avant de faire quelque chose, néanmoins, un bruit près de mes oreilles les firent bouger assez vivement, il devait s'agir de ce qu'elle avait sur son bras, mais une chose était sur, c'était que cela m'avait fait agir un peu vivement, en conclusion, sans même la prévenir, je l'avais soulever pour la pénétrer directement, et une fois que cela fut fait, j'avais soupirer, cela n'avait pas été déplaisant comme son, juste un peu soudain, bref, maintenant que j'étais en elle, peut être qu'elle allait pouvoir s'occuper un peu plus d'elle même, néanmoins et encore une fois, j'en doutais, si elle continuait à faire comme la dernière fois, elle allait juste tenter de me donner le plus gros du plaisir, mais pour ma part, c'était pour elle que je le faisais, j'avais donc eut un sourire un peu amusé avant de faire un petit mouvement pour rentrer un peu plus profondément en elle.

"Et cette fois, essaie de prendre le plus de plaisir possible pour toi."

Elle était quand même bien serrée pour quelqu'un qui avait été utiliser par la mafia pendant un moment, ou alors peut être que les mafieux avaient de petite verge, enfin, je n'allais pas vérifié ce genre de bêtise, une chose était sur quand même, je devais être plus gros et plus long que ce qu'elle avait pu avoir jusqu’à maintenant, je l'avais donc laisser s'occuper des mouvements pendant que j'allais m'amuser un peu avec ces ailes, histoire qu'elle ne pense pas trop et qu'elle cherche à avoir le plus de plaisir possible, par ailleurs, cela était pratique, je pouvais bouger beaucoup plus mon bras droit pour bien allé derrière son dos, alors cela me réchauffais un peu plus, user de ma magie n'allais pas arranger les choses, après tout, j'avais toujours besoin d'être sur mes gardes dans le cas ou il y aurais un combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Ven 19 Juin - 19:31

Kotori était surprise de ressentir autant de plaisir sur de simples caresses, il fallait cependant dire que ces autres amants avaient pensé à leur propre plaisir et aucunement aux leurs. Tant et si bien que la jeune ange avait finit par penser que c’était quelque chose de normal. En attendant l’ange avait frotté son intimité contre le membre de l’hybride. Elle entendit sa respiration s’accélérer, bien que moins rapide que la sienne ne l’était déjà, et elle su qu’elle avait réussit ce qu’elle voulait. Son bracelet avait tinté alors qu’elle effleurait les oreilles de l’homme-fennec et cela avait semblé produire un certain effet sur lui. Le coin de ses lèvres s’était alors soulevé en un léger sourire et elle avait penché légèrement la tête sur le coté. Cependant, elle n’avait pas eut le temps de réfléchir à ça qu’elle le sentait s’insinuer en elle assez brusquement, tant et si bien qu’elle laissa échapper un léger glapissement de surprise et de plaisir mêlé.

Le regard mauve avait glissé doucement dans son regard bleu alors qu’un sourire amusé se posait sur les lèvres de son amant. Puis il s’insinua encore plus profondément en elle et elle réprima de justesse un gémissement. Il n’était décidément pas comparable à ceux qui avaient déjà pu la toucher… Il lui dit alors qu’elle devait essayer de prendre le plus de plaisir possible pour elle et elle garda un bon moment son regard presque hypnotique sur lui avant de hocher doucement la tête. Elle avait alors laisser ses mains se poser sur ses épaules de façon à ne pas le déranger si il voulait la toucher, mais en s’arrangeant aussi pour que son bracelet de grelot tinte selon ses mouvements. Et elle commença par la même occasion à se mouvoir sur le membre de l’hybride, même si ces mouvements devinrent de plus en plus erratiques à cause des caresses que l’homme posait sur son corps et, surtout sur ses ailes qui frissonnaient doucement sous ces gestes là.

Kotori se laissa envahir par ses sensations comme il lui avait demandé de le faire. Cependant, leur relation n’en était pas moins ponctuée par les légers tintements cristallins du bracelet qui reposait à son poignet. Sous les caresses d’Alexander, les ailes blanches et duveteuse s’agitèrent légèrement, elle n’y pouvait rien, c’était tout simplement plus fort qu’elle. En plus de simple mouvement de vas et viens, l’ange ajouta à cela des espèces de roulis qui ne faisait qu’accentué encore un peu plus les sentiments qu’elle – et probablement lui – ressentait face à cela. Cependant, la femme aux cheveux roses n’avait jamais pus vivre quelque chose d’aussi intense. Tant et si bien qu’elle avait un peu de mal à trouver son souffle, surtout avec les gémissements qui s’échappait de temps à autre de ses lèvres. De léger filet de sueur commencèrent à couler le long de son dos sans qu’elle n’y fasse véritablement attention.

Alexander n’avait probablement pas de quoi se plaindre, puisque, bien qu’encore couverte – en partie – par du tissu sa poitrine dansait devant les yeux de l’homme-fennec, D’ailleurs, il ne fallu qu’une seconde après que la pensée lui effleure l’esprit pour qu’elle ne relâche une main pour dénoué le nœud derrière sa nuque et ainsi lui dévoilé sa poitrine en direct. Se main alla ensuite se poser à nouveau sur l’épaule qu’elle avait délaissé un instant plus tôt. Elle se contenta juste de se mouvoir sur lui avec fougue t désir. Elle le trouvait beau, mais à part ça, elle ne pouvait pas savoir ce qu’elle pensait de lui… Sauf maintenant qu’elle savait qu’il était membré comme un étalon et elle le sentait bien en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Sam 20 Juin - 16:31

Bon, maintenant que tout avait commencer, il n'était pas possible pour moi de faire marche arrière, j'allais devoir la satisfaire et cela assez longtemps pour qu'on puisse rentrer dans son monde pour qu'elle soit tranquille, et pour le moment, mis à part se mouvoir sur ma verge, il n'y avait que mes mains qui semblaient faire quelque chose de plus, mais bon, peut être qu'elle n'avait jamais prise en compte son propre plaisir la dedans, elle n'avait été qu'avec des porcs, des sales et gros mafieux qui ne pensaient qu'a eux même, bon, cela allait encore une fois me faire plus de travail, mais ce n'était pas trop grave, du moment qu'elle me suivait et qu'elle n'allait pas trop poser de question sur autre chose que sa famille, oui, je n'avais pas trop envie de m'attacher à cette dernière, la raison était évidente, ce n'était qu'un contrat.


Enfin, c'était un peu mal partit pour penser cela alors que du plaisir semblait monter dans mon cerveau, je ne pouvais clairement pas me fermer totalement à ce genre de chose, sinon elle allait croire qu'elle ne faisait rien de bien et résulterait à quelque problème, en plus, cela faisait longtemps que je n'avais pas fait l'amour, alors autant prendre un peu mon pied aussi, et sa peau était si douce au toucher que je ne me gênais pas à le faire, sauf avec ma main droite, encore une fois, c'était une autre histoire, bref, je lui touchais toujours les ailes avec ma main droite, pour cette partie la, il n'y avait pas besoin qu'elle sente la chaleur de mes doigts, rien que le contact suffisait, pour ce qui était de ma main gauche, elle semblait s'attarder sur toute les parties sensibles que j'avais pu trouver il n'y a pas longtemps, touchant aussi sa poitrine pour lui donner le plus de plaisir possible, enfin, j'accentuais les mouvements de vas et viens d'Alana pour lui donner aussi du plaisir, le son des clochettes n'étaient pas aussi fort cette fois ci, mais il fallait dire que cela m'avais bien fait tilter, pourquoi j'avais réagit comme cela d'ailleurs, peut être la surprise?, cela ne me ressemblais pas, mais bon, je n'allais pas trop m'attarder dessus, ou plutôt, j'allais faire en sorte de lui dire qu'il manquait quelque chose que j'allais trouver important, oui, les paroles étaient quelque chose qui allait la faire un peu plus réagir.

"Je ne vous voit toujours pas en extase, je vais finir par croire que vous n'y prenez pas assez de plaisir."

C'était un peu sournois, mais je voulais qu'elle se lâche plus, et d'ailleurs, pour joindre le geste à la parole, j'avais commencer à rendre les pénétrations plus intense encore, cherchant à ce que cette jolie petite ange crie de plaisir, il n'y avait rien à craindre pour le moment côté bruit, on étaient dans un coin bien isolé de la ville, bref, toujours en la touchant de part en part, je continuais de lui parler pour lui faire comprendre que je souhaitais la voir avec plus d'extase dans le regard, c'était presque comme un ordre, mais peut être que comme cela, elle allait se lâcher un peu plus, pour ma part, ma respiration était bien plus rapide et mon bras droit chauffait un peu, ce qui était assez sympathique, peut être que le sexe était un bon moyen pour me réchauffer le corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Sam 20 Juin - 20:00

Kotori sentait le plaisir qui montait en elle sous les assauts de son amant d’un jour… du moins selon les apparences. Quoi qu’il en soit, elle avait offert sa poitrine à la vue de l’homme alors qu’elle continuait de se mouvoir sur son membre avec ces légers mouvements de roulis qui le faisait frotter contre son clitoris, c’était tellement bon. Pourtant, elle ne se donnait pas encore totalement à fond dans la partie de baise, cependant, elle ne se doutait pas qu’il le remarquerait. Et pourtant… Cependant, avant de le lui montrer, il caressa son corps et elle frémit de plaisir, accentuant encore un peu plus ses mouvements sur le membre du mercenaire. Les clochettes s’agitaient à son poignet, rythmant les saccades de son corps sur celui du fennec. Il parla alors, lui disant qu’il ne la voyait toujours pas en extase. Il dit ensuite qu’il allait croire qu’elle n’y prenait pas assez de plaisir… Le prenait-il mal ? Elle ne voulait pas cela. Décevoir celui qu’elle considérait comme son maître serait une disgrâce infinie pour elle…

« Dé…désolée… »

Bafouilla-t-elle. L’ange s’était alors agrippée aux épaules de l’homme-fennec et avait encore accentué un peu plus les mouvements de leurs corps, se focalisant sur chacune de ses caresses. C’était tellement bon. Pas de baiser. Pour elle, c’était normal. Elle se souvenait d’une voix qui lui disait de n’embrasser que si elle ressentait quelque chose pour la personne à embrasser, ce n’était pas encore arrivé… Et ça lui avait aussi valu d’être battue une ou deux fois. Ce n’était pas le moment de penser à tout ça, alors, elle chassa tout ça de son esprit pour se focaliser uniquement sur le fennec avec qui elle couchait, rendant toujours les choses plus intenses. D’abord, elle commença à gémir de plus en plus, puis, laissa échapper de petits cris de plaisir alors que ses joues rougissaient sous l’effort et sous l’intensité de cette relation charnelle.

Et encore et encore, Kotori sentait le plaisir monter en elle, la consumer. Puis, la jouissance arrivait et elle lâcha des cris un peu plus fort qu’elle ne l’aurait voulu, cependant, elle ne relâcherait pas ses efforts tant qu’il n’aurait pas jouit, qu’il le fasse en elle ou non, cela n’avait que peu d’importance pour elle. Et si il ne voulait par prendre de risque et ne pas jouir en elle, il n’aurait qu’à la faire arrêter, elle le ferait alors jouir d’une autre façon. En attendant, elle continuait de se mouvoir sur lui, prolongeant le moment que durerait cette jouissance, quand bien même cela devrait lui donner l’impression de perdre la tête. Elle avait du mal à reprendre son souffle, mais elle n’en avait cure, ce qui comptait pour elle, c’était qu’en plus de ce plaisir qu’il avait voulu qu’elle prenne, il prenne également le sien. Oui, elle voulait le faire jouir, après tout, de ce qu’elle était persuadée, le plus important était que l’homme prenne du plaisir elle, ce n’était que secondaire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Dim 21 Juin - 1:39

Alana c'était donc excuser face à ce que je venais de lui dire, mais ce n'était pas vraiment le but qu'elle le prenne mal, néanmoins, vu comment elle avait été traité et éduquer, peut être que cela allait être la meilleur manière pour qu'elle puisse se développer un peu plus, oui, c'était la meilleur chose à faire, une fois que cela serait fait, je pourrais toujours lui parler pour voir autre chose, du genre la changer peut être, car je me doutais que ces parents n'allaient pas aimer la voir comme cela, habiller comme une prostituée, par chance, j'avais prévu le coup, mais ce genre de discussion allait être pour une autre fois, pour le moment, ma tête était un peu ailleurs dans les pénétrations de cette belle partenaire, oui, j'avais un peu de mal à réfléchir correctement en ce moment, mais cela était normal.


Je sentis alors quelque chose, comme un changement dans ce qu'il se passait, et aussi le fait qu'elle eut un cri un peu plus fort que la normal était un bon signe, j'étais alors satisfait de ma performance, néanmoins, quelque chose semblait être différent, elle ne s’arrêtait pas, elle voulait que moi même je jouisse, d'accord pour baiser avec elle, mais de la à jouir en elle?, c'était peut être une mauvaise idée non?, enfin, elle ne semblait pas vouloir me lâcher, en conclusion, elle n'allait pas s’arrêter de sauter sur ma verge jusqu’à ce que je jouisse, alors je tenais le coup, pourquoi?, j'avais quand même envie de lui montrer que ce n'était pas si simple de me faire jouir, d'accord je prenais de plus en plus de plaisir, mais j'étais quand même un professionnel dans tout ce que je faisais, qu'importe ce que je faisais, bref, cela allait être une lutte, ou plutôt un test d'endurance pour elle, car moi je savais quand je n'allais plus tenir, et cela n'allait plus tarder, peut être qu'elle allait même jouir une deuxième fois avant que cela n'arrive je ne pouvais pas être sur de mon coup, mais mes mains étaient toujours aussi active sur son corps, alors elle allait surement comprendre que si elle continuait, j'allais moi aussi lui en donner toujours plus, d'ailleurs, je me demandais si elle était tenace, pour ma part, j'avais de l'énergie à revendre.


Tout allait toujours plus et je commençais à lâcher prise, puis finalement, dans un dernier effort, j'avais fait en sorte de la pénétrer au plus profond d'elle même avant de me mordre la lèvre pour ne pas gémir de plaisir alors que je jouissant en elle une très grande quantité de sperme, cela faisait un moment que je n'avais pas fait cela, d’où la quantité plus importante que d'habitude, bref, une fois la jouissance passer, je me demandais bien ce qu'elle allait dire ou faire, j'étais toujours aussi dur, mais c'était normal, ce n'était pas en jouissant une seul fois que j'allais être calme, mais avec un peu de temps et aussi en redirigeant un peu de froid au bon endroit, tout pourrait aller comme il le fallait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Dim 21 Juin - 2:59

Kotori avait tout donné, même après avoir atteint les portes de la jouissance. Ils avaient bien réussit leur lavage de cerveau et le petit oiseau comme il la nommait était devenu un véritable jouet sexuel. Finalement, elle avait sentit ce qu’elle voulait, ça avait pris du temps et cela avait entraîné une seconde jouissance de sa part, elle s’en fichait. La semence de l’homme-fennec se répandit en elle alors qu’elle laissait échapper un long gémissement de plaisir. Ses mouvements ralentir quelques instants, cependant, le fait de sentir le membre de l’homme encore ériger en elle la fit hésiter. Il n’était pas satisfait et elle savait que certain désirait la prendre encore et encore… Peut être qu’il était le genre de personne à avoir besoin de plus ainsi… Elle sentait sa gorge sèche, mais tant pis, ce n’était pas le plus important pour le moment. Elle ferma les yeux un moment et repris donc, comme si de rien était.

L’ange avait appris à être endurante, qu’elle le veuille ou non, alors il était probable qu’elle et son protecteur allaient se vider de leurs forces en continuant ainsi. Ce fut loin d’être les premières jouissances. Quand le soir arriva, au lieu de faire une pause pour se repaître, ils étaient encore et toujours en train de se repaître l’un de l’autre. La nuit s’entama dans les mêmes observations et ils finirent même par s’endormir ainsi, imbriquer l’un dans l’autre. Qui s’était endormit le premier ? Ils l’avaient probablement fait à quelques secondes d’intervalle, donc pas assez pour véritablement trancher. Les ailes immaculées s’étaient en partie repliées autour d’eux, comme pour les protégés. Elles ne se replièrent dans le dos de la fille aux cheveux rose que lorsque le soleil commença à pointer ses rayons par-dessus l’horizon.

C’est le moment qu’avait choisit Kotori pour se réveiller. Doucement, elle se relevait et s’étirait sans trop bouger. Son étrange regard mauve se posa sur le fennec qui dormait, ou en tout cas qui semblait dormir. Le plus doucement possible, elle se retira de lui et se leva. Elle se hâta de serrer sa main autour de son bracelet quand il se mit à tinter. Il ne fallait pas qu’elle le réveille. Le plus silencieusement possible, elle enleva le bracelet et le posa au pied du pouf où il était installé. Elle remarqua alors que le pouf portait les séquelles de leur étreinte : son intimité avait finit par débordé des jouissances de son amant. Elle se mordilla alors légèrement la lèvre, puis, elle inspira profondément et regarda la pièce autour d’eux. Bon, elle pouvait probablement rendre cet endroit vivable.

L’ange marcha donc, faisant le moins de bruit possible. Elle entrepris alors de faire un peu de ménage dans la pièce, de dégoter une table et des chaises qu’elle mis en place un peu plus loin, non sans s’être rhabiller un minimum avant cela. Elle trouva ensuite un balai et une pelle et commença à nettoyer les lieux. La jeune femme n’avait que peu l’occasion de vraiment le montrer, mais elle avait toutes les compétences pour tenir une maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Midnight
Mercenaire
Hybride Fennec
Eternia
avatar

Nombre de messages : 54
Age : 31
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Dim 21 Juin - 16:49

J'avais penser qu'elle allait arrêter les frais au bout de deux jouissance, après tout, elle n'était pas aussi endurante que moi, mais il semblerait que je me sois tromper lourdement la dessus, elle avait continuer de faire des vas et viens et je ne pus m’empêcher d'être surpris, après tout, je ne la pensait pas capable de cela, et bien entendu, j'étais toujours un peu exciter à continuer, peut être que c'était du au plaisir que je ressentait en ce moment, toujours était il qu'on allait continuer un sacré moment, elle ne semblait pas vouloir me lâcher et comme j'étais quand même quelqu'un qui désirait quand même rester le meilleur dans ce que je faisais, appeler cela de la fierté, l'important était qu'il n'est pas question que je la laisse avoir le dernier mot la dessus, tant pis si cela allait durer trop longtemps, elle allait avoir ce qu'elle désirait.


Et le temps passa, encore et encore, si bien que je me demandais si je n'avais pas fait une erreur en voulant continuer ainsi, je n'avais plus la notion du temps et on semblaient jouir de plus en plus, l'un comme l'autre ne voulant pas s’arrêter tant que le partenaire voulait continuer, je pouvais l'admettre, elle était plus tenace que je ne l'aurais penser, et moi qui l'avais suivis comme cela, néanmoins, il y eut un moment ou nous étions trop fatigués pour continuer de baiser, et nous nous étions endormis l'un contre l'autre, elle toujours empaler sur ma verge, mais j'étais trop crevé pour bouger, et surtout je sentais le sommeil me gagner, je m'étais endormit avec elle contre moi, c'était vraiment intéressant, mais comme j'étais trop fatigué pour penser cela, je me retrouvais avec un sommeil lourd sans vraiment de rêve, puis le matin arriva, et bien que j'avais envie de me reveiller, j'avais sentit qu'elle faisait quelque chose autour de moi, je ne savais pas vraiment ce qu'elle faisais, mais je continuais à faire comme si je dormais, en premier lieu, elle c'était retirer de moi, ce qui était une bonne chose, par la suite, elle avait juste commencer à nettoyer l'endroit, ce n'était même pas une maison, les mur étaient sale, et bien que cela ressemblait à un appartement, on pouvait clairement voir que cela faisait plusieurs années que personne n'avait mis les pieds ici, j'avais donc ouvert les yeux, baillant un moment et la regardant avec mes oreilles un peu baissée, elle était vraiment étrange, mais bon, autant lui faire comprendre que pour le moment cela n'allait rien servir, ce n'était pas une vrai maison.

"Bonjour, vous avez vraiment une grande ténacité mademoiselle, mais vous n'avez pas vraiment besoin de nettoyer ici, nous n'allons pas vraiment rester."

En clair, si c'était un endroit ou j'allais rester quelque jours, peut être que je l'aurais laisser faire, oui, cela ne semblait pas me déranger, mais bon, quoi qu'il en soit, j'avais fini de me rhabiller et je m'étais lever un peu avant de sortir une image que j'avais poser sur la table qu'elle avait trouver, lui disant qu'il s'agissait de ces parents, peut être qu'avec cela, elle allait avoir quelque chose de plus à tenir, pour ma part, c'était encore une fois le travail, sur l'image, on pouvait clairement voir Alana étant jeune, cela était une preuve de plus que c'était bien sa famille, et même si elle ne s'en souvenait pas, au moins, elle aura une motivation de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alana Cloud
Esclave
Ange
Oration
avatar

Nombre de messages : 39
Age : 29
Date d'inscription : 15/06/2015

MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   Dim 21 Juin - 18:41

Kotori était en plein nettoyage quand elle entendit la voix de l’homme retentir et elle s’immobilisa pour se tourner vers lui. Il lui disait qu’elle était tenace et elle l’avait regardé, la tête légèrement penchée sur le coté, sans trop comprendre pourquoi il lui disait ça. Elle avait cependant répondu à son bonjour. Puis, il lui avait dit que ça ne servait à rien de nettoyer ici puisqu’il ne resterait pas. Elle avait alors simplement laissé échapper un ‘oh’ avant d’aller remettre le balai et la pelle là où elle les avait pris.  Puis, ne sachant pas vraiment ce qu’elle pouvait faire alors, l’ange lissa sa robe et reposa son regard sur Alexander, sans pour autant le regarder en face. C’était une chose qu’une hybride ne devait pas faire quand on ne le lui demandait pas… du moins était-ce ce qu’on lui avait fait comprendre.

En attendant, l’homme fennec s’était à nouveau vêtu correctement et s’était lever. Puis, il avait posé une photo sur la table et Kotori s’y rendit simplement avant de regarder l’image. L’enfant lui ressemblait et elle retrouvait certains de ses traits chez les deux anges… Mais elle n’avait aucun souvenir d’eux. Elle aurait espérer que les souvenirs lui revienne en voyant à quoi ils ressemblaient, mais non… Elle pris la photo en main et la regarda encore un moment. Non, tout ça ne lui évoquait vraiment rien du tout… Ses ailes s’affaissèrent un peu dans son dos sous la tristesse que cela faisait naître en elle. Gardant la photo en main, elle releva son regard mauve sur l’homme et lui demanda :


« Est-ce que je peux la garder ? »

La jeune femme attendit d’avoir son accord puis se mordilla un peu la lèvre, le problème, c’était qu’elle n’avait nulle part où la ranger. Après un moment d’hésitation elle la plia et la rangea dans son décolleté, coincé entre le peu de tissu qui masquait sa poitrine et le ruban qui maintenait sa robe sous sa poitrine. Elle resta ensuite debout, là où elle se trouvait, attendant simplement qu’il lui dise ce qu’ils allaient faire ou ce qu’elle pouvait faire. Après tout, ce lieu n’inspirait pas vraiment pour qu’elle se douche… et elle n’avait même pas de quoi se changer. Si il ne lui donnait pas de consignes passé quelques minutes, elle retournerait probablement s’asseoir sur le pouf pour se plonger un peu dans ses pensées en attendant qu’il lui demande quelque chose et, si ça ne se faisait pas vite, elle allait probablement se remettre à chanter… comme toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les oiseaux qu'on met en cage, peuvent ils encore voler
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternia :: L'univers :: Oration :: Rues et avenues-
Sauter vers: