Eternia

Pourquoi seulement penser dans un seul monde, alors qu'une infinité vous attendent par Eternia
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Ombre et la Machine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 11 Déc - 18:38

Bon d'accord, je n'étais peut être pas au point niveau peur irrationnelle, elle me le fit bien comprendre après tout, je m'étais donc excuser avant de la regarder se préparer à se reposer, je ne fis donc rien, parler allais juste la faire rester éveiller un peu pus longtemps, ce qu'elle n'avait pas besoin, alors j'attendis juste qu'elle commence à s'assoupir, souriant doucement, elle était vraiment crevée et je m'étirais alors avant de lui mettre quelque chose sur elle, une petite couverture pour ne pas qu'elle ai froid, quoi qu'il en soit, le temps allait passer assez vite, elle allait dormir plus longtemps que je n'avais prévue, et même pour moi cela commençais à faire beaucoup, je somnolais, si j'avais mon armure sur moi je pouvais m'injecter quelque chose pour rester éveiller, mais la, mis à part du café, quoi qu'il en soit, ce fut donc au bout d'un peu plus de dix heures qu'elle se réveilla doucement, je la regardais alors avec un petit sourire, même si on pouvait voir que j'étais totalement crevé, elle me demanda alors son temps de sommeil et également l'heure qu'il était, pour cela je baillais un peu du encore une fois à la fatigue avant de lui répondre.

"Tu as dormit environ dix heures, et pour l'heure il à l'air de faire bien nuit, la pluie c'est aussi arrêter..."

Je lui montrait alors un petit plan du batiment, entourer par la nuit, tout semblait calme et j'étais sur qu'elle devait déjà avoir un plan pour s'occuper des micro et tout, néanmoins avant de terminer et de m'écrouler complètement, je lui donnais un petit objet intéressant, une dague faire d'un métal assez jolie et très résistant ou étrangement le bout du pommeau possédait un mécanisme pour actionner quelque chose, j'expliquais alors que c'était dans le cas ou tu voulais une petite distraction, puis, je lui répondis que j'avais vraiment du mal à rester éveiller et m'écroula sur le sofa en lui souhaitant bonne chance, m'endormant immédiatement, j'avais toujours un petit sourire sur mon visage, alors cela voulait dire que je n'étais pas mécontent de ce que j'avais fait, après, si elle voulait utiliser ou pas cette dague, cela était son choix, en tout cas, elle pouvait toujours l'utiliser comme une simple arme, après tout, c'était un très bon alliage et la lame allait couper pas mal de chose, bref, je ne pouvais rien faire, mon cerveau était complètement éteins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 11 Déc - 21:12

Alors la nuit était tombée ? Je n’avais pas vraiment prévu de dormir autant. Il allait falloir que je me bouge pour pouvoir poser tout ce que j’avais besoin de poser et pour revenir ici avant que les gens les plus matinaux ne commencent à sillonner la rue et le bâtiment. Il me donna les plans du bâtiment et je le remerciais, je ne savais pas si ça me serait très utile mais bon. Je le glissant dans la poche ou j’avais déjà mis les micros et les lunettes. Il me donna ensuite une dague et m’expliqua sa particularité. Je l’avais alors regardé en détail. Je ne pensais pas qu’elle me serait utile puisque je voulais faire dans la discrétion. Il me souhaita bonne chance avant de s’effondrer et je l’avait alors regarder d’un air désolée, après tout, c’était à cause de moi si il n’avait pas  dormit ces derniers temps…Je remis la couverture pour le couvrir avant d’enfiler le sweet que j’avais matérialisé la veille, puis, j’accrochais la sacoche à ma ceinture et y glissait la seconde dague. Avant de sortir, j’avais remplacé mes caméras à la fenêtre, puis, j’avais posé ma tablette en évidence, laissant une alarme au cas où les choses se passeraient mal. Ca devrait être suffisamment fort pour le réveiller si jamais j’avais des problèmes, ce qui – je l’espérais – n’allait pas arriver.

J’avais ensuite quitté la demeure, montant sur les bâtiments les plus proches en passant d’un bâtiment à l’autre. C’était éprouvant, mais il fallait que je le face. Je chaussais mes lunettes, puis, je me glissais dans la ventilation. Ainsi, je me glissais jusqu’aux points chaud que mes caméras thermiques avaient décelé et j’installais les micros sans faire de bruit. Cela me pris un peu de temps, plus que prévu… Finalement, je les avais tous posé et je me hissais pour ressortir du bâtiment. Puis j’avais soupiré et était passer dans une rue sombre avant de revenir dans la maison. Je poussais alors un profond soupire et j’ôtais le sweet avant de me laisser choir à nouveau dans le fauteuil, je ne voulais pas le réveiller. J’avais poussé un léger soupire puis avait fait joué mon épaule pour arrivée tant bien que mal à me détendre. J’avais récupéré une viennoiserie et avait croqué dedans avant de reprendre mon cahier et de me remettre à mes réflexions, que ce soit sur ma moto ou sur tout un tas d’autres prototypes sur lesquelles je travaillais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 11 Déc - 23:21

J'avais donc dormis un sacré moment, le temps exacte je ne le savais même pas moi même, mais en tout cas, cela m'avais fait le plus grand bien, après tout, j'avais passé plus de 24h à surveiller quelque chose et aussi à attendre qu’elle se réveille, ce qui n'avais pas été de la tarte, néanmoins, j'avais quand même vu quelque chose d'unique, même si elle allait surement m'en vouloir à vie, il s'agissait de sa phobie des orage, moi je n'avais pas de problème la dessus et au moins je l'avais aidé à mieux se sentir, mais peut être qu'au fonc d'elle cela allait la faire douter un peu de moi quand on rentrerait, moi je n'allais rien dire, c'était complètement inutile et c'était ma partenaire, pourquoi je lui ferais quelque chose de mal, c'était absurde, mais bon, ce n'étais pas comme si je pensais pendant mon sommeil, au contraire même, c'était le seul moment ou mon cerveau était complètement éteins, et d'ailleurs, elle allait avoir une sacré surprise au réveil, quelque chose que moi même je ne savait pas du tout que je faisais, mais c'était normal, je n'avais pas d'ami alors personne ne pouvait me voir faire cela.


J'ouvris donc les yeux doucement, regardant doucement autour de moi, mon cerveau était comme chaque matin en coton, alors je me levais doucement alors que mes yeux était mi-clos et que je cherchait de quoi me réveiller un peu mieux, je remarquais alors Katsuri sur le fauteuil et je lui fit un sourire un peu niais ainsi qu'un signe de main, je n'étais pas du tout intelligent à ce moment, juste une bestiole, je me rendis donc en rampant un peu les pieds pour prendre un peu de café, et une fois que j'eus bus cela je m'étirais doucement pour prendre encore du chocolat et revenir toujours un peu pantouflant vers elle, m'asseyant sur le sofa, la regardant un peu à moitié, j’étais pas totalement réveiller et il fallu attendre encore une petite minute avant que cela ne soit complètement bon, puis, je lui demandais comment c'était passé sa pose de micro avec un petit sourire, sans même savoir que j'avais eut l'air d'un parfait imbécile pendant une petite minute, après, je ne savais pas si elle allait me dire cela ou le garder pour elle, la dernière fois j'avais pu me réveiller normalement car j'avais encore un peu de stimulant, mais tant que je ne remettrais pas les pieds dans mon armure, j'allais avoir des réveils de ce genre, et elle allait me voir comme cela à chaque réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 12 Déc - 0:56

J’avais simplement repris mes activités normales. Mes caméras thermiques disparaîtraient dans moins d’une journée et je n’étais pas inquiète qu’on les trouve d’ici là, elles étaient bien assez camouflées pour cela. J’avais passé tout mon temps libre pour réfléchir à ce que je pourrais faire comme autre modification sur ma bécane ou sur mes prototypes. J’avais plein d’idée, trop. J’avais l’impression de ne pas réussir à me focaliser sur une seule d’elle tellement mon esprit fourmillait… STOP ! Il fallait que je me détende et que je vide un peu mon esprit, sinon, je n’allais rien faire de bon. J’avais alors refermer mon chier et avait soupirer. Il faudrait que je mette mes cahiers à jour, un jour, où ça allait finir par être incompréhensible, même pour moi. Je m’étais donc concentré sur ce que je surveillait m’arrangeant pour synchroniser un casque avec les micros, rien de bien passionnant, mais cela m’empêchait de trop réfléchir, c’était déjà ça.

Puis, mon instinct me souffla qu’il était réveillé, alors, je levais les yeux sur lui. Il n’avait vraiment pas l’air frais… Même un peu crétin et je devait bien avoué qu’en le voyant ainsi, j’avais moi-même du mal à croire qu’il ait pus créer ces nanites et une armure aussi complexe. Malgré moi, j’avais laissé échapper un petit rire alors qu’il se levait pour aller prendre du café. Non, décidément, il ne se ressemblait pas là… Enfin, probablement comme je ne me ressemblais pas la nuit passé. Il vint à nouveau me rejoindre et je laissais un sourire se poser sur mes lèvres alors que je le regardais avec malice. Puis, je lui envoyais les lunettes au cas où il voudrait les essayer.


« Très bien grâce à ça, ils ne se sont même pas aperçut de mon passage. Par contre, toi, tu n’es vraiment pas du matin. »

Je défis le casque de mon crâne et lui envoyait simplement, il y avait une molette sur le coté du casque pour passé d’un micro à l’autre. Encore une fois, je m’étirais, faisant craquer mes muscles endoloris en attendant de voir ce qu’il commenterait sur le travail que j’avais fait pendant qu’il prenait son repos bien mérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 12 Déc - 2:49

Katsuri semblait anormalement contente, avec un regard un peu malicieux, je ne comprenais pas ce qu'elle avait, peut être quelque chose de bien c'était passé dans ces améliorations de sa moto?, quoi qu'il en soit, j'avais attendu sa réponse et elle déclara que je n'étais pas du matin, ce qui m'étonna alors, je me grattais donc la tête en lui répondant que c'était peut être vrai, mais que comme je n'avais jamais eut d'ami ou de personne restant près de moi pour voir cela, je ne m'en était jamais rendu compte, enfin, maintenant que cela était dit, elle m'envoya le casque et j'écoutais ce qu'il se passais avec un petit sourire, au moins tout semblait fonctionner, je continuais donc d'entendre ce qu'il se passait alors que je me demandais si les caméra était vraiment utile maintenant, quoi qu'il en soit, les miennes continuais toujours d'afficher alors je passais cela en revu tout en lui parlant.


C'est parfait, maintenant il ne reste plus qu'a attendre d'avoir quelque chose et nous pourrons enfin terminer cette observation, et étrangement, alors que je continuais de changer de micro, j'entendis une conversation assez particulière, elle allait surement voir mon visage assez sérieux car j'avais bien l'impression qu'il se passait quelque chose, je fis donc en sorte de mettre une caméra en hologramme sur la table basse pour voir ou cela ce trouvait, et malgré les scan, je ne voyait que deux personne, utilisait il un conteneur scellé?, c'était peut être pour cela que je ne voyait rien, je fit donc un scan assez approfondi et me rendit compte qu'il y avait beaucoup de ce genre de boite dans une certaine partie du batiment, j'eus alors un sourire et me leva en posant le casque sur la petite table, il était temps d'allé voir, et si elle me voyait agir ainsi, c'était qu'il y avait une bonne raison, une fois que je fus dans mon armure et que tout était en place, je lui parlais pour bien lui expliquer.

"On aurais du utiliser les micro plus tôt, en réalité, ils utilisaient des conteneur scellé pour transporter des hubots, détachés ou pas, apparemment, ils on démonter plusieurs hubots fonctionnel pour en arriver la, ce qui reviens à du trafic en même temps que du...meurtre on dis dans ce cas la?, quoi qu'il en soit, on à notre preuve, il ne reste plus qu'a allé à cet endroit et à tout vérifier de nos propre yeux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 12 Déc - 15:04

Il n’avait pas testé les lunettes infrarouges, tant pis, c’était lui qui voyait. En revanche, il conservait le casque et pris le parti d’écouter de qui se passait du coté des micros. Je le laissais faire. Je vis les trais de son vissage changé et je matérialisait une oreillette liée au casque. Je jetais alors un œil à son hologramme, tentant de suivre le fil de ses pensées… J’avais un peu de mal mais ça demeurait possible. Nous tenions quelques choses en effet. Avant que j’ai pu réagir, il avait déjà sauté dans son armure. Je me levais alors pour posé ma main sur son bras et tenté de l’intimé au calme, mais déjà il parlait. Il me dit que nous aurions dû utiliser les micros plus tôt et j’avais simplement haussé les épaules. Il m’expliqua ensuite la situation et je masquais l’oreillette avec mes cheveux pour qu’il ne voie pas que c’était inutile de le faire. Il parla déjà d’une infiltration après avoir ôté le « meurtre » d’Hubots, ce qui me fit rire malgré moi.

« Pas meurtre, peu importe que certaines aient développé des capacités, légalement, ce sont des machines. On ne peut pas commettre un meurtre sur un ordinateur et donc pas plus sur un Hubot… Mais recyclage, vol, trafic de bien volé et peut être même reprogrammation illicite… Il faudrait avoir des preuves de deux ça, mais ne t’enflamme pas. Notre mission est d’observer, pas d’agir. Attend quelques instants. »

Je m’étais alors éloigné de lui pour m’emparer de mon téléphone laisser au cœur de mes affaires dans mon sac. J’appelais mon père, qui répondit presque aussitôt. Je lui avais fait mon rapport, puis, j’avais attendu quelques instants avant d’entendre les consignes. Puis, mon père avait continué et la ligne de mes épaules s’était tendue en même temps que mes traits s’était durcit. J’avais dit que nous ferions au mieux avant de raccrocher, puis, j’avais tourné les yeux vers Aphraïm, m’accordant quelques temps de réfléchir. Puis, j’avais passé une main derrière ma nuque avant de lui expliquer :

« Voilà nos nouvelles consignes : Réunir des preuves de ce qu’ils font, enregistrement, photo, vidéo… Puis, les livré à la police. La Guilde n’a pas à tout gérer… surtout quand la police peut agir. De plus, nous sommes attendu à la Guilde pour une mission importante et de ce que j’ai compris, c’est un honneur qui nous est fait. Pour la récolte de preuve, je compte sur toi… mon corps n’est pas encore tout à fait remis de ma petite escapade de cette nuit… Les conduits de ventilation c’est étroit et c’est pas facile d s’y déplacer… Je compte sur toi… Deus Ex Machina. »

J’avais utilisé le nom sous lequel il se faisait connaître en un petit trait d’humour et de confiance. On parlait taff, donc je parlais à la machine… En attendant, il allais falloir que je fasse un peu d’entretiens de ma mécanique en rentrant, j’avais des potions pour ça, mais je n’en avait pas emmené avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 12 Déc - 17:46

Donc ce n'était pas un meurtre, ce qui était un peu idiot alors, ils laissaient les hubots faire presque autant de chose que les humains mais leur droits sont totalement différents? bref, ce n'était pas mes affaires et c'était pour cette raison que je faisais toujours en sorte que toute mes invention n'ai pas de volonté propre, à la place ils sont juste lié à mon cerveau, ce qui pouvait être un peu contraignant avec beaucoup mais il suffisait d'en désactiver certain pour être tranquille, quoi qu'il en soit, cela était régler et j'attendis donc de voir ce qu'il fallait faire par la suite, elle téléphona alors pour d'autre instructions, ce qui était la bonne chose à faire, pour ma part, j'avais sauter dans mon armure pour être sur d'être fin prêt, finalement, les ordres furent simple, réunir le plus de preuve possible avant de tout donner à la police, pour sa je pouvais parfaitement comprendre, néanmoins, la question de la mission importante fut quand même assez étrange, pourquoi nous, je veut dire, d'accord nous étions doués, mais cela ne faisais pas si longtemps que cela que j'étais dans la guilde, quoi qu'il en soit, elle fit une dernière remarque un peu amusante avant de me lasser partir seul, elle avait mal au épaules à cause des conduits d'aérations.

"D'accord, dans ce cas je fait vite, prépare déjà les premiers fichiers audio partenaire, je vais finir cela discrètement en quelque minutes."

Je me rendis donc invisible avant de me diriger vers le batiment, bien entendu, je savais par ou passer maintenant à force d'avoir surveiller cette endroit alors il ne me fallu pas longtemps pour trouver l'endroit ou tout était entreposer, et il fallait avouer que cela pouvait presque ressembler à un mélange entre un cimetière et une boutique d'esclavage si tout cela n'était pas uniquement remplie d'hubots, je fit donc un tour en activant un module anti gravité sous mes bottes pour ne pas faire de bruits en marchand, je pris quelque photos ainsi qu'une vidéo d'une transaction avant de revenir vers elle, il ne c'était pas passer beaucoup de temps, mais bref, je lui donnais alors une clé ou se trouvait tout les informations avant d'attendre qu'elle la prenne, par la suite, il allait surement falloir donner cela à la police avant de rentrer, du moins, je lui demandais si on rentrais directement ou alors qu'on attendais encore un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 12 Déc - 22:21

Je l’avais laissé filer alors qu’il allait chercher des preuves supplémentaires. Pendant ce temps là, je compilais les données de son que nous avions récupéré. Je laissais ensuite la compilation se faire pendant que j’allais rassemblées mes affaires dans mon sac. Ma moto était prête pour que je puisse utilisé le rangement pour mes épées… j’avais encore beaucoup de modification en tête, mais ce n’était pas encore le moment. Il fallait que j’attende d’avoir un peu de temps devant moi. Je rappelais les nanites au creux de ma main, puis, je les fit à nouveau se changer en une chaînette avant de les faire s’enroulée autour de la garde de l’une de mes épées, puis, je les rangeait précautionneusement dans leur nouveau compartiment qui fonctionnait à merveille et qui s’ouvrait d’une simple pression sur ce compartiment. J’avais mis tout ce que j’avais créé d’éphémère dans un coin avant de trier les vivres. J’avais laissé les conserves dans les placards pour ceux qui pourraient à nouveau avoir besoin de ce bâtiment. Je glissais les douceurs dans le sac à dos et ce qui restait de plat cuisinés dans un sac.

Puis, il revint et j’ajoutais les fichiers à la clef et j’eut un petit sourire je n’avais plus qu’à en fait livraison maintenant. En attendant, je glissais les affaires qui n’étaient pas rentrées dans le sac dans le coffre de la moto. En attendant, il m’avait demandé si on rentrait tout de suite et, amusée j’avais simplement haussé les épaules avant de lui adresser un semblant de sourire. Puis, il lui avait répondu d’une voix assez douce.


« Tu peux rester encore si tu veux, mais je te rappelle qu’on nous attend, on aura sûrement que peu de temps pour se reposer avant qu’on nous donne les consignes pour l’autre mission… »

J’avais alors haussé les épaules, lui laissant ainsi le choix de faire comme il le voulait, je lui lançais cependant les clefs en lui disant que j’allais aller faire livraison du paquet, si il voulait rester, il n’aurait qu’à s’assurer de l’intervention de la police. Je ne doutais pas de leur venue, ils avaient déjà toutes les preuves nécessaires. Je matérialisais un carreau et y accrochait la clef de façon à ce qu’elle ne soit pas abîmée. Puis, j’encochait le carreau et rétractait le mécanisme pour le moment. Maintenant, je n’avais plus qu’à enfourcher ma moto et prendre le large.

« On se retrouve à la sortie de la ville. »

Avait-je simplement dit, avant de pousser ma moto en dehors du bâtiment sans vraiment lui laisser de temps pour répondre. Je filais au commissariat, me glissant au sein de la foule, puis, je décochais le carreau qui s’enfonça dans le bureau de l’accueil. Il y eut un cri, la population s’affola et je m’assurais que le policier s’empare des preuves, puis, je me fondis dans la masse et retournait sur ma moto, démarrant en trombe pour m’arrêter dans un dérapage au point de rendez-vous, le temps que j’attendrais dépendrait maintenant d’Aphraim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 13 Déc - 3:19

Je ne savais pas pourquoi, mais j'avais l'impression qu'elle était un peu plus souriante qu'avant, c'était peut être une impression, alors je n'y fis pas trop attention, elle me répondit donc que nous n'avions surement que peu de temps et qu'également il y avait une mission pour nous à la guilde, peu de répits pour les assassins, mais bon, cela serait certainement plus intéressant que ce qu'ils venaient de faire, je la regardais alors me donner les clé avant qu'elle ne me donne rendez vous à la sortit de la ville, comme d'habitude, puis elle partit en trombe, j'eus bien entendu un petit sourire en la voyant faire et je pris soin d'effacer toute preuve de notre passage avant de fermer la porte et de ranger la clé, une mesure de sécurité au cas ou, par la suite, alors que je regardais encore un peu cette endroit, je me surpris à être un peu triste, peut être que cela avait été ennuyeux, mais au moins j'avais appris certaine chose sur elle et elle avait aussi appris certaine particularité sur moi, quoi qu'il en soit, je fis en sorte de devenir invisible et de m'envoler haut le temps d'arriver à la sortie de la ville, elle avait bien dit que la prochaine mission allait être importante, je me demandais bien de quoi il allait s'agir.


Une fois arriver à l'endroit prévu, je fis signe à ma partenaire qui était la avant moi, mais c'était normal, j'avais fait un petit détour pour m'assurer que tout ce qu'on avait placer allait être détruit sans la moindre trace, puis, après une petite remarque sur le fait que j'avais vu la police un peu sur les nerfs, mon ton avait été un peu ironique et amusé parce que je me doutais de ce qu'elle avait fait, nous partîmes donc vers la guilde des assassins, le trajet fut un peu moins ennuyeux cette fois ci car je semblait un peu plus content que la normal, allé savoir pourquoi, je fis donc un petit commentaire assez positif sur les amélioration de la moto de ma partenaire pendant le trajet, historie d'avoir un minimum de conversation, et une fois que nous fûmes arriver, je fit en sorte de retrouver ma prestance de machine, même si elle pouvait entendre ma voix a l'intérieur, nous avancions donc vers la salle du maitre, un peu impatient pour ma part de savoir enfin ce qu'il y avait de si urgent, après tout, il y avait bien plus haut placé que nous deux non?,  pourquoi nous confier cette mission qui semblait bien dangereuse, ou alors l'était elle?, je me posais cette question depuis un moment, quel genre de travail était important et avait besoin de mes services en particulier, quelque chose qui allait surement peut être demander une intervention musclé, mais cela ne servait a rien de chercher des explication alors qu'il allait certainement les donner dans quelque secondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 13 Déc - 13:45

J’en avais profité pour laisser les plats cuisinés qui restaient à un sans abri. Sidéré, ce dernier m’avait mille fois remercié alors que je prenais d’or et déjà le large. J’avais attendu Aphraim à l’entrée de la ville, comme convenu. Il me fit un commentaire sur la police et j’avais eut un simple sourire amusé avant de hausser les épaules : qu’ils s’énervent si ils le voulaient, du moment qu’ils faisaient bien leur boulot, surtout que nous leur avions facilité la tache avec tout ça. Puis, nous avions démarré et il avait alors commenter les amélioration que j’avais faites sur ma moto. Un petit sourire aux lèvres, j’avais accéléré, passant un instant sur une roue arrière qui ne dura que quelques secondes Ce n’était pourtant que des modifications mineures que j’y avais apportées, ce don je lui fit part en continuant purement et simplement mon chemin sans insisté plus longuement si les paroles que nous échangions cependant. Le trajet filait sous mes roues sans que je m’en soucie.

Puis nous revînmes en ville et je réduisis ma vitesse, ce n’était pas le moment de me prendre un pv, surtout que je n’avais pas réellement de permis. A quoi bon, je pouvais matérialiser des papiers en règles en moins d’une seconde. Pas très légal, certes, mais qui pouvait le savoir… Je garais ma moto dans le garage lié à notre bâtiment, elle n’y resterait que le temps que nous fassions notre rapport et après, je la ramènerais dans ma chambre. En attendant, je rejoignais Deus et nous filèrent faire notre rapport. Le Maître l’écouta avec calme, puis me demanda si mon père m’avait informé de la mission du lendemain et je hochais la tête. Il me demanda alors si j’en avais déjà parlé à mon partenaire et j’avais tourné les yeux vers Deus Ex Machina. Puis, j’avais simplement secoué la tête avant de prendre la parole, me disant qu’il m’en voudrait peut être mais j’avais eut une idée sur le trajet.


« Pas encore, mais, Maître, Deus Ex Machina est capable de prendre l’apparence d’autres personnes, il pourrait peut être vous servir de couverture le temps de nous assurer que ce ne soit pas un coup fourré. »

J’avais détourné le regard de mon partenaire alors que le Maître disait qu’il allait y réfléchir, il me demanda d’informer mon équipier des détails et nous conseilla de nous reposer, disant qu’on se reverrait très tôt le lendemain. Sans attendre, j’avais quitter la pièce et était aller chercher la moto pour la ramener dans ma chambre. Je n’étais pas inquiète, je savais qu’il me suivrait. Après tout, il voudrait probablement savoir ce que je ne lui avais pas dit et pourquoi je ne le lui avais pas dit. Garant mon nouvel engin dans un coin, j’avais enfin défait mes affaires avant de me laisser tombée assise sur mon lit, clairement tendu. Puis, je tirais de mon sac ce qui restait des vivres que j’avais pris pour lui avant de lui dire simplement, les glissant dans un sac opaque. Ainsi, ça avait tout l’air de pièce détachées.

« Tu n’auras qu’à les emmener. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 13 Déc - 18:19

J'avais pensée que le maitre de la guilde allait parler de la mission si importante, mais il semblerait que Katsuri le savait déjà, ce qui m'étonna, bien entendu, personne n'allait sen rendre compte, même elle du fait que j'étais dans mon armure maintenant, et puisque je ne faisais pas de son alors elle n'allait rien entendre non plus, je tournais donc ma tête vers elle alors qu'elle proposa quelque chose, de me faire passer pour le maitre de la guilde, ce qui était assez étrange, bien entendu j'étais capable de faire cela, imiter la voix et aussi le comportement pouvait être simple avec quelque seconde d'analyse, mais je ne savait toujours pas pourquoi et cela était un peu embêtant, je n'allais pas demander, après tout elle allait surement me le dire plus tard mais bon, elle aurait pu m'en parler alors qu'on était la bas, à moins qu'elle y réfléchissait tout en conduisant, intérieurement je soupirais, elle n'allait pas entendre cela non plus, puis alors qu'elle détournait le regard, le maitre de la guilde répondit qu'il allait mieux falloir m'expliquer ce qui allait ce passer, il allait donc falloir la suivre.


Elle avait donc commencer par prendre sa moto pour l’amener dans sa chambre, ce qui pouvait paraitre bizarre pour certain, moi je savais qu'elle faisait cela pour travailler dessus ainsi que pour éviter qu'on ne la regarde de trop près, je n'avais rien à dire sur cela alors je continuais juste de la suivre, faisant toujours la machine sans un mot, de toute manière, personne d'autre qu'elle allait comprendre quelque chose, par la suite, elle vint défaire certaine de ces affaires avant de s'asseoir sur son lit, je me trouvais pas très loin de la porte, faisant toujours le robot, elle me donna alors un sac opaque avec de la nourriture à l'intérieur, ce qui allait être assez utile, je la remerciais donc d'une manière que personne ne pouvait entendre sauf elle qui avait le code de mon transmetteur, par la suite, il suffisait maintenant juste de lui demander pour ce qui allait se passer, je lui posais donc al question, ne voulant pas l’embêter trop longtemps, elle allait surement avoir besoin d'un peu de repos et d'un peu de solitude aussi, après tout, elle m'avait avouer avec du mal avec les gens, moi j'avais juste du mal à parler avec d'autre en général, surtout du fait que j'étais rester seul tellement longtemps, cloitrer dans mon laboratoire de recherche, à confectionner et perfectionner mon armure, bref, il suffisait d'attendre sa réponse et ensuite, avec ce qu'elle m'avait donner, j'allais pouvoir être en meilleur forme et peut être moins utiliser mes appareils de survie, ce qui était vraiment une bonne chose, vu que cela ne remplaçait pas de la bonne nourriture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Sam 13 Déc - 19:36

Il m’avait remercié pour les vivres et n’avait pas posé de question, même sur l’autre canal… Je l’avais donc regardé un moment, assez intensément, puis, j’avais poussé un léger soupire avant de fermer la porte, nous cloîtrant tout deux dans la pièce un instant. Je n’avais pas peur de ce qu’on pourrait dire à mon sujet, de toute façon, j’avais déjà passé plusieurs jours seule avec lui alors un peu de temps en plus ou en moins, cela ne changerait pas grand chose, hélas… J’étais ensuite revenu en humant l’air. Il n’y avait que mon odeur, celle de mon père et celle d’Aphraim que je saisissais sans mal maintenant que je la connaissais. A cette pensée, un certain malaise s’empara de moi. Je le repoussais au plus profond de moi et reposais maintenant mon regard sombre sur lui.

« Je n’estimais pas opportun d’en parler en dehors de ces murs. C’est trop important pour prendre le risque que les choses ne se passent mal. Le Maître doit s’entretenir avec le chef de… ce qu’on peut appelé une faction rivale... Nous avons des buts similaires et depuis l’ancien Maître, la Guilde cherche à établir une trêve, mais nos façons de faire sont assez violement opposé. Le Maître et mon père craignent qu’ils profitent de l’entrevue pour un coup fourré. Ils ont besoin des meilleurs d’entre nous pour assurer la sécurité… Si tu n’as peut être pas fait tes preuves, moi oui… Je l’ai donc fait pour nous deux… »

J’avais alors soupiré, puis, j’avais entrepris d’enlevé mes brassards pour les posés près de moi sur mon lit. Pouvait il comprendre ? Caprica n’était pas son monde après tout… Cependant, en rejoignant la Guilde, il s’était engagé dans son combat et c’était devenu son combat à lui aussi. J’avais alors soupiré, enlevant ma veste pour me retrouver maintenant en simple débardeur. J’avais ensuite détaché les lames de ma taille ainsi que ma pochette à carreaux qu’il faudrait que je remplisse d’ici peu. J’avais alors relever les yeux vers lui, toujours avec cette ligne de tension au niveau des épaules.

« Désolée d’avoir parler pour toi en proposant ce stratagème… Mais il est mieux d’agir de la sorte… »

Oui, c’était la meilleure chose à faire, même si le prochain en lisse pour être Maître était mon père et que ça me simplifierait grandement la vie. Mais ce n’était pas ce que je voulais… Non… Il m’avait accordé ma chance au sein de la Guilde, je ne pouvais pas vouloir le risque de sa mort. Plongé dans mes pensées, j’avais laissé mon regard glissé sur le sol, à mes pieds. Le professeur m’aurait traité de petite naïve au cœur tendre… Et Jade ? Je ne savais plus… Cela faisait si longtemps. Je fermais alors les yeux, me passant une main dans les cheveux sans rien ajouter de plus pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 14 Déc - 5:51

Je comprenais très bien le point de vue de ma partenaire, après tout, ce qui se passait dans la guilde était quelque chose de secret, alors il ne fallait mieux pas en discuter trop en découvert, bien entendu, on pouvait se plaindre des moments ou je discutais technologie avec elle, ou bien du fait que mon armure surveillait toujours n'importe qu'elle problème, mais je ne fis que du silence, cela n'allait faire que de l'irriter et ce n'était pas le moment de faire cela, il y avait donc un entretien entre deux Maitre de deux guilde différente et ils pensent qu'ils y allait avoir un coup fourré, c'était évident, même moi je pensais la même chose, d'accord, cela était surtout du à ce qui c'était passé dans mon monde natale, avec toute ces trahisons, mais c'était tout de même quelque chose de normal, son dernier commentaire fut assez blessant, mais ils me prenais pour une machine, alors je lui répondit que c'était normal pour les autre de penser qu'une machine allait devoir faire plus de preuves.


Quoi qu'il en soit, elle devint assez vite avec peu de vêtements sur elle et je ne pu encore une fois m’empêcher de remarquer que c'était du gâchis pour une femme si jolie d'être célibataire, mais passons, je n'étais pas la pour ce genre de chose et elle aussi d'ailleurs, elle s'excusa alors de la proposition qu'elle avait donner au maitre de la guilde, moi je ne voyais pas ou était le problème, il était vrai qu'avec mon armure, il n'y avait personne capable de la percer, enfin, peut être une personne, mais bref, peut être qu'elle avait besoin d'un commentaire de ma part, peut être qu'après cela elle me demandera de partir pour qu'elle se repose, dans tout les cas, autant lui expliquer.

"Ne t'en fait pas Katsuri, je peu comprendre parfaitement ton raison, il est très peu probable que quelqu'un puisse me blesser grâce à mon armure, à vrai dire, la personne qui est la plus proche à me blesser serait toi."

C'était assez gros à dire quand même, qu'elle soit la seule à pouvoir me blesser, mais c'était vrai, elle était rapide, changeait assez facilement de style de combat et était capable de toucher certaine partie de mon armure que d'autre ne pourrais pas, bien entendu elle avait peu de chance de réussite, mais c'était mieux que zéro, quoi qu'il en soit, j'attendais une réaction de sa part, sinon, j'allais surement partir pour la laisser se détendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Dim 14 Déc - 17:26

Je restais assise sur mon lit, maintenant, je lui avais expliqué tout ça. J’avais pus le blesser avec certaines paroles, mais il fallait qu’il comprenne que je n’avais fait qu’exprimer l’opinion générale et que j’avais vécu ce même genre de choses quand j’avais rejoins la Guilde. Il ne réalisait peut être pas à quel point il m’avait été difficile d’en arrivé là où j’étais dans la Guilde. Ensuite, je m’étais excusé de l’avoir porté volontaire sans même lui laisser le choix quand à tout ça. Il m’avait alors dit de ne pas m’en faire, qu’il comprenait mon raisonnement et j’avais alors simplement hoché la tête alors qu’il continuait de parler. Il dit alors qu’il était probable que la personne qui serait la plus à même de passer outre son armure pour le blesser. Sans que je m’en aperçoive vraiment, mes joues avaient pris une légère teinte rosée, mais je ne m’étais pas étalé sur le sujet plus longuement que nécessaire, il avait compris et c’était ce qui comptait en fait. J’avais alors changer de sujet pour lui parler simplement, à voix basse :

« Mais je n’ai aucune raison de m’en prendre à toi… Alors, il ne tient qu’à toi de ne jamais m’en donner. En tout cas, quand tu auras épuisé ces réserves, préviens moi. Qu’on me confie ta paie ou non, je t’aiderais à t’en procurer sans qu’on sache ton secret. »

C’était une façon comme une autre de tourner la page sur ce que j’avais dit ou non… Puis, j’avais ensuite passé une main dans ma nuque avant de me levée pour venir poser tout mon barda là où cela se trouvait. J’attendis encore quelques instants, puis, j’avais baissé les yeux. Maintenant qu’on était de retour, je me retrouvais à nouveau face à lui et je repensais au comportement que j’avais eut lors de mon instant phobique et le fait qu’il y avait un humain sous la machine me rendait vraiment mal à l’aise… Alors, j’avais simplement croisé les bras, évitant maintenant de le regarder alors que je reprenais la parole d’une voix des plus calme et sans aucun sentiment perçant dans ma voix :

« Tu devrais aller te reposer, demain, il faudra qu’on soit au mieux de nos capacités et cela risque d’être une grosse journée. On aura plus de détail quand à tout ça demain matin probablement. »

Je m’étais ensuite à nouveau assise sur mon lit en attendant qu’il parte maintenant. J’avais bien l’intension de prendre une douche avant d’aller me coucher. J’avais tellement de chose qui tournait dans mon esprit, mais pour le moment, je n’avais pas encore le temps de m’y attarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 16 Déc - 1:44

Katsuri semblait être assez prévenante pour moi pour le moment et j'étais assez content de cette situation, on semblait beaucoup mieux s'entendre et elle était même assez calme pour le moment, même si elle semblait toujours un peu tendu, je savais bien entendu pourquoi, elle avait surement besoin d'être seule, elle me l'avais dit la dernière fois alors j'allais essayer de faire en sorte de rester le moins longtemps possible, je la remerciais donc pour ce qu'elle faisait pour moi, à savoir me donner de quoi manger pour que je sois un peu plus en forme, après tout, c'était mieux de manger quelque chose de bon n'est ce pas?, quoi qu'il en soit, elle me répondit ensuite qu'il fallait mieux allé se reposer et je fus entièrement d'accord, la remerciant à nouveau avant de sortir de sa chambre, elle ne pouvait pas le voir, mais j'avais un sourire sur mon visage, j'étais content d'avoir quelqu'un à qui parler, surtout une personne comme elle, qui partageait certain intérêt avec moi et qui me supportais un peu, alors oui, j'allais surement bien m'entendre avec elle, on allait voir ce que l'avenir allait réserver ce partenariat.


J'avais donc passer le reste de ma soirée à me reposer et à manger tranquillement, avec ma porte fermer personne ne pouvait venir dans ma petite pièce et même si je n'avais pas beaucoup de place, je pouvais facilement réparer certaine armes sans trop de bruits, bien entendu, je pris les conseils de ma partenaire au sérieux et me reposa un bon moment avant que le moment de rejoindre ma partenaire pour une réunion qui allait surement décider de ce qu'on allait faire, peut être que son idée allait être accepter, et dans tout les cas j'allais tout faire pour éviter les problème, de toute manière, ce n'était pas avec la technologie de ce monde que des gens allaient me détecter, mais on ne savait jamais, je devais tout le temps faire attention, mais elle allait surement bien m'aider, ma partenaire, Katsuri, je me rendais compte que je comptais beaucoup plus sur elle depuis quelque temps maintenant, peut être que c'était un signe que je lui faisait vraiment confiance sur ce genre de chose, néanmoins, il y avait quand même certaine zone d'ombre dans ce qu'on allait faire, en effet, je n'aimais jamais ce genre de chose à faire, me faire passer pour quelqu'un d'important pour ensuite vérifier si il n'avait pas de problème, surtout du fait que je faisais toujours tous seul, bref, j'attendis donc avec Katsuri que tout commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 16 Déc - 2:57

Je regardais Deus Ex Machina jusqu’à ce qu’il ne sorte de ma chambre. Là, je rangeais plus soigneusement mes affaires, puis, je pris le temps de faire quelques carreaux pour le lendemain, nous pourrions en avoir besoin. J’avais ainsi fait divers modèle, pour avoir plus de chance de faire ce que nous aurions à faire. Puis, après une douche rapide, j’étais simplement été me coucher, m’endormant presque aussitôt. J’avais dormis d’un sommeil de plomb, mais je n’eut pas besoin qu’on me réveil au matin. Après mon réveil, je m’extirpais des draps en silence pour me préparer. Un de mes éternels pantalon de cuir, ainsi qu’un débardeur noir, assez moulant, comme toujours. J’avais passé mes deux brassards, dont celui avec l’arbalète, bien entendu. Puis, j’avais bien installée ma ceinture à ma taille avant d’y accrocher ma pochette à carreaux à nouveau pleine… J’avais hésité un moment, puis, j’y avais glissé les lunettes qu’il m’avait demandé de garder. J’avais enfilé mon gilet pare-balle, même si il ne ressemblait pas à ça et je l’avais bardé de lames à l’endroit où il pouvait en recevoir. J’accrochais aussi le lien à ma cuisse bardée de stylets. Deux dagues à ma taille, celle qui ne me quittais jamais et celle qu’il m’avait donné. Puis, mes deux épées et je quittait mes ordres pour aller recueillir nos ordres.

Mon père aussi était équipé pour le combat… Le Maître un peu moins… enfin, c’était plus discret en tout cas. Mais nous n’étions pas les seuls. Un instant, je tournais les yeux vers Deus qui était déjà là, puis, je glissais à nouveau mon regard sur le Maître, attendant les consignes. Le Maître commença par dire que mon père serait son garde du corps pour l’occasion. Il approuva ensuite mon idée en disant que Deus lui servirait de doublure et moi de doublure à mon père du coup. J’inspirais profondément et hochait la tête avant de tourner à nouveau les yeux vers mon coéquipier. Les autres seraient postés autour du lieu pour assuré la sécurité. Puis, nous avions rejoins les lieux en silence, j’avais simplement attendu que Deus change d’apparence, puis, je lui avait signifié de faire ses commentaires sur la fréquences que nous partagions. Ensuite, nous nous étions lancer dans le trajet jusqu’au lieu de rendez-vous et j’avais alors laisser ma main se posée sur la garde d’une de mes lames, la mission allait commencer d’ici peu. Nous n’attendîmes que quelques temps de plus avant que les Autres arrivent. Deus allait devoir parler. Espérons qu’il s’était suffisamment imprégner de son personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 18 Déc - 14:08

Apparemment, aussi bien le père de Katsuri que le maitre de la guilde semblaient prêt pour un combat, ce qui me montrait bien qu'ils prenaient ce genre de chose au sérieux, j'avais donc bien fait de préparer certaine chose dans le cas ou cela tournait au pire, également, il fut d'accord pour que je prenne son apparence pour ce moment la, alors j'allais certainement devoir faire quelque petit ajustements pour le costume, après, j'avais tendance à faire les choses bien, quoi qu'il en soit, les lieux semblaient bien garder et une fois que nous étions arrivés, je dus prendre l'apparence du maitre de la guilde, ce qui ne fus pas les plus compliqué, par la suite, je lui avait poser quelque questions avec ma manière robotique pour prendre certaine habitude chez lui, les faisant par la même occasion et rendant la chose que plus réel, dernièrement, je lu tendis un simple micro et un écouteur, lui demandant de lui même poser les question, tout allait être répéter avec un dixième de seconde de retard pour que les lèvres puissent bouger en correspondance a ce qui allait ce dire, en conclusion, j’allais juste faire la potiche, ma partenaire allait surement être la seule à vraiment m'entendre réellement, mais cela était comme d'habitude maintenant, il n'y avait qu'elle qui connaissait le vrai moi, comme je connaissait certaine chose que d'autre ne savait pas sur elle.


La réunion allait donc commencer et je fis exactement ce que le maitre de la guilde me demanda de faire, il m'avais donner des consignes assez stricte alors cela allait être assez facile, j'avais assez pris le personnage pour faire tout correctement, par la suite, tout ce que je faisais était de parler un peu avec Katsuri de temps à autre, lui disant que je trouvais quelque chose de bizarre, mais je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus, néanmoins, j'avais confiance ne elle pour trouver de quoi il s'agissait, après tout, j'étais peut être un génie dans la création d'armement et d'autre objet, je n'étais pas le très bon assassin avec un instinct sans faille comme elle, alors ma partenaire allait surement trouver quelque chose de louche, moi je faisais surtout confiance en mes détecteurs pour voir si il y allait y avoir un problème dans le coin, et pour le moment tout était assez flou, j'avais l'impression qu'il y avait certaine chose de cacher, mais pour savoir exactement quoi, moi même je ne pouvais pas dire, c'était surement sa garde, mais cela semblait être plus gros que ce que nous étions, peut être qu'il se pensait plus important, ou alors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 18 Déc - 19:45

Je n’avais pas peur, j’avais confiance en Deus en temps que coéquipier et je savais que mon père se servirait de la fréquence de mon émetteur pour la prévenir en cas de problème. En attendant, elle sentait elle aussi que quelque chose clochait, alors, elle conserva cependant son calme, se contentant de garder son visage masqué entre sa capuche et son écharpe. J’avais dit à Aphraïm que je ressentais la même chose, mais qu’il devait à tout prix rester dans son rôle. Je fis par de nos inquiétude à mon père, sachant que lui et le Maître décideraient probablement de contacter les leurs pour leur dire de veiller au grain. Pendant que mon coéquipier continuait à se faire passer pour le Maitre, je promenais mon regard aux alentours, mais je n’arrivais pas vraiment à voir de problème. Et je sentais la tension nerveuse qui s’emparait à nouveau de mes nerfs. J’avais alors légèrement soupire et je m’étais maintenant préparer à dégainer à la moindre seconde.

Rien… Simplement rien… Puis, il y eut un cri et par réflexe, je poussais Deus du trajet d’une balle, mais cette réaction fit en sorte que cette balle me touche dans l’épaule. J’avais alors laisser échapper un grognement avant d’incliner légèrement la tête un instant. Il ne fallait pas qu’elle se laisse aller comme ça. Je tirais mon épée et tentais au mieux de faire abstraction de la douleur, elle réalisa alors qu’un second coup de feux était parti, dirigé vers les autres… La paix relative allais voler en éclat et elle en fit par à son équipier, se rapprochant de lui en lui demandant de ne tuer personne, elle ne voulait pas qu’il y ait des bévues. Je me persuadais de ne pas prêter la moindre attention à ma douleur, cela n’avait aucune importance. Comme je m’en doutais, les combats éclataient autour de nous, il ne fallait pas que je me relâche. D’ailleurs, je commençais bien vite à me battre moi aussi, faisant au mieux pour ne pas laisser la douleur de mon épaule s’exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 8 Jan - 23:58

Se faire passer pour quelqu'un était quelque chose de facile, je n'avais que très peu de chose à m'occuper, l'armure s'occupait de tout, alors pour ma part je continuais d'analyser ce qui se passait autour, étrangement, je ne trouvais rien, pas même une souris ou un petit animal, ce qui était assez étrange, normalement il y avait toujours quelque chose, un son ou même un petit mouvement qui n'était pas humain, mais la rien du tout, ce qui ne me plaisais pas, tout était trop normal, je ne pouvais pas mettre mes capteurs à fond sans prendre le risque de perdre ma couverture, alors je faisais confiance en ma partenaire, qui continuais de regarder, tant pis pour moi, ce n'était pas mon travail cette fois ci, néanmoins, ce qui restait de paix allait très bientôt voler en éclats et quelque chose allait se passer en moi, quelque chose que je n'allais pas prévoir.


En effet, il y eut un coup de feu, ce qui voulait forcément dire que quelqu'un avait briser le pacte, mais le pire était que cela avait toujours l'épaule de ma partenaire, cela me mis un peu en colère, pourquoi?, moi même je ne saurais le dire, peut être parce qu’elle était la personne la plus proche que je connaissais dans ce monde, alors je ne voulais pas qu'elle meurs?, je me forçais à penser que cela devais être le cas alors qu'elle me disait de tuer personne, cela allait être dur, mais j'allais essayer, il fut quand même à la surprise des agresseurs quand ils virent ce qui était au départ le maitre d'une guilde d'assassin se transformer en une sorte de machine, ce qui servait d'optique brillant un peu plus vivement que d'habitude, peut être un effet de ce qui passait dans ma tête, je ne pouvait pas le voir alors bon, quoi qu'il en soit, je fonçais à tout va, tirant sur tout ce qui était un ennemi, du moins de mon point de vue, tout était facilement pris en charge et je lésinais pas sur ce que j'utilisais, un fusil à pompe tirant une onde sonique, propulsant les assaillant contre un mur pour les assommer un peu violemment certes, mais au moins ils n'étaient pas morts, mes mouvements était assez rapide, surement que Katsuri allait voir que j'agissais un peu plus étrangement, mais tant pis, il fallait que j'ôte cette petite colère dans mon esprit.


Le ménage fut bien vite fait et bien entendu je me retrouvais en plein milieux de la pièce, attendant juste un ordre, puis, comme si je m'en souvenais, je m'approchais de Katsuri, lui parlant via son émetteur pour lui demander si elle voulait que je la soigne, après tout, peut être que cela allait mieux être, elle avait surement d'autre mission à suivre par la suite et surtout qu'on allait surement devoir poursuivre la reconnaissance, chercher qui sont les coupable, ou autre chose encore, c'était au maitre de voir ce qui allait se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Ven 9 Jan - 0:48

Tout avait éclaté tellement vite qu’après le choc premier je n’avais pus me contenter que de lui demander de ne tuer personne, pas tant que nous n’aurions pas compris ce qui se passait véritablement ici. Je m’étais battu à ses cotés, évitant ses attaques par pur instinct… et parce que je commençais un peu à comprendre sa manière de fonctionner. Cependant, je voyais aussi une étrange lueur dans son regard robotique… Enfin, je n’avais guère le temps de m’en préoccuper pour le moment. Une fois le calme revenu dans la pièce Deus Ex Machina s’était rapproché de moi, me demandant si je voulais qu’il me soigne, j’avais alors levé mon regard sombre vers lui, regardant au-delà du casque comme si je pouvais plonger mon regard dans le sien. Là, j’étais resté un moment à le regarder avant de secouer la tête, repoussant mes pensées loin de mon esprit avant de lui transmettre sur le canal privé que les soins attendraient plus tard, il y avait plus urgent pour le moment.

M’éloignant un peu de lui j’avais fait mon rapport à mon père, repassant donc sur le canal que j’utilisais avec lui. Ils étaient en plein combat eux aussi, mais je savais au ton de mon père qu’ils s’en sortiraient, surtout qu’il nous ordonnait déjà d’enquêter sur ce qui avait mis le feu aux poudres. Coupant la connexion pour le laisser à sa concentration, j’avais à nouveau tourné les yeux vers Deus. Un instant pour analyser la trajectoire qu’avait dû prendre la balle avant de me toucher, puis, j’avais indiqué à l’homme l’endroit où s’était posté le tireur, c’est là-bas que commencerait l’enquête.


« Celui qui m’a tirer dessus n’était ni des nôtres, ni des leurs, il leur a tiré dessus aussi. Son but était que tout ça finisse en bain de sang. C’est pour ça que je t’ai empêché de les tuer… Inutile de donner une raison à se conflit… »

Puis, je me téléportais jusqu’à l’endroit où le tireur s’était tenu. Je sentais la balle dans mon épaule, ça me faisait un mal de chien, mais je ne pouvais rien y faire pour le moment et il faudrait probablement m’entailler l’épaule pour faire ressortir la balle le moment venu. Je chassais tout ça de mon esprit pour maintenant commencer à fouiner tout autour de moi, cherchant la piste du tireur, car oui, je comptais bien le filer et le ramener sur place pour le faire parler. Je ne laisserais pas entacher la réputation de la Guilde. J’attendis qu’Aphraïm me rejoigne, puis, je lui indiquais ce que j’avais trouvé avant de m’élancer sur les traces du tireur. La chasse serait probablement longue, mais je ne laisserais pas tomber, pas tant que l’afflux de sang qui coulait de mon épaule ne me ferait pas perdre conscience en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 12 Jan - 11:34

De notre côté, tout avait été terminer, je n'avais tuer personne comme elle me l'avais demander et elle m'expliqua alors que la raison à cela était surtout que ce n'était pas de leur faute, d'accord, ce genre de chose je pouvais comprendre, peut être que d'ailleurs je m'étais un peu emporter, heureusement qu'elle était la par ailleurs, je ne comprenais pas ce qui m'avais pris, mais je pris cette réflexion pour plus tard, on avait surement du pain sur la planche, tuer ne semblait pas être la solution pour le moment alors je rangeais tout ce qui était mortel pour prendre quelque  chose de plus subtil, un simple pistolet ou l'ont pouvait voir qu'il était remplit de fléchette, quelque chose que j'utilisais assez rarement auparavant, mais ici cela semblait être plus correct, maintenant, le tout était de savoir ou chercher.


Katsuri semblait souffrir, je pouvais clairement voir cela, et bien qu'elle semblait ne pas vouloir que je la soigne, cela allait surement la déranger de sentir cette douleur, alors une fois que j'arrivais à côté d'elle à l'endroit ou le tireur avait été, je lui administrais quelque chose contre la douleur, lui signalant que cela n'était que temporaire et qu'elle pourra avoir les pensées un peu plus clair sans ce qui la faisait souffrir, car je savais qu'elle devais avoir mal, mais elle ne semblait pas vouloir encore lâcher prise, c'était pour cette raison que je lui avais administré cela, pour qu'elle puisse faire ce qu'elle souhaitait sans qu cela ne la dérange, il n'y avait pas d’anesthésie et tout autre douleur allait être ressentit par la suite, c'était une sorte de blocage temporaire des nerfs, également, si jamais cela tournait au pire, je la préviendrais, bien que je doutais qu'elle ne voudrait pas s’arrêter, j'utiliserais peut être un sédatif, on verra bien, quoi qu'il en soit, je lui fit part de trace de pas assez étrange sur le chemin que nous empruntions quand à la poursuite de cette personne, ce qu'il portait devait être assez avancé pour que cela laisse une trainé d'énergie de la sorte, enfin, pas aussi avancé que moi, mais j'avais déjà fait ce point tellement de fois que cela perdait un peu d'utilité.


Nous avions donc un tireur venant d'une troisième faction portant une arme silencieuse et qui aurait été capable de percé le maitre de la guilde, si cela avait été lui, Katsuri avait une ossature renforcer, ce qui expliquait que cela n'avait pas traversé son épaule, et à comprendre cela, je me demandais ce que cela aurait fait sur mon armure, peut être une éraflure, peut être que cela aurait rebondie et provoquer un plus gros problème?, d'ailleurs, peut être que c'était cela qu'ils cherchaient, peut être que ce troisième partie savait que j'étais derrière le costume et cherchais à faire croire que j'allais tirer sur l'autre personne, beaucoup de suspicion, mais il allait falloir attendre d'attraper le tireur pour en avoir le cœur net.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 13 Jan - 0:32

J’avais mal, mais je faisais tout mon possible pour ne pas y penser, j’aurais bien le temps de me faire dorloter plus tard. Je continuais donc de pister notre cible pendant que j’entendais mon coéquipier changer d’équipement. Je ne pu empêcher un petit sourire de se poser sur mes lèvres. Puis, tout à coup, je sentis une piqûre et je jetais un regard noir dans la direction de mon collègue. Cependant, j’écoutais ses explications et soupirait, il était d’un naturel têtu apparemment… Enfin, je décidais de garder ça pour moi et nous reprenions notre traque, il fallait que je rétablisse les choses, que ce à quoi mon père et le Maître avaient travaillés jusqu’à maintenant. Peut être que j’étais trop dévoué à la Guilde, mais ils étaient ma famille et même si certains ne m’acceptaient pas vraiment, je les aimais tous d’une façon ou d’une autre. Encore une fois, je repoussais ça dans un coin de mon esprit au cas où je ressentirais le besoin d’y cogiter un jour.

« Deus, quand on lui aura mis la main dessus, que je sois en état de venir avec toi ou non, il faudra que tu l’amènes à mon père et au Maître, conscient de préférence. »

Je ne l’avais pas appelé par son vrai nom, on risquait de nous entendre et je lui avais promis de garder son secret. Je ne lui avais pas parler par notre canal parce que… et bien… parce que je n’y avait pas penser tout simplement, la perte de sang lié à l’effort commençait à me fatiguer. Je ne lui avais cependant pas laissé le temps de s’opposer à cette consigne, je m’élançais déjà à nouveau sur la piste, usant de mon exosquelette pour diminuer la distance qui nous séparait de notre proie. Je faisais donc au mieux pour que mon esprit soit complètement focalisé sur ma traque. J’avais alors glissé une main à ma taille, tirant un carreau tranquillisant de mon étui à carreaux, mais je me contentais de le garder en main.

Quand il arriva à porter de vue, je commençais à avoir la tête qui tournait. Il n’y avait plus de temps à perdre. Comme je l’avais fait dans mon combat contre Aphraïm, je me téléportait sur son dos et avant de l’emporter au sol avec mon poids, j’enfonçais la pointe de mon carreaux tranquillisant dans son cou. Mon poids lui fit perdre l’équilibre en arrière et il tomba sur moi, mon épaule blessée heurtant douloureusement le sol alors qu’il chutait sur moi, me faisant vider l’air de mes poumons. Je dois bien dire que j’en vis trente six chandelles, mais comme mon équipier pouvait le leur ramener, je considérais ma mission comme réussit. J’avais la tête qui tournais et je sentait mon haut trempé du sang que je perdait sur une bonne partie de mon torse. Cependant, je sentais l’homme comme un poids mort contre moi et j’avais un peu de mal à respirer quand je me débarrassais du corps inconscient. Puis, je portais une main à ma blessure, un peu sonnée par ma perte de sang…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 15 Jan - 2:33

Au moins, elle avait accepter sans trop broncher ce que je lui avais dit, néanmoins, elle allait surement me le faire payer une fois qu'on allait rentrer, tant pis, cela était assez contraignant de la voir souffrir autant et surtout au niveau de ma tête, j'avais un peu de mal à garder mon calme, ce qui m'étonnait pas mal, mais je réussissais à ne pas le montrer, mon armure aidait beaucoup à cela il fallait savoir, bref, nous étions partit chercher le tireur alors qu'elle me prévins qu'il fallait impérativement l’amener auprès du maitre pour désamorcé le conflit, j'avais compris cela, et même si l'envie de lui donner une bonne correction me démangeait vraiment anormalement, je lui répondis positivement, il allait vraiment falloir que je fasse attention à ce que je pense.


Quoi qu'il en soit, nous le trouvâmes assez vite et comme à son habitude, Katsuri l'attrapa rapidement et je vint près d'elle pour voir si tout était en ordre, et apparemment, elle n'allait pas tarder à perdre connaissance, ce qui était un mauvais signe, elle allait bientôt ne plus avoir assez de sang dans son organisme pour survivre, il allait donc falloir faire vite, je grognais alors en prenant l'homme d'une main et Katsuri de l'autre, faisant assez attention à ne pas lui faire de mal, maintenant il ne restait plus qu'a repartir, sans m'en rendre compte, j'avais un peu forcer sur le bras du tireur, mais heureusement pour moi je n'avait rien casser, le trajet du retour fut vraiment rapide et je fis tout particulièrement attention à vérifier les signe vitaux de ma partenaire, puis, une fois arriver devant le maitre et le père de Katsuri, je leur présentais le tireur en leur expliquant d'une manière robotique la situation, et même sans leur laisser le temps de dire un mot ou même de laisser au père de ma partenaire le temps de la regarder, je partit en direction de la chambre de celle ci, la posant alors sur son lit pour commencer à opérer, enfin, tout allait être fait grâce à mon armure, mais bon, l'extraction de la balle fut quelque chose de simple et j'eus de la chance que rien ne soit bien coincé, par la suite, avec l'aide de nanites, je reconstruisis ces tissus et puis injectait un sérum pour accélérer la fabrication de globule rouge, elle allait surement être morte de faim à son réveil, mais c'était mieux que d'être en convalescence, puis finalement, j’eus le mouvement de partir avant de m’arrêter, la regardant un moment.


Pourquoi je voulais rester?, moi même je n'en avait pas la moindre idée, mais étrangement je voulais attendre de voir si à son réveil tout allait bien, elle était ma seule partenaire et personne envers qui l'avais confiance, c'était tout, du moins, c'était ce que moi je pensais, mais alors pourquoi j'avais été en colère tout à l'heure, le faite qu'elle soit encore inconsciente allait m'aider pour réfléchir, je me posais alors dans un coin e sa chambre et me mis à réfléchir, si vraiment il y avait quelque chose d'urgent, j'irais les aidé, mais pour le moment, elle semblait plus importante que le reste à mon esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 170
Age : 29
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 15 Jan - 21:42

J’avais réussit à le mettre KO, mais je sentais que je n’allais plus tenir longtemps, j’avais déjà perdu beaucoup de sang. Quand Aphraïm s’empara de moi, je laissais échapper un grognement, mais rien de plus. Toujours était il que je ne tint pas vraiment, sentant mes forces m’abandonner sur une dernière vague de douleur qui me fit m’effondrer, à but de forces et totalement dépendante de mon équipier pour le moment. Je ne su donc pas vraiment ce qui se passait ensuite : Le visage de mon père quand il m’avait vu inconsciente, revenir portée par Deus… Probablement de l’inquiétude dans son regard. La façon dont il avait livré le fautif de tout ça, manquant peut être un peu de respect pour le Maître, je ne pourrais donc pas lui en faire de reproche. La rapidité avec laquelle il avait achevé la mission et la probable sidération de ceux qui l’avait vu me ramener dans ma chambre. Je ne saurais pas et il faudra probablement que je fasse sans.

Ce qui se passa durant mon inconscience, je ne le saurais jamais. Ce qui se passa dans mon inconscient : rien, une sorte de brume obscure. Cette brume resta un moment dans mon esprit avant de s’atténuer doucement, au point que mon esprit se raccrocha peu à peu à la réalité. Je sentais une présence près de moi et je ne pus m’empêcher de laisser échapper un petit grognement. Mes yeux avaient papillonner un moment, sans vraiment parvenir à s’ouvrir clairement. Quand ils finirent par s’ouvrir, mon regard se posa sur mon équipier et je voulu lui parler, mais ma gorge était trop sèche alors j’avais laissé échappé un grognement et j’avais laisser quelques instants à ma voix pour redevenir ce qu’elle était, j’étais toujours allongée sur mon lit, portant encore tout mon équipement,et je cherchais à remuer légèrement pour me dégager de certaines  de mes armes et pouvoir me trouver un peu plus confortablement installée.


« Qu’est-ce que tu fais là ? »

Avais-je demandé à Aphraim en me dégageant en partit de tout ce qui me restait comme armes. Puis, je pris une meilleure position. Je me sentais fatiguée, probablement que mon sang ne s’était pas encore complètement refait. Je sentais cependant que j’étais bien plus en forme que je n’aurais dû l’être. Je ne savais pas ce qu’il m’avait fait, mais quoi que ce soit, je ne fusse pas encore remise à cent pour cent et il faudrait probablement que je me repose encore quelques instants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 168
Age : 31
Date d'inscription : 23/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 19 Jan - 16:45

Il n'y avait rien eut de mal pour le moment, et donc j'étais rester à la regarder pendant un bon moment jusqu'au moment ou elle se réveilla, il ne semblait pas qu'on avait eut besoin de moi, alors bon, également, il fallait que je lui dise ce que je lui avais fait dans le cas ou elle allait être perplexe, parce que de ne plus voir une blessure pareil allait peut être paraitre étrange, finalement, je la vis ouvrir les yeux et me regarder, elle semblait au départ vouloir parler, mais elle remarqua bien vite qu'elle était fatiguée et avait la gorge sèche, alors elle pris une petite minute pour reprendre un peu des forces et me demander ce que je faisais ici, elle était marrante, elle savait très bien pourquoi j'étais la, ou alors elle voulait juste une confirmation, dans tout les cas, je lui posais de quoi boire et manger en même temps que de lui expliquer.

"Tiens, mange un peu, l'homme à été livré au maitre et à ton père et je t'ai soigner par la suite, si il y avait quelque chose d'important on m'aurais surement appeler, pour ce qui est de ta blessure, j'ai retirer la balle et booster ta régénération naturelle, c'est pour cela que tu dois te sentir plus fatiguée que la normal, mais en mangeant un peu tout devrais être bon."

Voila, maintenant elle savait tout, et j'étais presque sur qu'elle allait me faire la moral pour être rester avec elle au lieu de repartir vers le maitre et son père, mais j'avais envie de rester, la raison était peut être tirer par les cheveux, mais ce n'était pas important, j'étais quand même un peu soulager de voir qu'elle n'était que fatiguée, ce que je lui avait donner était certes efficace, mais elle pouvait se relever aussi vite que grâce à son organisme assez extraordinaire, moi même allait surement être incapable de rester debout après avoir pris mon sérum, je n'étais qu'humain, et elle ne l'était pas, ce qui ne voulait pas dire que j'allais pas traité comme autre chose, c'était juste un constat que je me faisais, quoi qu'il en soit, j'attendis un peu qu'elle reprenne quelque force avant de vérifier encore une fois si il n'y avait pas de nouvelle au niveau des communications, et je repris place contre le murs, elle allait surement me faire la moral, ou alors même juste me dire de partir, alors autant continuer de lui parler avant qu'elle ne le fasse.

"Au pire, si ils demande pourquoi je suis rester avec toi, je n'aurais pas dire que c'était un ordre, et que tant qu'on ne m'en avait pas donner d'autre, je continuais de les exercer, mais en tout cas, c'est plaisant de voir qu'il n'y a pas eut d'autre blesser, même si je n'ai toujours pas compris pourquoi tu as sauté pour prendre cette balle, tu sais qu'avec mon armure je ne craint rien non?, néanmoins, je te remercie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ombre et la Machine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternia :: L'univers :: Caprica :: Le reste du monde-
Sauter vers: