Eternia

Pourquoi seulement penser dans un seul monde, alors qu'une infinité vous attendent par Eternia
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Ombre et la Machine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 8 Mai - 23:40

Ce n’était pas que je n’avais pas confiance en Satsumi, mais cela faisait trop peu de temps qu’elle était libre, elle risquait de faire des bêtises malgré elle. Je me basais sur mon propre caractère dans mon adolescence pour dire ça. Quoi qu’il en soit, notre moment de couple avait pris fin, j’étais une solitaire et c’était déjà un grand pas en avant… Je pensais un instant que ce serait plus facile si il y avait de l’orage et cela m’arracha un sourire, mais je ne dis rien de plus. La maison avait encore bien des travaux à subir… Je me demandais combien de temps encore le Maître nous laisserait tranquille. Tout en parlant avec Alphraïm, j’avais fouillé dans mon sac pour en tirer ma tablette et vérifier l’état de nos comptes… J’avais encore pas mal de coté, le positif de n’avait quasiment jamais rien dépenser. Je soupirais alors et l’éteignit à nouveau, la posant tout simplement sur la table basse. Les travaux actuels étaient pour rendre les lieux habitables, ceux que je voulais entreprendre serviraient à faire de ce lieux un chez nous vraiment à nous.

Quand mon estomac gargouilla, il me parla de quelque chose dans le frigo qui me permettrait de tenir jusqu’au repas du soir et j’avais alors simplement hoché la tête, le regardant partir vers la cuisine. Le temps qu’il revienne, je m’étais installé à table avec une feuille et un crayon. Ce dernier courrait sur le papier, traçant une salle qui se décomposait en trois parties. Elle se trouverait dans l’espace vide sous le toit. Il y aurait des caches dans la majeure partie des murs, où je pourrais conservé mes différentes armes. Ce qui voudrait dire doubler les murs, soit, je saurais me débrouiller, j’étais plutôt douée de mes mains après tout, et je ne serais pas seule. Un tiers de la pièce se composerait d’un atelier, pour que je puisse continué à bidouiller tout ce que je voudrais, sans que ça n’ait forcement à voir avec la mécanique… mais il y aurait probablement des fois où je voudrais travailler seule, loin du regard des autres. L’autre partie serait une espèce de dojo renforcer pour tenir à mes assauts et possiblement à ceux de ‘Deus Ex Machina’. Je glissais le début de plan devant lui, commençant à grignoter alors que je commençais maintenant à noircir une seconde. C’était un plan étrange, même mon petit ami n’aurait probablement pas pus le comprendre. En fait, pour comprendre, il aurait fallu en voir l’intégralité, mais il n’existait pour le moment que dans ma tête. J’y travaillerais probablement quand mon compagnon se pencherait plus en détail sur son armure. Je rangeais assez rapidement mon second plan alors que les deux autres femmes revenaient dans la pièce, leur conflit apparemment apaiser.


« Vous avez fait connaissance ? »
« Elle ne connais rien sur moi ! Pourquoi elle est là d’abord ! »
« Ne fait pas l’enfant, Jade à les connaissances si l’une de nous tombe malade… et puis… si vous êtes d’accord, j’aimerais aussi qu’elle t’enseigne ce qu’on ne t’as pas enseigner avant. »
« Je ne veux pas abandonner mon emploi Katsuri ! »
« Il faudra alors que tu le fasse à mi-temps… et que tu acceptes de porter un bracelet, dans un premier temps en tout cas. »


Je n’aimais pas en arriver à ça, mais c’était plus prudent pour notre sécurité à tous. Quoi qu’il en soit, un combat visuel s’entama entre elle et moi et je faillit bien détourner les yeux, au moment où elle soupira, acceptant par la même occasion les termes de notre accord. J’inclinais alors la tête et tourna les yeux vers Alphraïm, lui demandant silencieusement si il avait ce genre de bracelet dans ces réserves. Pour ma part, j’achevais simplement ma collation, sans un mot de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 9 Mai - 4:31

Bien, au moins elle avait de quoi manger un peu maintenant, même si bon elle semblait encore faire quelque chose avec du papier, je me demandais bien ce que cela pouvait être, néanmoins, je ne fis que me poser pas très loin d'elle et d'attendre de voir ce qui allait se passer, il ne fallu pas trop longtemps avant qu'elle ne me montre ce qu'elle avait dessiner, et cela me semblait intéressant, même si bon, il y avait certaine chose qu'elle pouvait avoir dans le laboratoire aussi, peut être qu'elle avait toujours besoin d'un petit coin bien à elle, je n'allais pas la critiquer la dessus, j'avais moi même tendance à oublier le reste quand je me concentrais sur mon armure, j'avais donc juste sourie avant de la regarder continuer de manger, n'ayant vraiment rien de mieux à faire, même si bon, il y allait y avoir un petit problème sous la forme de deux femmes.


Et bien, Satsumi semblait ne pas être très heureuse de voir Jade, je ne pouvais pas trop comprendre pourquoi, mais bon, une chose était quand même sur, elle allait avoir besoin d'elle pour continuer sa formation, il y avait bien des choses à apprendre, et comme je pouvais voir le niveau de ma partenaire, un peu d'éducation ne pouvait pas faire de mal, il y avait aussi la question de donner un bracelet à Jade, surement pour la traquer, mais cela se termina dans une sorte de jeu de regard, Katsuri gagna cela bien entendu, et elle me demanda si je n'avais pas quelque chose dans le genre qu'elle me demandait, j'avais alors hausser les épaules en me frottant un peu l'arrière de la tête, elle devais remarquer que je faisais cela pour accéder à mes réserves et vérifier le tout, une fois que j'eus trouver ce qu'il fallait, je me dirigeais vers la cave un petit moment pour allé chercher le bracelet, c'était quelque chose d'assez jolie, donc personne n'allait pas aimer porter ce genre de chose, du moins c'était ce que je pensais, une fois que j'étais remonter, j'avais passer cela à Katsuri pour qu'elle puisse vérifier si c'était bien ce qu'elle voulait avant que je m'étire un peu, elles étaient toute les trois liées à ce laboratoire, et plus le temps passait, et plus je me demandais ce que j'allais faire contre ces abrutis, car je n'aimais pas que ce genre de bêtises continue.


Enfin, ce n'était peut être pas le bon moment pour parler bataille, il fallait encore continuer à mettre en place certaine chose, et comme il n'était pas encore l'heure de préparer le repas, je ne fis que d'être assis pas très loin de ma partenaire, me tapotant l'arrière du cou, regardant certaine petite chose tout en ayant un petit sourire, au moins ce genre de vie était un peu plus satisfaisante que de rester tout le temps dans mon armure, alors je n'allais pas me plaindre, en plus, j'avais une très belle petite amie qui semblait partager pas mal de chose avec moi, je ne pouvais pas demander mieux, enfin si, peut être moins de problème au niveau des gens qui cherchaient notre mort, mais cela viendra surement à coup de poing dans leur tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 9 Mai - 21:19

Je terminais mon encas et m’entretint quelques instants avec Jade et Satsumi. Ce ne fut pas des plus simple, mais c’était déjà ça. J’avais alors demandé son aide à Alphraïm, savoir si il avait un bracelet qui permettrait de savoir où elle serait, au cas où… Il s’était alors absenté, nous laissant seuls toutes les trois, ce qui laissa une atmosphère tendue et un peu froide entre nous. Puis, il revint et je laissais échapper un petit soupire de soulagement. Je n’aimais pas jouer le rôle de la méchante, mais pour le moment, je n’en avais pas le choix. Je détaillais un moment le bracelet, ajoutant sa fréquence à ma puce, c’était assez particulier, mais je saurais faire avec. Je l’avais ensuite tendu à Jade, qui m’avais jeté un regard colérique, mais elle avait refermé ce bracelet autour de son poignet dans un petit déclic de verrouillage. Je me sentais mal d’attirer sa colère, mais je n’étais plus une enfant et que je ne pouvais donc pas faire uniquement ce que je voulais.

Satsumi finit par récupérer un livre sur les étagères et aller s’asseoir sur le canapé, ronchonne. Jade quand à elle s’était installée à l’autre bout de la table pour jeter un œil à ses dossiers. Nous partions décidément sur de mauvaises bases. Avec un soupire, j’avais alors lancer un regard de demande d’aide à Alphraïm, mais il ne poussait probablement pas faire grand chose. J’avais finalement soupiré, Satsumi ne se rendait donc pas compte que c’était pour elle que je faisais tout ça ? Je sentais la colère grondée en moi et je me levais pour ne pas la passer sur elles deux, mais Alphraïm me connaissait bien, il comprendrait probablement que j’étais assez énervée… Sans un mot de plus, j’avais récupéré mes plans et mon sac et, le visage fermé, j’étais allé dans la chambre de ma mère… ma chambre en fait maintenant… J’avais ensuite entrepris de ranger toutes mes affaires et de mettre ma tablette en charge…

On pouvait me traiter de gamine… cependant, je n’avais jamais demandé à avoir à gérer une famille… Je me retrouvais avec tout ça à gérer alors que je n’avais jamais véritablement vécu. J’avais alors soupiré. Puis, je m’étais dirigé vers une fenêtre et l’avait ouverte, sans même me soucier qu’on puisse me voir de dehors. Je m’étais alors simplement appuyée sur la bordure de la fenêtre, regardant le paysage… Nous étions en lisière de la ville, presque en campagne et je pouvais sans peine deviner les silhouette de bois un peu plus loin… Je faisais de mon mieux pour me vider l’esprit, mais ce n’était pas facile. De ce que je sache, je n’étais jamais parvenue à véritablement me vider l’esprit. Tout ça était bien compliqué. Je baissais alors les yeux vers mes mains et l’arbalète qui s’y trouvait encore. Je soupirais encore une fois, puis, je la dénouais doucement avant d’aller la déposer sur mon bureau pour le moment.


« Je ne me souviens pas avoir jamais été aussi ingrate envers mon père… »

Avais-je soufflé sans même me soucier qu’on puisse m’avoir suivit ici. Je tirais sur mon brassard. Si le Maître nous donnait assez de temps pour ça, je prendrais probablement un peu de temps pour prendre soin de mes armes, il fallait bien le faire de temps à autre… D’ailleurs, ce pourrait être une autre utilisation des nanites… Il y avait vraiment des milliers de possibilité… D’ailleurs, il y avait encore mon ordinateur qu’il faudrait que je récupère à la Guilde… Ou alors, devrais-je demandé à ‘Deus Ex Machina’ d’y aller pour moi ? Oui, ce serait peut être plus simple ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 10 Mai - 0:59

Pourquoi tout le monde semblait en colère contre Katsuri, elle cherchait juste à faire de son mieux pour proteger tout le monde, et à voir les regards de Jade et de Satsumi, cela ne semblait pas être quelque chose de bien qu'elles leur faisaient subir, moi je pouvais comprendre bien entendu, après tout, il y avait de grand risque que tout le monde attaque cette maison et qu'il y ai des blesser, pas de mort bien entendu, j'avais assez installer de chose pour éviter cela, en plus, avec ce qu'elle avait sur le poignée maintenant, Jade pouvait survivre dans un cas de danger mortel, il fallait bien prévoir non?, bref, une fois que tout le monde fut partit dans leur coin, j'avais soupirer et allait bien entendu partir voir ma partenaire et petite amie, mais j'allais quand même toucher deux mots à Jade, histoire de parler un peu.

"Ne soyez pas trop dur avec elle, Katsuri cherche juste à faire de son maximum pour aider, mais il est impossible de faire cela sans des compromis, je suis qu'avec le temps, tout s'arrangera, vous ne pouvez pas essayer d'attendre que cela arrive?"

Je ne lui avais pas laisser le temps de me répondre, et étais partie vers la ou était ma partenaire en faisant un signe à Satsumi, histoire de voir si au moins elle était encore capable de répondre à un simple signe, si elle était en colère contre tout le monde, cela allait vraiment être une mauvaise journée, néanmoins, il y avait une chose que les deux autres n'avaient pas, c'était moi, je pouvais certainement apaisé un peu ma partenaire pour qu'elle se sente un peu mieux, surtout qu'avec ce qu'elle m'avait dit à propos de sa tête, c'était un peu comme moi, il ne fallait mieux pas que tout s'embrouille, j'étais donc rentrer et l'avait entendu parle de son père, peut être qu'elle se comparait avec Satsumi et elle, ce qui était assez étrange, elle était plus une sœur qu'une mère, peut être qu'il allait encore falloir du temps pour cela, mais avant toute chose, j'allais lui raconter un petit quelque chose, peut être qu'avec cela pouvais l'aider.

"Tu sais, j'en ai voulu à mon père pendant très longtemps, plusieurs années, pour ce qu'il à fait à ma mère pour que je possède cet intellect, bien entendu, je savais que c'était pour mon bien, et même ma mère me le disais, mais j'avais quand même du mal à le digérer, cela va venir avec le temps, ils verront bien que tu fait cela pour eux Katsuri."

Bien entendu, je ne lui avais pas parler de la mort de ma famille, mais cela viendra surement, en attendant, je lui demandais de se mettre sur le lit pour parler un peu, après tout, être bien installé allait être quand même mieux pour qu'elle oublie un peu plus vite cette colère, je gardais le sourire, moi j'étais de son côté et cela tout le temps, même si bon, c'était assez étrange comme sentiments, peut être que cela était encore une fois lié à l'amour, mais je chassais ce genre de chose, pour le moment, il fallait que ma partenaire ai plus confiance ne elle, il fallait juste avoir un peu de patience, et je savais qu'elle en avait beaucoup, donc tout allait bien se terminer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 10 Mai - 13:46

Quand j’avais quitté le salon, il ne fit aucun doute que les tensions allaient probablement durés toute la journée. Qu’Alphraïm ait parlé à Jade ne changeait presque rien à ça. La femme aurait pu comprendre, mais l’idée qu’elle accepte de les aider et que cela lui rapporte d’être comme une prisonnière, elle prenait ça comme une vengeance venant de sa pupille… de moi… et je dois dire à contre cœur que s’en était peut être une, même si elle n’était pour rien dans ce qu’on m’avait fait après son départ. Cependant, c’était avant tout une protection, pour elle, comme pour nous. Enfin, je n’avais pas envie de perdre mon temps en vaines disputes. Satsumi n’avait même pas vu le signe de mon petit ami, puisqu’elle s’était concentrée sur son livre pour fuir les conversations. La fuite, c’est aussi ce que j’avais fait en rejoignant ainsi ma chambre, même si je savais qu’il viendrait probablement me rejoindre pour parler et peut être me remonter le moral…

D’ailleurs, sa voix retentit maintenant dans mon dos et je l’écoutais simplement. Pour la première fois, il me parlait de son passé plus en détail, alors, j’attendis simplement, l’écoutant dire ce qu’il voulait bien me dire. Il m’expliqua alors qu’il en avait voulu à son père pendant des années… si il disait ça pour me soutenir, ce n’était pas gagner…Je soupirais doucement, puis, je me tournais doucement vers lui alors qu’il continuait. Je baissais alors la tête et la secouait piteusement.


« Peut être, mais je ne trouve pas que ce soit une bonne raison, j’aurais pus en vouloir à mon père de les laisser me… modifier comme ils le souhaitaient, mais ce n’a jamais été à lui que j’en ai voulu Alphraïm, alors je ne peux probablement pas comprendre qu’on puisse m’en vouloir de tout faire pour assurer le bien de tout le monde. »

Je soupirais doucement et reposait mon regard sombre sur lui. Heureusement que j’avais son soutiens, sinon je pense que j’aurais probablement tout laisser tomber et que je les aurait laisser livrées à elles-mêmes… au mieux… En attendant, je baissais un peu la tête et allait m’asseoir sur le lit, comme il m’avait invité à le faire. Je rassemblais alors mes jambes contre moi, pas vraiment de la meilleure humeur qui soit. Je glissais mon visage entre mes bras, tentant de me focaliser sur ma respiration pour calmer mes nerfs… Puis, je soupirais et lui demandait simplement :

« Est-ce que tu pourrais aller récupérer quelques affaires à moi dans ma chambre à la Guilde ? Je n’ai pas pus tout prendre avec moi, tu peux le comprendre et j’aurais besoins de quelques petites choses, mon pc par exemple… Pas que je néglige celui de la cave mais bon… »

J’avais un projet, un projet qui pourrait être à double tranchant et c’est pour ça que j’avais décidé de ne pas en parler à Alphraïm avant que l’IA ne soit vraiment au point et que je l’ai suffisamment testée et que je sois sûre d’avoir une confiance aveugle en elle. Je savais que j’en étais capable. En attendant, pour ça, il me faudrait mon pc… et probablement un peu plus de matériel info, mais ce n’était pas la priorité et pour cette IA, je pourrais faire sans…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 10 Mai - 18:09

Bien, je lui avais raconter un peu de ma vie, ce qui était normal puisqu'on était en couple, du moins, c'était ce que j'avais lu quelque part, bref, elle m'avait répondu qu'elle ne pouvait pas comprendre pourquoi elles pouvaient leur en vouloir alors qu'elle ne cherchait qu'a les proteger, je m'étais alors mis à réfléchir un moment avant de lui dire que c'était peut être leur fierté qui ne voulait pas céder, encore une fois, cela allait être une question de temps, mais une chose était sur, et je lui répondis cela aussi, elle m'avais toujours à côté d'elle pour la soutenir, cela me semblais naturel de faire ce genre de chose maintenant, alors bon, je gardais le sourire, ne voulant pas qu'elle se sente mal.


Bien, maintenant que c'était fait et qu'elle semblait s'être assisse ou je lui avais demander de l'être pour qu'elle soit plus proche de moi, je la regardais un peu plus pour essayer de voir comment faire pour l'aider, néanmoins, elle me devança en me demandant si il était possible d'aller chercher certaine chose dans sa chambre à la guilde, ce qui était faisable, elle voulait aussi son ordinateur portable, et bien entendu elle ne voulu pas me froisser en parlant du mien, mais je lui répondis que je pouvais comprendre qu'elle veuille quand même le sien, il y avait peut être des choses dessus qu'elle voulait utiliser et qu'il n'y avait pas sur l'autre, je n'étais pas idiot, et puis, elle m'en parlera surement un jour ou l'autre si elle a quelque chose dessus qu'elle cherche à continuer, comme un projet, j'étais certes beaucoup plus ouvert la dessus, mais cela ne voulais pas dire que je n'allais pas lui laisser de l'espace pour qu'elle puisse faire ce qu'elle à envie, bonjour le petit ami que je ferais dans le cas contraire, quoi qu'il en soit, je secouais alors doucement la tête avant de lui demander si elle voulait que j'aille le chercher maintenant ou plutôt le lendemain, pas qu'il était si tard que cela, mais pas mal de temps avaient sembler passer, alors je préférais lui demander au cas ou.


En parlant de projet, est ce que j'avais des choses à faire moi, une petite pensée passa par ma tête un moment, il y avait quelque chose que j'avais eut envie d'essayer depuis un petit moment maintenant après la destruction de mon monde, et cela avait un rapport avec l'arme du roi d'Eternia, je m'en souvenait encore, c'était bien la seule chose que je n'avais pas compris directement et à vrai dire, je n'avais pas encore tout compris, mais j'avais bien assez de bases pour commencer des recherches dessus, le principe semblait intéressant, un métal solide et capable de changer de forme à volonté pour fabriquer des objets selon certaine commande, bon, la partie commande allait devoir être entièrement faite par moi, car je n'avais pas pu la voir, cela allait peut être paraitre inférieur à son arme, mais je pouvais néanmoins adapter cela pour autre chose qu'un armement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 10 Mai - 20:16

Et voilà maintenant que j’étais assise sur mon lit et lui à quelques distances de là. C’était ainsi un vrai couple ? Nous, dans la rue et à la télé, ils étaient beaucoup plus proches, mais je ne savais vraiment pas comment je devais m’y prendre… Décidément, je me sentais bien ignorante ces derniers temps et je n’aimais pas ça. Je réprimais alors un grognement de mécontentement. En attendant, je restais donc simplement à ses cotés, sans vraiment parler, il devait le savoir depuis le temps, je n’étais pas une grande bavarde. Quoi qu’il en soit, il avait accepter de jouer les coursiers pour moi en allant chercher certaines des affaires que j’avais pus laisser là-bas et dont j’aurais besoin. Il m’avait même demandé si je voulais qu’il y aille aujourd’hui ou si cela pouvait attendre demain et cela avait aider un petit sourire à venir se poser sur mes lèvres alors que j’étais simplement venu glissé mes doigts sur la joue de mon petit ami.

« Ne t’en fais pas, ça peut largement attendre demain. Ce n’est pas aussi pressé que ça… Oh, il faudra que je te montre quelque chose aussi… Un petit truc que j’ai bidouillé le soir en attendant de pouvoir dormir. »

Je me relevais, presque comme si j’avais un ressort sous les fesses, puis, je récupérais quelque chose que j’avais laissé dans mon sac. A peu de chose près, cela ressemblait à une cagoule de ski. Je l’enfilais, puis, j’esquissais un sourire en le regardant. Maintenant, je lui expliquais que c’était une des capacités de son armure qui m’avais inspiré ça. J’avais créé de nouveau nanites, les reprogrammant presque aussitôt. J’activais les nanites avec dans mon esprit le visage d’une personne lambda que j’avais pu croisé en ville. Ils comblèrent les trous de la cagoule et formèrent sa chevelure. Un instant plus tard, j’avais sa tête alors que je souriais à Alphraïm. Oui, mon corps demeurait le même, mais comme le « masque » s’adaptant à la moindre des expressions de mon visage.

« Ca m’a demandé un certain travail. Mais je pense que c’est plutôt réussit, n’est-ce pas ? »

Je secouais la tête, plus pour l’effet qu’autre chose et l’effet de la cagoule se dissipa, dévoilant à nouveau mon vrai visage. Je l’ôtais, puis vint simplement me rasseoir près de lui, plus près que nous ne l’étions quelques minutes plus tôt. Je lui tendis alors le « masque » pour lui laisser l’occasion de le regarder plus en détail si il le voulait. J’en étais plutôt fière, mais on ne savait jamais, il aurait peut être une critique constructive à faire à ce niveau là. En tout cas, je ne savais pas vraiment ce que je pourrais dire de plus maintenant… Tout ça était trop compliqué. Je n’étais probablement pas assez humaine pour toujours agir comme il le fallait. Oui, ce devait être ça mon problème… ou quelque chose comme ça en tout cas. Je m’allongeais alors simplement à coté de lui, tentant toujours en vain de me vider l’esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 10 Mai - 23:24

Bien, c'était un moment assez particulier qu'on partageait Katsuri et moi, comme à notre habitude, nous n'étions pas vraiment le parfait exemple d'un couple, mais nous étions peut être un peu trop timide pour cela, mais ils nous faillaient surement un peu de temps, quoi qu'il en soit, elle avait poser ces doigts sur ma joue avant de me dire que ce qu'elle voulait que je fasse pouvait attendre demain, ce toucher était très plaisant d'ailleurs, néanmoins, cela ne sembla pas durer trop longtemps, elle avait quelque chose à me montrer, et bien entendu, puisque cela venait d'elle, j'étais intéresser, elle m'avais montrer de jolie chose durant notre temps ensemble, alors bon, je l'avais donc regarder bondir au sens propre du terme en allant chercher quelque chose dans son sac.


Quand elle se tourna vers moi, c'était avec une sorte de cagoule de ski, et bien entendu, avec mon petit talent, j'avais très vite compris que c'était composer de nanites, néanmoins, je n'allais rien dire, la laissant me parler de son invention, c'était assez mal de savoir tout avant, et parfois cela m'ennuyais, il faudra que je prenne la peine de fermer les yeux pour éviter de gâcher sa prochaine surprise, quoi qu'il en soit, elle l'enfila et s'en servit pour changer son visage, une parfaite reproduction de mon camouflage, même si la cagoule était quand même plus légère et on pouvait même dire plus pratique que cette grosse chose qu'était mon armure, donc oui, cela était parfait pour elle, j'avais alors applaudit en lui disant que c'était vraiment parfait et qu'elle maitrisait toujours mieux les nanites, elle vint donc à côté de moi de nouveau, peut être un peu plus près que la dernière fois, mais c'était plaisant, j'avais donc la cagoule en main et je la regardais un moment tout en touchant un peu, la texture était bonne, ainsi que l'effet, néanmoins, j'avais quand même quelque question, je me touchais alors les lèvres d'une manière assez étrange, comme pour les détailler, j'avais en tête que cela pouvait être pratique si il était possible de donner un ordre au nanite pour ouvrir un peu au niveau de la bouche, cela rendrait cela bien mieux que mon propre camouflage, et bien entendu, je continuait de toucher mes lèvres, j'avais quelque chose d'autre en tête, mais je ne savais pas quoi, c'était un peu irritant.


Quoi qu'il en soit, après avoir toucher mes lèvres pour avoir une petite idée pendant presque une minute, je lui avais demander si il était possible de faire une commande au nanite pour ouvrir un petit peu au niveau des lèvres, juste pour faire en sorte de laisser passer une fourchette ou une cuillère, c'était une idée intéressante, puisque c'était fait de nanite, il n'y avait pas de risque de tâche, et cela pouvait être mieux que mon camouflage, je lui fit même part de cela, lui disant clairement que c'était bien plus pratique que le système de mon armure, cela allait certainement lui faire très plaisir, mais c'était la vérité, alors pourquoi je lui mentirais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 11 Mai - 0:18

Je lui avais donc montré et, maintenant, j’étais simplement allongée aux coté de mon petit ami, je le regardais cependant, il parait que c’est une chose qui se fait quand on parle. Ainsi, alors qu’il détaillait mon « masque » - il serait bon que je lui trouve un nom – je le vis porter la main à ses lèvres. J’eut un instant l’impression que mon champ de vision s’arrêtait à ses doigts qui courraient tout au long de ses lèvres et mon esprit parvint enfin à se vider. Cependant, le baiser que j’avais posé sur ses lèvres dans son sommeil envahit mon esprit, ne laissant plus de place pour rien d’autre. A mon tour, je portais une de mes mains à mes lèvres, les effleurant du bout de mes doigts, j’avais presque encore l’impression d’y sentir le goût de celles de mon petit ami. J’étais tellement troublé par tout ça que j’avais faillis ne pas saisir ce qu’il avait quand il s’était à nouveau adresser à moi. Ainsi, ce fut légèrement paniqué que je me mis à balbutier en laissant ma main retombée près de mon flan.

« Hein ? Euh… Oui… Cette partie là n’est composée que de nanites alors ça doit être possible, mais il y a des risques de défaut dans le masque dans ce cas là. Un œil averti pourrait probablement voir l’endroit où se terminerait le voile en nanites… à moins que ce soit dans la bouche qu’ils se glisse. Car si c’est les véritables lèvres qui sont dévoilées, ce serait encore plus risque. Rares sont les personnes à avoir les mêmes lèvres et cela réduirait d’autant les personne que nous pourrions imité. »

J’avais réussit à penser à ça et à lui répondre… Pourtant, c’était le chaos dans mon esprit. Sur le coup, j’étais même incapable de relever le compliment qu’il m’avait fait au sujet de ma création… mon esprit était trop fixer sur le souvenir de ce baiser qui n’avait pourtant pas été échanger et je sentis mon cœur légèrement s’accélérer dans ma poitrine. Sans même m’en rendre compte, j’avais alors posé une main sur ma poitrine, au niveau de mon cœur, serrant légèrement mon poing. C’était étrange tous ces sentiments qui se formaient en moi… Je dirais même qu’ils étaient presque à me consumer… Puis, soudain, sur une impulsion, comme avant mon départ, je m’étais redressée, j’avais glissé ma main sur la joue de mon petit ami, puis dans sa nuque alors que mes lèvres se posaient sur les siennes en un baiser plein de douceur et de la tendresse que je pouvais ressentir pour lui. Ce fut un baiser court, mais pour moi, il avait quelque chose d’intense. Cependant, finalement, je l’avais interrompu et je m’étais à nouveau levée, un peu vivement.

« Je… je vais… je vais aller prendre une douche… »

Et je filais dans la salle de bain, négligeant totalement de prendre des vêtements de rechanges… Enfin, ce n’était pas non plus comme si c’était un réel problème pour moi, je n’aurais qu’à matérialiser des vêtements propres en attendant de pouvoir me changer. Je verrouillait la salle de bain dans mon dos et pénétrait sous la douche, toute habillée. Je fit alors couler l’eau froide sur mon corps. Cela me fit le plus grand bien, cela m’aida à éclaircir mes idées et mon esprit et je fermais les yeux un instant, laissant mon dos se posé contre le mur froid. Je sentais mes vêtements se collés à ma peau, mais je ne m’en souciais que peu, mon esprit était ailleurs et mon cœur battait la chamade au creux de ma poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 11 Mai - 4:38

Bien, maintenant que j'avais donner mon avis la dessus, je pensais qu'elle allait me dire ce qu'elle en pensait, et étrangement, elle était comme ailleurs, je ne pensais pas pourtant avoir fait quelque chose d'étrange, en tout cas, elle m'expliqua le problème de ma théorie, et je me grattais alors la tête tout en y réfléchissant, c'était bien vrai ce qu'elle disait, mais à ce moment la, pourquoi ne pas faire en sorte que les nanite recouvre les lèvres, peut être que c'était trop complexe, il allait falloir tester cela un peu plus en profondeur, néanmoins, il y avait autre chose qui semblait prendre le dessus pour le moment, moi même je ne m'en rendais pas compte, enfin, je la voyais qui semblait se tenir la poitrine, avait elle mal?


Bref, j'avais eut envie de lui demander ce qui n'allais pas, mais finalement, elle fit un mouvement vers moi, le touchant la joue d'une manière assez particulière, j'étais un peu comme figer, je ne savais pas trop ce qu'elle allait faire alors que sa main arrivait maintenant vers ma nuque, ce fut alors après cela qu'elle m'embrassa, oui, je savais ce qu'était un baiser quand même, et même si celui ci fut court, il ne me laissa point indifférent, je pensais même que j'y avais répondu avec ce que j'avais de sentiments pour elle, bref, après ce court baiser, elle s'excusa pour partir prendre une douche et moi même, je ne semblais pas capable de bouger, comme figé sur place, c'était le bonheur absolue bien entendu, un baiser était toujours quelque chose d'unique, mais étrangement, cela avait sembler me rendre tellement heureux que j'avais du mal à m'en rendre compte, je regardais alors le plafond, un sourire au lèvres, j'étais vraiment idiot dans ma manière de me comporter, surement que je devrais allé lui parler un peu, mais mon cerveau était encore figer sur la sensation, c'était vraiment au dessus de tout ce que j'avais pu penser que cette relation pouvait me faire ressentir, le pire étant bien entendu qu'il pouvait y avoir plus intense, je n'osais pas trop imaginer le résultat.


C'était peut être un défaut de mon cerveau, mais il semblait que j'avais un peu de mal à bien comprendre l'afflux d'émotions de ce baiser, pourtant ce n'était pas si complexe, il n'y avait rien à analyser, c'était très plaisant, point, néanmoins, mon cerveau, étant différent de la normal, cherchait toujours quelque chose à voir la dedans, je mis donc un petit moment avant de pouvoir vraiment sortir de cette extase, j'avais alors secouer la tête et j'avais aussi remarquer qu'elle n'avait rien pris pour se changer, c'était bien ma veine, j'allais surement être trop timide pour lui préparer quelque chose pour qu'elle se change, et lui passer mes vêtements alors que les siens étaient ici n'étaient clairement pas intelligent, il ne restais plus qu'a attendre, je semblais affreusement nerveux à l'idée de lui parler de nouveau, j'avais presque moi aussi envie d'une douche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 11 Mai - 21:59

Je tentais de me focaliser sur l’eau ruisselant sur moi malgré mes vêtements qui en freinaient le flux. J’y restais encore de longues minutes avant de soupirer. Je ressorti de la douche, regardant mon reflet dans le miroir. J’avais vraiment une drôle d’allure. Mes cheveux ébène qui pendouillaient sur mes épaules à cause de l’eau qui les détrempaient. Mes cernes prouvant que je manquais un peu de sommeil, comme chaque fois que je restais plus d’une journée sur une mission… sans Alphraïm en tout cas… J’avais les joues écarlates et mon débardeur trempé sur mon T-shirt qui ne valait pas mieux. Je fronçais le nez en regardant mon reflet, puis, je soupirais et me décidait enfin de me dévêtir, envoyant mon linge trempé dans la machine qui se trouvait dans cette salle de bain. Cette fois, je pris une douche pour vraiment prendre une douche… et réalisait ne pas avoir pris de quoi me changer, enfin… Bah, j’allais faire avec les moyens du bord, en temporaire.

Une fois ma douche prise, je m’étais séchée et avait matérialisé un jogging que j’avais passé le temps d’aller me chercher des fringues. J’attachais rapidement les cheveux en attendant qu’ils sèchent. Un détour le temps de mettre mes fringues à lavé, puis, je revint dans ma chambre. Alphraïm était toujours là et je sentis le rouge me remonter lentement aux joues alors que je lui adressais un léger sourire, puis, j’annonçais que j’allais me changer alors qu’il ferait peut être bien de me tourner le dos. Je fouillais alors dans les affaires que j’avais amené j’en tirais un débardeur blanc, un corset noir, ainsi qu’un pantalon de cuir… mon style habituel en somme. J’avais ensuite récupéré mes chaussures pour les enfiler et j’avais ensuite abandonné le jogging dans un coin pour vingt-quatre heures. Puis, décidant de ne pas évoquer le baiser que nous avions échangé… car, oui, je l’avais bien sentit répondre au baiser que j’avais posé sur ses lèvres. Soit, au lieu de ça, nous discutions de tout et de rien jusqu’à l’heure du repas du soir. Quand ce moment arriva, je soupirais et fit jouer mes épaules, prête pour un nouveau conflit.

Je me dirigeais ensuite dans la cuisine, voyant ce que je pouvais préparer à partir de ce que nous avions dans le frigo… Du moins, c’est ce que j’escomptais faire, mais quand j’y parvint, Jade était déjà au fourneau. Bêtement, je lui demandais si elle cuisinait et elle se contenta de me répondre que ça se voyait et que le repas serait bientôt prêt. Je me mordillais légèrement la lèvre et hochait doucement la tête. Bon, et bien… en tout cas, ça n’allais pas m’empêcher de mettre la table, ce que j’entrepris bien rapidement, sans dire un mot de plus, j’avais eut suffisamment de conflit pour la journée et ce baiser m’avait redonné un semblant de bonne humeur, je ne voulais pas tout gâcher maintenant avec un autre conflit… Ainsi, en peu de temps, nous étions tous à table et, le moins que l’on puisse dire, c’était que le repas était très calme puisqu’aucune de nous trois ne faisions d’effort pour alimenter la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 12 Mai - 0:18

Il me fallu quand même beaucoup de temps avant que je ne puisse vraiment sortir de cette transe, cela avait été beaucoup pour moi, mais bon, encore une fois, cela n'était qu'un baiser, j'imaginais à peine ce que cela allait être pour la suite, je secouais alors vivement la tête, non, il ne fallait pas y penser, ou alors j'allais ne plus être capable de la regarder, nous étions assez timide comme couple encore, ce n'était pas le moment de penser à ce genre de chose, je soupirais alors que j'entendis la porte s'ouvrir, elle allait sortir surement, il allait falloir que je m’arrête de me prendre la tête et que je lui souris, comme d'habitude, après tout, elle était ma petite amie, et il semblerait que l'amour ne va qu'en grandissant.


Elle me demanda alors de me tourner, voulant se changer, j'eus encore une fois le rouge au joues avant de faire ce qu'elle m'avais demander, fermant les yeux pour essayer de ne pas penser à quelque chose, même si bon, il y avait une certaine envie de la voir qui s’incrustait dans mon esprit, je chassais cela, pas encore, nous n'étions pas vraiment prêt pour cela, enfin, peut être pas, je ne savais pas moi même, et comme nous n'étions pas du genre à essayer les choses ouvertement, cela allait prendre du temps, bref, après qu'elle fut changer et qu'elle avait jeter ce qu'elle avait porter dans un coin, surement quelque qu'elle avait matérialiser, nous passâmes un bon moment à parler de tout et de rien, toujours le sourire au lèvres, il ne fallait pas gacher ce moment, il fallait qu'elle se sente mieux, c'était pour cela que j'étais venue aussi dans la chambre pour lui parler, finalement, il était peut être temps de manger, je la suivit alors vers la salle à manger, ou ce fut Jade qui s'occupait de la cuisine, je n'étais pas totalement contre, je n'étais pas vraiment un expert pour cela, alors que quelqu'un qui savait vraiment cuisiner le fasse était une bonne idée, néanmoins, il y avait quelque chose que je n'avais pas pris en compte, et cela allait être l'atmosphère.


Oui, avec les trois qui ne semblaient pas vouloir se parler, j'étais dans un moment difficile, bien entendu, je ne pouvais pas prendre partie des deux autres femmes, et je n'allais pas le faire, vu que j'étais du côté de ma petite amie, mais bon, il allait falloir qu'elles arrêtent de bouder ainsi, je me grattais alors la tête, je verrais cela demain, oui, c'était une meilleur idée de les laisser réfléchir à cela pour ensuite voir vraiment leur avis le lendemain, j'avais donc garder le sourire en étant assis près de Katsuri, lui souriant quand elle me regardait, il fallait qu'elle reste de bonne humeur, et elle savait aussi qu'elle avait mon soutien pour ce qui était de ce qu'elle avait demander la dernière fois, quoi qu'il en soit, pour le moment je ne me sentait pas trop mal, bien entendu la tension était palpable et cela était embêtant, mais on pouvait faire pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 12 Mai - 1:41

L’ambiance n’était probablement la plus agréable et je plaignais Alphraïm de rester à peu près neutre dans ce conflit qui nous opposait plus ou moins. Nous avions donc mangé calmement. Jade m’avait dit sur le trajet qu’elle avait quelques jours de repos devant elle, un week end en quelque sorte, donc, il n’y aurait pas de réels problèmes avant au moins après demain. En silence, nous achevions le repas, puis j’allais faire la vaisselle. Une fois celle-ci faite, j’avais fais passé mes sécurités en niveau 2, c’était tout ce que je pourrais faire. Je laissais donc échapper un soupire et souhaitait déjà bonne nuit à tout le monde, laissant mon regard s’attarder un moment sur mon petit ami avant que je lui adresse un sourire doux. Il faudrait lui faire une chambre à lui aussi… du moins tant que… nous ne partagerons pas le même lit… Cette pensée me fit violement rougir et je baissais la tête, me cachant sous la barrière sombre de mes cheveux.

Soit, j’avais maintenant rejoins ma chambre et je m’étais à nouveau changée, déposant les vêtements que je venais d’enlever sur le dossier de la chaise de mon bureau. Je restais simplement en culotte et débardeur, c’était un pyjama qu’il m’allait très bien, surtout qu’ici il risquait moins d’y avoir des irruptions qu’à la Guilde. Je m’attelais à mon bureau, et travaillait un peu à mon projet, effectuant de recherche en même temps que je dessinais. Bien vite, tout le monde était aller se coucher. Peut être qu’elles avaient un peu regardé la télé, mais, maintenant, il commençait à se faire tard… Je m’allongeais, repensant encore une fois à tout ce qui s’était passer aujourd’hui.

Je n’était pas coucher depuis plus d’une demi heure quand un bruit de tout les diables retentit. Ma main se crispant sur ma couverture, je m’immobilisais. Nouveau coup de tonnerre… C’était proche… Je sentis mon sang se glacer dans mes veines et j’entendis Satsumi pousser un hurlement. Je ne pouvais pas y aller, j’étais tout aussi terrorisée qu’elle. D’ailleurs, je venais maintenant d’abandonner mes draps pour me glisser sous mon bureau, traînant ma couverture avec moi et remettant la chaise derrière moi, comme pour me protéger. Un nouveau coup de tonnerre, je sentis les larmes me monter aux yeux alors qu’elle hurlait à nouveau. Dans le lointain, j’entendais la voix de Jade, elle devait être aller la rassurer, comme elle le faisait avec moi dans mon enfance… quand à moi ? Elle devait me jugé suffisamment grande… ou bien penser que j’avais pu me défaire de cette peur phobie. Mais non, je n’étais pas prête de m’en défaire. Nouveau coup de tonnerre, je n’étais même plus capable de penser correctement, les larmes me brûlaient les yeux, mais je n’y prêtait aucune attention, me cachant juste sous ma couverture en laissant échapper un long gémissement.

J’étais tellement obnubilée par cet orage et par la peur qui semblait s’emparer de chacune de mes cellules que je ne me rendait même pas compte de ce qui se passait autour de moi. Je voulais partir, loin, très loin de cet orage, mais je ne bougeait pas parce qu’au final, cela n’importait pas le moins du monde. Contrairement à mon clone que j’entendais hurler de temps en temps, je gardais le silence, me mordant simplement la lèvre à sang tellement j’étais terrifiée quand à tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 12 Mai - 4:35

Le repas c'était passer sans le moindre problème, et moi même j'avais fait mon possible pour ne pas commencer de conversation, ne voulant pas que cela parte mal, néanmoins, je faisais mon possible pour éviter d'en dire plus, encore une fois, je m’attardais sur mon idée de voir cela pour le lendemain, à tête reposer, après avoir attendu que tout le monde ai finit de rester la et que ma petite amie partit vers sa chambre en baissant la tête, j'avais bien remarquer le rouge de ces joues, elle avait surement penser à la même chose que moi la dernière fois, dormir ensemble, c'était quelque chose de normal pour un couple, mais nous étions encore si timide que cela montrait très clairement qu'on était quand même sérieux sans pour autant se forcer la main.


Bien, tout le monde était partit, alors j'avais profiter de ce moment pour bien préparer le canapé pour me reposer et j'avais enfiler mes lunettes ainsi que des écoutteur pour continuer un peu le triage des données sur l'ordinateur, cela était toujours quelque chose que je faisais avant d'allé dormir et je pouvais enfin m'en charger, cela semblait me faire du bien, et le temps semblait passer vite, j'avais mis un peu de musique dans mes oreilles pour me distraire mais un assez gros bruit arrêta tout cela, j'haussais alors les sourcil, écoutant plus attentivement, ce n'était qu'un orage, rien de bien..., j'avais alors lever mon torse en sursaut, me souvenant de suite que Katsuri détestait cela, et il semblerait que cela soit la même chose pour Satsumi, je m'étais donc lever pour allé voir vers ma partenaire, en chemin, Jade c'était diriger vers la petite, je lui avait alors fit signe que tout allait bien se passer de ce côté la, elle allait surement comprendre, bref, une fois dans la chambre, je la cherchais du regard, elle n'était pas sur son lit, c'était bien ma veine, je mis alors quelque seconde à réfléchir avant d'entendre assez clairement une sorte de gémissement venant de son bureau, pourquoi elle c'était mise la bas, elle se pensait en sécurité, j'avais alors soupirer, ce n'était pas le moment de penser à cela, j'avais alors retirer la chaise avant de m'asseoir juste à côté d'elle et de la toucher pour lui signaler ma présence.

"Je suis la Katsuri, je vais te proteger jusqu’à ce qu'il n'y ai plus rien, je te le promet."

Je ne savais pas si elle allait comprendre ce que j'allais dire, elle était vraiment sous le choc, comme la dernière fois, mais au moins cette fois ci elle allait avoir moins de problème à s'accrocher à moi, peut être même que si rien ne semblait se calmer, j'allais la mettre sur le lit et dormir avec elle, exceptionnellement, et pourquoi je rougissais à cette idée moi, ce n'était clairement pas le moment de penser à cela, je m'étais encore un peu approcher, faisant mon possible pour qu'elle me remarque au moins, cela lui fera un soutiens que je sois près d'elle, c'était tout ce qu'elle avait besoin pour le moment, juste que je soit avec elle, comme la dernière fois, j'allais devoir encore l'enlacer n'est ce pas?, cette penser me rendais un peu heureux, même si ce n'était pas le bon moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 12 Mai - 13:44

Je ne pensais plus à rien, plus à mon clone, plus à Jade non plus… Quand à Alphraïm… pour le moment mon esprit était totalement focalisé sur cet orage et je n’arrivais pas à ce qu’il en soit autrement. Je n’entendis même pas la porte de ma chambre s’ouvrir, ni même mon petit ami entré. Je sentais les larmes qui continuaient encore et toujours de me brûler les yeux, mais je faisais encore tout mon possible pour les retenir et ne pas céder à la panique… ce qui n’était pas vraiment le plus simple avec l’orage qui continuait encore et toujours à gronder. Finalement, la chaise bougea et j’aurais pu hurler si je n’étais pas parvenue à conserver mon self-contrôle. J’avais alors aperçut une personne s’encadrer dans les contours du bureau et mon cerveau était tellement ralentit par ma peur que je mis quelques instants avant de reconnaître mon compagnon. Puis, il y eut sa voix qui retentie dans les ténèbres de ma chambre.

Alphraïm faisait de son mieux pour me rassurer, il me promis de me protéger tant que l’orage ne se serait pas passé. Cette fois, les larmes commencèrent à dévaler le long de mes joues et je me jetais purement et simplement dans ses bras, enfouissant mon visage tout contre son torse. J’avais besoin de le sentir contre moi, mais cette fois, rien ne m’empêchait d’agir ainsi, après tout, tout les deux, nous formions un couple alors ce genre devaient bien arrivé à un moment où un autre, n’est-ce pas ? Cependant, à chaque nouveau coup de tonnerre, mon corps était parcouru d’un intense frisson de terreur… Pour bien faire, il faudrait que je ne l’entende pas, mais je voulais entendre ce qu’il pourrait me dire. Pour le coup, j’en oubliais totalement qu’il aurait quand même moyen de me parler, via ma puce et ses petits outils technologique. Quoi qu’il en soit, je gardais simplement mon visage enfouit contre le torse de mon petit ami.

Cependant, au lieu de passé mes bras autour de lui ou quelque chose comme ça, j’avais poser mes mains sur mes oreilles pour atténuer un minimum le bruit, mais ça ne faisait pas grand chose. Passé les premières larmes, il n’y en avait pas eut d’autre, mais je ne m’étais pas sentit mieux pour autant. Je gémis plus que je murmurais le nom de mon compagnon, je ne me sentais vraiment pas bien. Au fond de moi, je me surpris à prier pour que jamais je n’aie à remplir de mission périlleuse par temps d’orage, je m’en savais incapable… Comme je n’arrivais pas à masquer le bruit à mes oreilles, j’avais fermé les yeux, puis je m’étais agrippée à son haut, le serrant au creux de mes poings sans même que je ne m’en soucie véritablement… en fait, je ne me rendait même pas vraiment compte, ce que je savais, c’est que je faisais de mon mieux pour me focaliser sur la présence d’Alphraïm et pour faire abstraction de l’orage. Mais c’était bien loin d’être si facile pour une brontophobe comme moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 12 Mai - 17:55

Qu'est ce qui allait être le plus dur, de faire en sorte qu'elle se calme ou alors que je garde moi même mon calme en la sentant contre moi, peut être les deux, en attendant, elle était contre mon torse et je me sentais rouge comme une tomate, cela n'allait pas vraiment être facile, mais j'allais faire tout ce que je pouvais pour qu'elle oublie ce qu'il se passe, le seul problème était bien entendu que l'orage semblait bien tenir le coup, devais-je vraiment être heureux de cela pour le fait qu'elle soit contre moi?, pas vraiment, c'était surtout par peur que cela était fait, même si bon, c'était mieux que cela soit moi qu'un inconnu, n'est ce pas?, pas question que cela arrive avec d'autre maintenant.


Il fallait quand même faire quelque chose pour qu'elle se détende, je n'aimais pas la voir comme cela, je regardais donc combien j'avais de nanite sur moi, mes écouteurs étaient fait avec cela et j'avais toujours une ou deux plaque dans mes poches dans les cas d'urgence, d'accord, cela allait suffire pour mettre mon petit plan en action, j'avais alors poser mes mains sur ces oreilles un moment, le temps de faire quelque chose autour de ces oreilles, et une fois que cela fut finit, j'avais pu retourner à mon enlacement, c'était un casque audio, mais quelque chose de gros et qui semblait recouvrir entièrement ces oreilles, par la suite, je fis en sorte d'utiliser ma technologie de coupage de son pour qu'elle n'entende plus rien avant de lui mettre quelque chose à écouter, une petite musique relaxante, ce n'était pas très fort pour qu'elle puisse ne pas être oppresser par cela, néanmoins, je lui disais de ne pas ouvrir les yeux par l'intermédiaire de sa puce, je la serrais donc un peu plus contre moi, lui disant que je la préviendrais quand il n'y aura plus de problème, il ne restait plus alors que de lui parler encore et encore pour qu'elle puisse se détendre, peut être que le son de ma voix, même par le biais de sa puce, allait l'aider, elle pouvait aussi me sentir contre elle alors bon.


Quoi qu'il en soit, je continuais de lui parler tout en la serrant bien contre moi, l'orage semblait encore continuer alors je faisais toujours en sorte qu'elle ne voit rien, elle avait de la musique dans les oreilles et ne pouvais pas entendre autre chose que ma voix et la petite musique que je lui avais mis, d'ailleurs, si elle voulait une autre musique, elle n'avait qu'a me demander, ou alors le faire elle même si elle s'en sentait capable, c'était relié à mon ordinateur, bref, je n'entendait pas trop ce qui se passait du côté de jade et Satsumi, mais cela était quand même plus calme aussi, il ne restait plus qu'a attendre, encore, il fallait mieux que je me concentre plus sur elle ou j'allais finir par penser en boucle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 12 Mai - 22:36

Je restais pelotonnée contre lui, sans trop savoir ce que je devais faire maintenant. Je ne réalisais qu’à moitié que j’étais contre lui… Quand à la gêne, j’étais trop terrorisée pour véritablement m’en formaliser pour le moment. Je sentis alors les mains d’Alphraïm se posées sur mes oreilles, puis, il y eut un moment de silence intense… Je compris alors qu’il voulait m’empêcher d’entendre l’orage, comme je tentais toujours de le faire avec mes écouteurs… sauf que sa méthode était plus efficace… Une musique relaxante ne tarda plus à retentir à mes oreilles maintenant. Je parvins à me détendre légèrement, mes épaules se relâchant à peine, même si mes mains n’en étaient pas moins crispées sur le haut de mon petit ami. Il me demanda alors de ne pas ouvrir les yeux et j’avais alors légèrement hoché la tête, gardant simplement les yeux fermés et le visage simplement enfouit contre le torse de mon compagnon… Je ne me souciais pas le moins du monde d’être uniquement en sous-vêtements – pour ainsi dire – devant mon petit ami.

En fait, je ne réalisait même pas ma tenue pour le moment, j’avais bien d’autre chose en tête, dont une qui avait tendance à tout éclipser malgré moi : l’orage. Quoi qu’il en soit, maintenant, je sentais les bras d’Alphraïm refermés autour de moi et, je dû bien avoué que je me sentait particulièrement bien dans ce cocon de silence et de calme. Je me focalisais sur ces sensations, comme sur les paroles qui touchaient directement mon esprit via la puce qui s’y trouvait. L’orage se poursuivit dans les environs, mais je n’en avais plus qu’une semi conscience maintenant. Je me focalisais sur tout ce qui pouvait m’éloigner de l’orage, sur Alphraïm entre autre…  C’est ainsi que, sans même m’en apercevoir, j’avais fini par m’endormir ainsi tout contre lui. Je demeurais accrochée à son haut comme à une bouée de sauvetage, même profondément assoupie.

A mesure que je sombrais maintenant dans le sommeil, je sentais mon esprit qui s’apaisait et qui s’engourdissait… Peut être que c’était à cause de la musique relaxante qui résonnait par les écouteurs de nanites… Et moi, je m’enfonçais peu à peu dans un sommeil noir, sans le moindre rêve, juste absolument consciente de la proximité de mon compagnon et de son contact tout contre moi… Juste absolument consciente de l’odeur que dégageait son corps et son haut si proche de mon nez, de la texture de ce dernier aussi d’ailleurs. Et mes poins étaient toujours aussi resserrés autour du tissu, presque à m’en faire mal, au point où les jointures de mes mains s’étaient mises à légèrement blanchir. Pourtant cela n’en troublait pas mon sommeil. En fait, je doutais même que cela puisse vraiment troubler mon sommeil si il me prenait dans ses bras et me déplaçait. Il fallait dire aussi que maintenant, j’avais une confiance sans borne à son égard. Et puis, il fallait dire aussi qu’il était le seul à en savoir autant sur moi sans me considérer comme un cobaye… à part mon père, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 13 Mai - 17:54

Au moins, j'avais réussi à la calmer, ce qui était une bonne chose, même si bon, elle était toujours en train de me tenir comme si j'étais la seule chose qui comptait pour le moment, et cela ne me déplaisait pas du tout à vrai dire, quoi qu'il en soit, elle avait été d'accord pour ne pas ouvrir les yeux, donc il n'y avait que moi pour lui dire quand cela serait fini, j'avais donc juste continuer de lui parler tout en continuant la musique, elle n'avait pas changer de piste, alors elle devait certainement trouver cela relaxant, il ne restait donc plus qu'a la garder contre moi, et je trouvais cela de plus en plus plaisant, d'accord, je ne devais pas en profiter, mais de la sentir contre moi ainsi était déjà beaucoup, j'avais du mal à ne pas faire partir le rouge de mes joues, heureusement qu'elle n'allait pas voir cela, bref, autant ne pas penser à cela.


Plus le temps passait, et plus j'avais l'impression qu'elle c'était calmer, j'avais même un moment arrêter de lui parler, car j'avais remarquer qu'elle c'était endormie, ce qui était une bonne chose, sauf peut être qu'elle me tenait toujours fermement, donc, j'allais devoir rester avec elle pendant toute la nuit, ce qui était certes un grand pas en avant, sauf peut être quand elle va se reveiller, j'imagine la tête qu'elle va faire, cela va être aussi rouge que moi surement, dans tout les cas, j'attendis encore qu'elle soit parfaitement endormie avant de la soulever pour l'emmener vers son lit, et bien entendu, puisqu'elle me tenait fermement dans son sommeil, je ne pouvais que la suivre, encore une fois, cela m'étais égale, même si bon, cela était naturel pour un couple de dormir ensemble, encore une fois, j'allais encore me répéter, alors je poussais le fil de mes pensées sur le côté, assez de tergiversions, il était temps de dormir quand même, moi même je fatiguais, une fois que nous étions bien placer sur le lit, j'avais placer la couverture sur nous deux, elle avait toujours la tête contre mon torse, alors j'avais ma tête au dessus de la sienne, tant pis, on ne pouvais pas faire autrement pour le moment.


J'avais donc fermer les yeux, laissant mon esprit divaguer doucement, mais même si je n'étais pas effrayer par l'orage, il faisait un sacré boucan, je mis donc un peu plus de temps avant de finalement plonger dans un profond sommeil, et comme je n'avais pas tendance à avoir quelqu'un contre moi, j'avais serrer un peu plus ma partenaire contre moi, bien entendu, je ne la serrais pas fortement, il était facilement de s'échapper, mais bon, cela montrait bien que j'étais heureux de sentir la présence de ma petite amie contre moi, cela pouvait même devenir une habitude si cela continuait, enfin, cela pourrait l'être, si j'allais m'en souvenir, quoi qu'il en soit, je m'étais donc endormit au rythme de la foudre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 14 Mai - 18:20

Encore une fis, au moment où je m’étais endormie contre lui, je ne m’étais pas soucier le moins du monde de ma tenue, obnubilée par l’orage que j’étais. Cependant, maintenant que j’étais dans le calme – exception faite de la musique relaxante – je me sentais bien, paisible et plus en sécurité que jamais. Quand il m’avait changé de lieu, je n’avais même pas réagit et quand on me connaissait, on voyait là une marque de la grande confiance que j’avais en lui. Quoi qu’il en soit, malgré ce début de nuit-là, la nuit fut plutôt calme et je restais simplement endormit dans les bras de mon petit ami. L’orage avait probablement réussi ce que nous étions trop timide pour faire : Nous faire passer la nuit ensemble.

Vous me demanderez alors que devenait Satsumi puisque je ne m’en souciais pas ? Si mes souvenirs étaient bons, Jade devait s’être installée près d’elle dans son lit et devait aussi être en train de chantonner légèrement pour l’apaiser autant qu’elle le pouvait. Probablement que son esprit s’était laisser débordé par tout ça avant de tomber de fatigue. Probablement aussi que Jade était restée près d’elle jusqu’à la fin de l’orage, chose qu’elle n’avait jamais fait avec moi… Enfin, tout cela n’étaient que spéculations, nous ne pourrions savoir ce qu’il en était que le lendemain.

D’ailleurs, quand le lendemain arriva et que j’émergeais doucement, il n’y avait plus trace de l’orage… En fait il n’y avait qu’un grand soleil et un très léger souffle de vent… Une journée qui pourrait s’avérée parfaite en somme. Je me sentais étrangement bien… puis, je réalisais que je sentais la chaleur d’Alphraïm tout contre moi et je virais à l’écarlate alors que je sentais mon cœur s’accélérer au creux de ma poitrine. Doucement, j’écartais mon visage de don torse pour relever doucement son visage vers lui pour me retrouver à simplement quelques centimètre du sien. Mon cœur loupa un battement alors que je remarquais qu’il dormait encore… dans mon lit… ses bras refermer autour de moi… qui était en partie en sous-vêtements. Je rougie de plus belle, la situation était fort gênante, même si il ne s’était rien passé… enfin, pas que je me souvienne en tout cas. Doucement, je relâchait mon emprise sur son haut et je dû faire jouer un peu mes mains qui s’étaient un peu engourdies de cette pression qu’elles avaient effectuées toute la nuit.

En attendant, il n’y avait aucun bruit dans la maison et, moi-même, je n’osais pas vraiment bouger… Il fallait dire que j’aimais bien la sensation de ses bras autour de moi… Oui, bon… encore une chose que je n’avouerais pas si facilement… En attendant, à le regarder ainsi, j’avais à nouvelle envie de l’embrasser… Je n’arrivais même plus à vraiment comprendre la façon dont je me comportais. C’était vraiment perturbant pour moi… Cependant, je faisais de mon mieux pour que cette perturbation ne prenne pas le pas sur moi… Je me perdis dans mes pensées, mon regard toujours orienté vers lui sans que je n’ait vraiment compte de si il dormait ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 15 Mai - 4:57

En tout cas, une chose était sur, c'était que j'avais passer une nuit mouvementé, pas que je regrettais cela bien entendu, cela m'avais permis de dormir avec ma petite amie, et bien que cela est toujours quelque chose de gênant pour moi, après tout, aussi bien elle que moi étions assez timide, cela ne m'avais pas empêcher d'avoir un sourire pendant mon sommeil, je me sentais étrangement bien, beaucoup plus que les fois ou ma mère me chantonnait quelque chose pour m'aider à m'endormir, cette sensation était si..., moi même j'avais du mal à trouver les mots exacte, alors autant ne rien dire et en profiter non, de toute manière, je dormais à point fermer, il n'y avait pas de moyen pour me reveiller pour le moment, j'avais toujours besoin d'un bon moment de sommeil, et comme mon dispositif ne me signalait pas de problème, j'avais pu continuer ma nuit.


Néanmoins, une fois était sur, c'était le lendemain matin, après tout, elle était contre moi et comme je ne semblais avoir rien sentit au niveau de mes bras, elle devait toujours être la non?, j'avais alors doucement ouvert les yeux, j'étais un peu dans les vape, mais rien que la voir aussi proche de moi me faisait rougir affreusement, non vraiment, nous avions l'air de petit enfants à rougir de la sorte, mais nous étions un peu prude pour notre relation, il n'y avait pas de mal à s'y prendre au rythme qu'on voulait, enfin bon, la c'était différent, nous avions dormit ensemble et elle était en train de me regarder, ce qui me faisait toujours rougir, elle semblait être comme moi, ce qui pouvait être parfaitement normal, j'avais alors voulu lui dire quelque chose avant de me souvenir qu'elle avait encore les écouteurs sur les oreilles, j'avais donc retirer tout cela d'une seule main, reprenant les nanites qui allaient surement revenir vers ma poche sans que je ne demande trop de chose, et je lui avait souris en lui parlant.

"Bonjour Katsuri, tu as pu passer une bonne nuit?"

Quoi?, je ne vais pas lui demander ce qu'elle ressent en ce moment?, moi même je pouvais clairement me rendre compte qu'elle était aussi gêner que moi, la question était maintenant quoi faire, j'avais l'impression de vouloir l'embrasser tellement elle était proche, mais je faisait attention de ne pas le faire, peut être que c'était une bonne idée de le faire, peut être pas, décidément, il allait falloir que j’arrête de réfléchir pour faire avancer cette relation, néanmoins, une chose était visible, je n'avais toujours pas relâcher mon étreinte d'elle, comme si cela me procurais une sensation de bonheur, ce qui était bien entendu le cas, mais bref, je ne savais pas du tout quoi faire, l'embrasser ou pas, mon visage c'était même rapprocher un peu du sien pour mieux la regarder, c'était vraiment intense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 15 Mai - 21:44

Ce que j’avais crains arriva finalement, il s’était réveillé alors que j’étais encore en train de le regarder, me questionnant sur ma façon d’être ainsi que sur le fait que je doive ou non l’embrasser… C’était un peu compliqué. Quoi qu’il en soit, nos visages étaient maintenant très proches l’un de l’autre et j’étais toujours aussi écarlate et je remarquais bien vite que lui aussi. Il m’avait alors débarrassé des nanites et je lui avais simplement adressé un léger sourire. Je n’étais pas le genre de personne à me plaindre ou à demander de l’aide. Cependant, ça devait se voir dans mes yeux que je lui était reconnaissante pour tout ce qu’il faisait pour moi, surtout dans ce genre de cas. Quoi qu’il en soit, il m’avait sourit et m’avais souhaité le bonjours avant de me demander si j’avais passé une bonne nuit.

« Excellente... »

J’avais parlé avec un peu trop d’enthousiasme et surtout sans même prendre le temps de réfléchir. Je rougis un peu plus en réalisant ce que j’avais dit… et pourtant, c’était la vérité, je n’avais jamais dormit aussi bien de ma vie. Je me mordis un peu vivement la lèvre, y faisant perler une petite goutte de sang alors que je ne pouvait que constater qu’il ne me relâchait toujours pas et que ça ne me dérangeait pas le moins du monde. Je sentais toujours la chaleur du corps de mon petit ami contre le mieux, c’était assez perturbant, bien que nous soyons tout deux plus ou moins vêtu… Moins que plus pour ma part et je devais bien avoué que c’était la première fois que cela me dérangeait. Son visage se rapprocha un peu du miens et j’avais à nouveau rougie devais cette proximité, sentant mon esprit se vider encore un peu plus. Je parvint tout de même à murmurer un :

« J’espère quand même que je ne t’es pas empêcher de dormir… »

Pourquoi ma voix me semblait plus douce que normalement ? Non, je ne me retrouvais que peu dans ce que je faisais pour le moment. A croire qu’il changeait une partie de moi ou bien qu’il arrivait à faire naître de nouveau sentiments en moi… Je frissonnais légèrement, ne cherchant même pas une seconde à me dégager de son étreinte, je m’y sentais bien en fait… En attendant je me mordillais à nouveau la lèvre, ça faisait déjà deux fois que je lui en avait voler un, alors une fois de plus ou une de moins… et puis… il semblait le chercher cette fois ci… Du moins, c’était l’impression que j’en avais. Je le regardais encore un moment, sentant mon cœur s’affoler quand à ce que je comptais faire maintenant. Je fis de mon mieux pour ne pas y prêter attention. Je plongeais mon regard dans celui de mon petit ami et, encore une fois, je rapprochais mon visage du sien, l’embrassant avec douceur, même si je continuais à me demander si c’était une bonne chose ce baiser. Après tout, il y avait Jade ou Satsumi qui ne tarderaient pas à se lever… et puis, il devait retourner à la Guilde pour moi… mais je n’avais pas le courage de m’éloigner de lui… Et puis, je n’étais pas sur que m’éloigner et sortir du lit dans ma tenue soit vraiment le plus indiqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 16 Mai - 5:01

Je lui avais donc demander si elle avait passer une bonne nuit, et sa réaction avait été assez particulière, non, cela n'avait pas été mauvais du tout, au contraire, mais cela ne lui avait pas trop ressembler d'avoir dit cela avec autant d’enthousiasme, même si bon, moi même je ne semblais pas trop me reconnaitre, je ne semblais pas vouloir la lâcher, je souhaitais continuer de ressentir cette chaleur qu'elle dégageais alors que je devais faire la même chose pour elle, enfin, nous étions vraiment bien rouge pour le moment et aussi bien elle que moi ne semblions pas vouloir bouger de trop, peut être que c'était mieux comme cela non?, enfin, je veux dire, on pouvait bien en profiter non?,


Quoi qu'il en soit, ma partenaire vint me murmurer si je ne lui avait pas empêcher de dormir, ce que je m'empressais de lui répondre que j'avais au contraire bien mieux dormit auprès d'elle que d'habitude, en clair, c'était tellement plus relaxant qu'elle soit à mes côtés, encore une fois, c'était bien une preuve qu'on s'aimait non?, et moi qui semblais continuer d'approcher mon visage, je cherchais quoi, à avoir un baiser, et le meilleur était qu'il arriva le baiser, et encore une fois, j'avais répondu avec de la tendresse et un peu d'amour, une petite partie de ce que je ressentais pour elle à vrai dire, car tout semblait s'affoler dans ma tête, et on semblaient ne pas vouloir bouger, alors j'allais surement faire une petite chose, comme lui toucher la joue avec une grande tendresse, j'avais envie de lui demander si l'ont pouvait continuer de dormir ensemble, mais j'étais beaucoup trop timide, j'avais les joues aussi rouge qu'une tomate, et je semblais vouloir lui dire, mais rien ne semblais sortir de mes lèvres, à vrai dire, j'étais beaucoup plus préoccuper par ces lèvres qui avaient toucher les mienne qu'autre chose, et il y eut encore pire, c'était que cette fois ci, ce fut moi qui vint lui prendre un petit baiser, voulant lui montrer qu'il n'y avait pas qu'elle qui pensait cela, enfin bon, il fallait quand même parler non?


Rien n'y faisait, je n'arrivais pas à lui dire, alors tout ce que je faisais était de la regarder, peut être qu'elle allait le remarquer, peut être qu'elle allait comprendre, de toute manière, elle me comprenait mieux que quiquonque, il n'y allait pas y avoir de problème la dessus, pour ce qui était des deux autre, je ne savais pas ce qui se passait, peut être que cet incident allait les rapprocher toute les deux, en tout cas, cela avait sembler fonctionner pour Katsuri et moi, même si peut être qu'après cela, nous allions encore une fois faire un petit pas en arrière, cela arrivait, nous étions bien timide et prude en ce qui concernait notre relation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 16 Mai - 15:26

Je l’avais donc embrassé, encore une fois. Ca faisait donc trois fois que je l’embrassais plus ou moins sans lui en laisser le choix. Il m’avait également dit qu’il avait mieux dormis que d’habitude en étant près de moi… Je me surpris alors à me dire qu’on devrait peut être en faire une habitude… Après tout, si nous passion de meilleures nuits ensembles que séparément, autant passé nos nuits ensembles, n’est-ce pas ? Je n’en avais pourtant rien dit pour le moment. Puis, le baiser avait pris fin et nous restâmes quand même simplement l’un en face de l’autre, enlacés… Puis, je sentis sa main toucher ma joue et je frissonnais légèrement, le regardant toujours, mes joues écarlates malgré tout. Enfin, ce fut lui qui pris l’initiative du prochain baiser et je sentis mon esprit se vider sans que je ne puisse rien pour ça. Je sentais mon cœur qui se débattait dans ma poitrine et je répondis simplement à ce baiser, laissant une de mes mains aller trouver une des siennes pour se refermer délicatement autour d’elle.

Je me laissais un moment absorbée par ce baiser, un peu perdue à cause du mélange de sentiment que je ressentais pour le moment. Ainsi, quand le baiser pris fin, nous nous mîmes à nouveau à nous entreregarder, comme si nous n’étions capables de rien d’autre. Je pensais que nous pourrions peut être dormir ensembles ce soir là… Attention, je ne voyais pas plus loin que ce repos hein, c’était trop prématuré pour ça vu comment nous étions gênant à demeurer ainsi face à face. Je le lui dirais… mais plus tard, pour le moment j’étais encore trop gênée pour ça… surtout avec mon cœur qui se défoulait comme un beau diable au creux de ma poitrine. Je le regardais encore un moment, tout en tendresse, puis, j’avais soupiré et, à contrecœur, j’avais fini par m’éloigner de lui, restant tout de même sous la couverture, parce que je savais que me voir me changer le gênait alors qu’en serait il de ma tenue ? En attendant, rougissante je lui avait parlé :


« Je crois qu’il vaux mieux qu’on se lève… Je n’aurais jamais le courage de le faire sinon… »

Toujours écarlate, je lui avais adressé un sourire timide. Puis, prenant mon courage à deux main pour me levé, j’avais préciser à mon compagnon qu’il devrait peut être se retourner, puisque, si il ne l’avait pas déjà remarquer cette nuit je n’était pas vraiment présentable… Pas que cela m’inquiète vraiment de me montrer ainsi devant lui. D’ailleurs, après l’avoir averti, j’étais sortie de la couverture, dévoilant donc mon corps vêtu uniquement de ce débardeur et de mon shorty taille basse. Sans rien ajouté de plus, je fouillais dans mes affaires jusqu’à en sortir un caleçon noir, ça irait très bien. Mes longs cheveux noirs tombaient de chaque coté de mon visage, j’y passais rapidement la main pour y remettre un peu d’ordre. Je demeurais pieds nus et me main se porta sur mon bureau, d’où j’en tirais une liste, ce qu’il devait me ramener de la Guilde. Je la lui donnais cette fois et, je la lui tendis, me retenant fort difficilement de l’embrasser à nouveau. Mais qu’est-ce qui me prenait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 17 Mai - 5:10

Bon, c'était clair, plus je semblais gouter au lèvres de ma compagne, et plus j'avais envie de l'embrasser de nouveau, c'était comme une drogue qui apaisais mon esprit mais excitais mon cœur, enfin bon, il était peut être temps de se lever, et même elle semblait être du même avis que moi, il était clair qu'on allait vraiment finir par passer la journée à ce regarder sinon, bref, elle avait réussit à s'éloigner un minimum et me demanda de me retourner, elle allait surement se changer, également, j'avais bien entendu sa remarque, c'était la même chose pour moi et elle le savait très bien, si jamais elle ne c'était pas lever, nous serions encore en train de nous regarder, encore et encore...


Bref, j'attendis qu'elle se change tout en essayant de calmer mon fichu cerveau, lui qui normalement avait du mal à être totalement reveiller le matin quand je dormais bien semblait en pleine forme, mais c'était presque comme si mon propre corps me trahissais ma parole, j'avais presque envie de me mettre un coup de poing sur la tête, mais j'évitais de le faire, j'avais surement autre chose à faire, d'ailleurs, une fois qu'elle eut fini de se changer, elle me tendit quelque chose, je regardais alors ce que c'était, et il s'agissait de ce qu'elle voulait que je lui ramène, et bien entendu, je me retenais  de simplement lui toucher un peu plus la main en même temps, une fois la liste en main et qu'elle avait terminer de ce changer, je m'étais lever, j'étais un peu plus habillé pour dormir qu'elle, mais ce n'était qu'un pantalon et une chemise, qui à force de bouger avait été un peu ouverte maintenant, quoi qu'il en soit, je la regardais un peu avant de lui dire qu'il fallait mieux que je prépare mon armure, elle avait clairement pu voir que j'étais totalement rouge, et donc que je cherchais, comme elle, à éviter que nous fassions encore autre chose du genre s'embrasser ou autre, quoi qu'il en soit, je passais dans un coin ou se trouvait mes affaires pour me changer un peu avant de placer la liste de ce que j'allais prendre dans l'armure avant de finalement soupirer.


J'avais vraiment envie de me frapper, non pas parce que j'étais un idiot, non, ni même parce que je n'avais pas été assez résistant, j'avais juste envie de me frapper parce qu’on aurait pu faire autre chose, comme un câlin, mais non, j'étais encore trop timide, elle était pareil que moi, mais quand même, je soupirais alors, c'était à ce demander ce qu'on allait pouvoir faire pour que cela avance un peu, nous étions tout les deux des personnes qui ont du mal à allé de l'avant, mais bon, il y avait eut l'orage qui nous à aider à faire quelque chose, c'était presque à espérer qu'autre chose survienne ainsi, je secouais alors la tête et terminais de tout préparer avant d'aller quand même chercher un petit truc à manger avant de partir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 17 Mai - 15:12

Sans m’en rendre compte, j’avais simplement passé ma langue sur mes lèvres, c’était un peu compliqué notre situation… Surtout pour moi qui n’avait vraiment aucun exemple à suivre et qui hésitait à suivre mon instinct. J’avais peur de faire une erreur, après tout, c’était quelque chose que je n’avais jamais vécu jusque là. Et si je faisais un erreur et que cela se passait mal… si il estimait finalement que nous, ce n’était pas une bonne idée ? Cela ne ferait que rendre notre équipe que plus délicate… Je soupirais avant d’inspirer profondément pour me ramener au calme. Ce n’était pas dans mes habitudes de psychoter ainsi… Et de toute façon, il se passerait bien ce qu’il devait se passer. Je m’étais donc contenté de passé un pantalon, ne me souciant pas vraiment qu’il me regarde ou pas. Ensuite, je lui avais donné la liste et, il s’était enfin levé. Mon regard sombre était alors tombé sur sa chemise que la nuit avait chiffonner et légèrement entrouverte. Je sentis mon regard s’attarder un poil trop longuement sur lui, puis, j’avais émis une légère toux avant de détourner les yeux faisant mine de m’intéresser à tout autre chose maintenant… Il allait vraiment falloir que je me reprenne en main !

Il avait alors quitté la chambre pour aller au sous sol et repassé son armure. Pour ma part, je glissais à nouveau mon arbalète à mon poignet, ainsi qu’une dague à ma taille, je n’aimais pas me savoir désarmée, même ici.

Je m’étais ensuite dirigé vers la cuisine ou je m’étais attelée au petit déjeuner, préparant même quelque chose pose Alphraïm, quelque chose qu’il puisse manger avant de partir. Pour ma part, je me contentais purement et simplement d’un bon thé, ainsi que d’un croissant que j’enfournais avant même d’avoir finit de mettre la table pour les deux autres. D’ici à ce qu’elles se lèvent, je serais probablement à nouveau en train de travailler sur ma tablette. Encore quelques instants, et je regardais Alphraïm partir. J’avais déjà hâte qu’il revienne, je me passais la langue sur les lèvres, puis y passait la langue. Il fallait vraiment que je me reprenne. J’avais alors vivement secoué la tête, puis, j’avais soupiré et avait donc mis mes projets à exécution, travaillant sur ma tablette, tout en m’allongeant simplement sur le canapé. Cette fois, je portais une oreillette où retentissait ma musique à un volume assez bas pour que je les entende venir.

Jade fut la première, nous nous saluâmes et échangeâmes quelques mots avant qu’elle ne me sourit et ne se mette à table. Apparemment, les problèmes de la veille étaient oublié… ou presque. Je discutais avec elle de ce donc elle aurait besoin et, finalement, nous nous retrouvâmes toutes les trois à faire une liste… oui, toutes les trois, puisque Satsumi s’était finalement jointe à nous. Elle mangeait plus que moi, ça, ça ne faisait aucun doute. Mais cela n’importait pas vraiment au final… Toutes les trois, nous perdîmes bien vite la notion du temps, perdues dans nos personnalisation de la maison…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ombre et la Machine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternia :: L'univers :: Caprica :: Le reste du monde-
Sauter vers: