Eternia

Pourquoi seulement penser dans un seul monde, alors qu'une infinité vous attendent par Eternia
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Ombre et la Machine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 3 Déc - 14:49

J'étais maintenant en face d'elle, lui demandant si il y avait eut quelque chose de changer depuis mon sommeil, et apparemment mis à part des sortie et des entrées, il n'y eut rien d'intéressant, au moins cela avait le mérite d'être clair et précis, je demandais donc à ma partenaire de me passer ce journal pour que je fasse de même, histoire que tout soit dans le même endroit, puis j'activais le réveil pour sonner dans six heures, cette fois ci il n'y aurait pas de bévue, puis, alors que je commençais mon observation avec le sourire, après tout j'avais bien dormis et je me sentais en forme, elle me tendis quelque chose et je pris un moment pour regarder ce qu'elle me montra, bien entendu, avec mon don, j'eus compris assez rapidement de quoi il s'agissait et l'enclencha directement pour faire ce qui semblait être une lame d'énergie, même si cela était plus modulable qu'on ne pouvait le laisser penser, j'eus alors un sourire, c'était quelque chose de bien fait et pas d'ici apparemment, peut être qu'elle l'avait fait elle même en tout cas, cela était bien plus intéressant que ce qu'on pouvait voir ailleurs.

"Je suis agréablement étonné, il faut une bonne créativité et être capable de comprendre rapidement la technologie pour faire ce genre de chose, vous êtes douée Katsuri."

C'était la vérité, après tout, c'était quelque chose qu'elle avait fait d'elle même, pas quelque chose de copié, je pouvais le voir assez facilement après tout, bref, je désactivais le mécanisme et je le posais devant elle pour ne pas trop l'utiliser, je comprendrais un peu mieux maintenant pourquoi elle me posait autant de question pour mes nanites, elle avait surement l'intention de faire quelque chose avec, mais avec un esprit comme le sien, cela ne me dérangeais pas, après tout, elle gardais ces inventions pour elle, néanmoins, même son gadget avait quelque défauts, alors je lui demandais avec un petit sourire si elle avait besoin de question pour amélioré ce qu'elle m'avait montrer, après tout, j'avais peut être ce qu'elle avait besoin pour le rendre meilleur ou alors plus opérationnel, je pouvais aussi très bien le faire de mon côté, après tout j'avais vu l’objet alors j'avais déjà compris tout son fonctionnement et sa construction, mais comme elle était ma partenaire, je préférais qu'elle ne fasse d'elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 3 Déc - 17:45

J’étais à l’affût de sa réaction et, maintenant que ma phase de garde était finit, je posais simplement le journal et le stylo sur la table basse. Dans le même temps, il me disait qu’il était agréablement étonné et je ne pus m’empêcher de sourire un peu. On ne pouvait pas dire que je l’avais compris rapidement, puisque ça faisait un moment que je travaillais sur le sujet, cependant, je me garderais bien de le lui dire cette fois. Il me dit que j’étais douée et cette fois, je me contentais de hausser les épaules.

« C’est un prototype éphémère et il est encore loin d’être finalisé. Et je n’ais pas encore pus le tester. Enfin, je compte bien y travailler quand je le pourrais, si tu as des conseils à me donner, ils sont le bienvenu. »

Je récupérais donc mon prototype et le glissais dans mon sac. J’y bosserais plus tard, en attendant, je me levais et le laissait prendre le relais pendant que je piochais des vêtements propres dans mon sac avant de passer dans la salle de bain. Quand j’en ressorti, je portais un de mes éternels pantalons de cuir, ainsi qu’un T-shirt noir bordé de blanc… Encore un de ses débardeurs un peu moulant au niveau de ma poitrine… Enfin, je n’avais quasiment plus que ça dans mes placards… ou presque en tout cas. Je commençais ensuite à me brosser les cheveux dans le calme, jusqu’à ce qu’il ne soit on ne peux plus lisse. J’étais alors revenue vers mon équipier et avait lancé simplement d’une voix calme.

« Je vais aller faire quelques courses, il y a quelques choses qui te ferais envie question bouffe ou quoi que ce soit ? »

J’en profitais un peu pour fouiner dans les placards de la cuisine et voir ce qu’on avait d’accessible, me faisant mentalement la liste de ce qu’il faudrait que je prenne en dehors des vivres. J’avais ensuite glissé un ou deux stylets à ma taille avant de glisser ma veste sur mes épaules. Je ne prendrais pas mes épées, c’était évident, cependant, je tournais le regard vers lui, attendant sa réponse alors que j’enroulais maintenant mon écharpe autour de mon cou. Puis, quand il eut répondu quand à ce dont il pourrait avoir besoin, je lui avait rappelé qu’il pouvait me contacter via ma puce. Ensuite, j’avais quitté la demeure pour me rendre à pied jusqu’à la supérette la plus proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 3 Déc - 18:23

J'aimais bien quand je la voyait sourire, elle ne le faisait que peu souvent alors je trouvais cela dommage, néanmoins, je n'allais rien dire de plus, mis à part bien entendu qu'elle m'avait demander des conseil, après tout pourquoi pas, je n'allais pas bien entendu lui dire de changer quelque chose, cela était sa seul décision, néanmoins, il y avait deux point qu'elle pouvait voir, peut être que cela allait lui plaire, après tout, avec ce que j'avais vu cette objet était capable de tellement plus de destruction.

"Comme conseil, je dirais peut être de voir pour une source d'énergie plus puissante pour permettre une utilisation plus intensive, et peut être aussi de chercher à trouver un moyen de changer le mode d'utilisation, sauf peut être si tu as une idée précise sur ce que tu veux en faire."

Ce n'était que des conseil, je n'allais pas lui dire quoi faire, après, si elle voulait des exemple ou alors même que je lui montre quelque chose, peut être que je lui expliquerais certaine chose, après tout, c'était un prototype qu'elle venait de me montrer, alors cela voulait dire qu'elle me faisait un peu plus confiance, pas totalement bien entendu, mais c'était déjà bien, par la suite, elle me demandait si il y avait quelque chose qui me ferais plaisir côté nourriture, j'eus alors quelque secondes pour réfléchir, il y avait bien une chose que j'avais forcément besoin pour que son cerveau fonctionne un peu mieux, j'eus alors un petit sourire avant de lui répondre.

"Je te laisse le choix pour les repas, néanmoins, j'aurais besoin de produit laitier ainsi que des noix de cajou, du chocolat fera l'affaire, ça peut paraitre étrange mais j'ai besoin de ce genre de chose pour ne pas trop avoir de problème."

En effet, à cause de la suractivité de mon cerveau, j'avais souvent besoin de certaine chose pour que mon cerveau ne me fasse pas trop de douleur, en temps normal j'avais des complétement que me fournissait mon armure, mais je n'étais pas dedans, alors il fallait bien que je lui en parle un peu, je la regardais alors partir pendant que je repris le travail d'observation un peu plus sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 3 Déc - 21:53

Quand il m’avait donné des conseils, je l’avais regardé un long moment. Je n’avais pas vraiment compris ce qu’il avait voulu dire avec ses conseils. Mon sourire s’était maintenant atténué, puis j’avais haussé les épaules. Je n’avais pas encore le temps de me prendre la tête avec tout ça.

« On en reparlera plus tard, parce que je ne comprends pas vraiment ce que tu veux dire par là… »

Je m’étais ensuite préparé pour aller faire les courses, lui demandant au passage si il souhaitait que je prenne quelque chose en particulier. Des produits laitiers, des noix de cajou et du chocolat, ça ne devrait pas être trop dur à récupérer. J’avais adressé un simple signe de la tête à mon équipier pour lui faire comprendre que j’avais compris. Je lui laissais le trousseau de clef, au cas où, en matérialisant un identique que j’enfouis dans ma poche, récupérant mon cellulaire au passage. On ne savait jamais si il prenait à mon père l’envie de me contacter pour une chose ou une autre. Je m’étais ensuite éclipsé pour la supérette, ainsi, je n’avais plus l’air de ce que j’étais, simplement d’une jeune fille comme une autre. Je me glissais dans la supérette et commençait par m’emparer d’un panier. Je récupérais aussi un cas à dos, puis, j’allais ensuite récupérer quelques denrées. Avant de faire ensuite un crochet par un garage, récupérant discrètement certaines pièces dont je pourrais avoir besoin quand à la suite des évènements.

Au nez à la barbe des garagistes, ils ne m’avaient pas vu me téléporter, ni même récupérer les pièces. Je m’étais contenté de petite pièce et d’une ou deux plaque de métal, rien que je ne puisse pas glissé dans mon sac à dos. Puis, j’étais ensuite rentré, dans le calme, j’avais ouvert avec mes clefs éphémères et, sans un mot. Je tirais une tablette de chocolat que je vins simplement posée près de mon équipier. J’allais ensuite ranger les repas préparé, le lait et les yaourts dans le frigo. Puis, j’avais ensuite rangé les conserves, ainsi qu’une quantité impressionnant de tablettes de chocolat et de paquet de chips ou de noix de cajou. Ainsi que d’autres paquets de viennoiseries pour le matin. J’avais ajouté un ou deux paquets de bonbon, puis une bonne réserve de café, ça ferait l’affaire pour ces prochains jours.


« Je pense que tout ça devrait suffire. »

Environ une heure s’était écoulée depuis que j’étais sortie. J’avais posé mes acquisitions pour ma moto et avait changer de sac ce que contenais la besace, celle-ci allait disparaître d’ici quelques heures après tout. J’entrepris ensuite de trafiquer ma moto sans un mot, quand j’en aurais assez, je m’en remettrais probablement de voir à réfléchir aux bidouillage que je pourrais y faire à l’avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 3 Déc - 23:22

Elle ne semblait pas avoir compris ce que je lui avais dit, c'était dommage, néanmoins j'avais peut être trop bien expliqué et également le fait qu'elle n'avais pas idée de ce que je parlais précisément, quoi qu'il en soit, elle était partit maintenant chercher de quoi manger et je devais faire notre travail sans me déconcentrer, pour le moment je n'avais pas d'autre idée en tête alors je ne fis que noter les horaires comme elle ainsi que certain détails, comme certaine zone assez peu visité ou alors ou l'ont pouvait remarquer qu'ils changeaient de tenue, quoi qu'il en soit, il y avait bien une raison pour laquelle ont se trouvait la, alors je continuais, du moins jusqu'à ce que j'entendis ma partenaire rentrer, cela faisait déjà une heure?, le temps semblait passer si vite que je ne m'en étais pas rendu compte, bref, elle posa une tablette de chocolat près de moi et j'attendis encore un peu avant de la prendre pour l'entamer à pleine dent, cela faisait un peu de bien à mon cerveau, qui à cause de mon père avait besoin de plus de calories et aussi de nutriments pour éviter qu'il ne lui fasse mal, bref, il fallait mieux lui dire pour qu'elle ne me prenne pas pour un glouton.

"Merci, et désolé, c'est le moyen le plus efficace pour éviter certain désagrément."

Si elle voulait en savoir plus, je lui en parlerais, enfin peut être, cela dépendra, après tout, c'était une partie de moi assez particulière, néanmoins, elle avait parler de sa condition aussi alors pourquoi je ne le ferais pas, quoi qu'il en soit, elle commença à trafiquer sa moto et et moi je retournais sur le travail, le temps commença alors à tourner mais je trouvais que cela était peut être un peu trop silencieux, après tout, si on était tout les deux, autant parler un peu non?, je savais bien entendu qu'elle n'était pas du genre à prendre de longue conversation, mais on était ensemble pour un bon moment, alors pourquoi, je me mis alors à réfléchir un petit moment avant d'avoir une idée.

"Si tu as des questions sur ma technologie, tu peux me les poser, après tout, tu m'as montrer certaine chose aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 4 Déc - 1:10

Il m’avait remercié quand je lui avais donné le chocolat, puis, il s’était justifié. Pensait-il vraiment que j’allais le juger quand à tout cela ? D’un mouvement, je lui fis comprendre que ce n’était rien. Après tout, moi-même si je ne comptait pas mettre les mains dans le cambouis, j’aurais probablement récupérer un paquet de chips pour grignoter moi aussi. Je m’étais alors plus ou moins concentrer sur ma moto puisque le calme régnait entre nous. Puis, finalement, sa voix avait raisonné à nouveau dans la pièce. Il me proposait de lui poser des questions quand à la technologue de son monde, disant en quelque sorte qu’il me devait bien ça. J’hésitais un moment, puis, je lui jetais un coup d’œil par-dessus mon épaule. Ok, changement de plan. Je récupérais le matériel et un bout de tôle et les pièces détachées avant d’en revenir vers la table basse que je débarrassais pour moitié. Je m’y installais, forçant la tôle à se tordre sans casser grâce à mes prothèses.

« Je n’ai qu’une ‘question’ pour toi actuellement. Elle est plutôt de taille cependant. Avec les moyens qui sont à ma portée ici… comment pourrais-je faire des nanites ? »

La question était probablement vaste et je continuais à travailler sur ce qui serait un compartiment dans le cadre de ma moto, cependant, je ne l’en écoutait pas moi, au contraire même, il avait toute mon attention. Et vous pouvez être sûr que je noterais tout ça dans un coin de mon esprit et je les utiliserais plus tard. Pourquoi ? Ça me regardait et c’était noté dans mon cahier verrouillé. Je continuais ce que je faisait, mais cela ne m’empêchait pas de jeter un œil à mon coéquipier, préparant simplement les pièces pour plus tard, je les souderaient plus tard. J’avais attendis un instant, puis, j’avais simplement repris la parole, calmement.

« Je t’écoute. »

Lui spécifiait-je juste, inconsciente que dans la position où je me trouvait pour travailler ces différentes pièce, je lui offrais pas la même occasion une superbe vue sur mon décolleté. Enfin, j’oubliais souvent que j’étais une femme et qu’en tant que tel, que mon corps pouvait faire de l’effet aux gens. Je n’y pouvais rien, je n’aimais pas être traiter en femme alors je négligeait le fait que je le soit… la plupart du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 4 Déc - 2:26

Je lui avais donc demander si elle avait quelque chose à me demander, et il n'en fallu pas plus pour l'entendre venir vers la table pour poser ce qu'elle faisait avant de finalement vouloir savoir comment faire des nanites, c'était vraiment quelque chose de gros qu'elle me demandais, et je lui expliqua qu'a partir du moment ou elle aurait cette technologie, elle devra surement faire attention à elle, mais elle semblait être sur d'elle, alors je fit apparaitre quelque écran holographique avec les plan de l'intérieur des nanite, puis, avec une baguette d'énergie que je fis avec mon gant, je lui indiquais les étapes tout en les montrant, bien entendu, je commençais par expliquer que le plus dur était de faire le premier, car cela demandait un travail assez artistique presque et aucune erreur, le plus important était les outil, il montra alors comment faire de quoi fabriquer des nanite, cela n'était pas si compliqué à fabriquer, mais il fallait y penser en même temps, un champ de stase permettant le façonnage de pièces, il fallait juste régler le tout pour la création de microscopique pièces, une fois le tout préparer, il ne restait plus qu'a assembler les pièces avec le champ de stase et un peu de travail microscopique, et la première nanite était créer, la programmation était maintenant une autre étape.

Ce n'était pas facile de lui parler dans les yeux avec son décolleté qui était assez intéressant, néanmoins, et malgré un petit rougissement, je continuais, brancher un fil dans une nanite était impossible, alors tout se faisait par onde, c'était une étape compliqué car il ne fallait pas d'intervention tierce, bref, une fois que la programmation était terminer, la première nanite pouvait beaucoup plus facilement créer d'autre nanite et cela allait de manière exponentiel, je terminais donc mon cours sur les nanite en croquant à nouveau dans mon chocolat, ce n'était pas quelque chose de simple à expliqué, c'était clair dans mon esprit mais je pensais bien souvent en schéma plus étrange, bref, au moins maintenant elle savait, et j'avais fait attention d'allé doucement pour qu'elle puisse prendre des notes au cas ou, bref, je lui conseillais par la suite quelque moyen de communications avec ces nanite et en bonus un dispositif pour reconnaitre uniquement ces propre onde cérébrale pour l'activation, ce qui était surtout pour éviter les piratages, bien entendu, pendant tout ce temps, je gardais un œil sur ce qu'il se passait vers le batiment à surveiller et notait le tout, je pu enfin détourner le regard, un peu rouge, et lui demanda quelque chose.


"Voila...c'est tout ce qu'il y à a savoir, le plus dur est la première, les autres seront beaucoup plus facile à faire et avec beaucoup moins de problème, tu as d'autre question?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 4 Déc - 3:39

Je l’écoutais attentivement en travaillant, laissant simplement mes doigts continués à travailler sur ce que je faisais. J’étais plutôt satisfaite, mais finalement, j’avais peut être un meilleur moyen de m’en sortir. Et voila, les idées envahissait mon crâne, menaçant de me distraire des explication qu’il avait commencé. Je les chassais de mon esprit pour le moment, ce n’était pas le bon moment pour y penser. Je continuais simplement de l’écouter, tout en bricolant et en mémorisant ces schémas. J’avais une excellente mémoire quand je le voulais… et pour le coup, je le voulais. J’écoutais donc, mémorisant chacun des schémas en retenant les informations qu’il me donnait. Je prendrais des notes plus tard, pendant mon quart peut être… Sûrement même. Puis, il me parla à nouveau, disant que le plus dur, c’était la première et qu’après c’était plus facile… Qu’il parle pour lui. Il n’avait apparemment toujours pas compris comment fonctionnait mon pouvoir. Très bien, j’allais donc lui faire une petite démonstration. J’écartais une plaque de métal du reste du matériel avant de lui dire calmement :

« J’ai bien compris ce que j’avais besoin de savoir et je peux t’assurer que le plus simple sera de créer la première. »

Je tendis la main entre nous et plissait les yeux, me concentrant sur les plans jusqu’à visualisé pleinement la chose. Je visualisais aussi la fonction que je voulais leur attribuer ainsi que ce qu’il m’avait conseillé. Ensuite, je créais la première nanite, invisible à l’œil nu, cependant j’activais la fréquence qui devait la déclencher avec mon émetteur et elle se mit aussitôt au travail. En quelques secondes, j’avais une poignée de nanite dont une seule disparaîtrait d’ici vingt quatre heure. Je levais alors le regard vers lui et lu une certaine interrogation dans son regard. Je laissais alors un petit sourire se poser sur mes lèvres alors que j’haussais les épaules, l’air de rien, désactivant les nanites qui formèrent alors une sorte de petites chaînes.

« Tu n’as toujours pas appris de mon pouvoir ? Tu m’as pourtant vu l’utiliser plusieurs fois… Tu vois, si je t’ai paru négligé certaines informations que tu m’as données, c’est que je peux matérialiser tout ce que je souhaite pour une durée de vingt-quatre heures. C’est comme ça que j’ai fait le prototype. Tu crois que j’ai eut ton vaccin comment sinon ? Ce n’est pas si facile que ça sans un toubib. »

Je lui adressais alors un sourire avant de regarder mes premiers nanites, aux creux de ma main. Si je les laissait en dormance sous une forme elles pourraient m’être beaucoup plus pratique que je ne l’avais pensé de prime abord en tout cas…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 4 Déc - 4:54

Bon, mon explication avais été terminer et je la regardais maintenant pour savoir ce qu'elle allait faire, je lui avais appris quelque chose d'assez important maintenant alors cela montrait bien que j'avais confiance en elle, par la suite, elle fit apparaitre une nanite directement dans sa main et j'avoue que j'ai été assez étonné, je l'avais vu faire cela à certain moment, mais je n'avais pas encore compris à 100% de quoi il s'agissait, et maintenant sa nanite semblait en faire d'autre aussi facilement que prévu, enfin, au moins elle semblait avoir compris la chose, je la regardais alors faire jusqu'au moment ou elle m'expliqua qu'elle pouvais créer ce qu'elle souhaitait sur une durée de 24 heures, ce qui était quand même quelque chose d'assez puissant, je comprenais mieux certaine chose aussi, comme le prototype et encore, je la regardais donc avec le sourire, c'était bien quelque chose qu'elle ne semblait avoir dit à personne qu'elle venait de m'expliquer, peut être qu'en lui expliquant à mon tour ce que j'étais vraiment elle pourrais comprendre certaine chose, en même temps, ce n'était pas très visible chez un être humain.

"Je vois, j'avais des doutes, mais j'ai préférer attendre que vous en parliez, vous savez, moi aussi j'ai un petit talent assez particulier, vous devez maintenant vous en douter ou il se situe avec ce que je dois manger pour éviter mes problèmes, en fait, mon père à altérer mon cerveau avant même ma naissance pour faire de moi un génie, ce qui à couter la santé de ma propre mère, mais passons, à cause ou grâce à cela, dépend du point de vue, je suis capable de comprendre n'importe qu'elle technologie rien qu'en la regardant ce qui m'a été très utile pour beaucoup de chose d'ailleurs."

Je me grattais alors la tête en retournant travailler, cela n'était pas facile de parler de ma famille, ma mère avait été gentille et mon père un sacré abruti, mais je ne pouvais pas vraiment les haïr maintenant, ils étaient morts, pour essayer d'éviter de trop penser, je me concentrais sur le travail en demandant néanmoins ce qu'elle allait choisir pour cacher ces premier nanite, après tout, si elle n'en faisait rien, cela allait surement être assez visible, elle devait maintenant savoir que les nanites ont une fonction pour imiter les couleur alors elle pouvait bien en faire ce qu'elle voulait, quand à moi, j'avais déjà tout dans ma tête, il ne restait plus qu'a attendre qu'elle parle ou autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 4 Déc - 16:19

Je lui avais fais un petit aperçut de mes capacités de création éphémère, je ne les montrait généralement pas. Cependant, Deus était mon équipier, il me verrait fatalement encore les utiliser dans le futur, alors autant être honnête avec lui. Il m’avait alors dit avoir des doutes, mais avoir préférer que je lui parle de moi-même. Il me parla ensuite un peu de son histoire, disant que son propre père avait altéré son cerveau. J’avais frémis bien malgré moi et j’avais cessé tout ce que j’avais pour levé les yeux vers lui. Le maître avait il tant d’instinct que ça ? Etait-ce pour ça qu’il nous avait fait faire équipe ? Je poussais un léger soupire et me passais la main derrière la nuque. Nous étions bien plus proche que ce que je l’avais pensé de prime abord. J’avais laissé échapper un léger soupire et m’étais passé une main dans la nuque avant de hocher la tête.

« Je vois que nous avons eut des tragédies proches dans nos passé. Tu ne t’ais jamais demandé pourquoi je clamais haut et fort que je n’avais rien d’humain alors que mon père l’est totalement ? Ils ont choisit ma mère sans même prendre en compte qu’elle n’était pas humaine, elle était enceinte et c’était tout ce qui comptait pour eux… Ils l’ont enlevé, et ils ont fait de moi ce que je suis une créature… Je ne sais même pas ce que je suis au juste. Et même avant qu’on ait fait de moi une machine, en partie. Je n’ai jamais connu ma mère que dans le coma… »

Je lui avais parler de tout ça comme si je lui avait simplement parler du temps qu’il faisait dehors. Je ne m’appesantissais pas sur mon sort, l’histoire de ma famille était un fait, il aurait pus l’obtenir de n’importe quel membre de la Guilde plus vieux que moi. Cependant, toute expression joyeuse avait déserter mon visage, je n’aimais pas parler du passé car le passé ne pouvait être changer, il était ce qu’il était, point barre, même si cela nous faisait souffrir… Rien n’empêchait vengeance bien sur, mais ça ne changeait rien finalement… Finalement, j’avais soupiré et j’avais changer mon fusil d’épaule, j’avais mes première nanites, autant en profiter. Je changeais ainsi de sujet et cette fois, laissait un sourire se poser sur mes lèvres.

« Tu pense qu’elles pourraient à améliorer ma moto en attendant que je leur trouve un autre but ? »

Comme si je n’en avait pas, mais je voulais y réfléchir encore quelques temps, histoire d’être sure de ne pas avoir de mauvaises surprises. J’étais ainsi et c’était d’ailleurs peut être mieux ainsi. Calmement, je laissais la fine et encore courte chaîne de nanites sur la table et allait m’emparer d’un paquet de chips que j’ouvris calmement avant de commencer à grignoter comme si de rien était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 4 Déc - 17:27

Au moins cela était dis, j'avais fait par à ma partenaire de mon histoire de famille, ce qui était quelque chose que je n'étais pas vraiment fière, après tout, qui aimerais avoir un père qui ferais ce genre de chose à sa femme juste pour l’intérêt de la science, pas celui de Katsuri, après tout, je m'étais bien rendu compte qu'il semblait tenir à elle, le mien était du genre à vouloir finir une guerre par tout les moyen, bref, je secouais la tête pour éviter de me souvenir de lui alors qu'elle semblait me parler un peu plus en détail de son passé, apparemment le laboratoire qui l’embêtait semblait être en fait responsable de beaucoup plus de chose que je n'aurais penser, aussi bien pour la modifié génétiquement que pour lui donner des partie machine, bien entendu quand j'avais scanner tout le monde dans la guilde la première que j'étais rentrer, et donc j'avais une petite idée sur ce qu'on lui avait fait, néanmoins, elle ne semblait pas aimer parler de cela, alors je ne fis rien d'autre, alors je me tus, jusqu’à ce que je la vis sourire pour me parler des nanites, voulant savoir si elles pouvaient l'aider à améliorée sa moto avec elle en attendant, j'eus donc un sourire un peu plus franc encore avant de lui répondre.

"Bien entendu, vu leur nombre cela leur prendront un peu de temps, néanmoins elles peuvent parfaitement faire du travail de finition ou même travailler sur l'infrastructure que tu ne peu pas atteindre."

Je continuais donc à lui dire des exemple de ce qu'elles pouvaient faire, comme travailler à l'intérieur du moteur pour l'améliorer, ou alors même l'aider pour fixer ce qu'elle voulait mettre sur sa moto, quoi qu'il en soit, elle savait surement que tout était contrôler par elle alors Katsuri allait surement devoir s'habituer à sentir ce petit flux de donnée dans sa tête qui correspondait au nanites, cela était une pensée commune, alors elle n'allait pas avoir trop de mal la connaissant, bref, je continuais de travailler sur l'observation en même temps, ce n'était pas la chose la plus gratifiante et même que cela allait être ennuyeux, mais heureusement qu'une partie de mon cerveau travaillait encore avec mon armure, réparant une de mes armes qui semblait être rester trop longtemps sans être utiliser, mais bon, cela était du travail, et même si je n'étais pas vraiment payer, je le faisais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 4 Déc - 21:20

Je lui avais parlé de moi, tout en demeurant assez vague cependant. Restait maintenant à savoir ce qu’il adviendrait maintenant qu’il avait les connaissances sur moi que je venais de lui fournir. Malgré moi, je pensais à mon père. Malgré tout ce qui avait pus se passer, je savais que mon père avait toujours fait ce qu’il avait estimé le mieux pour ma mère et moi. J’aurais aimé un jour le voir sourire, mais si j’en croyais tout ce dont on nous bassinait dans les livres et à la télé : il souffrait encore de la perte de ma mère et ce serait probablement le cas encore bien longtemps, jusqu’à ce qu’il y ait quelque chose d’encore plus fort que cela. Je ne savait pas ce que ce serait et je n’avait pas le temps d’y penser alors je repoussais cette pensées dans un coin de mon esprit alors que nous en revenions au sujet des nanites. Je picorais dans mon paquet de chips en réfléchissant à tout cela, puis, je plissais légèrement les yeux alors que mon cerveau tournait encore avec des solutions.

« Je vois… Il va probablement falloir que je me penche sérieusement là-dessus maintenant. Et ça m’aidera peut être à clarifié certaines choses qui me trotte dans la tête. »

Oui, j’avais toujours de nouvelles idées… Mais j’étais née et avait grandit dans un laboratoire avant de rejoindre la Guilde… Il était donc probablement normal que ma curiosité s’encre sur d’autres sujets que ce n’était le cas pour les autres gens de mon âge. En tout cas, je sentais maintenant un petit tiraillement, comme avec mon émetteur récepteur. Une habitude à prendre mais j’étais sur de pouvoir leur trouver une utilité. J’avais hoché la tête avant de reprendre le matos et de revenir près de la moto. Je m’étais alors baissé et avait glissé la chaînette de nanites sur la moto avant de les mettre au travail, leur demandant de découper une partie de la carrosserie, puis de forgé une cavité avec une des paques de métal restante. Dans le même temps, je parlais à mon coéquipier, d’une voix toujours aussi calme et sans ton :

« Tu sais, ce serait quand même une chance si on voyait quelque chose dès notre premier jour…  Enfin, on ne sait jamais après tout. »

En partie accroupie près de la moto, je récupérait soigneusement le morceau de carrosserie et les regardait façonner ce qui serrait l’intérieur de la cache. J’étais comme fascinée par ces petites créatures robotiques…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 4 Déc - 22:24

Katsuri avait sembler avoir quelque idées par rapport à ce que je lui avais donner comme propositions ce qui était intéressant, au moins, elle aurait de quoi faire pendant que je continuais d'observer cette endroit, et franchement, ce n'était pas une partie de plaisir, je n'étais pas quelqu'un qui m'ennuyais facilement à cause de ce qui tournais en permanence dans mon esprit, après tout, j'avais tellement d'idée mais si peu de ressources pour le moment pour les faire, mais passons, ce n'était pas cela que je pensais actuellement, j'étais principalement sur ce qu'elle et moi devions observer, et d'ailleurs, elle fit un commentaire à propos de cela, disant que cela une chance de voir quelque chose se passer aujourd'hui, il était vraiment que j'aurais bien apprécier, mais comme je lui répondais, mis à part quelque mouvements rare dans une partie peu fréquenté du batiment, il n'y avait rien d'autre d'intéressant à voir, je me grattais alors la tête, la voyant s'occuper de sa moto, assez fascinée par la manière dont les nanites travaillait, ce qui me fit sourire, au moins elle était de bon humeur maintenant, alors il fallait mieux que je la laisse comme cela.


Un silence d'au moins deux heures arriva donc, et pendant ce temps la aucun mot ne fut échanger, même si on se faisait un peu plus confiance, nous n'étions pas du genre bavard, alors il n'y avait rien d'autre à dire, et bien nous n'essayons pas d'inventer une conversation inutile, ce fut donc pendant ce silence que je continuais dans un coin de ma tête de vérifier chacune de mes armes par l'intermédiaire de mon armure, en sortant vraiment beaucoup avant de les ranger à chaque fois, il fallait dire que le nombre montrer était quand même assez impressionnant, et cela continuait encore, Katsuri allait finir par se demander comment j'étais capable de transporter autant de matériel et surtout pour ne pas peser aussi lourd, il était vrai que la question du poids pouvait être particulière, néanmoins cela fut la première chose que j'avais régler quand j'avais créer l'armure pour devenir Deus, quoi qu'il en soit, rien ne semblait encore se passer et je soupirais un peu avant de finalement faire apparaitre depuis ma main droite un hologramme assez complexe de certain système d'un prototype de quelque chose que je n'avais pas encore fini, c'était quelque chose de simple, un autre type d'armement furtif, quelque chose que je mettais au point depuis que j'étais venu dans ce monde, après avoir vu ma partenaire se battre, je m'étais dit d’étudier un peu différente option en carreaux d'arbalète, après, peut être que je ne les utiliserais jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 5 Déc - 2:45

J’avais donné mes consignes aux nanites et je les regardais travailler, c’était vraiment intéressant tout ça oui… Vraiment. La plaque eut bientôt la forme que je pensais et, y laissant les nanites accrochées, je la mis en place là où un bout de tôle avait été découpé. Je réajustais les plaques entre elles ordonnant aux nanites de les souder entre elle alors que la plaque enlevée de la carrosserie était posée au sol, sur la cape que j’avais déplié un peu plus tôt. Je les laissais faire quelques instants. Ensuite, j’avais pris une de mes épées et la glissait dans l’encoche ainsi formée dans la cuirasse de l’engin, Ca passait niquel. J’allais même jusqu’à simulé la fermeture… Il n’y avait plus qu’à espérer que ce serait assez profond pour les deux, vu que le réservoir rendait exclu pour l’autre coté. Je soupirais un instant et mis les nanites au repos, pas encore habitué à les faire travailler ainsi. Je laissais le matériel tel quel et revint simplement à mon cahier verrouiller et aux croquis de la moto. Encore une fois, je laissais mon crayon courir sur la feuille, définissant ainsi plus en détail les autres modifications pour mes épées. Puis, je réalisais qu’on commençait à arriver à l’heure du repas. C’était encore son tour de garde alors ça allait être à moi de m’y coller.

Utilisant un des sacs de courses comme poubelle, j’avais vidé les cartons de pizza et les boissons vides avant de glisser cette poubelle dans un coin. J’avais ensuite commencé à faire chauffer de l’eau pour faire cuir des pâtes. J’en avais profité pour mettre la table avec des couverts en plastique, je n’étais pas décidée à faire la vaisselle en plus de tout ça. Pendant que je bossais de mon coté, je l’avais pus sortir et inspecter des armes… Et là, je le regardait et il n’avait toujours pas finit… Amusée, j’avait alors laisser échapper un infime rire amusé avant de lui lancer :


« Je vois que je ne suis pas la seule à avoir une réserve d’arme tout simplement phénoménale… C’est rassurant… Même si je me pose pas mal de question sur ton armure… Ca a l’air de t’avoir demander pas mal de boulot. »

Puis je m’en retournais à la préparation du repas. Qu’il ne s’attende pas à quelque chose de très élaborer, j’étais une bonne cuisinière, mais si je pouvait avoir le choix de ne pas le faire, je n’allais pas me gêner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 5 Déc - 3:48

J'avais tout type d'arme, aussi bien courte portée comme des fusil à pompe, moyenne portée avec tout un tas de fusil et même longue portée avec des fusil de précision, il y en avait pour tout les gout, et encore, je ne parlais que d'une infime partie de ce que le possédait réellement, il fallait savoir qu'au moment ou il avait fallu quitter le monde, j'avais réussit à ranger mon matériel dans un cube, qui d'ailleurs devait trainer dans un des compartiment, c'était quelque chose de précieux alors je faisais attention à ne pas le montrer, du moins pas tant que je n'avais pas trouver un endroit ou les poser, j'avais toujours mon idée d'une base dans une montagne, mais comme pour le moment je n'avais que peu de temps pour moi, alors j'oubliais de le faire, un jour peut être, ou alors même au retour, un petit détour à la vitesse d'un avion ne serait pas visible n'est ce pas?, quoi qu'il en soit, Katsuri semblait préparer le repas, et il fallait dire que je commençais à avoir un petit creux encore, le chocolat c'était bien mais cela était surtout pour mon cerveau alors je ne conservait pas ce genre de calorie, puis, alors qu'elle continuait de préparer et que je surveillais comme toujours, j'entendis un infime rire amusé et tourna ma tête vers elle qui venait de constater que je possédais une grande variété d'arme et aussi une quantité assez impressionnante, peut être que je devrait lui en parler, cela n'allait pas me faire de mal.

"Des années de travail, je ne considère pas mon armure terminer d'ailleurs, elle sera toujours en amélioration, pour ce qui est de l'armement, c'est une technologie que j'ai inventé uniquement pour le transport et aussi pour éviter les poids trop lourd, voit cela comme des petites portes vers une dimension fabriqué de toute pièces sans gravité, bien entendu il n'y a pas d'oxygène alors c'est une mauvaise idée de s'y diriger, après tout j'ai conçu cela pour tout ce qui était non organique."

C'était une explication dans les grande ligne, si elle voulait quelque chose de plus concret, elle pouvait toujours me demander, bien entendu, c'était une chose qu’il ne fallait mieux pas copier avec son pouvoir, après tout, prendre le risque de perdre quelque chose était en soit une mauvaise idée si son compartiment ne durait que 24h, bref, je fis en sorte de garder le sourire alors que me vint une idée, après tout, elle était celle qui était le mieux placer pour ce genre d'armement.

"Dit moi, je me suis pencher récemment sur les armes un peu plus furtive, en commençant par ce que j'ai vu en premier, à savoir ton arbalète, quel genre d’amélioration du pense qu'il soit possible de mettre sur un carreaux sans prendre le risque de perdre de l'efficacité?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 5 Déc - 13:39

J’avais fait un simple commentaire sur son armurerie… contenue dans son armure d’après ce que j’avais compris et ça avait tendance à me surprendre. Je me demandais si elle était vraiment lourde ou pas. Enfin, ce n’était pas mon droit de tester ce genre de chose alors, je le garderais donc pour moi. En attendant, l’eau bouillait et j’ouvris un paquet de spaghettis avant d’en glisser une partie dans l’eau bouillante avant de refermer le rester dans le silence. Il m’avais alors expliqué que son armurerie était  le fruit de plusieurs année de travail et j’avais simplement hoché la tête, je comprenais. Je l’écoutais et me mordit légèrement la lèvre, sans même m’en apercevoir. J’admirais son travail, vraiment… même si une partie de moi continuait de le haïr pour ça car toute les théories que j’avais relevées ces dernières années me semblait plutôt enfantine à coté de son travail. Si je voulais tenir le rythme, il fallait que je suive les pistes venues du portail.

J’étais jalouse en quelque sorte, je n’y pouvais rien. J’avais pourtant chassé toutes ces pensées de ma tête pour ne pas m’y attarder plus longuement. Je continuais simplement à regarder la préparation en l’écoutant. Puis, je me demandais si je pourrais avoir ma propre version de ses pièces… Un portail vers mon armurerie par exemple… Je savais les limites de ma téléportation personnelle, mais je n’avait encore jamais tenter de téléporter un objet… Il me faudrait probablement de l’entraînement avant ne serait ce que de songer à y parvenir. Quoi qu’il en soit, il avait repris la parole pour m’interroger moi. Il voulait des informations sur les carreaux d’arbalète et je portais une main à l’endroit où se trouvait mon étui de carreaux vide… pour ainsi dire. En tout cas, je n’avais plus aucun carreau sur moi, je ne pouvait donc lui faire la démo qu’en en matérialisant… Encore… Je préférais éviter pour le coup.


« On peut presque tout mettre sur un carreau, en tout cas j’en ait déjà fait de bien des sortes. Je te montrerais quand on sera rentré si tu veux, je dois en refaire. Je suppose qu’on peu y mettre là même chose que dans une balle, c’est juste un peu moins puissant… mais plus discret cependant. »

Tout en continuant de discuter, j’avais achevé la cuisson du plat dans le calme le plus total. Je n’étais pas vraiment pressée, mais j’étais habituée à manger à des heures fixes quand je le pouvait et que je n’était pas complètement absorbée par mes réflexion. J’ajoutais simplement la sauce déjà prête dans la casserole et voila, les pâtes carbonara étaient quasiment prêtes. Encore quelques seconde et je les divisait équitablement dans les assiette avant de simplement m’asseoir sur le fauteuil que j’occupais dès que je pouvais depuis que nous étions arrivées ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 5 Déc - 14:09

J'avais donc parler un peu de mon armurerie sur patte qu'étais mon armure, il fallait le dire, c'était plus une banque d'arme qu'autre chose en ce moment, elle pouvait certes encore bouger et faire quelques tâches, mais sans un corps, il n'y avait pas de force, c'était comme un mécanisme de sécurité que j'avais mis pour éviter qu'on ne me la vole, quelque chose en plus que mes onde cérébrales, j'étais peut être trop prévenant, mais il fallait mieux dans certain cas, bref, je lui avait demander pour des carreaux d'arbalète car j'avais eut une idée d'arme assez intéressante, néanmoins, vu que je n'avais encore jamais utiliser ce genre de chose il me fallait un conseil, et Katsuri semblait d'accord pour m'en donner, il semblerait que le fil de mes pensée était exacte, on pouvait tout mettre du moment que cela reste toujours aussi discret et également dans la même forme, puisque comme toujours ma main gauche s'occupait de l'observation, qui était toujours aussi ennuyeuse, ma main droite fit apparaitre quelque hologramme de composant que je regardais avec un petit sourire, ma partenaire allait pouvoir facilement comprendre cela, ce n'était que des information simple sur des métal et autre petit gadgets.

"Je vois, donc si par exemple je plaçait une charge explosive pour un carreaux, il me faudrait quelque chose de compact mais d'efficace, pour rester dans la discrétion aussi il y a toujours ce composer chimique assez intéressant qui au contact de l'air s'agrandit et forme une sorte de toile qui emprisonne la cible, Peut être aussi un dispositif sonore pour assommer, après il reste toujours la question des matériaux..."

Je continuais alors de jouer avec mes hologramme alors qu'elle m'apportais ce qu'elle avait préparer, je la remerciais alors avec le sourire tout en continuant de trafiquer un hologramme en 3d d'un carreaux d'arbalète, cherchant quel matériaux je pouvais mettre pour éviter que cela ne soit trop lourd ou alors que cela ne ce casse pas en touchant quelque chose, comme toujours, je ne semblais pas trop m’inquiéter qu'elle voie ce que je faisais, après tout, depuis le temps maintenant, elle avait bien le droit de voir cela, pour toucher après, elle aurait besoin d'une paire de gant avec une fonction comme la mienne, mais je ne savais pas si j'avais encore ce genre de chose, quoi qu'il en soit, je commençais à manger tranquillement en la complimentant, j'aimais bien le gout, et peut être que cela était quelque chose de simple, mais j'aimais, alors j'avais le droit de complimenter non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 5 Déc - 21:36

Il me donnait des pistes à suivre pour encore m’améliorer en temps qu’assassin. Ils avaient beau m’avoir créer pour être l’assassin parfait, je savait qu’il fallait que je ne cesse de m’améliorer pour rester ce que j’étais sensé être. Nous étions ensuite partis à parler des carreaux d’arbalète et des différents modèles possibles ou imaginables. Je laissais alors un petit sourire se poser sur mes lèvres. Il avait alors fait apparaître un hologramme et j’y avais jeté un œil. Je le laissais réfléchir, même si j’observais les plans d’un œil critique. Après tout, je m’y connaissais suffisamment avec les carreaux et les arbalètes, même si pour moi, rien ne valait ma mini-arbalète. En l’entendant parler, j’avais simplement laisser un sourire se posé sur mes lèvres : j’avais pas mal de carreaux ressemblant à ce qu’il citait… Pas de filets, je préférais assommer et voir ensuite… Par contre, j’avais de quoi tendre un fil au sol avec des duos de carreaux.

« Quelques choses comme ça. J’ai quelques dispositifs à la Guilde, je te les montrerais quand on rentrera… Ça te donnera probablement des idées… Et tu pourras me donner des pistes d’amélioration pour ce faire »

J’avais ensuite servit nos assiettes et il m’avait remercié, alors, j’avais simplement haussé les épaules. Puis, comme si de rien était, j’avais simplement commencé à parler, prenant juste le temps de lui donner quelques conseils alors qu’il travaillait sur cet hologramme. Il me complimenta quand au repas et je ne pus empêcher un sourire amusé de se poser sur mes lèvres, je n’avais pas fait grand chose après tout. J’avais mangé quelques bouchées avant de lui dire simplement.

« Ne t’attend pas à manger autre chose que des plats cuisinés tant que nous seront en planque ici par contre… »

Je n’avais cependant pas insisté plus longtemps. Si cela lui faisait plaisir de me remercier, ça ne pouvait pas faire de mal. Je m’étais alors simplement reconcentrée sur mon assiette. Délaissant le paquet de chips entamé sur un coin de la table. En attendant, je continuais encore et toujours de regarder ce qu’il faisait sur cet hologramme. Encore une fois, je li donnait des informations de temps à autre, toujours aussi détaché, même si je commençais à être tendu de ne pas être seule…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 5 Déc - 22:45

Je fus assez d'accord sur l'idée de Katsuri en ce qui concernait les carreaux d'arbalète, après tout, elle s'y connaissait mieux que moi et je ne le niais pas, alors je prenais toute proposition avec le sourire, d'ailleurs, elle me donna encore quelque conseils qui me furent assez utile pour avoir d'autre idée, mais cela allait être pour un peu plus tard, je ne pouvais pas surveiller, manger et travailler en même temps, je n'avais pas trop bras, alors je pris le temps de bien manger, je me régalais il fallait savoir, même si cela n'était pas de la grande cuisine, de toute manière, j'avais manger bien pire et il n'y avait pas de grande cuisine à Logos, bref, cela ne servait à rien de réfléchir la dessus, je terminais alors mon assiette pendant qu'elle continuait de regarder mon hologramme, c'était plaisant de voir quelqu'un de silencieux et qui pouvait comprendre ce genre de chose, néanmoins, je ne pouvais m’empêcher de voir qu'elle semblait un peu tendu, peut être qu'elle avait un peu de mal à tenir?, ou bien il s'agissait d'autre chose qu'elle ne voulait pas me parler, cela pouvait être aussi une solution, dans tout les cas, si elle voulait prendre un peu de repos en attendant son quart, cela ne me posais pas trop de problème, après tout, je pouvais toujours lui dire quand le moment sera venu.

"Ça n'a pas l'air d'allé, si tu as quelque chose ne t'en fait pas pour moi et va te reposer un peu avant que ton quart ne commence, je viendrais frapper à la porte quand sa sera le moment."

J'avais alors juste souris avant de continuer de travailler, il fallait savoir aussi que je commençais à penser à autre chose en même temps, alors il y avait de forte chance que je change d'hologramme, néanmoins, elle semblait toujours apprécier celui la alors je ne changeais pas, par courtoisie, et puis, elle était la et me conseillait, alors c'était impolie, quoi qu'il en soit, la journée passait affreusement lentement et mis à part un petit attroupement dans le batiment à observer, il n'y avait rien qui allait être intéressant, bon sang, pourquoi il fallait que les gens agissent aussi bêtement, je veux dire, c'est pourtant pas compliquer de ce dépêcher à faire quelque chose au lieux de mettre trop de temps à le faire en trop petite quantité, ce n'était qu'une théorie qui trottinait dans ma tête alors je l'oubliais assez vite avant de me concentrer de nouveau sur ce que je faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 6 Déc - 1:23

J’avais mangé, assez rapidement… Mon père disait souvent qu’un jour je finirais par m’étrangler à force de manger aussi vite. C’était encore une des choses que je n’arrivais pas à changer chez moi… ou peut être que je n’en avais pas l’envie finalement. Encore quelques petits conseils, puis, sa voix retentit et je soupirais doucement, baissant les yeux vers mes mains. Il me proposait d’aller me reposer avant que mon quart commence, précisant qu’il viendrait frapper à ma porte au moment venu… A la porte de la chambre quoi… Sans un mot, je m’étais alors levée. J’avais besoin de solitude, rien d’autre que de la solitude. Je récupérais mon cahier  et je m’engouffrais dans la chambre, claquant la porte derrière moi. Je réalisais alors qu’il pourrait penser que j’étais énervée contre lui, mais ce n’était pas ça… J’avais juste besoin d’un peu de solitude. M’adossant à la porte, je me laissais glissée jusqu’à être assise au sol et je court-circuitait mon esprit, me coupant temporairement de tout ce qui pouvait lié mon esprit à autre chose… Il n’y aurait que le Labo pour forcer cet isolement…

Je gardais mon esprit vide un long moment, avant de recommencer à noircir les pages de mon cahier. Bientôt, il me faudrait en acquérir un nouveau… Le combien était-ce ? Je n’étais pas capable de le dire, mais je ne voulais pas les numériser. L’informatique était certes une chose d’avenir, mais pour moi, il n’y avait que l’écrit qui pourrait faire l’avenir car l’écrit pourrait survivre à tout. Encore et toujours, je continuais à écrire, presque fiévreusement. Je ne supportais pas de ne pas avoir droit à ma solitude, c’était ce qui m’empêchait de faire des missions d’infiltrations… et d’atteindre les plus hautes sphères de la Guilde. Je perdis la notion du temps, écrivant fiévreusement, passant d’une page à l’autre pour revenir à la première, mon esprit était en ébullition. Et, dieu sait pourquoi, quand mon esprit se perdit à un moment, ce fut le visage endormit de ma mère qui apparu sur un des feuillets.

Je me figeais alors, le sang glacé dans mes veines. Pourquoi maintenant ? Etait-ce de lui avoir parler d’elle ? J’avais envie de hurler, mais je n’en fis rien, me contentant de laisser choir mon cahier à mes pieds. Je remontais lentement mes genoux contre mon torse, les entourant maintenant de mes bras avant d’y enfouir simplement mon visage, comme vidé de mes forces. J’avais juste besoin de me ressourcer, de rassembler mes forces pour pouvoir me montrer forte lorsqu’il en viendrait à frapper à cette porte. Katsuri Tsok’Ya’Ko ne pouvait pas se permettre de faiblesse pour ne pas régresser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 6 Déc - 1:44

Katsuri semblait avoir pris ce que je lui avait dit à la lettre, claquant la porte derrière avant de l’entendre se mettre contre cette porte, je me grattais alors la tête, parfois j'avais du mal à la comprendre, mais cela était quand même normal, il n'y avait que peu de temps qu'on travaillait ensemble, avec tout cela, je fit disparaitre les plant des carreaux d'arbalète avant de ne rien faire d'autre que de surveiller le batiment pendant un moment, ayant juste envie d'être calme, trop de chose fourmillaient dans mon esprit et j'avais toujours eut du mal à faire le tri, peut être que cela était du à ma suractivité de mon cerveau, et en parlant de cela, je sentit une envie de chocolat me monter à la tête, il fallait mieux que je prenne quelque chose pour ne pas prendre le risque d'avoir des douleurs, grâce au caméra que j'avais placer, je pouvais bouger tout en regardant toujours le batiment via hologramme, et j'en profitait donc pour prendre une tablette de chocolat ainsi que des noix de cajou, cela allait me suffire pour le moment, du moins c'était ce que je pensais, je revins donc sur ma chaise en continuant de travailler mon esprit à éviter de m'embrouiller, quand j'étais jeune ce genre de chose m'étais arriver souvent, ayant eu du mal à me contrôler et me perdant souvent dans les méandres de mes idées, néanmoins, avec un peu d'aide de ma mère pour le contrôle de soi, tout allait beaucoup mieux, d'ailleurs, penser à ma même me fit sourire un peu tendrement, si ma partenaire avait été la, elle se serait demander ce que j'aurais eu.


Quoi qu'il en soit, le temps passa assez vite par la suite, après tout, il n'y avait plus rien d'intéressant à faire et mis à part une petite idée sur une modification d'épaule pour mon armure, le reste pouvait attendre, j'entendis finalement l'alarme de l’horloge sonner et je tapa dessus pour la réinitialiser pour les six prochaine heures, me levant alors pour me diriger vers la porte, je ne savais pas ce qu'elle faisait derrière la porte, mais une chose était sur, je n'allais rien lui demander, j'étais quelqu'un de sympathique et de professionnel, si elle avait eut quelque chose de grave, elle m'en aurais peut être parler, pas sur mais cela vaux le coup d'imaginer, je fis alors quelque coup doucement sur la porte en sachant que je savais qu'elle était derrière, lui disant que c'était son quart, puis je m'éloignais de la porte en posant le cahier qui concernait l’observation de son côté, attendant qu'elle prenne place avant de me mettre vers le sofa, l'y allongeant un moment pour regarder le plafond, soupirant, ce n'était pas vraiment la joie, et je pouvais comprendre que cela allait finir par nous stresser tout les deux, mais j'allais faire en sorte de ne pas la gêner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 6 Déc - 17:15

J’avais perdu toute notion du temps, me laissant simplement allée au gré de mes pensées, quand j’entendis frapper à la porte. Déjà ? Malgré moi, je grognais tout en me relevant. Je me sentais un peu mieux, mais ce n’était pas encore au mieux… Je soupirais et resta quelques secondes adossée à la porte, laissant ma chevelure ébène masquée à demi mon visage comme elle en avait l’habitude, j’avais alors simplement ouvert la pause et posé mon regard sombre et aussi rouge que si j’avais pleuré sur lui. Mon regard s’était ensuite posé sur mon point d’observation ou trônait toujours ma tablette. Je m’y installais tranquillement, me perdant entre les plis du fauteuil. Je fit alors apparaître un fin plaid sur mes jambes, biens qu’elle soient en partie repliées sous moi. Puis, je plaçais ma tablette sur mes genoux et réactivais mes caméras éphémères. Elles tiendraient pendant cette garde et disparaîtraient durant la prochaine de Deus. En attendant, je décidais de lui parler, je lui devait des explications après tout…

« Désolée si je peux te paraître un peu… agressive… Je ne suis plutôt asociale. Quand je passe trop de temps sans être seule, je deviens nerveuse… »

Et incontrôlable, mais je me garderais bien de le lui dire. Je m’était ensuit à nouveau muré dans le silence. J’avais rétabli mes fréquences, puis remis mes quelques nanites au travail avec ce que j’avais laisser au pied de la moto, elles travaillaient sans doute beaucoup plus lentement que celles de Deus, mais contrairement à lui, je n’était pas habituée à ce genre de chose. Cependant, il s’était allongé alors, je ne m’éternisais pas plus longtemps dans ce que je faisais, le laissant se reposer tant qu’il le souhaitait. Six heures de repos… amputées par une douche, Ça ne faisait pas beaucoup et je commençais à regretter un peu de ne pas avoir fait de sieste pendant que je le pouvais. Enfin, ce qui était fait était fait. Je sentit la lame à ma taille et l’en ôtait pour le poser sur le bras du fauteuil. Une fois que je me serais reposée et qu’il ne le ferait pas, il faudrait que j’en profite pour aiguisé mes lames, que je n’ai pas de mauvaises surprises…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 6 Déc - 18:26

Bon, pour le moment tout semblait bien allé, j'étais peut être retourner me reposer un peu la tête sur le sofa, mais cela ne voulait pas dire que je lui en voulais, d'ailleurs, Katsuri semblait vouloir l'expliquer ce qui c'était passé, me disant qu'elle avait été un peu agressive parce qu’elle était un peu asociale, je me grattais alors la tête, c'était bien quelque chose de rare dit donc, néanmoins, cela pouvait arriver, qu'une personne ai du mal avec d'autre, d'un côté, je trouvais cela dommage qu'une aussi jolie femme tel qu'elle ai ce genre de problème, elle allait surement avoir du mal à se trouver un copain, d'ailleurs sa m'étonnait qu'elle n'en avait pas encore un, bref, ce n'était pas mes affaire, je n'étais pas vraiment son ami, juste une connaissance et on avait confiance, cela pouvait presque être la même chose, mais on ne parlais pas de chose trop privé, du moins, jusqu’à ce qu'elle aborde cela, tant pis, peut être que c'était justement parce qu'elle semblait bien me prendre en considération qu'elle me disais cela, alors autant lui répondre.

"Je t'en fait pas, je peux comprendre, et n'hésite pas à me dire quand tu as besoin d'un peu de solitude, je ferais en sorte que tu ai tes moments à toi pendant qu'on sera en observation."

J'eus alors un petit sourire, gardant les yeux fermer, me reposant le plus possible, même mon armure ne faisait plus rien, juste regarder dans le vide, tout était éteint, je n'avais besoin de rien, quoi qu'il en soit, je ne savais pas si elle allait me demander quelque chose, mais en tout cas moi j'allais en profiter pour faire un peu le tri dans ma tête et pour réfléchir un peu à l'avenir, je ne savais pas ce que ce monde allait réellement me réserver, alors il allait surement falloir que je fasse assez attention, heureusement, j'avais déjà un travail, bien que je n'étais pas payer, d'ailleurs, en parlant de paye, il fallait que je vois ce genre de chose avec elle, vu qu'elle allait surement rester avec moi un bon moment et que je n'allais pas perdre cet argent alors qu'elle pourrait en profiter, moi aussi je pourrais mais cela allait être plus compliquer de dire qu'une machine avait besoin d'argent qu'elle.

"Au fait, il faudra voir pour que tu touche mes payes, après tout, sa serait dommage que cet argent ne soit pas utiliser et reste avec la guilde non?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 6 Déc - 20:14

J’avais tenue à lui expliqué et cela amena une nouvelle tension en moi. C’aurait peut être été mieux que je le considère juste comme une machine, au moins, je ne me serait pas sentit obligée de me justifiée devant lui. Le côtoyer en sachant qu’il était humain me faisait agir différemment. Je n’insistais cependant pas sur le sujet de ce qu’il était ou de mon asociabilité. Je me focalisais alors sur mon écran, regardant ce qui se passait dans le bâtiment d’en face. Je soupirait doucement : si d’ici demain, il n’y aurait pas de nouveauté, je m’infiltrerais avant l’aube pour poser des micro à divers endroit. Il m’avait cependant demandé de lui dire quand j’aurais besoin de solitude et qu’il me l’accorderait. J’avais alors simplement hoché la tête, sans un mot de plus.  Et nous nous étions simplement remis à notre travail pour moi et repos pour lui.

Il se passa ainsi quelques minutes, puis, il avait soulever un autre souci : sa paya et le fait qu’il ne faudrait pas la laisser se perdre dans la nature. Il proposait que ce soit moi qui touche l’argent et je m’en senti un peu mal à l’aise. Gardant mon regard rivé sur le monitor, je m’étais alors accorder quelques instants de réflexion avant de me pencher en avant pour récupérer mon paquet de chips. Encore quelques secondes et je finit de peser le pour et le contre de cette situation : je ne voyais pas pourquoi je toucherais sa paye, il suffirait de dire qu’il avait besoin de matériel pour faire son entretiens ou sa maintenance… Mais d’un autre coté, si les choses se passaient ainsi… Qui vendrait quelques choses à une machine non accompagner si elle n’avait pas les papiers prouvant sa propriété… J’avais alors soupiré, puis j’avais hoché la tête.


« Je verrais ce que je peux faire, mais je ne peux que m’arranger pour que mon père en parle au Maître. Si cela marche, tu n’auras qu’à me demander ce dont tu pourrais avoir besoin. On verrait ça quand on rentrera. »

Je ne le regardais pas vraiment pour autant, gardant simplement les yeux rivés sur le moniteur. Je grignotais toujours mon paquet de chips, simplement, pendant que mes nanites continuaient à bidouiller ma moto et que moi je gardais les yeux posés sur ce qui se passait dans le bâtiment d’en face.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 6 Déc - 22:46

Il y eut d'abord un silence, ce qui était normal, elle pesait certainement le pour et le contre de tout ce que je venais de lui dire, après tout, c'était d'argent qu'on parlait, néanmoins, si jamais elle ne savait pas trop, j'avais un bon argument en réserve, et d'ailleurs, elle me répondit qu'elle verrais ce qu'elle pourrait faire, après tout, ce n'était pas quelque chose de normal, allons bon, un robot n'a pas besoin de pièce de rechange ou alors de payer le cout de ce qu'il consomme en énergie?, c'était pour le moins étrange, néanmoins, j'avais ma petite idée, alors autant lui en parler, je l'étirais alors toujours allonger sur le sofa tout en répondant.

"Et bien, tu as plusieurs facteur en ta faveur, tu est ma partenaire et aussi tu est responsable de moi à leur yeux, cela pourra jouer en ta faveur, et puis je n'ai pas besoin de beaucoup d'argent, juste de quoi avoir un peu pour manger, tu pourra garder le reste Katsuri."

Je n'avais jamais vraiment été quelqu'un qui était intéresser par l'argent, la plupart du temps, cela me servais juste à acheter de quoi manger, pour le reste, je me débrouillais très bien avec mes nanites et autre moyens comme la refonte ou autre procédé, si elle en avait plus besoin que moi, tant mieux non?, c'était ce genre de penser qui allait dans ma tête à mesure que le temps passait plus lentement que prévu, j'avais bien fait d'avoir garder quelque noix de cajou avec moi pour les manger, le reste de ce qu j'avais pris devait encore être sur la table, si elle voulait en prendre je n'allais rien dire, ce n'était pas parce que j'en avais besoin qu'elle devait se restreindre, quoi qu'il en soit, il fallait quand même trouver un autre sujet de conversation, ou alors garder le silence, bien que cela était plaisir, je me décidais d'aborder quelque chose d'assez étrange, surtout en sachant que ce n'était pas du tout son style de travail, c'était peut être pour avoir un avis autre que le mien.

"Cela va peut être te paraitre étrange vu la question, mais j'aimerais savoir ce que tu pense de l'orientation de la technologie de Caprica, avec ce que j'en ai vu et surtout à cause des mouvement anti hubots, qui pourrait dire qu'il ne va pas y avoir une guerre à force, je n'espère pas, j'ai vu pendant toute ma vie ce que pouvait faire ce genre de chose, et ce n'est pas beau à voir, désolé, je me suis éloigner du sujet..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ombre et la Machine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternia :: L'univers :: Caprica :: Le reste du monde-
Sauter vers: