Eternia

Pourquoi seulement penser dans un seul monde, alors qu'une infinité vous attendent par Eternia
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Ombre et la Machine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: L'Ombre et la Machine   Lun 24 Nov - 4:19

Tout était calme, trop calme, je me surprendrais toujours à savourer le calme que l’on pouvait trouver au sein de la Guilde. Le plus étonnant était peut être que j’arrivais toujours à trouver un peu de solitude. Ainsi, je m’étais installé dans un coin de la bibliothèque, près d’une pile de livre d’une taille tout à fait convenable. Je ne savait pas combien de temps j’aurais à moi, mais je comptais bien en profiter et lire autant que je le pourrait… Et c’était donc ce que je faisais, un de ces livres, poser ouvert sur mes genoux alors que je le parcourrais d’un regard avide avec une certaine passion. Je voulais continuer à lire, encore et toujours, mais je perçu un bruit dans le lointain. A contrecoeur, je m’étais alors forcée à me couper de ma lecture pour relever les yeux vers l’un de mes frères assassins. Me fixant, il avait légèrement incliné la tête en guise de salut. J’avais alors soupiré, puis, j’avais fermé mon livre et l’avait reposer au sommet de la pile avant de m’adresser à mon ‘frère’.

« Oui ? »
« Le Maître veux te voir ? »
« Une mission ? »
« Le Maître n’a pas à me rendre de compte. »


Je poussais alors un soupira et me passait ensuite une main dans la nuque avant de hocher la tête. Puis, laissant là mes livres, je me relevais, chassait la poussière de mes vêtements, il fallait que je soit présentable pour me présenter devant le Maître de la Guilde. Je remis alors plus convenablement ma cape avant de la remettre sur sa tête, cachant en partie son visage sous cette capuche, bien cachée sous cette dernière. Je restait encore un moment, immobile, puis, je poussait un nouveau soupire avant de hausser les épaules cette fois-ci. Si le Maître de la Guilde voulait me voir, j’irais la voir, voilà tout, il était inutile de chercher plus loin. Laissant là mes livres pour quand je pourrait à nouveau avoir un peu de temps libre, je vérifiait la dague que je portait à la ceinture, puis, je quittais ce lieu de savoir pour le refuge du Maître de la Guilde. Je n’accordais ainsi qu’un vague regard à ceux que je croisais dans les couloirs. Cependant, ce n’était pas un problème. Ici, tout le monde était habitué à me voir agir de la sorte. J’arrivais finalement devant une porte, y infligea un coup discret avant de pénétrer dans ces murs. Sans un mot, je m’avançais dans la pièce, la tête basse, en partie masquée sous mon capuchon et j’attardais un moment mon regard sur les autres personnes présentes : le Maître, son père, quelques assassins, ainsi qu’une chose qu’elle n’avait jamais vu ici… Une machine… Qu’est-ce que ça foutait ici ? Depuis quand la Guilde avait-elle besoin d’un androïde ? Serrant les dents, j’enfouis cette réaction au font de moi et vint simplement me positionner devant le Maître de Guilde.

« Vous m’avez fait mander, Maître, je suis à vos ordre. »
« Katsuri, ta mission aujourd’hui sera de chaperonner une possible nouvelle recrue durant son épreuve d’évaluation. »
« Où se trouve cette nouvelle recrue ? »


Je vit la fierté dans le regard de mon père… Il savait que j’étais la meilleure ou au moins une des meilleures et, la plupart du temps, je parvenait à quand même rester assez humble depuis la raclé qui m’avait valu la greffe de cet exosquelette. A sa question cependant, le Maître avait fait un signe vers ce qui semblait bien être une machine et la désillusion s’installa dans mon regard sombre. J’en oubliais même de garder la tête basse.

« C’est une mauvaise blague ? »
« Katsuri ! »
« Désolée Maître… »


Je m’étais alors vivement mordu l’intérieur de la joue. Ce commentaire m’avait échappé bien malgré moi. J’avais alors à nouveau incliné la tête, puis, je m’était forcé à garder mon calme avant de reprendre la parole d’un ton légèrement contrarié malgré mes efforts pur que ce ne fut pas le cas.

« Comme il vous plaira Maître. »

J’avais reculé d’un pas, demeurant pour autant dans la même position. J’attendait que mon binôme forcé reçoive les instructions quand à la mission qu’il devrait remplir pour son épreuve. Quelque chose dont j’aurais entendu parlé probablement… A moins que les grands pontes de la Guilde aient estimé que je pourrais avoir quelque chose à apprendre de lui comme lui de moi… Je me retint de justesse de cracher au sol, dégoûtée et me murait purement et simplement dans mon silence. J’attendais qu’on nous congédie et que je puisse aller m’équiper au mieux pour cette mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 24 Nov - 4:42

Si il y avait bien une question que je me posait en ce moment, c'était la raison pour laquelle j'avais accepter cette offre, à vrai dire, je la connaissais la raison, c'était pour avoir de l'argent, après tout, c'était un peu comme un travail, et vu mes compétences, je préférais agir comme à mon habitude plus qu'autre chose, enfin, ceci étant dit, on m'avait dit d'attendre dans la salle du maitre de la guilde, il semblait assez sur de lui et je trouva juste un coin ou me mettre en analysant ces gens, ils étaient humains, avec un sacré entrainement peut être, mais ce genre de chose n'était pas une menace pour moi, néanmoins, si tuer pendant quelques années m'a bien appris, c'était de ne jamais sous estimer les gens, alors je gardait le silence, finalement, une jeune femme arriva et à l'intérieur de Deus j'haussais un sourcil, je n'avais vu que des hommes pour le moment, alors était particulier de voir une femme, mon visage resta alors tourner vers elle alors qu'elle marchait, trouvant des gênes non humain en elle, ce qui était intéressant, son analyse de son corps dénota également certaine modification de son squelette, cela à du la faire souffrir énormément, mais encore une fois, rien ne passa d'un point de vue externe, gardant juste mon regard sur elle, qui d'ailleurs ne semblait pas très contente de devoir me chaperonner, bref, avec tout cela, on allait surement me demander mon avis, je fit alors quelque pas tout en parlant de cette voix robotique, qui était le seul moyen de m'entendre.

"Entendu."

Je continuais alors de marcher en faisant attention à ne pas trop en faire, en conclusion, je m’arrêta juste à côté de la jeune femme pour tourner ma tête vers le chef de cette guilde, j'allais donc avoir une épreuve, d'un certain côté, j'étais exciter par la chose, c'était bien la première fois que je j'essayais d'appartenir à un groupe, enfin bon, il fallait quand même que je sache quel était la chose à faire, alors autant lui demander n'est ce pas?, de toute manière, ils n'allaient pas critiquer une sois disant machine non?

"Vos ordres?"

C'est tout, rien de plus à déclarer, j’attendis donc en regardant ce chef de guilde et aussi juste à côté d'elle, cette femme qui allait être ma chaperonne, franchement, j'étais tomber bien bas pour recevoir des ordres de quelqu'un, mais ce n'était pas mon monde, alors je devait faire attention à ce que je faisais, bref, j’espérais juste que cela soit un peu difficile ou j'allais m'ennuyer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 24 Nov - 17:27

La voix de cette chose était robotique… Décidément, ce devait être un vieux modèle avec les machines domestiques que ce monde était capable de créer. Ce qui contribuait encore un peu plus à me mettre en colère : on me demandait d’encadrer l’épreuve d’une ruine pour devenir assassin. Si ils voulaient mon avis, ils auraient eut mieux fait de l’assigné au ménage de la Guilde. Je ravalais mon venin, il n’aurait pas servit mes intérêts de toute façon et je le savais très bien. La machine s’arrêta à coté de moi et je réprimait un soupire. Je ne devrais pas médire à son sujet, après tout, j’étais en partie mécha moi aussi et si je refusais d’être encore le jouet du Laboratoire, arriverait un moment ou la technologie en moi serait dépassé… Ce qui avait tendance à me taper sur les nerfs, cependant, je n’aurais probablement pas le choix que d’agir ainsi. La machine demanda quels étaient les ordres et je levais légèrement les yeux, attentive.

« Quelqu’un doit perdre la vie, il s’agit de Isald Stail. Katsuri ? »
« Il s’agit d’une des têtes du mouvement anti-hubot si je ne me trompe pas. »
« Exact. »


Je glissait alors mon regard vers la machine, le Maître de la Guilde ne manquait pas d’humour. Si cette machine se faisait repérer, il aurait tout les anti-hubot sur le dos. Ils n’étaient peut être pas les meilleurs combattant, mais je savait que certains d’entre eux était armée dont certains d’armes électriques… Je me demandais si mon sous-fifre du moment pourrait vraiment s’en sortir. Moi au moins, ce que j’avais de mécanique n’était pas visible alors on me prendrait pour une humaine normal alors que je n’avais probablement plus rien d’humain maintenant.

« Tu l’informeras de ce qu’il y a à savoir sur le chemin, Katsuri. »
« Bien Maître. »
« Vous pouvez disposer. »


J’inclinais la tête devant le Maître avant de tourner les yeux vers mon binôme du jour et je haussais un sourcil, il n’avait sûrement aucun équipement supplémentaire à prendre, contrairement à moi. J’étais sorti de la salle du Maître de Guilde, puis, j’avais tourné les yeux vers lui par-dessous ma capuche et je lui avais simplement parlé, d’une voix vide de toute émotion :

« On se retrouve à l’entrée de ce bâtiment dans dix minutes. »

Je ne lui avais pas laissé le choix, de toute façon, à quoi bon, ce n’était qu’une machine. Ainsi, je me ruais dans les couloirs pour me faufiler dans mes appartements, dans la plus grande discrétion. J’accrochais mon épée dans mon dos et hésitait longtemps à prendre la seconde avant de me rabattre sur un lot de dague. Je réajustais ma griffe et attachait mon brassard/arbalète sur l’autre bras. J’enfilait ensuite rapidement mon gilet pare-balle… qui ne ressemblait qu’à un gilet de cuir, ce qui faisait que je l’aimais tant. Ça devrait suffire, ce n’était pas ma mission à moi après tout… Après un soupire, je quittais ma chambre, non sans prendre ce que j’appelais mon ‘bouquin’ de camouflage. Puis, je me rendis au point de rendez-vous. La cible devait être à leur QG, ce ne serait pas bien difficile de la trouver. Rapidement, je me retrouvait donc à nouveau face à la machine et lui expliquait où nous devions nous rendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 24 Nov - 20:04

Alors la mission était de tuer l'un des chefs d'un groupe anti-hubots?, étrangement, j'avais envie de rire, parce qu’ils pensaient peut être que j'allais avoir du mal avec cela, mais mon armure était trop perfectionner pour subir une malfonction avec juste quelques petite armes anti-hubots, enfin, j'étais presque persuadé qu'il faisait cela pour voir exactement si j'étais vraiment une simple machine ou bien plus, je n'allais pas refuser, après tout, même si cela allait être du gâteau, je devait faire cette mission pour faire partit de cette guilde, d'un point de vue extérieur, on pouvait voir les yeux de Deus luire, ce qui était normal puisque j’accédais au dossier de cette homme, une fois que j'eus les informations que j'avais besoin, il me suffisait de faire comprendre a ce groupe qu'il n'y avait pas de problème dans ce qu'il me restait à faire.

"Cible acquise."

J'attendis alors encore un peu le temps que le maitre de la guilde parle de quelque avec ma chaperonne avant que l'ont pouvait disposer, je la regardais alors partir avant de regarder un moment encore cet homme avant de répondre.

"Entendu."

Je sortis donc de cette pièce pour entendre ma partenaire du moment me dire qu'elle allait m'attendre à l'entrée de la guilde dans dix minutes, ce qui était quand même long, enfin, je n'avais pas de préparation à faire, tout mon armement était soit sur moi, soit dans mon dos, ou alors même dans les compartiment de mon armure, bref, j'attendis donc sans rien faire, étudiant juste le schéma de la ville pour trouver les bon endroit pour se déplacer, les toit semblait être toujours une bonne idée, mais le flot de mes pensée fut interrompu par ma chaperonne, qui l'expliqua ou je devais me rendre avec elle, c'était à une certain distance et j'allais surement mettre du temps si je ne passait pas par les toit comme je le pensais plus tôt, je fit alors un pas avant d'activé mon camouflage tout en lui parlant.

"En mouvement."

J'étais peut être très froid envers elle, mais cela ne servait à rien de discuter plus, elle me prenais surement comme une machine comme tout les autre, personne ne connaitrait Alphraim, tout le monde voudra Deus, je soupirais intérieurement alors que je me servais des compensateur de mes jambes ainsi qu'un adhésif sur mes pieds pour grimper les murs avec quelque saut avant d'arriver sur un toit, heureusement que j’avais penser un jour à créer ce module réduisant la gravité autour de mon armure, la rendant alors très légère et me permettant de courir sans bruit et de sauter de toit en toit, il me fallu donc pas longtemps avant d'arriver sur un toit devant le batiment ou se trouvait la cible, elle était arriver avant moi mais ce n'était pas trop grave, je m'approchais alors d'elle pour la toucher avec un doigt, ne voulant pas désactiver mon camouflage sans prendre le risque de me faire voir.

"Proposition?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 24 Nov - 22:03

En mouvement… Il paraissait avoir compris… Bon, maintenant, je n’avais plus qu’à espérer que ce serait bel et bien le cas. Je soupirais et secouait doucement la tête. Comme disait l’autre, quand il fallait y aller, il fallait y aller. Alors je fixait solidement mon livre leurre à ma taille, puis, je regardais mon binôme de fortune. Bien sur, je ne le voyait pas à proprement parle, puisqu’il avait ce camouflage. Mais il n’était pas vraiment ce qu’on pouvait appeler des plus discrets, et mes gênes n’en rendait mes sens que plus fins… Si j’activais mes sens accrus, il me rendrait probablement sourde. Je secouais à nouveau la tête et soupira. Puis, je reculais de quelques pas, puis je m’élançais, gravissant la paroi du bâtiment en moins de temps qu’il n’en avait fallu pour le dire. J’adorais sentir mon corps répondre à la moindre de mes sollicitations ainsi. Les gens du commun ne peuvent pas comprendre à quel point cette sensation est jouissive.

Mes pieds filait à toute allure alors que je passais d’un toit à l’autre, me téléportant parfois plus en avant. Ma capuche cachait un sourire d’extase jusqu’à ce que je m’immobilise net, accroupie sur la limite d’un toit. Je l’avait probablement devancé, mais il était plus facile de prendre chacun notre route et on se faisait moins repérer ainsi. Je sentis un contact sur mon épaule, je n’en aurais pas eut besoin pour savoir qu’il était là. La machine demanda si j’avais des propositions et un sourire s’était posé sur mes lèvres. Ce n’était pas à moi de faire le boulot pour cette machine, mais je pourrais peut-être l’aider. Je ne lui parlerais pas, inutile. J’avais indiqué une de mes oreilles, puis les passant au bas de l’immeuble. Écouter et apprendre. C’était ce qui faisait notre force après tout. Puis, j’indiquais mes yeux, et une fenêtre ouverte au niveau des premiers étages d’habitation, c’est par là que je passerais moi…


« Et tache de faire moins de bruit si tu en es seulement capable. »

Puis, j’avais incliné la tête, c’était partit. J’étais descendu par une des faces latérale de l’immeuble et, resserrant ma cape autour de mes épaules, j’avais sortit mon livre et je faisait mine de lire en avançant. Je m’adossa à un mur et me concentrait sur mon ouïe, ainsi, tout ce qui se passait aux alentours m’apparaissait clairement, même la machine, que je pourrais ainsi suivre sans problème. Quand il entrerais dans le bâtiment, je ferais de même.  J’espérais que tout se passerait bien pour la suite des évènements…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Lun 24 Nov - 23:14

J'avais demander une proposition, et à la place je reçu une manière d'entrer, étrangement, j'avais l'impression qu'elle se moquait de moi, et ce fut encore pire quand elle demanda de ne pas trop faire de bruit, pour des êtres normaux, il était impossible de l'entendre, mais bon, elle voulait surement se moquer de lui, alors autant sortir la grosse artillerie, façon de parler bien entendu, quand à son plan, il était simple, mais tellement peu efficace, elle n'avait pas de bon matériel, cela ce voyait tellement, alors, avant même qu'elle descende, je lui lança un petit moment.

"Inefficient."

Cela voulait tout dire, je venais de dire que son plan était peu efficace et risqué, mais maintenant que j'avais dit cela, je devais faire en sorte de pouvoir prouver quelque chose, d'un simple coup d’œil, je vérifiais mes réserves de grenade et si j'avais ce qu'il me fallait, bon, pour le moment je n'étais pas à court, mais qui sais si il n'y avait pas les matériaux qu'il me faudrait dans ce monde, je soupirais intérieurement, cela ne servait à rien de penser de la sorte, maintenant il fallait que je tue, comme d'habitude, vu qu'elle avait pu m'entendre, je pense qu'elle pourra entendre ce que je dirais par la suite, je posais alors ma main gauche sur mon bras droit pour ouvrir un compartiment, sortant trois objets de celui ci avant de le refermer, le première était une sorte de charge explosive, le second une sorte de grenade et quand au dernier, il s'agissait d'un embout pour pistolet, en parlant de cela, je mis ma main sur ma hanche gauche pour qu'un autre compartiment s'ouvre, faisant sortir un pistolet étrange pour des amateurs, mais quand on savait la réalité, qu'il s'agissait d'une arme laser, alors tout pouvait prendre son sens, je j’étais alors un dernier coup d'oeil autour de moi pour voir que personne n'était la avant de lancer ma charge sur le mur, qui se posa sans bruit, par la suite, je l'activais, coupant alors tout bruit dans le batiment ou je l'avais poser, aussitôt, je lançait ma grenade, qui semblait lancer une faible onde de choc rouge invisible à l’œil nue, mais mes scanner pouvait voir, il voyait les gens qui se trouvait à l'intérieur, il ne me fallu à peine une seconde pour trouver ou était la cible, les gens semblaient un peu désemparer de ne pas pouvoir entendre quoi que ce soit alors je devait faire vite.

"Cible repérer."

Maintenant, place à l'élimination, et dans la seconde, je posais l'embout sur mon pistolet laser, qui s'accrocha d'un manière presque fusionnel, par la suite, je pointais mon arme vers l'endroit ou il se trouvait, elle allait surement ne pas comprendre ce que j'allais faire, après tout, même si elle semblait avoir un exosquelette, cela ne faisait pas d'elle une experte, alors, d'une simple pression sur la gâchette, un rayon laser de la taille de mon torse et de la même couleur que mes yeux fut tirer et perça le batiment de par en part, bien entendu, cela ne toucha rien d'autre, j'avais prévu la distance, une fois que cela fut fait, je retirais l'embout et le rangea ainsi que mon arme, je tournais alors la tête vers ma chaperonne qui allait surement ne pas être contente, mais tant pis, c'était ma manière de faire.

"Cible éliminée, retour à la base."

Voila, c'était fait, mon premier assassinat dans ce monde, ils étaient trop primitifs pour moi, mais je n'allais pas me plaindre, après tout, cela me permettais d'être toujours le meilleur dans mon domaine, je commençais alors à partir sans même prendre en compte ma partenaire, si elle avait quelque chose à dire, elle me le dira surement pendant le retour, après tout, elle était capable de me suivre elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 25 Nov - 1:15

Inefficient ? Comment ça inefficient ? Je n’avais pas eut le temps de me poser plus de questions. Je l’entendis manipuler quelques objets en me demandant ce qu’il pouvait bien faire. Cela m’inquiétait, oui, vraiment… J’entendis alors une détonation, mais il n’y eut aucun dommage… Une seconde détonation que, malgré mes sens exacerbés, je perçut à peine… mais qu’est-ce qu’il foutait ? J’avais une mauvaise intuition et généralement mes intuitions ne me trompaient pas. ‘Cible repérée’ ? Hein ? Comment est-ce qu’il pouvait être sur que c’était lui sans même pénétrer dans le bâtiment ? Puis, il y eut un petit déclic avant qu’un trou… une faille ? Ne s’ouvre dans le mur. J’avais alors tout simplement laisser ma mâchoire choir… ‘Cible éliminée, retour à la base’. Non, mais c’était quoi ça ? Et il ne vérifiait même pas si sa proie avait bien périt. Et bien sur, c’était mon boulot à moi que de m’en assurer, maintenant qu’il m’avait mis dans la panade. Il ne paierait rien pour attendre et ça, quoi qu’en pense le Maître de Guilde.

J’utilisais ma magie pour me faufiler sur le trajet du tir… Rien… Aucune trace… Je laissais alors échapper un juron, puis, je vis enfin ce que je cherchais. Un tas de chairs sanguinolentes et un morceau de cuir… Une partie de la cible avait donc échappé à l’attaque. Je me penchait et ramassait le cuir, un porte feuille. Me servant du bord de ma cape je l’ouvrais. C’était bien le siens… mission accompli donc. Je n’eut cependant pas le temps de m’en réjouir, je ressentit un choc dans mon épaule et je poussais un hurlement qui resta muet. Une balle électrique et elle avait endommagé mon exosquelette, je sentait mon bras qui tressautait encore. Serrant les dents, je m’emparait d’une dague de ma main valide et la renvoyait sur l’homme qui m’avait tiré dessus. La dague s’enfonça profondément dans sa main et moi j’en profitais pour me faire la mal, me téléportant dans la rue ou je bondit sur les toit d’un bond tout simplement inhumain. Je couru à une vitesse dont seul moi en était capable. Puis, je pris le temps d’enlever mon écharpe pour immobiliser mon bras. Depuis mon exosquelette, je n’avais jamais été blessée et il avait fallu que cette chose arrive pour que je le sois dès la première mission. Je me jurais de causer sa perte d’une façon ou d’une autre.

Puis, nous voila revenu à la base comme il disait. Je sautais au sol près de la machine et m’engouffrait dans le bâtiment, le bousculant sciemment de mon bras valide. J’allais le descendre, mais il l’avait bien cherché. Sans un mot pour lui, elle fila droit jusqu’au refuge du Maître de Guilde, frappant un coup avant d’entré cette fois.


« Maître ? »
« Alors, cette épreuve ? »
« La cible est éliminé, mais il ne semble pas savoir faire preuve de discrétion et de furtivité, il joue tout sur sa capacité à se rentre invisible. »
« Mais il a réussit son épreuve. »
« Rien n’indiquait que c’était bien sa cible qu’il visait, il a eut un simple coup de chance ! Et il aurait bien pus l’avoir simplement mutilé, il ne s’était pas assurer qu’il était bel et bien mort. J’ai été blessée à cause de son manque de discrétion. »
« Mais il a réussit ! »


Je serrais mon bras encore agité de soubresaut contre moi, ça me faisait mal et le Maître de la Guilde ne semblait pas plus se soucier des dégâts. Je croisait le regard inquiet de mon père et je serrait les dents, restant digne, comme toujours alors que je reprenait la parole, d’une voix tout aussi neutre.

« Si c’est tout ce que vous vouliez, puis-je disposer ? »

Le Maître de Guilde me congédia d’un signe de la main et je quittais la pièce, filant ensuite à mes quartiers en semant probablement un sillon de sang derrière moi… Je ne m’en souciais pas. Mon bras me faisait mal et je ne voulait pas retourner au Laboratoire le réparer. Je me laissait donc tomber assise, dos au mur et le bras serré contre moi à prier pour que les soubresauts finissent par cessés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 25 Nov - 1:47

J'avais terminer ma mission et était donc rentrer chez les assassin, attendant juste qu'elle revienne, même si je ne comprenais pas pourquoi elle mettais aussi longtemps, néanmoins, quand je la vis blesser, j'ai serrer les dents, pourquoi elle était rentrer derrière moi, tout était pourtant parfait, je soupirais donc intérieurement, avançant derrière elle pour entendre sa discussion avec le maitre de la guilde, qui lui semblait comprendre que j'avais parfaitement réussit ma mission, néanmoins, je n'aimais pas cela, elle avait été blesser par ma faute et j'étais responsable de cela, alors il fallait que je la soigne, néanmoins, elle était déjà partit et je ne pouvais clairement pas lui donner ce genre de chose maintenant qu'elle ne semblait pas trop me porter en confiance, mon regard s'attarda alors sur la personne qui avait été inquiet pour elle, il devait être de sa famille et peut être que lui allait comprendre, une fois que le maitre de la guilde termina ce qu'il fit, je m’approchais de lui et le regarda un moment avant de sortir quelque chose de mon poignet gauche, une sorte de petit injecteur remplie d'un liquide bleuté, je posais l'objet dans ces mains et lui parla.

"Nanites, soigne aussi bien les humains que les machines avant de disparaitre sans laisser de trace, son corps est un compromis des deux alors cela devrait être aussi efficace."

J'attendais donc encore un peu, après tout, je ne savais pas si il allait accepter vu ce qu'elle avait dit sur moi, néanmoins, si il voulait qu'elle soit soigner le plus vite possible, il avait intérêt à faire ce que je disais, mais bon, peut être que de parler un peu plus l'aidera dans sa décision.

"Elle a peut être quelque chose contre moi, mais je ne laisse personne qui a été en mission avec moi partir blesser et sans traitement."

Il avait bien été le seul à m'avoir entendu parler aussi longtemps, mais je n'avais jamais dit que je ne pouvais pas faire de phrase complexe, bien entendu, ma voix avais été sans le moindre sentiments, alors cela pouvait aussi être contre moi, mais bon, je n'étais qu'une machine pour eux, je partis donc pour me retrouver dans une pièce, le dos contre le mur, attendant ce que j’allais faire par la suite, devant mes yeux se trouvait beaucoup de traité sur la technologie qui se trouvait en Caprica, tout était si ridicule, depuis que j'avais vu cette épée dans le dos du roi d'Eternia, le reste semblait tellement primitif, même mon ancien monde avait de meilleur chose, mais bon, qu'avais-je à dire la dessus, je suis le plus avancer de mon monde, et maintenant de celui la, je serais donc toujours seul...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 25 Nov - 2:52

J’avais quitté la pièce, je n’avais tout simplement pas envie d’en entendre d’avantage. En fait, jamais simplement envie de tout envoyé en l’air, mais ça n’aurait pas été très correct et j’en étais parfaitement consciente. Bien sur, je ne pouvais pas savoir ce qui se passait dans cette pièce une fois que je l’avais quitté. Il s’était ainsi passé de très longues minutes avant que le Maître de la Guilde ne retourne à d’autre activité. Même Xan Tsok’Ya’Ko allait quitter la pièce pour reprendre le cours de ses activités, cependant, le nouvel arrivant vint se posé devant lui et le regard sombre de l’assassin se troubla. Le postulant lui colla un injecteur entre les mains et il le regarda un moment avant de regarder l’homme. Devait il lui faire confiance ? L’étranger lui dit alors qu’il s’agissait de nanites et que cela pourrait soigner sa fille. Ainsi, elle n’aurait pas besoin d’aller à nouveau au laboratoire… Il faudrait qu’il lui en parle, qu’elle s’en procure, ça devait être faisable. Il referma sa main sur l’injecteur et le fit disparaître dans les replis de son long manteau. Pendant ce temps là, l’homme reprenait la parole, disant maintenant que, même si Katsuri avait quelque chose contre lui, il ne laissait personne revenir blesser d’une mission avec lui.

« Je le lui ferais transmettre. »

Lui dit-il simplement, puis, il avait regardé le postulant partir, se demandant si il n’était vraiment que ça, une machine. Son regard sombre, perçant, s’était fixé sur la silhouette mécanique, jusqu’à ce que la porte ne se referme. Il avait alors averti le Maître de la Guilde de son départ. Puis, il avait filé droit dans ma chambre. Il m’avait trouvé, toujours assise au pied de mon mur à serrer tellement fort mon bras contre moi que j’aurais presque pu me l’arracher.

« Ça va aller ? »
« J’ai mal… Il va encore y avoir une période ou je n’aurais pas de missions intéressantes et banales ? »
« Non, ce n’était pas ta mission. J’ai quelque chose pour ton bras. »
« Je ne veux pas retourner au Laboratoire… »
« Si ça marche, tu n’auras pas à le faire… »


Je le vit alors sortir un injecteur de son manteau et, malgré moi, j’avait violemment frémit avant de détourner les yeux. Mon père tenta de me convaincre, m’expliquant ce qu’on avait du lui dire, car il ne s’y connaissait pas plus que ça en technologie, malgré une fille comme moi… C’était probablement une des raisons pour lesquelles le Laboratoire était encore sur pied. J’avais finalement baissé les bras, puis, j’avais dégagé mon épaule de ma cape et j’avais laissé mon père m’injecter le produit qu’elle contenait. Sur le coup, je faillis hurler à nouveau, mais peu à peu, dans une impression étrange, la douleur s’atténua et en quelques minutes, je pus retrouver le contrôle de mon bras et le bouger sans souffrir. J’avais alors poussé un profond soupire.

« Merci père. »
« Ce n’est pas moi que tu dois remercier, mais lui. »
« Pourquoi ? Si c’est lui qui te l’a donné, ce n’est que la moindre des choses. C’est à cause de lui que je suis dans cet état là après tout. »
« Katsuri. »
« La peste soit des machines ! »
« Tu l’es en partie… »
« Je sais. »


Et, baissant la tête, je m’étais caché derrière ma sombre chevelure et mon père pressa légèrement mon épaule avant de quitter la chambre. C’était le geste le plus tendre qu’il pouvait avoir envers moi… Et je savait m’en contenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 25 Nov - 3:55

Au moins il avait accepter, il n'était pas aussi idiot que la jeune femme de tout à l'heure, néanmoins, je ne pouvais m’empêcher de me méfier de ce genre de personne, après tout, il y avait toujours un risque qu'on essaye de chercher sous cette carapace de métal et de voir qui j'étais vraiment, enfin, pour le moment, je n'avais rien à faire mis à part regarder ce qu'il se passait, et bon sang il n'y avait rien, je m'ennuyais, je ne pouvait pas sortir de gadgets ni d'armes sans prendre le risque d'attirer l'attention, alors je devais peut être changer de place, néanmoins, je ne connaissais pas trop l'endroit, alors la moindre des choses fut de commencer par un scan de cette guilde, ce qui me permis de voir certaine chose intéressante, comme par exemple de salle caché ou alors des salle d'entrainement, rien qui n'était vraiment intéressant pour moi, mais un endroit me donna envie d'y allé, la bibliothèque, d'accord je n'allais certainement pas trouver quelque chose de scientifique à ma hauteur, mais peut être qu'un livre m'intéressera, après tout, ce n'étais pas comme si j'étais incapable d'apprécier une bonne histoire.


J'arrivais donc dans cette bibliothèque et la première chose qui me sauta au yeux fut le nombre de coin sombre dans cet endroit, d'accord c'était des assassins, mais cela ne voulait pas dire qu'il fallait tout garder dans les ombres, enfin, ce n'était pas comme si j'allais dire quelque chose dessus, je commençais alors à chercher un livre à lire quand je tomba sur une pile laisser la, après tout, si elle se trouvait ici sans personne, je pouvais bien en prendre un ou deux pour ma lecture, j'ai donc commencer un petit triage, réalisant qu'il y avait certain livre sur les sciences et que cela était trop primitif de mon point de vie, je pris un des livres qu'il restait et commença à le lire, l'histoire était intéressante et cela pouvait surement faire passer le temps, bien entendu, certaine personne allait se demander pourquoi une machine avait besoin de lire, mais bon, ce n'était pas leur affaire, je continuais alors ma lecture en ayant toujours conscience de mon entourage, si quelqu'un s'approchait, je le saurais, et je réagirais uniquement si quelque chose de dangereux se pointait dans ma direction, dans le cas contraire, j'allais très certainement prendre mon temps à lire jusqu’à ce qu'on me demande pour autre chose, comme un autre assassinat, ou alors quelque chose de payer cette fois ci, parce que ce n'était pas tout, mais j'avais besoin d'argent pour vivre, au moins de quoi m'acheter à manger, je suis humain à l'intérieur, même si personne ne le remarquera...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 25 Nov - 14:46

Je regardais mon père partir et je soupirais doucement, me passant la main de mon bras sain derrière la nuque. Puis, encore une fois, elle testa son bras blessé, j’avais encore probablement la balle dans la chaire, mais elle me sera probablement retirée lors de la prochaine mise à jour de mon exosquelette. En attendant, je me contentais de le faire travailler encore quelques instants, puis, je me levais. Restée dans ma chambre à ne rien faire avait tendance à me taper sur le système nerveux. Je soupirais et me rappelais ce que m’avait dit mon père. Ce qu’il m’avait injecter, c’était des nanites, mais je ne savais pas encore ce que c’était et je me demandais si je pouvais tomber sur des informations aux sujets de telles choses dans la bibliothèque… J’avais quelques doutes cependant. Avec un soupire, j’avais jeté un coup d’œil vers le coffre ou je rangeais mes affaires. J’avais bien une vieille tablette, mais je n’aimais pas trop m’en servir, rien ne surpassait le contact du papier pour moi.

Je me levais, après tout, rien ne m’empêchait d’essayer, dans le pire des cas, je ferais chou blanc, ce ne serait pas grand chose. Je m’étirais, chassant les dernières douleurs qui pouvaient habitées mon bras, puis, je me décidai enfin à quitter mon équipement de combat, ne gardant que ma griffe et la dague que je portait à la taille. Maintenant que je n’étais plus engoncé dans mon gilet pare balle, je me sentait un peu plus livre, mais ma contrariété n’était toujours pas apaisée. Pour le principe, je choisis même de garder l’épée que je portais dans mon dos. C’est ainsi que, finalement, j’étais sortie de mon refuge, bien décidée à repartir vers la bibliothèque et reprendre ma lecture, comme si cette mission désagréable n’avait jamais eut lieu.  Quelle idée n’avais je pas eut…

Entrant dans la bibliothèque, je reprenais machinalement le chemin de ma pile de livre… Pour voir qu’elle était éparpillée… Bon d’accord, divisé en deux tas. Et que cette foutue machine était en train de lire un des livres de ma pile. Je me dominais, me retenant  à grand peine d’envoyer valdinguer le tout d’un bon coup de pied. Puis, ça me frappa et je rivait mes yeux sombre sur la machine en un regard froid avant de lui lancer d’un ton cynique :


« Depuis quand ça lit une machine ? »

J’avais l’esprit vif, c’est ce qu’on me disait souvent et je commençais à douter que cette chose soit réellement ce qu’elle paraissait. Toujours était-il que si il n’avait pas l’excuse d’être une machine sans cervelle, je ne le lui en ferais payer que plus cher. Je me penchais, mettant ostensiblement mon décolleté en valeur… juste pour vérifier une chose. Puis, je m’emparais du livre que j’avais posé avant d’être convoquée et me redressait avant de lui lancer regard mêlé de méfiance et de haine. Puis, j’étais simplement aller m’asseoir plus loin. Pourtant, je n’arrivais pas à me concentrer pour lire. Il avait éveillé ma méfiance et du coup je le surveillais par-dessous ma capuche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 25 Nov - 16:55

J'étais donc en train de lire tranquillement, photographiant chaque page de ce livre pour le mettre dans ma base de donnée de mon armure, quand tout d'un coup j'entendis une remarque pas très loin de moi, je tournais alors la tête pour voir celle qui était avec moi un peu plus tôt, une machine n'avait pas besoin de lire, du moins en temps normal, mais il y avait quelque petite chose que je pouvais toujours faire passer tranquillement, je fis alors un pas vers elle pour remarqué qu'elle montrais son décolleté dans ma direction, elle pensait quoi, faire du charme à une machine?, ou alors elle avait des doute sur moi, dans tout les cas, il me suffisait juste de répondre immédiatement pour ne pas éveiller des soupçon.

"Cette ouvrage n'était pas présent dans mon monde original, alors il est ajouté dans ma base de données."

Rien de bien compliqué en somme, maintenant, elle se dirigea un peu plus loin pour commencer à lire un autre livre, je recommençais alors à faire de même quand j’eus quelque chose à lui dire, après tout, si la prochaine fois elle devait faire équipe avec moi, qu'elle ne fasse pas la même erreur, je posais alors un marque page ou j'en étais et m'approcha d'elle pour commencer la discussion.

"Dans la probabilité d'une éventuel coopération possible dans l'avenir, veuillez éviter les actions suicidaire, mes capacités sont amplement suffisante pour éviter une approche frontal."

Être froid, être implacable, comme une machine quoi, il était obligatoire que je fasse quelque chose comme cela pour éviter qu'on ne me soupçonne, et si elle me hait encore plus, tant pis, après tout, l'amour ou l'amitié sont des choses qui ne me seront jamais autorisé, je ne pris même pas la peine de continuer à la regarder et je fit un pas en arrière pour rouvrir mon livre pour continuer sa lecture en même temps que de le copier, on pouvait voir mes yeux luire légèrement, signe que je faisait quelque chose, après tout, je n'avais pas besoin de cacher ce genre de signe ici et montrait un peu mieux que je n'étais qu'une machine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 25 Nov - 17:35

Cet ouvrage n’était pas dans sa base de donnée, bah tien ! Comme si ça pouvait être une réponse valide. J’étais sur que si j’avais pris ma tablette, j’aurais pus le trouver en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire. Je le regardait, toujours cynique, j’avais de moins en moins confiance aux apparences, mais je ne pouvait pas avoir de preuves quand à tout ça… C’était un peu compliqué et trop délicat. Je ne me retint pourtant pas de lui lancer un commentaire moqueur et peut être un brin belliqueux.

« Pourtant, tu aurais plus simple de récolter les informations du le réseaux, tout les livres ou presque ont leur copie numérique maintenant. »

Je repoussais maintenant légèrement ma capuche pour le fixer de mon regard sombre alors qu’il se remettait à lire. Non, vraiment, il y avait quelque chose qui n’était pas net. Je décidais cependant de ne pas y faire trop attention. Je replongeais mon nez dans mes ouvrages. Pour bien faire, il faudrait que je m’arrange pour avoir un petit coin laboratoire… quelque part. Il y avait certaine chose que j’avais envie d’expérimenté moi-même, des questions quand à certains sujets qui, à mon goût, n’étaient pas assez poussés. Cependant, je l’entendis bouger et m’arrachait alors à un paragraphe fort captivant de l’ouvrage que je lisais. Il vint alors se planter devant moi pour me faire la morale… Mais il me traitait presque de suicidaire ? Ça c’était fort de café. Je fermait vivement le livre et le posait au sol pour ensuite toiser la machine avec colère :

« N’as-tu donc pas entendu ce que j’ai donné comme conclusion ? Tes capacités ont du potentiel, je ne le nie pas, mais j’ai pus m’assurer que ta proie était là. Un jour, elle réchappera à ton attaque et toi, tu n’y feras que peu attention et tu nous attireras à tous des ennuis à cause de ça ! Bien sur, tu t’en fou n’est-ce pas, ce n’est pas ton monde après tout et quand bien même. »

Je m’étais redressé et je le toisait maintenant… d’en bas… J’avais beau être de taille moyenne, je me sentais minuscule à coté de lui. Pour me redonner une certaine contenance, je fis un pas en arrière pour regarder la machine ou en tout cas, ce qui en avait l’air et je repris alors la parole, d’une voix lourde de menace :

« Je ne suis pas suicidaire, mais je t’assure que si tu continue à me taper sur les nerfs ainsi, tes circuits se retrouveront mystérieusement coupés… Si tu as bien des circuits en tout cas… »

Et je continuais de le fixer, sans même une once d’inquiétude, je ne me laisserais pas insulter aussi facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 25 Nov - 19:45

La première chose qu'elle me lança fut qu'il y avait des versions numérique de ces livres dans sur un réseaux internet, mais depuis que j'étais dans ce monde, je n'avais pas encore eu le temps de me connecter pour tout prendre, alors ma seule réponse fut de lui dire que je ne n'étais pas un criminel, donc je ne piratais aucune ligne de réseaux, peut être que cela suffira pour elle, mais en tout cas c'était quelque chose de normal à mon point de vue, par la suite, elle semblait assez contrariée parce que je lui avais dit un peu plus tôt, mais elle l'avait chercher, elle était peut être forte, mais comparé à moi cela n'était pas suffisant, et maintenant la voila qui disait qu'un jour une de mes cibles allait m’échappaient, intérieurement je soupirais alors que je posais quelque chose sur la table, montrant un hologramme de centaine de visage.

"Taux de réussite de 99.8%, la dernière cible c'est tuer d'elle même."

Elle n'avait pas besoin d'en savoir plus, je rangeais alors l'hologramme alors qu'elle me menaçait, parlant de fils, pourquoi?, attendez, ne me dite pas qu'ils utilise alors ce genre de procéder archaïque pour brancher leur machines?, si c'était le cas cela était clairement un problème, sans même attendre, je me dirigeait vers un appareil électrique que je regarda un moment, le couchant légèrement avant de me retourner vers elle, ce n'était vraiment pas drole.

"Circuits inefficient, nanites beaucoup plus efficace et facile pour la réparation de la machine"

J'ouvris alors un compartiment sur le côté de mon corps, montrant une plaque d'un métal composite et utilisa une commande par la penser pour que les nanite bouge autour de la plaque, par la suite je refermais cela pour être tranquille, bien entendu, j'aurais pu aussi activer le système de transportation d'armement pour la trompé, mais à quoi bon, si elle voyait l'armure composite et les nanite, elle allait peut être me laisser un peu plus tranquille, d'ailleurs, je me demandais bien si son corps avait été entièrement soigner, autant lui demander.

"Votre réparation à il été concluante?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 25 Nov - 22:02

Taux de réussite 99.8%, pas 100%, ce qui au final ne faisait que renforcer ce que je pensais. Je secouais donc doucement la tête, puis, je croisais les bras et j’haussais simplement les épaules. Si c’était une machine, elle ne me paraissait pas logique, ce qui n’était peut être pas très objectif de ma part mais bon. Je soupirais donc, puis, je fini par lui dire simplement quelques mots :

« Le jour où le chance se retournera contre toi, tu ne pourras pas venir te plaindre qu’on ne t’aura pas prévenu et, si on doit à nouveau faire équipe et que je suis à nouveau blessée à cause de toi, je te jure que je serais celle qui causerait ta perte. »

C’était une menace oui… Je ne m’en cachais pas le moins du monde. Je gardais maintenant mon regard sombre posé sur lui, serrant violemment l’un de mes poings par-dessous mon manteau. Il m’expliqua alors que les nanites étaient beaucoup plus efficaces que les circuits et, si je ne le haïssais pas tellement à cause de cette blessure que j’avais eut au bras, je l’aurais sans doute assaillit de question sur la technologie de son monde… Il y avait peut être eut là-bas un moyen pour moi de prendre le large sur l’emprise de ce foutu Laboratoire, ainsi, je n’aurais plus qu’à les tuer tous, jusqu’au dernier. Il n’en fallu pas plus pour que cette maudite puce ne s’active, me vrillant le cerveau de douleur. Avec une grimace, je m’étais alors pris la tête entre mes mains, sentant maintenant les larmes me brûler les yeux, mais je ne les laisserait pas couler pour autant. Me mordant violemment la lèvre, je n’avais maintenant plus qu’à attendre que la douleur passe. On aurait pus croire que j’y serais habitué, mais non, la douleur était juste affreuse. Je dû alors prendre appui sur le meuble le plus proche. Je l’entendis vaguement me demander si ma réparation avait été concluante. Je réprimait un grognement de douleur et inspirait une profonde bouffe d’oxygène, noyant ma douleur dans un coin de mon esprit.

« Plus ou moins. Ça va aller. »

Je soupirais doucement, je n’arrivais pas à vraiment me mettre en colère à cause de cette douleur qui me vrillait le cerveau. Toujours agrippée au meuble le plus proche, je me retenais tant bien que mal de m’effondrer au sol. J’avais mal encore, je n’y pouvais rien…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mar 25 Nov - 23:37

La chance, c'était quelque chose que je n'avais jamais eu le luxe d'avoir tout devait toujours être parfait, sinon je ne lançais rien, néanmoins, cela ne servait à rien d'en parler, elle était fixée sur son idée, j'allais donc la laisser tranquille quand je remarquais qu'elle était en peine, la scannant à nouveau pour trouver la raison de ce mal, une puce, c'était simple mais efficace, et pour une fois je n'aimais pas ce cela, faire souffrir les gens était bien quelque chose que j'avais vu si souvent dans ma vie que j'avais pris l'habitude d'aider, néanmoins, il y avait un problème, cette fois ci elle n'allait peut être pas accepter son aide, tant pis, de toute manière, si elle donnait les nanites à quelqu'un pour analyse, elles s'autodétruiraient, je fis alors la même chose qu'avec l'homme, mais cette fois si l'injecteur était très petit, à peine la taille d'un pouce humain, et à l'intérieur se trouvait un liquide rouge qui semblait bouger un peu à l'intérieur, je montrais alors ce que j'avais dans la main avant de parler.

"Désire tu la liberté?"

Il n'y avait rien à dire de plus, je posais alors l'injecteur sur la table et repartit un peu en arrière pour lire tranquillement, après tout, elle n'allait surement pas vouloir parler vu ce qu'elle ressentait en ce moment, bien entendu, j'avais complètement analyser cette 'puce', il était simple de reprogrammé quelque chose avec des nanites, mais le tout était qu'elle ai confiance, quoi qu'il en soit, je commençais à avoir faim, il fallait peut être mieux que je parte, de toute manière, je venais de finir de copier le livre dans ma base de donnée, je commençais alors à marcher en direction de la sortie, ne sachant pas ce qu'elle allait faire par la suite, j’espérais juste qu'elle se tienne bien jusqu’à ce que je sois assez loin pour enclencher son système de brouillage, même elle n'allait pas pouvoir me trouver, cela perturbait tout les sens, quoi qu'il en soit, c'était ma première journée chez eux, ma manière de faire était des plus particulière, mais j'étais le meilleur, oui je suis modeste la dessus, il n'y avait pas meilleur que moi dans mon monde alors dans un endroit moins avancée, pourquoi cela ne serait pas le cas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 26 Nov - 2:12

J’étais assommée par cette maudite puce et j’inspirais profondément, pour me calmer, j’étais fatiguée de cet effet pervers. Je l’entendis parlé et ce qu’il me dit me hérissa, je rivais mon regard sombre sur lui mais je n’était pas en état de parlé. Le temps que la douleur devienne véritablement supportable, il était partit. Avec un grognement sonore, je m’étais emparé de l’injecteur et du livre que j’avais eut entre les mains, puis, j’avais quitté la pièce, regagnant encore une fois ma chambre. Je m’y enfermais, puis je posais l’injecteur sur mon bureau avant de me débarrasser de tout mon barda. Et je me laissais tomber sur mon lit et m’isolait dans mes pensées pour un temps, je n’avais pas vraiment ma tête à moi… Comment savait-il qu’elle n’était pas libre ? Je soupirais et fermais les yeux, laissant mes songes emporté mes craintes et ma volonté pour un temps, je n’avais pas faim de toute façon.
Les jours suivant n’eurent rien de bien palpitant, entraînement, lecture en m’isolant dans ma chambre, mais toujours mon regard revenait vers le coffre où j’avais finit par ranger l’injecteur. Puis, ce jour-là, quelqu’un vint frapper à ma porte et ce fut pour une fois le visage à découvert que je lui ouvris. L’assassin me regarda, perplexe et je lui répondu par un coup d’œil farouche.


« Le maître t’attends. »

J’avais simplement hoché la tête et il était parti. J’avais tendu la main pour prendre ma cape accrochée derrière la porte et je la jetais simplement sur mes épaules après avoir accroché mon épée dans mon dos. En silence, je me dirigeais vers l’endroit où je savais qu’il m’attendait. Je réajustais ma griffe, vérifiait son fonctionnement, puis, je pénétrais simplement dans la salle, la tête bass. Je savais que mes longs cheveux sombres tombaient sur le devant de mes épaules, mais je ne m’en souciais que peu. Du coin de l’œil, je vis à nouveau cette prétendue machine et cette fois, je ne pus m’empêcher de laisser échapper un grognement de contrariété.

« Maître ? »
« Ah ! Te voilà enfin Katsuri, j’ai une mission à vous confié, à tout les deux. »


Je dû me mordre la lèvre à sang pour ne pas exprimé mon mécontentement et je serrait et desserrait plusieurs fois le poing sous le couvert de ma cape. Le Maître de Guilde nous avait alors donner notre nouvelle mission : nous devions nous infiltrer et récupérer un dossier. Je ne cherchais pas à savoir ce que le dossier contenait, je se contentais de demander, ironiquement, en fixant la ‘machine’ :

« Doit-on faire dans la discrétion ? »

Je l’en pensais incapable, alors, quand le Maître confirma qu’il valait mieux faire preuve d’autant de discrétion que possible, je réprimais un petit rire sardonique. Encore une fois, je fis comprendre à mon binôme de m’attendre là. Encore une fois, je passait mon gilet pare balle. Je passait mon brassard arbalète et glissait des flèches tranquillisantes dans ma pochette.  Le ceinturon de cuir garni de stylets fut installé à ma cuisse et je sortis. C’était assez léger, mais suffisant pour une mission d’infiltration. Après avoir rejoint la ‘machine’,  je me contentais de lui lâcher à voix basse :

« Tu n’as pas intérêt à faire échouer cette mission. »

Et, aussitôt, je m’élançait passant souplement se toit en toi, disparaissant de l’un pour instantanément reparaître sur un autre… Et m’immobiliser près du lieu de notre mission, sans prononcer le moindre mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 26 Nov - 3:27

J'eus du mal pendant les quelque jours qui suivirent à trouver quelque chose à manger sans trop me faire repérer, il fallait dire que j'avais toujours l'impression d'être surveiller, néanmoins, je pu me nourrir régulièrement alors tout devais être bon côté santé, du moins c'était ce que je pensais, après tout, rien n'était impossible, bref, avec tout cela, je restais la plupart du temps dans le hall principal de la guilde, à ne rien faire d'autre que de surveiller ce qui m'entourais et également de m'instruire sur certaine chose de ce monde, même si tout était primitif, il y avait toujours les plan de la ville et autre petite chose à savoir, alors autant les prendre n'est ce pas?, mais ce repos fut de courte durée, car je fus rapidement pris pour une mission, et encore une fois avec elle, maintenant je savais son nom, Katsuri, j'avais réussit facilement à trouver cela dans un registre, par ailleurs, je n'ai toujours pas vu de réaction des autre quand à mon propre nom, après tout, se faire appeler Deus ex Machina n'était pas commun non?, bref, la mission était de récupérer quelque chose et j'avais déjà l'impression qu'elle semblait contente de cela, elle n'avait fait qu'une mission avec moi et voila le traitement que je recevais?, d'accord, je reçu donc les ordres et j'attendis ma partenaire, qui me clarifia que je n'avais pas intérêt à ne pas faire échouer cette mission, elle me prenais pour quoi, un gros tas de soupe.

"Échec impossible"

J'eus juste le temps de lui dire cela avant qu'elle ne parte pour ma part, je n'avais pas envie de refaire mumuse sur les toits, alors je pris une approche plus direct, j'activais mon module de vol pour me propulser en étant bien entendu camoufler vers le lieux qu'on nous avaient désigner, le trajet vu court et sans bruit, après tout, qui pouvait entendre un objet voler et surtout sans moyen bruyant de propulsion, bref, je fus devant le batiment avec Katsuri à côté, elle espérait surement que je me plante mais pas cette fois, et puisque je me sentais de bonne humeur, je lui tendis une paire de lunette avant de lancer une Threat grenade devant moi, elle ne faisait pas de bruit du à quelque chose que j'avais installé dedans alors bon, je regardais alors la disposition des gardes et en trouva un assez isolé qui allait faire l'affaire, ma partenaire pu alors entendre des petit bruits venant de moi, ce qui était normal, je modifiait mon armure pour la rendre plus légère et surtout pour permettre plus de mouvement, je sautais alors par une fenêtre ouverte et trouva assez vite le garde que je cherchais, il semblait bien équipé par rapport au autre alors je conclus qu'il devait être bien gradé dans leur organisation, avec l'aide d'une petite dose d'électricité, je l'endormis et le posa derrière une bâche de camouflage, imitant parfaitement le coin de la pièce, maintenant, il fallait prendre son identité, je me servis donc de divers gadgets pour prendre son apparence grave à un bon système holographique, avoir la même voix que lui en scannant ces cordes vocales et prenant même son empreinte digital ainsi que sa rétine, maintenant que j'étais lui, il me suffisait juste d'activer le simulateur de bruits pour faire les même son que lui quand il bougeait tout en me dirigeant vers le lieux ou se trouvait les plan, rien de compliqué n'est ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 26 Nov - 4:52

Au moment où je quittais les bâtiments de la Guilde, je l’entendis dire que l’échec était impossible, c’était bien ce qu’on verrait. En attendant, sautant de tout en toi, j’avais vécu un autre de ces moments de pure liberté qui m’empêchait de devenir folle. Ce genre de moment qui me faisait tellement de bien. Cependant, cela ne dura que jusqu’à ce que j’arrive sur place, trop rapidement à mon goût mais il faudrait bien que je fasse avec, je ne pouvais pas me permettre de faire l’enfant. IL me tendit alors une paire de lunette que regardait perplexe. Je les avait ensuite enfilées, intriguée quand à leur utilisation. Il envoya quelque chose qui produisit une petite détonation comme l’autre fois et je vis des silhouettes se profiler malgré les murs… Oh… Sympa. Mais je ne m’en servirais qu’en dernier recourt. Je les fit remonter sur ma tête par-dessus ma capuche, veillant à ce qu’elles ne risquent pas de tombée. Puis, je le regardait s’élancé.

Amusée, je m’étais alors lancée à sa suite, j’avais hâte de voir ce qu’il comptait faire pour se faire discret. Remplacé un garde… Bonne idée, mais je ne pensait pas avoir de gêne de caméléon, j’allais devoir trouver autre chose. A moins bien sur que les papiers que nous cherchions soient ici… Ce qui aurait tout à fait pus être le cas par ailleurs, puisque quel lieu plus sécurisé que près du chef. Je jetais un coup d’œil à mon collègue et lui fit signe de fouiller ici au cas où. Moi, j’étais déjà dans les couloirs. Je me servis de ses lunettes pour trouver l’endroit où se trouvait le coffre. Il y avait des patrouilles… Le plus simple pour moi passer serait d’user de ma magie, mais je ne savait pas ce qu’il y aurait après alors… Portant la main à ma taille, je comptais quatre carreaux. Pas assez. Il faudrait en assommer sauvagement… Je soupirais doucement. Je pourrais toujours me débrouiller en cas de besoin…

Je pris encore un peu de temps pour définir les mouvements et les emplacements dans les salles, puis, je m’élançais, passant derrière le premier patrouilleur par magie et me glissant en silence dans un coin sombre. Il ne m’avait pas repéré. Quatre carreaux… Et je voulais les économisés. Je repérais la position de chacun des gardes… Si je savais me faire discrète, ça irait. J’encochait un carreau et me préparait. Puis, je me téléportait vers le premier garde visant le second. Le carreau fila alors que je bâillonnais le premier de ma main, usant de ma force titanesque pour lui couper suffisamment le souffle pour qu’il perde connaissance sans autre danger. Deux de moins. IL ne devrait plus tarder à me rejoindre maintenant, je ne pouvait pas mettre hors d’état de nuire les trois restant en un seul coup et si j’en laissait un sauf, il allait donner l’alarme… Jetant un rapide cou d’œil à la porte, j’encochais déjà un second carreau.

Même punition même motif, un carreau, un privé de souffle, deux au sol. Mais le dernier s’était aperçu que quelque chose clochait, je sentait sa peur de ma position. Avantage où inconvénient de ma nature. Je restait tapie près de ma dernière ‘victime’, silencieuse. Il fallait qu’IL intervienne, sinon, je ne pourrait pas empêcher que ce garde là soit blesser. J’avais déjà fait plus que ma part du boulot avec ces quatre là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 26 Nov - 6:28

Tout semblait assez simple de mon côté, après tout, avec mon déguisement, il était presque impossible pour eux de ce rendre compte que je n'étais pas leur partenaire et supérieur, soit, elle m'avait indiqué un endroit que je fouilla un peu pour quand même voir si il n'y avait rien, et mis à part quelque noms, le reste n'étaient pas utile, je pris donc certain documents avant de la localisé, elle semblait déjà se préparer à quelque chose alors il fallait mieux que je me dépêche, avançant à une vitesse soutenue pour ne pas attirer l'attention, cela serait le comble si jamais je me faisais voir maintenant, une fois la plupart des garde passé, il me semblait entendre quelque chose et j'activais alors mon système audio pour bien comprendre ce qu'il se passait, elle semblait avoir la situation en main, néanmoins, elle en oublia un, peut être qu'elle n'était pas assez préparer à ce qui aurait pu se passer, et pourtant c'était lui qui devait faire attention, je soupirais alors intérieurement avant de rentrer dans la pièce, le garde me disant qu'il y avait une espionne et qu'il allait appeler des renforts, bien entendu, je ne lui laissa pas se luxe, l’assommant avec une technique de karaté dans le cou, il tomba alors doucement au sol avant que je ne me tourne vers Katsuri en lui parlant.

"Mauvais préparation?"

Ce n'était qu'une question sans être une, mais bon, elle allait certainement ne pas aimer cela, quoi qu'il en soit, je me tournais vers le système de sécurité avant de me rendre compte que j'avais tout ce qu'il fallait, premièrement, le scanner rétinien, la personne que j'avais pris l'identité semblait assez haut placé pour que cela fonctionne, ce qui était plaisant, par la suite, il y avait la question des laser, tout devait être fait par télécommande car je ne trouvait pas de bouton pour éteindre cela, tant pis, ma partenaire pu encore une fois entendre quelque bruits venant de moi avant que je ne marche à travers les laser sans subir le moindre dommage, je venais de mettre des panneau pour absorber les rayons et les refléter ailleurs, pratique n'est ce pas?, ce n'était pas le moment de s'auto complimenter, je regardais alors le dernier obstacle, un simple mot de passe à craquer, je fit partir l'hologramme de ma main pour faire sortir un petit quelque chose d'un de mes doigt avant de le faire rentrer dans une encoche, commençant alors le décryptage, ce fut également rapide et je pus prendre les documents, je referma alors le tout et fit en sorte que rien ne soit visible, de toute manière, j'avais déjà trafiquer les caméra depuis un moment, je m'approchais alors de ma partenaire, elle semblait fatiguée, j'allais surement devoir la prendre avec moi, je fis donc disparaitre mon hologramme avant de la prendre dans mes bras, et bon sang elle semblait ne pas aimer cela, tant pis, je me servis de son dernier carreaux pour la faire dormir avant de partir sans bruit, activant un camouflage un peu plus complexe pour la couvrir aussi, le chemin fut un peu plus long et une fois arriver, je la fis se poser sur une chaise avant d'attendre qu'elle se réveille avant d'allé donner ensemble tout les documents au maitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 26 Nov - 15:27

Je m’étais emparée d’une dague, toujours tapie au sol. J’étais prête à l’envoyée en cas de besoin. Mais IL entra dans la pièce et l’homme encore conscient parla d’appeler des renforts. Il n’eut pas le temps de le faire, assommé par mon binôme qui se tourna alors vers moi avant que j’étais mal préparer. Je m’étais alors relevée dans un grognement et, le voyant jeter un œil au système de sécurité alors que moi, je me glissais près de la porte, hors de vue, de façon à pouvoir assommé quiconque pourrait venir.

« Nous sommes deux, sinon j’aurais agit autrement… Peut être un peu moins discrètement, mais le résultat aurait été le même. »

Si j’avais été seule, j’aurais matérialisé deux armes à feu faites spécialement pour endormir les animaux sauvages… Pas qu’il en restait beaucoup dans ce monde, mais bon. Nous étions deux et j’avais compté sur lui, c’était la seule marque de confiance que je lui ferais. Tendant l’oreille en améliorant ce sens, je le regardais vaguement, alors qu’il ‘forçait’ le coffre pour récupérer ceux que nous étions venus chercher. Pas un mot ne fut échangé, puis, il vint à nouveau près de moi et je récupérais mes sens habituels avant de lever les yeux vers lui. Sans que je le lui demande il me prit dans ses bras et mes sourcils se froncèrent aussitôt. IL me faisait quoi là ! Aussitôt, je me suis mise à me débattre pour qu’il me repose au sol. J’étais fatiguée, mais je pouvais encore me débrouillée ! Cependant, je sentis vite sa grosse patte fouillée au niveau de ma taille et cela fit tilt dans mon cerveau. IL n’allait quand même pas faire ça. Mais si, il le fit, je sentis un léger choc, la piqûre du carreau, puis, la brume se fit dans mon esprit alors que je m’affaissais dans ses bras.

Quand je repris conscience, j’étais assise sur une chaise, de retour à la Guilde. J’avais l’esprit encore embrumé, les narcotiques de mes carreaux étaient vraiment efficaces, maintenant au moins je le savais. Il ne fallu que quelques instants de plus pour que je parvienne à remettre le clair dans mon esprit. La colère me gagna aussitôt, Je me saisis alors à nouveau de ma dague et je la glissais vers une des failles de SON armure. J’avais un bon feeling pour repérer ce genre de chose. La plupart des gens ne pourrait pas l’exploité, mais la plupart du temps n’avait pas ma force. Je le fixait d’un regard noir, plein de colère.


« Refait ça encore une fois et je te démentiel, et ça, circuit ou nanites, ça ne changera rien, je suis clair. »

Je restais une seconde de plus ainsi, plus je le repoussais d’un coup puissant, j’avais puisé sur la force supplémentaire que m’accordait mon exosquelette. Je rangeais ensuite simplement ma dague et je me drapais dans ma fierté, remettant simplement ma capuche correctement sur ma tête. Puis, je lui pris encore quelques temps à avoir mon esprit plus clair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 26 Nov - 17:24

Pourquoi il fallait tout le temps qu'elle fasse ce genre de chose, c'est vrai quoi, j'avais presque l'impression d'aider mon ennemi juré, je l'aide et elle veut me tuer, la je lui ai permis un peu de repos et elle se permet de me dire que la prochaine fois elle me démantelait, enfin, je ne vais rien dire, après tout, si jamais je faisais quelque chose, elle allait surement me haïr encore plus, moi je ne la haïssais pas, même si son caractère est un peu à revoir, elle fait bien son travail et je n'ai rien à redire dessus, mais bon, je regardais alors l'endroit ou elle avait mis sa dague, une liaison vers mon armurerie, ce n'était pas si dangereux, même si bon, peut être que la prochaine fois je ferais en sorte de mettre des pièges ce genre d'endroit, comme un système de reconnaissance de technologie, si ce n'est pas moi qui touche, cela désintégrera l'objet qui essaiera de toucher, enfin, ce n'était qu'une idée comme une autre, dans tout les cas, elle semblait encore prendre un peu de temps pour que les effets de son carreau disparaisse, j'avais analyser la chose, et il fallait dire qu'elle n'était pas allé de main morte dans les ingrédients, mais encore une fois, ce n'était pas quelque chose que j'allais utiliser, préférant une paralysie neurale, dans tout les cas, il ne restait plus qu'a attendre qu'elle se sente mieux, et moi je n'avais rien de mieux à faire que d'attendre.


Je restais donc comme un piquer en face d'elle, certains allaient certainement ce demander ce qu'on faisaient, mais en même temps elle semblait juste attendre et moi, comme on me considérais comme une machine, j'attendais son bon vouloir, d'ailleurs, il fallait peut être mieux que je sortes les documents, ce que je fis rapidement, il y avait donc ce que nous avions pris dans la chambre forte, des documents qui allaient surement aidé, même si ce n'était pas mon travail de les lire, puis il y avait aussi ce que j'avais trouver sur certain membre e ce groupe, il n'y avait pas grand chose, mais c'était mieux que rien, et le maitre de la guilde fera le tri si jamais ce n'était pas important, en tout cas, il ne me restait plus qu'une chose à faire, rendre cela avec elle et peut être me reposer un peu, depuis quand je n'avais pas vraiment dormis, peut être deux ou trois jours?, ce n'était pas simple de trouver un endroit ou personne n’allait me déranger, d'accord je dormais par tranche de deux heures, mais ce n'était pas suffisant, je connais les limite de mon corps et si cela continue je vais prendre trop de risque, quoi qu'il en soit, il faudra que je parle de cela avec une personne qui s’occupe de ce batiment, histoire d'avoir au moins une pièce pour moi, ce n'est pas trop demander pour une machine d'avoir un endroit ou faire sa maintenance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Mer 26 Nov - 21:02

IL me laissait le temps de me reprendre et c’était déjà ça de gagner. Cependant, cette initiative avait encore insinué un peu plus le doute en moi. Jusque là, toutes le machine que j’avais vu ne désobéissait pas aux ordres qu’on donnait, il aurait donc du me relâcher… au lieu de m’endormir. Je le regardais un moment et soupirait malgré moi. Il avait beau m’agacer au plus au point, je me rendais bien compte qu’il n’avait jamais vraiment agit contre moi. Je laissais échapper un petit grognement, puis, je haussais les épaules avant d’enfin me lever de ma chaise. Je n’avais pas vraiment le droit de le haïr, il ne le méritait pas…  Enfin je n’allais pas non plus lui faciliter la vie, j’avais vraiment eut mal quand j’avais pris cette balle électrifiée, même si il m’avait ensuite soigné, par l’intermédiaire de mon père, je ne lui pardonnait toujours pas vraiment. Je m’étirais simplement, puis, j’avais fais un signe à mon binôme. Autant faire ce maudit rapport maintenant.

Aussitôt, nous nous étions mis en route et j’avais un peu plus tiré ma capuche sur mon visage, me cachant un peu plus sous son couvert. Puis, nous frappâmes à la porte du refuge du Maître de Guilde. Je m’avançais jusqu’à une certaine distance, sentant toujours la présence de mon père. Il était l’un des bras droits du Maître, je le savais. C’était donc normal qu’il soit présent. Je restais légèrement en retrait, c’était LUI qui avait le dossier et ce dossier à lui seul était la preuve de notre réussite. Je lui fit signe de donner les informations puis, on nous félicita de la réussite de cette mission. J’avais alors laisser un petit sourire se poser sur mes lèvres en attendant simplement qu’on nous congédie. Le rituel de chaque mission que j’achevais… Sauf qu’il y eut un évènement inattendu…


« Très bien, très bien… Quand nous aurons finit d’éplucher ce dossier, une mission vous sera à nouveau confiée à tout les deux. En attendant, vous avez quartier libre tout les deux. »

Quartier libre ? Bon, elle aurait donc un peu de temps libre au niveau de la Guilde. Je m’inclinait légèrement et repassait la porte, j’y attendais mon binôme pour simplement lui dire que ça avait été du bon boulot. Puis, j’étais ensuite aller me réfugié dans ma chambre. Des vacances… Pas pour moi. En fait, dès le lendemain, je fus réveillée par une voix raisonnant dans mon crâne. Ils m’envoyaient en mission récupérer quelque chose dans un laboratoire… Quelque chose qui les aiderait dans leurs maudites recherches, ils m’avaient déjà confié deux missions de guet… Que je ne faisais pas de guetter de cœur d’ailleurs. J’acceptais la mission et me préparait comme pour la dernière, même si c’était en traînant les pieds. Pour l’heure, je n’avais plus de carreaux, je verrais alors sur place. Puis, resserrait ma cape autour de moi et tirait un peu plus ma capuche sur mon crâne… avant de me faufiler hors du QG, mieux valait que l’on ne m’identifie pas, si on voyant l’emprise qu’ils avaient sur moi… je perdrais à nouveau toute réputation… Au lieu de passer de toit en toit, je me jetais dans le foule, me glissant en silence jusqu’à l’endroit de ma mission non officielle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Deus ex Machina
Mercenaire/Assassin
Humain
Caprica
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 30
Date d'inscription : 24/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 27 Nov - 0:07

J'avais donc attendu qu'elle termine de bien se sentir avant de partir avec elle vers le maitre de la guilde, qui semblait assez satisfait de ce qu'il venait d'avoir, après tout, il semblait que cette endroit était assez bien renseigné, quoi qu'il en soit, j'attendis donc jusqu'à ce qu'on nous donne quartier libre en attendant une nouvelle mission, ce qui était intéressant, au moins on pourraient continuer ce qu'on avaient commencer, il y eut quand même quelque chose qui m'as étonné, ce fut le fait qu'elle me dise que j'avais fait du bon travail, j'avais même failli lui faire une remarque, mais j'ai préférer passer un peu plus de temps pour me reposer, pour une fois qu'il n'y avait rien à faire, autant prendre un peu de temps pour reprendre des force, côté nourriture, j'eus la chance de trouver un petit quelque chose de sympa alors que personne ne semblait me surveiller, un bon apport en calorie allait forcement me faire du bien pour les prochains jours, néanmoins, quelque chose me dérangea le lendemain.


J'avais toujours pour habitude de scanner les environs pour toute transmissions pirate, une sorte d'habitude pour détecter les espions, néanmoins, je remarqua quelque chose d'assez précis venir vers la guilde, il me fallu quelque seconde pour que mon ordinateur décrypte le message sans risque de détection, il s'agissait d'ordre pour mon binôme, ce qui me fis penser qu'elle n'avait toujours pas pris les nanites, peut être qu'elle avait peur que cela déclenche quelque chose, mais tout ce que cela allait faire était d’inspecter le programme de ce qui la dérangeait pour faire partir tout ce qui pouvait lui faire du mal, ces petites bêtes étaient maligne après tout, pour ce qui était de mon cas, j'allais surement la suivre, la raison?, et bien j'avais envie de voir ce qu'on lui avait demander d'allé chercher, après tout, cela semblait se trouver dans un laboratoire, je n'eut pas la description en entier, la transmission était courte et dans une bande passante assez retreinte, il allait falloir que j'augmente un peu mon jeu de recherche, bref, je la vis partir et je fis donc en sorte de la suivre, utilisant mon système hologramme et mon simulateur de son pour me faire passer pour un humain, le plus drôle, c'était que j'avais pris ma vrai tête, personne ne la connaissait après tout, bref, un fois qu'elle fut arriver, je pris un petit détour pour rependre mon apparence de Deus et je fit en sorte de poser ma main sur son épaule.

"Toujours pas libre?, pourquoi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katsuri Tsok'Ya'Ko
Mercenaire / Assassin
FéeGM
Caprica
avatar

Nombre de messages : 164
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2014

MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   Jeu 27 Nov - 1:03

Je n’avais pas vraiment pris la peine de réfléchir se j’étais suivis ou non. Je me contentais donc simplement de regarder le bâtiment. Je réfléchissais à un plan d’action quand je sentis un contact sur mon épaule, aussitôt, je m’évanouis pour reparaître derrière lui, une dague pressées sur ce qui aurait dû être sa gorge. Il avait parlé pendant mes agissements et je l’avais reconnu. Qu’est-ce qu’il foutait là bon dieux. Les sourcils froncés, je lui fit signe de me suivre jusqu’à une ruelle entre deux immenses immeuble que je savait déserte la plupart du temps. Quand nous fûmes tout deux dans cette ruelle sombre, je lui lançais un regard mauvais :

« Que fais-tu là ? Ce n’est pas une mission pour toi, tu n’as rien a faire ici, tu ferait mieux de rentrer à la Guilde ! »

Je me mis à faire les cent pas, montrant pur la première fois véritablement ce que je pouvais ressentir. Mon agitation. J’aimais ce que je faisais, je ne voulais pas perdre ma vie… Je me mis ensuite à vérifier l’équipement que j’avais pris, me rappelant qu’il m’avait questionné, je soupirais alors. Mais pourquoi fallait il qu’il soit ici avec elle ! Il s’était étonnée que je ne soit pas libre et m’avais demander pourquoi ce n’était pas le cas… Et sans réellement savoir pourquoi, je lui avais répondu :

« Je ne fais pas encore vraiment confiance à tes nanites. Il y a des choses chez moi que je ne veux pas voir changer liées à ce qui me cause ces douceurs. Ils sont les seuls à savoir ce que je suis vraiment… »

C’est vrai, ils savaient ce que j’étais, autant mécaniquement que génétiquement et si un jour je me questionnais à mon sujet où que j’avais des ennuis, ils seraient les seuls qui pourraient me répondre… Donc j’avais beau les haïr et vouloir les tuer, le faire serait comme me tirer une balle dans le pied. Je songeais un instant à repousser ma mission, mais il n’en fallu pas plus pour que ma tête me lance un infime moment. Je grognait alors et tournait les yeux vers LUI.

« Rentre à la Guilde maintenant, cela ne te concerne pas. »

Je tendis la main en avant et je fis apparaître un pistolet tranquillisant muni d’un silencieux. Puis, je fis apparaître son petit frère dans ma seconde main. Je m’étais persuadé qu’il obéirait, qu’il partirait alors je coinçait mes armes éphémères dans ma ceinture et je repartais vers la rue, me téléportant bien vite sur une fenêtre cassée dans la cage d’escalier, au pire, je chuterais d’un étage, ce n’était pas mortel. Je m’infiltrait alors dans l’immeuble, puis, je trouvait un accès vers la ventilation et m’y glissait dans le silence le plus total sans même regarder derrière moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Ombre et la Machine   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ombre et la Machine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 13Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» carte de l'ombre et "n'importe qu'elle phase"
» 48th Amusement Machine Show
» Le pretre ombre.
» [Lego] Machine à domino
» Spectre des ombre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternia :: L'univers :: Caprica :: Le reste du monde-
Sauter vers: