Eternia

Pourquoi seulement penser dans un seul monde, alors qu'une infinité vous attendent par Eternia
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Ombre et la Machine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 29 Nov - 22:44

Il avait ôté son casque, c’était déjà une petite victoire, mais cela importait peu pour le moment. Il avait alors soupiré et encore une fois, il s’était obstiné à penser que je parlais de l’humain comme de la façon d’être humaine et cette fois, ce fut à mon tour de soupirer en levant les yeux au ciel. Je récupérait le sandwiche non entamer et le lui tendit avant de prendre la parole d’un ton des plus calme, singeant sa façon de parler :

« Oh, s’il te plais ! Tu n’as toujours pas compris que je parlais dans le sens strictement génétique du terme ! Et puis, je n’ai pas vendu ton secret parce que ça ne m’aurait mené à rien de le faire… Et tu n’as pas vendu le mien non plus. » Elle indiqua sa tête d’un doigt et repris « Tes lunettes, je peux te les rendre, le bon moment n’était simplement pas arrivé. Et si tu veux, je peux continué à t’appeler Deus, je ne te connais pas d’autre nom après tout. Oh et le sandwiche, c’est pour toi, je me suis dit que tu aurais envie de vrai bouffe pour l’occasion. »

Je soupirais doucement, puis, je m’assit au sol près de lui pour le regarder en restant tout de même à une distance correct. Je ne l’avais pas imaginé comme ça… Hum… en fait, je ne l’avais pas imaginé tout court d’ailleurs. J’avais chassé cette pensée de mon esprit, pour maintenant poser les yeux sur lui. Attendant toujours qu’il s’exécute… Ce qu’il ne semblait pas décidé à faire. Il refusa cependant de retirer le reste, prétextant être en plein traitement et ne pouvoir bouger sans son armure. Je secouais simplement la tête, puis, je le fixais avec une certaine agressivité et en un instant, je trouvais une prise sur son armure et je m’approchais jusqu’à n’être qu’à quelques centimètre de lui.

« Peut être, n’empêche que le vulgaire humain à choisit son armure lui, alors que l’hybride que je suis n’a jamais chercher à ce qu’on la modifie de toute part pour être ce qu’elle est actuellement, mais tu ne peux pas le comprendre, tu te réjouit de ton avancement, pour toi, il n’est pas la seul chose qui fait de toi quelqu’un ! »

Mon regard colérique était posé sur lui. Je soupirais et je le relâchais, m’éloignant maintenant de lui. J’allais simplement récupérer mon sandwiche avant de m’installer tranquillement là où j’avait posé ma cape. Apparemment, il refusait mon aide, très bien… Encore une fois, je pris la parole, d’un ton calme… Très calme, trop calme peut être :

« Comme tu voudras. Mais il est possible que tu es quelque chose qui a un remède sur Caprica. Peut être que je pourrais te pourrais te soigner instantanément, enfin, c’est à toi de voir si tu préfères interrompre la procédure de traitement ou non. »

Je restais simplement où j’étais, à manger, il m’avait proposé de lui poser une question et j’avais légèrement soupirer. Je réfléchis un instant, mais il y avait pourtant une question que j’avais envie de lui poser. Contre toute attente, ce n’était pas sur lui que portait ma question, c’était surtout :

« Parle moi du fonctionnement des nanites, si tu t’en sent en état. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 29 Nov - 23:45

Pour le secret de Katsuri, je n'avais rien dit parce que je pensais que tout le monde le savait, alors ce n'était pas le cas, c'était un coup de chance alors, mais puisqu'elle savait la vérité et qu'elle semblait ne pas vouloir que les autres sachent, j'allais garder cela pour moi, puis elle parla des lunettes, me disant qu'elle pouvait me les rendre, juste qu'elle n'avait pas eut l'occasion, je lui expliquais alors qu'il fallait mieux qu'elle les garde tant qu'on continueraient de travailler ensemble, pour peut être mieux se comprendre, bref, elle me donna un sandwich et je le mangeais avec pas mal d'appétit, un vrai repas depuis si longtemps, cela était plaisant, bref, avec tout cela, elle semblait avoir mal pris quelque chose et elle me fit très bien comprendre qu'elle n'avait pas choisit d'être comme cela, je m'excusa alors, baissant un peu la tête, je ne savais pas cela et elle venait de me le dire sans même s'en rendre compte, mais bon, il restait quand même la question de mes soins, elle partait d'une bonne intention en me disant qu'elle pouvait toujours trouver un médecin pour les bon médicament, mais c'était plus compliqué, peut être que de lui montrer était le mieux, je fit alors en sorte d'ouvrir un des côté de mon armure au niveau de mon torse pour montrer alors mon abdomen avec quelque tubes planté à l'intérieur.

"Module de soins automatique, si j'avais su cela avait je l'aurais désactiver, et oui, c'est assez dangereux de le couper en cours, vu que cela va à l'intérieur de mon corps."

Je replaçais alors l'armure avec un petit grognement, cela n'avait pas été plaisant à faire mais autant qu'elle comprenne non?, ce n'était pas contre elle que je disais cela, bref, j'avais fait en sorte qu'elle puisse me poser des questions, maintenant qu'elle allait être un peu plus dans le secret avec moi, elle avait bien le droit de savoir certaine chose, et son sujet fut les nanites, d'accord, je fis alors sortir une petite balle noir d'un compartiment et lui lança tout en commençant mon explication.

"Il y a deux genre de nanites, ou du moins de ce que j'ai fait moi même, celle que tu tiens en ce moment, à peine plus petite qu'un grain de sable, et capable de former des formes complexe et même certain composant électronique." Je fis transformer par la pensée la balle qu'elle tenait en petite voiture qui roulait dans sa main. "C'est plus pour le côté du combat que je les ai faite, et pour le moment tu as pu voir qu'elles sont assez efficace, celle des injecteur son plutôt de la taille des globule rouge du sang et permettent des actions beaucoup plus précise, celle du dernier que je t'ai donner par exemple vont rendre ta puce totalement sous ton contrôle et aucune personne extérieur ne pourra trafiquer quelque chose dessus, du moins, pas sans opération, ou alors une autre dose de nanite dans mon cas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 30 Nov - 1:46

Mon secret n’était pas vraiment ce que j’étais, mais plus que je servais de mercenaire au laboratoire… et parfois à d’autre. Je me demandais si un jour j’aurais droit à ce que mon père avait refusé : un véritable appartement à moi dans les étages du bâtiments de la Guilde. J’aimais bien ma chambre, mais je ne pouvais pas y faire ce que je voulais. En attendant, ce n’était pas le moment de penser à tout ça et je me reconcentrais sur le moment présent. Il y avait plus urgent que mes rêves d’intimité. Il voulait que je garde les lunettes tant qu’on travaillerait ensemble, elles resteraient dans l’étui de mes carreaux dans ce cas, d’ailleurs, il faudrait que je m’en fasse de nouveaux. J’avais laissé un sourire amusé se poser sur mes lèvres alors que j’avais vu l’appétit avec lequel il dévora le sandwiche, je me promis de lui apporter encore de la vraie nourriture si nos relations allaient en s’améliorant comme elles semblaient plus ou moins le faire. Il me montra ensuite son module de soin automatique et je ne pus m’empêcher de grimacer avant de hausser les épaules.

« Cela va te soigner, et ça mettre sûrement du temps pour le faire vu que ta base de donner n’a pas les virus originaires de Caprica. Si tu avais pu le désactivé, j’aurais pus te trouver une sorte de vaccin, il y en a presque pour tout ici. Tu aurais été pleinement guérit en moins de temps qu’il ne l’aurait fallu pour le dire… »

Je haussait alors simplement les épaules et m’en retournait à mon sandwiche pendant que je le questionnait sur les nanites. Il m’envoya alors une balle noire que je rattrapais au vol, réflexe uniquement issu de ma nature. Je la regardais un instant, intriguée, tout en écoutant ce qu’il disait. Cette forme était intéressante, mais je n’en voyais pas l’utilité, moi qui pouvais créer tout ce qui me passait par la tête… Rien n’avait été trop complexe jusqu’à présent en tout cas.

« Elles sont pratique pour toi en effet. Avec les facultés dont ils m’ont doté, je suppose que je pourrais facilement pallié à leurs effets… »

Cependant, nous en arrivions à la partie qui m’intéressait vraiment : les injecteurs. Je l’écoutais alors très attentivement. Si j’utilisais donc cet injecteur, il n’y aurait donc que deux effets pour le contrer. Deux solutions qui me rendrait dépendante du Laboratoire ou de lui… Je soupirais alors et laissait retomber ma tête en avant, ma sombre chevelure venant masquer mon visage.

« Alors, ils ne sont pas une libération pour moi, ils m’ont charcuté le cerveau une fois, ça ne leur posera sûrement aucun problème de recommencer. » J’avais parlé à voix basse, pour moi… Puis, je repris aussitôt, plus haut et adressé à lui « Comment as-tu travailler sur ces seconds nanites ? »

Une idée m’était venue et j’en avais pris note dans le ‘cahier intime’ où je notais toutes les idées que je ne voulais pas encore voir venir aux oreilles des autres. J’avais choisit ce genre d’ouvrage à la base pour la piètre sécurité du cadenas… la serrure multipoints refermant mon coffre était beaucoup plus sécurisée cependant… Enfin, il était le seul à pouvoir me donner les réponses dont je pourrais avoir besoin pour mes expériences. Mon père m’avais appris à toujours chercher plus loin que ce que je savais… A être curieuse en somme…il avait probablement un peu trop bien réussit. Je le regardais et, moi qui connaissait tant le pris de la liberté, une question me brûla les lèvres alors je la posais :

« Ce n’est pas trop inconfortable de demeurer dans cette armure tout au long du jour et de la nuit ? »


Dernière édition par Katsuri Tsok'Ya'Ko le Dim 30 Nov - 2:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 30 Nov - 2:25

Elle avait donc eut la même idée que moi à propos des virus de Caprica, tant pis, je n'aurais qu'a prendre un de ces vaccin pour aider mon système immunitaire, après tout, je devais être bien capable de faire quelque chose avec cela non?, bref, elle ne semblait pas intéresser par mes nanites, ce qui n'était pas si grave, après tout, si elle avait ce qu'il fallait pour faire autant, tant mieux, pour ma part, je n'avais aucune autre capacité de mon cerveau, donc je devais bien pallier à tout cela, et mon armure était l'exemple de ce que j'étais capable de créer et ce que mon père avait créer avec comme sacrifice ma propre mère, je secouais ma tête, après tout, je n'étais peut être pas si humain que cela, après tout, mon cerveau était si différent...

"Il y a donc une partie de moi qui n'est pas humain..."

J'avais surement penser à cela tout haut, mais je n'y avait pas fait attention car j'entendais Katsuri me demander comment j'avais pu faire ces nanites, il y avait surement plusieurs manière de les faire, mais vu que je m'en servais surtout pour opérer dans les corps de gens, j'avais du trouver un moyen rapide pour les faire, et comme j'avais des milliard de main à proximité.

"J'ai utiliser mes nanites pour les faire, après tout, vu leur tailles, c'était comme travailler sur quelque chose de minuscule, alors que pour moi c'était avec un microscope, enfin, je les ai surtout fait pour s'occuper du corps des gens, aussi bien pour soigner que pour tuer, regarde ta main, je vais te montrer un exemple, ne t'en fait pas il n'y aura aucun problème."

Je fis alors en sorte que les nanites se servent d'une partie des leurs pour faire des nanites microscopique, créant une petite tache de liquide sombre au creux de sa main, une fois qu'elle pu bien voir, je fis en sorte de tout refaire comme c'était avant, puis j’allais répondre à son autre question à propos de mon armure, après tout, c'était surtout en rapport avec mon confort.

"J'ai pris l'habitude, cela fait plus de cinq ans que je travail comme cela, alors parfois j'oublie totalement que je la porte, bien entendu, pour le moment à Caprica je ne suis qu'une machine pour les autre, alors bon."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 30 Nov - 3:34

Je regardais un moment son état, puis je me concentrais pour percevoir les pulsations de son pouls. Sans même le toucher ainsi, je pu comprendre ce qu’il avait, j’aurais pus matérialiser le vaccin tout de suite, mais ça se passerait probablement mal avec le module, peut être même qu’il prendrait le vaccin pour un virus. Vaguement, je l’entendis dire qu’une partie de lui n’était pas humaine et j’eu le tact de faire comme si je n’avais rien entendu, ce n’était pas à moi qu’il parlait après tout. Dans le calme, je reparti donc sur le sujet du vaccin :

« Pour le moment je ne peux rien faire, le purificateur d’air s’évanouira dans la nature demain. Quand ton module sera déconnecté, tu n’auras qu’à me contacter, je te ferais parvenir un vaccin… Je resterais sur la fréquence de ton armure si ça doit être après mon départ de cette pièce. »

Puis, quand au sujet des nanites, je buvais presque ses paroles et quelle déception ce fut pour moi quand il m’annonça que c’était ces autres nanites qui s’en occupaient… Si je voulais tenter ça, j’allais devoir lui demander son aide… Mais avait-je assez confiance en lui pour cela ? Je n’en était pas encore vraiment sur. En attendant, il voulait me montrer ce que ces nanites étaient capable de faire et je gardais ma paume ouverte, regardant comme il le lui avait demandé. Je brûlais de lui poser encore des question, mais il fallait que j’ai déjà des réponses à mes questions. Finalement, même les nanites les plus importantes pourraient avoir leur utilité, mais je devais encore y réfléchir avant de passé à la théorie et donc de poser des question… Il me répondit alors au sujet de son armure, probablement qu’elle lui était devenue aussi familière que moi et mon exosquelette… Je me souvenais encore de l’horreur de mes premières nuits de cyborg… Il m’avait fallu des années pour faire abstraction de ces machines en moi… Mais jamais je ne les oubliais.

« Je vois, cependant, si tu as besoin de quoi que ce soit, je pourrais peut être m’arranger, je me suis bien arrangé pour que tu ai ce lieu après tout. »

Oui, je savais jouer de la culpabilité de mon père, mais ça, il n’avait pas besoin de le savoir… Et on ne pouvait pas dire que j’abusais beaucoup de ce fait non plus. Pour ne pas penser à mes histoires de famille plus longuement, j’en revenais à cette histoire de nanites et aux questions que je me posais.

« Je suppose que les nanites seraient donc capable de s’auto-multiplier, je me trompe ? Une autre question que je me pause. Quand tu m’as fait parvenir le premier injecteur, mon père m’a dit que tu lui avais expliqué qu’elles disparaissaient sans laisser de traces… Est-ce que certaines micronanite pourrait survivre au corps… humain diront nous… et s’y développer ? »

Lui demandais-je simplement… Et je pensais m’arrêter là pour aujourd’hui, sinon il allait finir par se poser des questions quand à mon engouement pour ces petites machines… Je lui renvoyais ses nanites et achevais enfin mon repas avant de lui dire simplement.

« Si toi aussi  tu as des questions, pose les, si je suis en mesure d’y répondre, je le ferais… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 30 Nov - 4:25

J'avais donc commencer une discussion pour le moins particulière avec Katsuri, on pouvait presque croire qu'on se faisait confiance, néanmoins, j'avais encore un doute, mais je ne pouvais pas ouvertement lui dire que j'avais besoin d'une preuve pour cela, ce n'était pas correcte, du moins de mon point de vue, bref, elle parla alors de m'amener un vaccin quand mon module sera terminer et j’acceptais assez rapidement, lui indiquant une fréquence qui lui permettrait d'entendre ma vrai voix au lieux de celle de la machine que j'incarne si souvent, cela étant fait, elle me parla de pouvoir peut être s'arranger pour autre chose et j'avais bien envie un jour de me faire un laboratoire, néanmoins, faire cela dans la guilde était une mauvaise idée, il fallait mieux avoir un endroit un peu plus au calme, mais avant toute chose, elle semblait avoir beaucoup de question au sujet des nanites, et comme je voulais montrer ma bonne fois, j'allais lui répondre sans problème.

"Elle peuvent s'auto-multiplier, si elles ont des matériaux pas loin d'eux, après tout, les nanites ne sont pas des magiciens, ils ont besoin de quelque chose pour fabriquer, bien entendu, même du béton suffit, elles travaillent à l'échelle atomique, pour ton autre question, cela dépend uniquement du programme que tu leur donne, j'ai moi même essayer de faire quelque chose comme cela par le passé, mais je n'ai jamais eu le temps de finir, trop occuper par la guerre..."

Oui, la guerre, c'était vraiment quelque chose que je n'avais pas envie de me souvenir, mais c'était venu tout seul, bref, elle semblait avoir fini de manger et me renvoya les nanites avant de me demander si je n'avais pas de question, peut être sur elle ou alors sur la guilde,franchement, je n'avais qu'une ou deux chose à demander, la première concernait bien entendu un endroit ou pratiquer des expérience, l'autre, et bien, cela était un peu d'elle mais après tout, il avait un peu compris ce qu'elle avait.

"D'accord, j'ai juste deux choses à demander pour le moment, en premier lieux, il arrive que des membres de la guilde ai une maison en dehors?, et quand à l'autre, le groupe qui t'a fait sa, ils sont nombreux?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 30 Nov - 16:44

Quand je lui avais proposé qu’il me contacte une fois ‘soigner’ pour que je lui procure le vaccin. Il me fournit cependant une autre fréquence, pour le contacter lui et non son armure. J’avais hoché la tête et je m’étais débrouillée pour enregistrer la fréquence dans mon émetteur-récepteur. Je lui avait alors proposé mon aide pour acquérir certaines choses qu’un ordinateur ne pouvait pas récupérer. Puis, nous étions venu à reparler des nanites et il m’avait dit qu’ils ne pouvaient se multiplie qu’avec de la matière à utiliser. Ça me donnait de la matière à réflexion pour les jours à venir. Puis, il parla des micros nanites et dit qu’il avait déjà commencé à travailler sur quelques choses comme ça avant que la guerre ne le dérange trop. J’avais alors croisé les bras et j’avais hoché la tête.

« Il n’y a que les contraintes matérielles qui pourrait t’empêcher de reprendre tes recherches… »

Je n’avais rien trouvé de mieux à dire. Une fois revenu dans ma chambre, je prendrais des notes quand à mes observations du jour. Je lui en parlerais peut être un jour, selon ce que cela m’amènerait à voir si oui ou non, je pourrais moi aussi m’intéresser à ce genre de technologie. Je lui avais aussi proposé de me poser des questions à son tour. Après tout, il avait eut la gentillesse de répondre à mes questions, je lui devais donc bien ça. Il me dit alors avoir deux questions et je l’écoutait me les expose avant de songer à y répondre. Il voulait savoir si nous avions la possibilité de vivre dehors et il voulait savoir si ceux qui m’avaient créé, puisqu’on pouvait le dire ainsi, étaient nombreux. Je commençais donc par sa première question en toute logique, même si pour moi, elles étaient comme en partie liées.

« La tradition et la facilité veulent que nous demeurerions dans les bâtiments de la Guilde, mais il y en a qui ont des logements ailleurs. Ma famille a, par exemple, un petit appartement dans les quartiers modestes… Mais il n’a pas été utilisé depuis ma naissance, c’était l’appartement où ma mère avait choisit de vivre… Et cela se fait souvent lorsque l’un de nous uni ses jours à quelqu’un de l’extérieur… »

Je me passais une main derrière la nuque, un peu nerveusement. Il avait questionné sur le labo et je ne me sentais pas vraiment à l’aise d’en parler, mais je lui dirais ce que je pouvais en dire :

« Je n’ai pas accès à toutes les zones du Laboratoire, je ne sais pas combien de personne y travaille vraiment… Ce que je sais en revanche, c’est que ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Ils ne viennent pas de Caprica… Je ne sais pas d’où il vienne exactement, mais je sais qu’il cherche deux personnes… Ils m’ont programmé pour réagir si je les apercevais un jour ici… »

Je me tu alors, baissant les yeux vers mes mains sur mes genoux. Puis, je soupirais doucement, attendant la suite de ses interrogations, si il devais y avoir une suite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 30 Nov - 17:21

Oh oui, les contraintes matériels, c'était bien une chose qui allait être problématique dans ce monde, néanmoins j'avais différents moyen de paliers à cela, et d'ailleurs, je lui fis comprendre qu'une simple caverne était suffisante avec des nanites pour construire ce qu'on pouvait désirer, après tout, je lui avais bien dit qu'ils pouvaient travailler à l'échelle atomique, donc fabriquer du métal à partir de simple rocher, bien entendu, après cela ce n'était qu'une question de temps, enfin bon, peut être que cela l'aidera un peu, bien que je ne comprenais pas pourquoi je lui parlais encore de cela, peut être l'envie de discuter vraiment avec quelqu'un, quoi qu'il en soit, la première réponse vu intéressante, mais si je fis en sorte de ne pas penser à sa famille, c'était quelque chose de trop privé pour le moment, mais en tout cas, cela pouvait surement me permettre de faire quelque chose ailleurs, et j'avais déjà une bonne idée en tête, peut être qu'elle pourrais me renseigner la dessus par ailleurs.

"Hmm je vois, si seulement je pouvais mettre la main sur un système de téléportation, je pourrais le copier et créer quelque chose à l'abri des regard, il y a des montagnes à Caprica?"

Je n'avais vraiment pas passé beaucoup de temps en dehors de la ville ou j'étais arriver, alors je ne pouvais clairement pas savoir pour ce qu'il y avait en dehors pour ce monde, quoi qu'il en soit, elle répondit assez vite à mon autre question, alors ils venaient d'un autre monde aussi, je n'aimais pas ce que j'entendais, surtout quand elle parlait de deux personnes, de mon point de vue, cela pouvait être soit des expériences ratés ou alors des fugitifs, le troisième choix pouvais également être des gens possédant un intellect développé, ce qui me fis frissonner, je faisais partit de ce genre de personne après tout, surtout du à ce que mon père avais fait pour que je devienne comme cela, et si il avait réussit à rentrer en contact avec eux, impossible, il n'y avait aucun moyen de communication inter monde à Logos, je chassais alors ce genre e penser en la regardant un peu, j'en avais peut être trop demander.

"Désolé, c'était peut être la question de trop, au moins je vois que je ne fais pas partie de ces deux personne, néanmoins, j'espère juste qu'ils ne vont pas entendre parler de moi, sinon cela risquerais de t'attirer trop de problèmes..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 30 Nov - 22:21

J’avais déjà de quoi réfléchir à tout ce qui concernait les nanites… Des fois que mon prototype ne me prenne pas suffisamment de temps… En tout cas, il venait de me rappeler l’appartement de ma mère… Penser à elle ne me faisait pas souffrir, le peu que je l’avais connu, elle avait été dans le coma, je ne savais même pas si j’avais vraiment saisit qu’elle était ma mère du coup… Sentimentalement parlant bien sur. En tout cas, je pourrais faire jouer mon héritage auprès de mon père. Après tout, il pourrait toujours me contacter et je serais là en à peine quelques minutes… Oui, je pensais que ce serait suffisant pour convaincre mon père… Et comme nous étions propriétaire, je n’aurais qu’un minimum d’argent à dépenser… J’inspirais profondément malgré moi et me reconcentrait sur notre conversation du moment. Il m’avais alors tiré de mes pensées en me parlant d’un système de téléportation, j’avais faillit lui dire que le Laboratoire en avait un, puis, je m’étais ravisé, je ne lui faisait pas assez confiance pour ça. Il me demanda ensuite si il y avait des montagnes et j’avais légèrement sourit.

« Oui, mais ne t’attends pas à y trouver le calme, entre les humanoïdes et les Hubots, ce monde est surpeuplé, il n’y a plus vraiment d’endroit sauvage… Ou alors c’est parce qu’ils sont dangereux. »

Ce n’était rien de bien masqué, il aurait pus l’apprendre assez facilement en allant sur le net… Enfin, il m’avait posé la question, alors j’y avais répondu, tout simplement. Moi-même, c’était entre ces murs et ceux du Labo que j’avais appris ce que je savais. Je n’avais jamais quitté la ville et je ne savais pas si cela me motiverait vraiment de quitter cet endroit pour plus d’une mission, c’était chez moi après tout. Je soupirais doucement et baissait les yeux un peu piteusement. En attendant Deus s’était excuser, disant qu’apparemment, il ne faisait pas partie de ces deux personnes et j’esquissais un sourire, secouant légèrement la tête. Non, il n’en faisait pas parti.

« Je ne leur parlerait pas de toi. Ni de la machine, ni de l’armure et son concepteur, je le suppose en tout cas. Si ils entendaient parler de Deus ex Machine, ils aimeraient probablement le démonter pour analyser chacune de ses pièces… Et si ils connaissaient la vérité, ils chercheraient probablement à te recruter… et à analyser ton armure, ça, ça ne changerait pas… »

Je le regardais un moment et soupirait, je ne doutais pas qu’il serait capable de s’enfuir au meilleur de sa forme, mais il ne fallait pas tenter le diable et je ne savait rien des limites de ce que pouvait faire les employés du labo… et de leur technologie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 30 Nov - 22:54

Katsuri semblait sourire un peu plus maintenant en ma présence, ce qui était un bon signe en soit, après tout, elle se détendait un peu plus, ce qui était une bonne chose, enfin, pour le confiance je ne savait pas encore, mais il y avait une amélioration, elle me parla alors de surpopulation et des danger des zones inhabitée et j’eus le commentaire de lui dire que cela ne pouvait pas êtres des plus compliquer avec ce que nous possédions, en la mettant dans le lot, juste parce que je reconnaissais qu'elle avait les capacités pour survivre, bref, avec tout cela, elle semblait me dire qu'elle n'allait pas parler de mon existence à ces gens du laboratoire, ce qui me fis sourire, au moins elle n'allait pas vendre son partenaire, néanmoins, quand elle parla de me démonter ou alors de me recruter, j'eus un petit frissonnement, après tout, cela pouvait être possible, mais je travaillais souvent seul, la raison à cela était des plus étrange certes mais j'en avait une, peut être qu'elle pouvait l'entendre, ce n'était pas si secret.

"Je vois, mais je suis du genre à travailler en solitaire pour mes recherches, peu de monde arrive à suivre la cadence souvent."

J'eus quand même un petit rire, il n'y avait personne qui pouvait comprendre les mécanisme d'une machine d'un simple regard comme moi, alors il y aurait toujours un écart, néanmoins, si quelqu'un était capable de quelque chose que je ne pouvais pas faire, peut alors que...enfin, ce n'était pas le moment de penser à ce genre de bêtise, un petit silence s'installa alors et je me demandais bien ce que je pouvais lui demander de plus, rien d'autre, alors autant lui parler de ce qui allait se passer par la suite pour nous, peut être que c'était une bonne occasion d'effacer l'ardoise et d'enfin faire comprendre comment je fonctionnait en tant qu'assassin, pour surtout éviter les bévue des dernières fois.

"Bon, mettons certaine chose au clair, la d’où je viens, les assassinat étaient toujours des choses brutal à cause du fait que c'était un monde en guerre, c'est pour cette raison que je suis aussi brutal dans mes actions, néanmoins, maintenant que tu as mon code de réception, cela évitera qu'on se marche sur les pied et de discuter un peu mieux de stratégie pour les prochaines fois, si il y en a bien entendu."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 1 Déc - 2:55

C’était étrange, habituellement, je fuyait les conversations, mais pas pour le moment. Je soupirait doucement, commençant à ressentir ce besoin de solitude qui me caractérisait si bien. Je me maintint pourtant en place alors que nous parlions du laboratoire et de ce qu’ils pourraient faire si ils entendaient parler de lui. Il ne trouva alors rien de mieux à me dire que le fait qu’il avait plus tendance à travailler en solitaire dans ses recherches, car peu de monde arrivait à suivre le rythme. Je le regardais un moment, me demandant si j’y parviendrais… Non, probablement pas…

« Pour ma part, c’est plutôt le fait que je pense différemment qui me pose problème pour le travail en équipe… Ça n’a jamais été mon fort, c’est pour ça que je ne comprends toujours pas pourquoi on nous a mis en équipe… Enfin, tu dois être le seul à avoir les capacités pour me suivre en mission… me coiffer au poteaux même. »

J’eu alors une grimace. Oui, je lui en avais déjà fait le reproche, mais je n’y pouvais rien, j’étais rancunière et je ne parvenais pas à travailler là-dessus. Sans un mot, je baissais les yeux vers ma cape au sol et j’en pris un morceau de tissu entre deux doigts avant de m’énerver un peu dessus. Il parla à nouveau et je relevais un peu vivement les yeux vers lui, comme sur la défensive… Il urgeait vraiment que je retourne dans ma chambre pour m’isoler, la discussion avait été trop longue, bien que très instructive. En attendant, il me parla vaguement de comment les choses se passait dans son monde et je soupirais doucement.

« Ton monde et Caprica n’ont que peu en commun, il faudra que tu ouvres les yeux sur ça. Si tu continues à agir comme tu le fais, fatalement, tu te feras repérer. Surtout qu’avec ton armure, tu ne te fonds pas dans la norme. Si tu n’avais pas cette capacité de rendre ton armure invisible, tu aurais déjà tous les centres de recherches en mécanique sur le dos… Et encore, je ne serais pas surprise d’apprendre que certains seraient intéressés par un ‘robot assassin’ dont ils auraient entendu parler. Si je refuse de blesser quelqu’un qui n’est pas lié à la mission, je n’en oublie pas moi qu’ils peuvent parlé et lorsqu’il agit Deus attire l’attention, même si c’est une fois les faits accomplis. En tant qu’équipière, je ferais en sorte qu’on ne s’intéresse pas trop à toi… mais si cela doit me faire choisir entre ta sécurité et celle de Sho’en, je ne te choisirais pas. »

J’avais beaucoup parlé, bien plus qu’à mes habitudes, comme lui, j’avais été honnête, trop peut être. J’ouvris la bouche un instant, je faillis lui parler de moi et de cet ‘assassin parfait’ que j’étais sensé être, mais finalement, je m’étais ravisée et je m’étais levée.

« Je vais te laisser te reposer pendant que ton module te soigne. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 1 Déc - 4:06

Katsuri semblait avoir une raison tout aussi particulière que moi pour avoir toujours été en solo, néanmoins je trouvais que cela nous rapprochais un peu, d'un manière professionnel bien entendu, et elle semblait me faire des reproches, comme bien souvent depuis qu'on était dans la même équipe, mais c'était normal, j'étais toujours en train de voir comment j’allais devoir agir par rapport à ce monde, et d'ailleurs, elle semblait bien me le faire comprendre lors de ces paroles suivante, elle m'expliqua alors qu'il fallait que j'ouvre les yeux et que je fasse en sorte d'être toujours invisible, cela pouvait être parfaitement possible, par la suite, elle me répondit clairement qu'entre la guilde et moi, son choix était vite fait, et je pouvais comprendre, on ne se connaissait que depuis si peu de temps, elle n'avait pas entièrement confiance en moi, j’eus quand même un sourire un peu rassurant, elle n'était pas stupide et ne donnait pas sa confiance si facilement, c'était peut être pour cette raison que j'avais envie de la gagner, c'est alors que pendant qu'elle se leva pour partir que je pris la parole.

"Je comprend, j'ai d'ailleurs commencer à faire plus attention à ce genre de détail, à rester toujours camouflé, par la suite, si tu pouvais me donner quelque conseil supplémentaire, pas aujourd'hui bien entendu, on en parlera la prochaine fois partenaire."

J'eus un petit sourire amusé, le terme partenaire était vraiment étrange à dire de mon côté, mais bon, c'était comme cela, je fit donc en sorte de remettre mon casque pour être parfaitement hermétique et je la regardait maintenant avec les yeux robotique, attendant qu'elle utilise son récepteur pour qu'elle puisse m'entendre vraiment, car le reste du temps ce n'était que la voix de Deus qui n'était faire à partir de ce que je pensais dire avec la voix synthétiser, elle était donc enfin en train de partir et je regardais un moment ma pièce, elle devenait assez vite, je n'étais quand même pas en train de manquer la conversation?, non, juste qu'elle était assez sympathique et au moins semblait suivre ce que je lui disais, bon, elle avait ma fréquence, alors à tout moment elle pouvait parler au vrai moi et non à la machine, peut être que mes réactions allaient l'étonner pour les prochaines missions, mais c'était ce qu'il fallait voir quand on parlais avec Alphraim et non Deus, bon, je me concentrais maintenant sur la guérison, ne regardant pas le temps passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 1 Déc - 15:06

Lui et moi avions chacun nos raisons de travailler seuls. Je m’apprêtais à sortir de sa chambre quand il me parla, alors, j’avais jeté un œil dans sa direction par au-dessus de mon épaule. Il disait commencer à faire attention à ce genre de détail et à rester camouflé. Cependant, il me demanda aussi des conseils supplémentaires pour une autres fois et je le regardais en biais dans sa direction. Puis, j’avais simplement hoché la tête, sans ajouter le moindre mot de plus pour le moment. De toute façon, je ne voyais rien à rajouter. Je lui adressais un simple signe puis passait sur la fréquence qu’il m’avait donner en priant pour que le Laboratoire ne force pas le changement de fréquence en tentant de me contacter. Puis, une fois qu’il fut redevenu ‘machine’ je quittais la pièce pour regagner ma chambre où mon père m’attendais. Je soupirais puis, lui expliquait qu’il était vérolé et donc en plein diagnostic. Mon père me regarda longuement et un moment je me demandais si lui aussi n’avait pas deviner le secret de Deus. Cependant, il avait finit par accepter l’explication.

J’avais alors commencé à négocier avec mon père quand à l’appartement de ma mère. Il ne paraissait pas prêt à accepter cependant. Je pouvais le comprendre, il n’avait pas pu protéger ma mère là-bas. Ce qu’il ne comprenait pas vraiment en revanche, c’est que je n’étais pas ma mère et que moi j’avais toutes les facultés pour me défendre. Finalement, il me promit d’y réfléchir et j’avais grogné avant de claquer la porte derrière moi. Avec un nouveau soupire, j’avait récupéré mon calepin et y avait noté toutes les informations qu’il avait pu m’apprendre sur les nanites. Puis, je m’élançais, notant chacune de mes réflexions. Quand je relevais les yeux, je m’aperçus que la nuit était tombée, probablement depuis longtemps maintenant. Je n’avais pas vu le temps passé, je me passionnais peut être un peu trop pour ce que je faisais.

Je m’étais plongé dans mes plans et mes réflexions quand il m’avait finalement contacté. J’avais bondi, faisant choir mon cahier d’observation sur mes genoux. J’avais alors soupiré et m’était passé une main derrière la nuque. J’avais rapidement été lui faire livraison de son vaccin avant de me replonger dans mes réflexions. Ensuite, j’étais revenue à mes réflexions. Jusqu’à ce qu’on nous convoque à nouveau. J’avais laisser échapper un soupire lourd, puis, cloîtrée sous ma cape, je m’étais glissé dans les couloirs, arrivant avant Deus cette fois. Je n’avais pas assez dormit ces derniers temps et la fatigue marquait chacun de mes traits, mais je ne m’en souciait que peu, baissant juste encore plus la tête que d’habitude. On nous confia alors la mission et je soupirais alors que j’allais chercher mes deux épées et quelques objets supplémentaires avant de me diriger vers l’entrée du bâtiment, comme toujours. J'avais même glissé mon carnet dans le sac que je portais en bandoulière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 1 Déc - 15:37

Ces derniers jours je n'avais pas vraiment dormis, il fallait dire qu'avec ma maladie et le reste, je n'eus pas le temps d'avoir un bon moment de repos, néanmoins, Katsuri m'avais emmener le vaccin, alors côté maladie j'allais être tranquille, j'avais également préparer quelque petites choses dans mes compartiments de rangement pour être tranquille, après tout, j'avais surtout besoin d'équipement plus furtif, bref, il ne fallu pas longtemps avant qu'on nous convoque de nouveau et la mission semblait assez étrange, passer plusieurs jours dans une autre ville à surveiller un batiment, encore autre chose que je ne faisais pas habituellement, mais cela allait être une bonne occasion de mettre en pratique notre nouvelle relation amicale entre elle et moi, maintenant qu'elle avait mon code de réception, elle n'allait pas pouvoir se plaindre vu que j'allais surement lui demander son avis et des conseils, mais pour le moment la question était de savoir comment allé dans cette autre ville, je pouvais voler alors il n'y avait pas de problème, néanmoins, peut être qu'elle avait une idée pour trouver son moyen de transport, en premier lieux, ont devaient mettre au point ce qu'on allait faire avant de partir.

"Je vais t'attendre à la sortie de la ville qui même vers celle ou l'ont doit se rendre, une fois que tu aura trouver un moyen de transport on verra pour la suite, sa te va?"

J'attendis donc une réponse de sa part avant de m'envoler assez haut et de devenir invisible pour ne pas poser de problème, à vol d'oiseaux, la sortie de la ville n'était pas si loin, je fus donc le premier à être la, pour elle, cela allait être plus compliqué car elle devait venir avec son moyen de transport, d'ailleurs je me demandais bien ce qu'elle allait prendre, une voiture?, une camion pour me transporter à l'arrière, j'eus un petit rire à cette idée mais bref, j'allais éviter de trop y penser pour avoir la surprise, bien que cela était dommage que je n'avais jamais passer de permis pour conduire ce genre de véhicule, la guerre avait été trop importante pour cela et de toute manière j'étais un robot alors je ne pouvais pas passer de permis, c'était d'un tout autre registre, pas question de me brancher sur un ordinateur d'une ville, quoi qu'il en soit, je regardais un peu le ciel pour l'heure, on allait surement arriver assez tard au vue de la distance, mais cela avait surement un avantage, on allait devoir prendre une maison pour se reposer un peu, et peut être que je pourrais enfin me dégourdir les pattes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 1 Déc - 21:39

Je n’en revenais pas, on nous envoyait ailleurs, un moment, j’en étais venu à me demander si c’était une solution de mon père pour ne plus parler. J’avais retrouvé Deus devant les bâtiments, j’étais fatiguée, mais ce n’était pas bien grave au final. Nous étions installés là depuis quelques instants à peine quand il me proposa qu’on se retrouve à la sortie de la ville, j’avais alors simplement hoché la tête, puis, je m’étais glissé dans la foule, le laissant partir comme il voulait. Pour ma part, je me rendis chez un vendeur de moto… Les faux papiers, l’enfance de l’art pour quelqu’un comme moi. Sous ma cape, je matérialisais un permis moto et des papiers avec un faux nom mais ma photo. Ils étaient parfaits, alors le vendeur ne se posa pas de question et je reparti sur un bolide. Un plein plus tard, je démarrais avec un plein, une veste en cuir et des lunettes orangées en plus. Heureusement que j’avais un peu d’argent de coté qu’en j’y pensais. J’avais repliée ma cape et l’avait rangée dans ma sacoche, maintenant, je roulais jusqu’au point de rendez-vous, ravie de sentir ma bécane vrombir à la moindre de mes sollicitations. Je m’arrêtais devant Deus dans un léger dérapage. Puis, je bougeais un peu mon épaule. Mes vêtements renforcés sous la veste de cuir, ce n’était pas le plus confortable. Je posais alors mon regard sombre sur le pseudo méca et je haussais légèrement les épaules.

« Tu montes ou tu me suit par tes propres moyens ? »

J’avais glissé mes affaires dans la scelle qui servait de coffre, alors il avait la place de s’installé derrière moi… Ce serait peut être un peu juste pour lui dans son armure, mais je ne me sentait pas d’avoir une voiture ou un camion et comme la Guilde ne nous avait pas fourni de matériel… Enfin si… La planque. C’était déjà ça. Quand à la moto, il allait falloir que j’y fasse quelques modifications, pour mes épées entre autre, cela me dérangeait un peu de conduire avec… Quoi qu’il en soit, qu’il vienne avec moi ou qu’il prenne un autre « moyen de transport », nous ne tardîmes pas à prendre la route, je lui avais tout de même donner notre adresse de destination, par acquis de conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 2 Déc - 0:40

J'avais donc attendu ma partenaire qui était arriver peu de temps après sur une moto, elle était magnifique mais peut être un peu trop fragile pour supporter le poids de mon armure, alors j'expliquais à Katsuri qu'il fallait mieux que je la suive en volant furtivement, ne voulant pas trop la ralentir, après tout, j'étais lourd, bref, toujours était il que le trajet fut quand même assez long, j'aurais pas penser que c'était aussi loin, mais en même temps, je ne savais pas grand chose de ce monde, ce qui me fit encore une fois comprendre qu'il fallais mieux que je télécharge une carte de ce monde ainsi que d'autre chose une fois qu'on sera arriver, après tout, puisque je n'allais pas être trop longtemps dans cette autre ville, je pouvais me permettre de transgresser un peu le règlement, quoi qu'il en soit, je pouvais clairement voir que la soirée arrivait alors qu'on arrivait finalement dans cette nouvelle ville, c'était toujours aussi peuplé et je me demandais même si il n'y avait pas plus de monde qu'a Logos, je secouais ma tête intérieurement, cela ne servais à rien de penser à encore à mon ancien monde, j'arrivais donc devant l'adresse de destination et me posa pas très loin tout en restant caché pour éviter les problème.


Une fois qu'elle fut arriver et que la porte fus ouverte, nous pouvions rentrer dans cette appartement, c'était petit certes, mais au moins il y avait tout ce qu'on pouvait désirer, aussitôt, je lâchais quatre sphères qui parcouraient le sol en analysant l'endroit, expliquant à ma partenaire que c'était juste par mesure de sécurité, une fois que tout fut parfaitement sous contrôle, je fis alors moi même un tour pour poser quelque système de détection dans le cas ou il y aurait de l'activité suspecte en dehors, j'étais peut être trop prévoyant, mais c'était toujours comme cela avec moi, bien, maintenant il allait falloir surement savoir qui allait commencer le premier tour de garde, et comme je n'avais pas vraiment d'argent sur moi, cela allait être a elle de partir chercher de quoi manger, elle n'allait peut être pas aimer cela mais bon, en attendant, puisqu'on était à l'abri, je lui fit signe d'attendre avant de partir vers la salle de bain quelque secondes, quand je revint, je n'avais plus mon armure sur moi, elle pouvait enfin voir à quoi je ressemblait, heureusement j'avais toujours des vêtements de rechange car les autres était un peu sale à force, bref, je portait un pantalon simple et une chemise à peine boutonné, je portais également une paire de gant assez technologique et d’ailleurs j'ordonnais à mon armure de ce poster dans un coin juste derrière la ou j'allais m'asseoir avant de me tourner vers elle.

"Voila, au moins je peux rester un peu en dehors de l'armure, je prend le premier tour de garde?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 2 Déc - 2:08

Il avait dit que ma moto ne supporterait pas son poids… Oui, je ferais probablement quelque chose pour améliorer les suspensions de cette bécane… Et son cadre aussi… Enfin, j’avais pas mal de modifications à y apporter, des fois que je n’ait pas suffisamment de chose pour m’occuper l’esprit. J’avais repousser toute ces réflexions à plus tard et j’avais à nouveau prie la route. Je la voyais défiler sous mes roues sans jamais entrer en contact avec lui pendant le trajet. En arrivant en ville, j’avais repérer une pizzeria qui irait très bien pour ce soir là, je verrai pour mieux le lendemain. Dans le calme, j’avais ouvert le bâtiment, cependant, au lieu de laisser ma nouvelle moto dans le garage, je la menais dans la pièce principale, ainsi, je pourrais commencer à travailler dessus. Je laissais Deus contrôler l’habitation et les alentours, sans broncher ne serait-ce qu’un seul instant. Je mis ma moto dans un coin de la pièce où elle ne dérangerait pas, puis, je m’étirais légèrement, commençant à prendre mes marques dans le logement. Il n’y avait qu’une chambre… On l’occuperait probablement à tour de rôle.

Durant ce laps de temps, Deus était allé dans la salle de bain et revint sans son armure, le regardant un moment, je me surpris à me faire la remarque que je ne me serais pas attendu à ça. Je me surprenait à le regarder du coin de l’œil durant un instant, puis je soupirais et défit enfin mes épées pour les posées près de ma moto. Là, je l’avais entendu me demander si il faisait le premier tour de garde et cette fois, je le regardais directement. Finalement, je hochais simplement la tête.


« Prend le premier tour de garde, je vais aller chercher de quoi manger. Tu n’as rien contre les pizzas ? »

J’avais gardé une dague prise dan ma ceinture, à ma taille. Je lui adressais l’ombre d’un sourire et remontais mon écharpe au niveau de mon menton avant de ressortir. Il n’avait pas intérêt à fouiller dans mes affaires, il me le paierait très cher. Je revins quelques dizaines de minutes plus tard. Je balançais alors les deux cartons sur la table basse dans le salon avant d’enlever simplement ma veste et mon écharpe.

« Sert toi, pour ma part, je vais prendre une douche rapide avant de manger. »

J’avais posé mes affaires sur le dossier d’un fauteuil avant de récupérer ma sacoche dans le coffre de la moto, puis, je filais à la douche. J’avais fait simple, une pizza quatre fromage et une bolognaise. J’avais aussi un menu alors si il voulait quelque chose de plus exotique, on verrait à un autre repas. Ma douche n’avait pas été très longue, mais elle m’avait fait du bien. Je m’étais séchée, puis, j’étais ressortie, vêtue d’un simple pantalon de toile et d’un débardeur ample, ce serait plus confortable pour dormir un peu. J’avais cependant toujours ma griffe… Ainsi que mon brassard. J’y étais tellement habitué que je ne les sentais pas. J’avais encore une dague à ma ceinture, elle finirait probablement sous mon oreiller. Tout le reste était plus ou moins bien caler dans ma sacoche. J’étais alors simplement venue m’asseoir dans un des fauteuil, m’emparant de l’un des quartiers de pizza au pif au moment même où je posais ma sacoche à mes pieds. Puis, je commençais à manger, tranquillement, en silence. Il devait bien s’en douter maintenant, je n’étais pas une grande bavarde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 2 Déc - 3:22

Katsuri était donc partit chercher de la pizza, je lui avais après tout répondu que cela allait parfaitement, pendant son absence, j'avais mis en place une petite caméra vers la fenêtre pour permettre de mieux voir les environ, avec différent philtres comme l'infrarouge ou alors le détecteur de mouvements voir même de produits dangereux, j'avais de quoi être sur de savoir tout ce qui allait se passer, il fallu donc attendre une dizaine de minute avant qu'elle ne revienne avec deux pizza ainsi que des boissons, cela semblait assez appétissant néanmoins j'attendis un peu de voir ce qu'elle allait faire, et elle me signala qu'elle allait prendre une douche rapide avant de manger, une fois qu'elle passa la porte je regardais un moment mon bras en me disant qu'il faudra peut être que j’en prenne une aussi, je pris donc une part de pizza pendant que je continuais de regarder mon écran holographique qui était du bout de mes doigt, pour le moment il ne semblait pas avoir beaucoup d'activité mais je savais qu'une observation permanente était obligatoire, néanmoins, une fois qu'elle sortit de la salle de bain, je ne pu m’empêcher de la regarder du coin de l’œil, j'avais déjà penser cela mais elle était assez belle, c'était à ce demander pourquoi elle ne trouvait pas de copain, je soupirais alors, depuis quand je pensais à ce genre de chose, bref, elle vint s'installer en face de moi et je lui lança juste une petite phrase tout en continuant de regarder.

"Rien à signaler pour le moment, tu as choisit de bonne pizza."

La suite fut un assez gros silence pendant que je buvais un peu de soda tout en continuant de manger et aussi en faisant plusieurs chose en même temps, après tout, je contrôlais toujours mon armure par la pensée, et même si cela n'était pas aussi efficace en dehors, je lui faisais faire un entretiens de certaine armes, au moins il n'y aurait pas de problème pour le moment d'agir, je ne savais pas combien de temps durais les rondes, mais même pour des personnes nn bavard comme nous, cela commençait à faire un peu trop, il y avait quand même une chose que je pouvais dire et qui concernait la chambre, n'était un gentleman après tout.

"Tu prend la chambre, le sofa me suffira amplement."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 2 Déc - 16:37

J’avais donc pris une bonne douche et cela m’avait fait le plus grand bien. Mes mèches sombres tombaient sur mes épaules, totalement détrempés. Il m’avait alors dit qu’il n’y avait rien à signaler et que j’avais choisit de bonnes pizzas, malgré moi, j’avais simplement haussé les épaules continuant simplement de mâchonner le morceau que j’avais en bouche. Puis, quand je l’eu enfin terminé, j’avais repris la parole, d’un ton toujours aussi calme, alors que je me penchais en avant pour prendre une autre part :

« Ce sont des pizzas on ne peut plus simples, les plus communes même, mais cela n’a aucune importance. Du moment que ça nous cale.»

Et, à nouveau, je croquais dans la part de pizza. C’était hypercalorique, certes, mais je n’avais jamais eut de problème de ligne, alors je ne voyais pas pourquoi ça commencerait aujourd’hui. Un silence s’installa entre nous pendant que nous réglions peu à peu leur compte aux pizzas. Finalement, ce fut lui qui reprit la parole. Il me proposait la chambre en disant que le sofa lui conviendrait très bien, j’haussais alors simplement les épaules.

« On peut aussi prendre la chambre en alternance, puisque quand je me reposerais tu veilleras et vice versa. »

Avait simplement proposé en haussant les épaules. Puis, j’avais terminé ma dernière part de pizza avant de me lever à nouveau, allant traîner autour de ma moto. Puis, je revint ensuite prendre mon cahier, juste le temps de pendre quelques notes. Ensuite, je m’étais passé une main dans la nuque avant de finalement poser les yeux sur son coéquipier sans trop savoir quoi dire de plus. Finalement, je secouais doucement la tête et me levais, prenant à nouveau mon sac avec moi, puis je lui lançais simplement :

« Je vais aller dormir un peu, dès que tu estimeras le moment opportun, réveille moi pour qu’on échange les rôles. Ça devrait aller, j’ai largement de quoi me tenir éveiller à ce moment là. »

Après tout, moi aussi j’avais mes caméras et n’était donc pas fatalement obligée de garder un œil sur cette fenêtre tout au long du jour. Avant de passer la porte menant à la chambre, j’avais sortit un calepin et un style de mon sac et les lui avait lancer. Pas besoin d’explication, c’était évident : qu’il note si jamais il estimait voir ou entendre quelque chose qui le méritait. Je lui adressais alors un simple signe, puis, je refermais la porte derrière moi pour ensuite me glisser entre les draps, laissant le sac traîner auprès du lit pendant que je me reposerais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 2 Déc - 18:07

C'était peut être de simple pizza, mais en tout cas je les aimais bien, alors je m'étais servit une autre part pendant que je continuais de surveiller le batiment, pour le moment il n'y avait pas trop de mouvements et mis à part les employés pour le ménage, rien ne semblait être intéressant, dommage, mais il fallait mieux faire attention à cela, bien entendu, je n'avais pas pu m’empêcher du coin de l’œil de voir son haut pendant qu'elle se servait une autre part, néanmoins, c'était subtil et j'étais surtout concentrer sur la surveillance, par la suite, elle proposa de prendre la chambre à tour de rôle, mais je lui répondit que ce n'était pas vraiment la peine, j'avais l'habitude de dormir dans mon armure alors le sofa était amplement suffisant, peut être allait elle mal le prendre en pensant que c'était parce qu’elle était une femme, ce qui pouvait être en partie la raison, mais c'était juste comme sa, sans trop de raison particulière, bref, un peu de temps passa ou Katsuri fit quelque chose vers sa moto ainsi que de prendre son cahier un moment avant de finalement se décider à dormir un peu, je lui fit juste un signe de main pour montrer que j'étais d'accord et une fois qu'elle fut dans la chambre je m'étirais un moment pour me concentrer un peu mieux sur ce qu'il fallait regarder.


Pour être honnête, je faisais plusieurs chose en même temps, ce n'était pas vraiment un manque de concentration non, juste que mon cerveau était du genre à toujours vouloir travailler à fond, et juste regarder un écran n'était pas quelque chose des plus demandeur, alors j'utilisais mes contrôle sur mon armure alors qu'elle continuais de nettoyer les armes pour vérifier certains stock d'arme, par la suite, cela fut ma base de données que je mettais en ordre toujours en surveillant, croisant certaine de mes recherches avec ce qu'il se passait à Caprica par l'intermédiaire d'un passage par leur connexion internet, je piratais bien entendu mais ils étaient incapable de me trouver, quoi qu'il en soit, je ne voyais pas du tout l'heure qu'il était et qui avançait surement plus vite que je ne pouvais le savoir, je ne me sentais fatigué que quand je ne faisais rien après tout, bref, quelque heures passèrent, entre six et huit, je n'avais pas les chiffres en tête exactement, mais bon, je remarquais que les gens commençais à rentrer dans le bâtiments, peut être pour travailler, et je me disais qu'il y allait enfin se passer quelque chose d'intéressant, sans même me rendre compte que j'avais passé la nuit dessus, on pouvais clairement voir que j'avais finit les pizza et ce qu'il y avait à boire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 3 Déc - 0:10

A peine avais-je posé la tête su l’oreiller que je m’étais endormie, je devais être plus fatiguée que je ne l’aurais penser de prime bord. Mon sommeil fut d’un noir d’ancre. Il fallait dire que je ne rêvais jamais… ou, si je le faisais, je ne me souvenais jamais de mes rêves. Combien de temps dormis-je ? Je ne pouvais pas le savoir, mais quand j’ouvris les yeux, je me sentis enfin reposée et je dû bien avoué que cela me fis le plus grand bien. Lentement, je m’étirais, puis, je m’extirpais des draps. Je baillais et me redressais, remettant un certain ordre à me tenue avant de piocher dans mon sac le premier truc qui pourrait me donner l’heure… Huit heures ! J’avais dormis huit heures ! Bon, il allait donc falloir que nous mettions certaines choses en place pour les jours suivants, sinon, ça n’allait pas se passer très bien. Avec un grognement je le levais, ne prenant même pas la peine de mettre mes bottes. En revanche, je m’emparais d’un des oreillers et de mon sac avant de me diriger vers la porte. J’avais ouvert cette porte à la volée avant d’envoyer l’oreiller à la tête de Deus.

« Je croyais que je t’avais demandé de me réveiller. »

Je jetais un coup d’œil aux cartons de pizza vides et aux boissons tout aussi vide… Bon, et bien, je n’aurais donc pas de petit déjeuner. Je laissais échapper un nouveau grognement, puis je secouais légèrement la tête. Il allait falloir que je fasse sans. Je fit apparaître deux caméras et les installais de chaque coté de la fenêtre, puis je sortis ma tablette de mon sac et m’arrangea pour qu’elle leur serve de monitor.

« Je prends le relais, tu ferais mieux de te reposer un peu. Ou de faire ce que tu veux d’ailleurs. »

Huit heures… Par conséquent, je me ferais huit heures d’affilées moi aussi. Et comme il était exclu de nous faire livré et qu’il n’avait pas d’argent, je ne mangerais pas avant huit heures… Il était exclu que je matérialise de la nourriture, j’avais déjà essayé et c’était tout sauf nourrissant. La nourriture était éphémère et ce procédé était dangereux. Je sortis alors mon cahier et commençait à réfléchir aux modifications de ma moto, gardant toujours un œil sur les caméras. Je ne prêtais déjà plus attention à lui, les sens aux aguets bien que je laisse mon esprit suivre le court de ses réflexions. De temps à autres, je revenais en arrière, repassant sur la page des nanites ou sur celle de mon prototype. Je suivais le fil de mes pensées sans même y songer et elles filaient aussi vite que je parvenais à coucher les mots sur le papier de mon journal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 3 Déc - 1:17

J'étais tellement concentrer sur ce que je faisais que je me pris l'oreiller de plein fouet, ma chaise tombant en arrière et je me cognais la tête avant de la regarder avec un air un peu hagard, elle semblait un peu en colère, je regardais alors l'heure et je fus étonné, je ne m'était même pas rendu compte et j’expliquais à ma partenaire que j'étais trop concentrer sur la surveillance que je n'avais pas vu l'heure, bien que j'étais sur qu'elle n'allait pas prendre cela pour une excuse, elle regarda alors les cartons de pizza que j'avais vider avant de grogner, elle avait surement faim vu qu'elle venait de manger, alors quand elle me d'aller me reposer, je me dirigeais plutôt vers mon armure ou je sortit quelque drones furtif, histoire de faire un petit quelque chose, une fois qu'ils furent déployer, je m'étirais un peu pour voir que j'étais quand même un peu fatigué, bon, autant faire vite alors.

"Juste le temps de te donner un petit quelque chose pour que tu tienne et je pars dormir."

Il commença alors son petit travail, chaque drone allait prendre une chose avant de revenir vers lui, et bien entendu il allait prendre du choix, comme un croissant, une chocolatine, un muffin au chocolat, quelques barres chocolaté, côté boisson prendre quelque chose de trop gros était une mauvaise idée alors il pris plutôt des jus de fruits, la méthode était également assez bien penser, passer en même temps qu'un client et profiter du fait qu'il était impossible pour les systèmes bas étage de technologie pour voir ce qui allait se passer pour prendre quelque chose pendant que personne ne regardait, puis partir de la même manière, bref, il ne fallu que quelque minutes pour que les drones revenaient et j'avais sortis un sac en plastique pour ramasser tout ce qu'ils allaient me donner, une fois cela finit, je fis en sorte de tous les ranger avant de déballé un peu tout ce qu'ils avaient ramasser sur la table à porter de sa main, je me mis alors à baillé avant de lui dire quelque mots.

"Je t'ai pris de quoi manger, on ce voit dans huit heures alors?"

Une fois que j’eus sa réponse, je me dirigeais vers le sofa et m'installa tranquillement avant de commencer à m'endormir en me servant de son oreiller pour avoir un point plus doux pour mettre ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 3 Déc - 3:00

J’avais émit un simple grognement, continuant encore et toujours de prendre des notes, je n’avais même pas assimilé ses paroles, j’étais encore de mauvais poil. A partir de la prochaine relève, le plus simple serait de faire une relève toute les six heures, nous pourrions ainsi avoir le temps de nous reposer et de vaquer à nos occupations respectif… Et pour ma part, j’aurais probablement l’occasion de faire des courses pour que nous ayons de quoi manger dans les jours à venir. Je revins donc à mes notes dans le calme, sans trop me soucier de ce qu’il allait faire. Il me tira de mes occupations quelques minutes plus tard, attirant mon attention sur le petit déjeuner qu’il m’avait procuré. Je n’était pas contre un café, mais apparemment ça ne faisait pas parti de ses acquisitions, dommage. Il m’avait alors demandé confirmation quand à la relève dans huit heure. J’avais alors soupiré à nouveau avant de finalement hausser les épaules et lui dire simplement :

« Huit heures oui… mais à partir de ta prochaine garde on changera toutes les six heures, ce sera probablement le plus simple. »

Je le regardais alors un sourcil haussé, il semblait vraiment crevé lui aussi. Il s’installa sur le sofa avec l’oreiller que je lui avais envoyé et j’avais simplement haussé une épaule avant de cesser à nouveau de faire attention à lui. J’étais toujours dans ce que je considérais comme mon pyjama, mais j’estimais que ce n’était pas vraiment dérangeant. Après tout, ma tenue n’était pas vraiment indécente. Je le laissais dormir en attendant, continuant encore et toujours de prendre des notes sur ce que je pouvais faire de ma moto. Cependant, rapidement, je mis ces notes de cotés le temps de prendre un petit déjeuner… Un jus de fruit ainsi que le muffin au chocolat, j’avais toujours adoré ce genre de pâtisserie. Cependant, je laissais ensuite échapper un soupire, rapportant mes jambes contre mon torse alors que je continuais simplement de prendre des notes tout en surveillant les monitors et, par la même occasion, je notais l’heure de chacune des allées et retour. Je laissais le temps à la journée de passé mon cahier se remplissant de croquis. Il n’y avait rien de bien passionnant sur les écrans…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 3 Déc - 4:43

Au moins elle avait un petit déjeuner, je ne savais pas ce qu'elle allait faire par la suite, au moins j’espérais juste qu'elle ne touche pas à mon armure, néanmoins, je n'avais rien fait avec ces affaires, alors j'étais persuadé qu'elle n'allait rien faire avec les mienne, mon armure quand à elle avait ranger ce qu'elle nettoyait et on remarqua les yeux viré au noir, montrant qu'elle s’éteignait enfin, elle était toujours lié à moi d'une façon ou d'une autre, je n'avais pas d'implant dans ma tête, juste un petit dispositif depuis mes gants qui me permettait de donner quand même des ordres mental à mon armure, cela était peut être un poil plus lent que si j'étais à l'intérieur, mais c'était mieux que rien, quoi qu'il en soit, je n'avais pas vraiment de rêve quand je dormais, c'était plus des série de chiffre et des idées la plupart du temps, mon cerveau était vraiment trop réactif et parfois je me demandais si j'aurais un jour une vrai nuit de repos, enfin, il ne faisait pas nuit en ce moment alors bon, je ne ronflais pas aussi, en réalité, j'étais un dormeur assez calme, même si je dormais en compagnie de peu de gens alors Katsuri allait être la première femme à dormir aussi proche de moi.


Je ne vis pas le temps passer à force de dormir, si bien qu'une fois que je fus réveiller, je regardais un moment l'heure, il restait encore une bonne dizaine de minutes avant la relève alors je m'étais mis à réfléchir à quelque chose en attendant, j'avais démarré sur de mauvaise base avec elle et pourtant maintenant on semblait bien travailler ensemble, pourtant elle comme moi sommes du genre à avoir du mal à travailler en groupe, alors je ne savais toujours pas pourquoi on nous avais mis ensemble, cela semblait être vraiment punitif, ou alors cela était le but?, de la punir en la mettant avec une machine?, ou alors je me faisais des idées et j'étais juste le seul capable de tenir la cadence avec elle comme elle me l'avais dit la dernière fois, je secoua alors la tête, il était temps de changer, mais avant toute chose, je cherchais un petit truc dans mon armure pour poser cela en plein milieu de la table, un réveil avec fonction alarme, rien de mieux pour éviter d'oublier, vu qu'on semblait prendre notre travail assez au sérieux, c'était un minimum, j’attendis alors encore une seconde avant de lui poser une question tout en prenant un peu de jus de fruits.

"Tu as vu quelque chose d'étrange?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 3 Déc - 13:38

J’avais manger tranquillement, puis, j’avait repris mon cycle d’observation comme si de rien était, le laissant se reposer à son tour. Les heures avaient donc défilées et je n’avais prêté aucune importance à son armure. Cependant, les premiers changements à ma bécane étaient déjà visibles sur le papier et je me rendais compte que ça allait fait un petit trou dans mon compte en banque. Moi qui n’avais encore jamais vraiment touché à la solde que je touchais jusque là… Il fallait bien une première fois à tout n’est-ce pas ? A moi que… Je tournais les yeux vers lui et soupirait. Non, plus tard, pour le moment je ne lui faisais pas assez confiance pour ça. Enfin, les choses se feraient sans doute au fil du temps et nous verrions bien ce qu’il adviendrait quand le moment serait venu pour ça. En attendant, j’avais plus détaillé les schémas, évaluant ce qu’il me faudrait comme matériel… Les courses que j’allais faire allaient être quelques peu énormes… Puis, Deus de réveilla et se dirigea vers son armure avant de poser un réveil sur la table, je le regardait faire un instant avant de revenir au moniteur. Il me demanda alors si j’avais vu quelque chose d’étrange et j’avais alors simplement hausser les épaules avant de lui répondre d’une voit toujours aussi calme avec un ton égal :

« Rien qui ne sorte de l’ordinaire avec ce genre de bâtiment, des entrée, des sortie, j’ai tout noté dans ce journal, ce sera plus simple au moment de rendre des comptes. »

Je haussais les épaules, puis je me mordillais un moment la lèvre avant de hausser les épaules et de puiser dans mon sac matérialisant mon prototype avant de le lui envoyer, après tout, il m’avait demandé un certain boulot et n’était pas issus de technologie de ce monde, mais plutôt de bribes d’information que j’avais pu recueillir à droite à gauche alors lui qui s’y connaissait un peu et qui venait d’un autre monde pourrait peut être me donner des pistes à ce sujet.

« Que penses-tu de ça ? »

Je ne lui expliquait pas comment ça marchai, on verrait bien si il arrivait à le faire fonctionné. En attendant je m’emparais d’un autre jus de fruit en attendant d’avoir son avis. Dans le même temps je reportais encore mon regard sur les monitors en attendant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ombre et la Machine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternia :: L'univers :: Caprica :: Le reste du monde-
Sauter vers: